Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 09:08

 

 

Notre article du 17 juin dernier1 se trouve entièrement confirmé par la lecture de l’exposé des faits que l’on peut trouver sur le site du Département de la Justice des Etats Unis2 .

 

 

Les activités criminelles de la BNP sont officiellement confirmées

 

Ce texte traduit et publié en France3 confirme le caractère délictueux de l’activité de la BNP, caractère reconnu par le représentant de la BNP lui-même. Tout ce que nous affirmions le 17 Juin se trouve intégralement confirmé : volonté de cacher les opérations délictueuses en modifiant leur traçabilité, opérations sur le sol américain lui-même et donc non-opposabilité de l’extra-territorialité tant invoquée en France, dirigeants parisiens parfaitement informés des délits et de leur montant, etc

 Au vu de l’importance des montants (environ 9 milliards de dollar pour une seule année et probablement de l’ordre de 60 milliards au total si la justice américaine s’était montrée plus regardante) l’amende de 100% des sommes concernées sur une année peut apparaitre comme extrêmement modeste. Notons que sur des dossiers comparables (concernant des montants beaucoup plus réduits, et des faits qui concernent aussi le non-respect d’embargos), RBS et Standard Charterel se sont vus infligés, par « dollar illégal » une amende de 3,13 dollars pour le premier et 1 dollar pour le second.

La BNP devenue « Banque centrale du Soudan », selon le propos de Berruyer, ne pouvait toutefois être « justement sanctionnée » sans risque systémique… que la juridiction américaine a voulu éviter : il ne fallait pas ajouter, par le règlement du délit, une externalité cataclysmique imposée à la planète entière.

 

L’idéologie de la fin des nations produira encore des réactions éloignées de la réalité

 

Le second enseignement qu’il faut tirer de cette affaire est que le travestissement de la réalité risque de continuer au moins en France : les commentateurs vont continuer à vilipender l’impérialisme américain tout en s’insurgeant de trop faibles réactions gouvernementales. Certes, les entrepreneurs politiques français, les entrepreneurs de la finance y compris le gouverneur de la banque centrale, les journalistes, les juristes, etc. se feront plus prudents 4 , mais ils continueront de voir, dans cette affaire, une injustice. C’est que le lobby financier a réussi à imposer sa vision du monde jusqu’aux entrepreneurs politiques eux-mêmes.

La souveraineté est devenue en France une idéologie passéiste et il semble inacceptable que les USA restent une puissance impérialiste. Comme quoi la finance est devenue une incontestable réussite politique : la " pétition des marchands de chandelles" chère à Frédéric Bastiat est toujours de mode 5 ; une réussite politique qui se traduit aujourd’hui par une énorme dépendance du Trésor français et des Etats européens envers la finance : la dette souveraine, que l’on a bien voulu construire de toutes pièces, en abandonnant la souveraineté monétaire et bien sûr, l’indépendance des banques centrales qui en est le prolongement naturel.

 

Il reste au moins un Etat souverain dans le monde

 

Le troisième enseignement est que cette réussite politique est néanmoins contestée par un Etat qui reste debout : celui des Etats-Unis. Certes, on pouvait le croire aussi asservi que les autres avec sa gestion de la crise financière de 2008, bien sûr avec le choix du « Bail-Out » qui fera que la facture de la crise sera payée, comme ailleurs, par le contribuable, mais aussi avec les laborieuses constructions juridiques qui vont s’en suivre, notamment les 2300 pages de la loi Dodd-Frank du 16 juillet 2010.

Toutefois, l’année 2013 semble redonner du lustre au mot souveraineté 6 . On peut ainsi constater un premier mouvement de rupture de servitude volontaire de l’entrepreneuriat politique américain avec la promulgation de textes comme la loi FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act) ou les amendes de plus en plus importantes infligées au monde de l’entreprise en général. Frédéric Lordon y voit à juste titre une puissance publique qui se donne les moyens de réaffirmer le primat de la souveraineté politique sur le monde de l’économie7 . Ce mouvement de souveraineté politique se confirme avec le poids considérable des amendes imposées en 2013 au monde de la Finance : 13 milliards de dollars pour JP Morgan, 10,1 pour Bank of America, 2,6 pour Crédit Suisse, 1,9 pour HSBC, 1,5 pour UBS, et aujourd’hui 9 pour BNP Paribas.

L’année 2014 sera aussi une très grande année de ressources nouvelles pour le Trésor américain qui bénéficiera de nouvelles amendes sur nombre d’autres banques européennes à partir de dossiers aujourd’hui en cours d’instruction : Société Générale, Crédit Agricole, Deutsche Bank, Commerzbank, etc. Cette réaffirmation de la souveraineté présente toutefois des limites : des hommes coupables peuvent encore échapper aux coups de bâton du souverain

 

Les banques sont coupables mais les dirigeants ne sont pas responsables....

 

Même là où l’Etat est resté souverain et repose sur une légitimité démocratique, le légal ne correspond pas nécessairement au légitime.

Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder cette question à propos de l’affaire Kerviel où nous avions analysé sous un regard bien spécifique la nature de certaines activités financières: exceptionnelles par rapport au droit commun et toujours en proximité avec le délit d’initié8. Les crimes bancaires qui viennent d’être sanctionnés sont ainsi des affaires de personnes morales qui n’impactent jamais leurs dirigeants. Déjà en novembre dernier il paraissait singulier que Jamie Dimon9 puisse ne pas être concerné par le règlement de l’affaire des subprimes : la Banque est coupable mais il n’y a pas de responsable. Il en fut de même pour les autres banques soumises à l’amende. Il en est bien évidemment de même pour Baudouin Prot10 qui, parfaitement informé des délits sur les transactions avec le Soudan, reste à son poste et ne se trouve même pas moralement sanctionné : son image reste celui d’un grand financier respectable

 On notera toutefois le caractère très asymétrique de cette grande désorganisation de la pensée : le petit arbitragiste Jérôme Kerviel fut condamné pour ses activités illicites, ce qui parallèlement permettait à sa hiérarchie d’être blanchie.

Aujourd’hui ce sont les banques qui sont condamnées ce qui permet aussi de blanchir la hiérarchie : quand on joue avec le délit, il vaut mieux être puissant.

 

1 cf:http://www.lacrisedesannees2010.com / article-affaire-bnp-de-la-delinquance-a-la-complicite-politique-applaudie_123915687.html

2 cf:http://www.justice.gov/opa/documents/paribas/consent-preliminary-forfeiture-money-judgement.pdft

3 cf le site d'O. Berruyer : http://www.les-crises.fr/-affaire-bnp-analyse

4 Le terme de racket ou celui d'impérialisme semble avoir disparu de la grande presse en juillet alors qu'en juin, nombre de journalistes et autre juristes ou politistes les utilisaient sans retenue ou démonstration. Cf par exemple Les Echos ou Le Monde.

5 cf : http://www.lacrisedesannees2010.com /article- la- finance-ou-la-reussite-de-la-petition-des-marchands-de-chandelles-frederic-bastiat-1845-121172557.html

6 Même Simon Johnson dans " Les Etats captifs de leurs banques" (Le Monde du 3 mai 2014) reconnait que les USA contrôlent mieux le système financier que l'Europe.

7 http://blog.mondediplo.net /2014-07-08-BNP-Paribas-une-affaire-de-geometries-variables.

8 http://www.lacrisedesannees2010.com /article-affaire-kerviel-approche-legale-et-approche-morale-123727272.html

9 Président de JM Morgan

10 A l'époque Président de la BNP

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article

commentaires

BA 20/08/2014 11:53

Jean-Claude, je te fais passer un article intéressant :

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-107637-frapper-monnaie-a-bon-escient-1034473.php

BA 20/08/2014 15:02

Merci BA. Nous retrouvons là le paradigme néo-Chartaliste aves la signature d'un ancien ministre allemand. Dommage que le texte soit mal traduit.

BA 14/08/2014 16:02

En 2012, le candidat François Hollande avait envoyé son programme à tous les électeurs français.

Je recopie un passage hilarant du programme de François Hollande :

« Mon projet se fonde sur des hypothèses de croissance de notre économie, à la fois prudentes et réalistes.

2012 : croissance de 0,5 %
2013 : croissance de 1,7 %
2014 : croissance de 2 %
2015 : croissance de 2 – 2,5 %
2016 : croissance de 2 – 2,5 %
2017 : croissance de 2 – 2,5 %

C'est la page 40 :

http://www.scribd.com/fullscreen/79434607?access_key=key-1xhnedbgqcnq3j582g32&allow_share=true&escape=false&view_mode=scroll

J'éclate de rire !

Bien entendu, la France n'atteindra jamais ces chiffres pendant le quinquennat de François Hollande.

Le plus rigolo, c'est que les ministres font encore semblant d'y croire.

A la télévision, les ministres jouent la comédie, mais au fond d'eux-mêmes ils ne croient plus à toutes ces belles promesses de croissance entre 2 et 2,5 %.

Et pendant cette comédie, le naufrage de la France continue.

La France coule.

BA 14/08/2014 12:48

Jeudi 14 août 2014 :

Evolution du PIB au deuxième trimestre 2014 :

France : 0 %.

Italie : baisse de 0,2 %.

Allemagne : baisse de 0,2 %.

Allemagne : brutal coup de frein à la croissance au 2e trimestre.

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne a subi un brutal coup de frein au deuxième trimestre. Il a reculé de 0,2%, encore plus que prévu, selon un chiffre provisoire de l'Office fédéral des statistiques, Destatis.

http://www.romandie.com/news/Allemagne-brutal-coup-de-frein-a-la-croissance-au-2e-trimestre/507448.rom

François Hollande disait en 2012 : « En Europe, la crise est derrière nous. »

Pauvre clown.

En Europe, la crise est devant nous.

AbsolumentFabuleux 27/07/2014 10:13

Clamer que cet Etat combat la finance me paraît légèrement rapide : Les Etats Unis punissent quelques banques qui vont à l'encontre de leurs intérêts géopolitiques mais ne font absolument rien contre la financiarisation du monde. La souveraineté affichée est d'autant plus importante que les entreprises ne sont pas américaines. Pour illustrer dans un autre domaine, Barrack Obama a déclaré mettre en place des sanctions contre la Russie mais de manière à ce que les entreprises Us soient le moins impactées possible. D'ailleurs, Exxon a signé un important contrat d'exploration en Russie.

Ce qui différencie les USA de nous n'est pas un début de commencement de retournement de situation sur la financiarisation de l'économie mais seulement le fait que les US en temps que puissance mondiale ne peuvent abandonner les calculs géopolitique face à des états comme la Russie ou la Chine pour lesquels le poids des grandes corporations n'a pas d'importance car au service de ces états. L'Europe a abdiquée sur tous les fronts car dirigés par de simples comptables sans vision. Persuadés que l'économie n'est pas politique, le continent continue à s'enfoncer et à dépendre des choix géostratégiques des autres nations.

Sinon, vous devriez faire le ménage dans les commentaires : certains les utilisent en spam publicitaires...

BA 24/07/2014 02:29

Mardi 22 juillet, Eurostat publie les chiffres de la dette publique du premier trimestre 2014.

Dans l'Union Européenne, neuf pays sont en faillite.

1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 314,801 milliards d’euros, soit 174,1% du PIB.

2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2120,143 milliards d’euros, soit 135,6 % du PIB.

3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 220,696 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB.

4- Irlande : dette publique de 202,920 milliards d’euros, soit 123,7 % du PIB.

5- Chypre : dette publique de 18,206 milliards d’euros, soit 112,2 % du PIB.

6- Belgique : dette publique de 404,248 milliards d’euros, soit 105,1 % du PIB.

7- Espagne : dette publique de 989,925 milliards d’euros, soit 96,8 % du PIB.

8- France : dette publique de 1985,918 milliards d’euros, soit 96,6 % du PIB.

9- Royaume-Uni : dette publique de 1486,878 milliards de livres sterling, soit 91,1 % du PIB.

La question est :

“QUAND ces neuf pays vont-ils se déclarer en défaut de paiement ?”

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072014-AP/FR/2-22072014-AP-FR.PDF

BA 16/07/2014 11:36

Mardi 15 juillet 2014 :

L'Italie est en faillite.

Selon le Trésor italien, la dette publique de l'Italie atteindra à la fin de l'année 135 % du PIB !

Lisez cet article :

La dette italienne a établi un nouveau record en atteignant 2166,3 milliards d'euros en mai, selon la Banque d'Italie. Soit 20 milliards de plus que le mois précédent. Au rythme actuel du dérapage, la dette publique devrait peser d'ici à la fin de l'année près de 135 % du PIB selon le Trésor. À titre de comparaison, la dette de la France, qui est sur le point d'atteindre les 2000 milliards d'euros, représente près de 94 % du PIB.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/07/15/20002-20140715ARTFIG00353-la-dette-de-l-italie-continue-de-se-creuser-malgre-renzi.php

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche