Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 12:35

A la lumière des présentes négociations entre la Grèce et les institutions de l'ex Troïka, nous voudrions reprendre les scénarios établis dans le présent blog dans son article du 10 mars dernier.

Rappelons les brièvement, dans leurs développements, leurs conséquences et la situation d'arrivée tels qu'imaginés à la date du 6 mars:

1) Décision d’aider la Grèce :

                                        - Contestation de la coalition au pouvoir en Allemagne (AFD notamment)

                                        - Montée des populismes dans le sud, notamment en Espagne

                                        - Fin des politiques d’austérité

                                        - Monétisation massive de la part de la BCE

                                        - Décision très consensuelle - mais dramatique-  d’une sortie de       l’euro  par  les entrepreneurs  politiques allemands.

2) Décision de ne pas aider la Grèce :

                                        - Maintien de la coalition au pouvoir en Allemagne.

                                        - Maintien des politiques de dévaluation interne dans les autres                                                                          pays.                            

                                        - Aggravation continue des disparités intra européennes

                                        - Dépression à l'échelle continentale                                                         

Il semble donc évident - encore une fois toutes choses égales par ailleurs- que le choix de ne pas aider la Grèce domine celui de l’aider. L’Allemagne choisira donc de rester dans l’euro le plus longtemps possible en restant très soucieuse du respect des règles. Ce n’est qu’avec l’aggravation  de la crise sociale dans le sud et la perte de contrôle de ses entrepreneurs politiques que la décision très lourde et très difficile mais consensuelle de sortie de l’euro serait prise par les entreprises politiques allemandes.

Ce second scénario doit être étudié en fonction des choix à court terme du gouvernement grec :

Choix 1:La Grèce fait défaut et décide de sortir de l’Euro :

               - Rétablissement du contrôle des changes et des mouvements de capitaux

               - Dévaluation de 20 à 30% de la nouvelle monnaie nationale.

               - Mise en place du programme gouvernemental dans les conditions d’un équilibre   budgétaire retrouvé (fin de la rente de la dette et utilisation de la marge du solde primaire 2014)

               - Investissements étrangers confortés sur la base de la compétitivité retrouvée.

Variante possible : réquisition de la banque centrale avec monétisation permettant de rembourser toutes les dettes sur la base du nouveau taux de change. Dans ce cas, les contrats sont formellement respectés

Choix 2 : La Grèce réquisitionne sa Banque centrale et conserve l’euro :

                     - La banque centrale monétise et fait face à l’ensemble de ses créanciers

                      - Le marché de la dette publique disparait au profit du financement direct par la   Banque  centrale.

                      - Mise en place aisée du programme gouvernemental annoncé.

                      - Mise en place le cas échéant d’un « 100% monnaie ».

                      - La BCE met fin au dispositif TARGET 2 jouant pour la Grèce.

                      - Le marché interbancaire se ferme et les banques étrangères disparaissent.

Ce scénario aboutit à la marginalisation complète de la Grèce. On en déduit que la stratégie correspondante est dominée par celle du choix 1.

On peut donc penser que le gouvernement grec choisira la première stratégie : celle d’une sortie de l’euro.

Voilà donc ce que concluait notre analyse  du 10 mars dernier.

Qu'est devenue cette analyse prospective quelques 2 mois plus tard?

Il est clair que la décision de ne pas aider la Grèce est toujours clairement retenue, même si, ici ou là, des concessions marginales viendraient limiter une trop apparente capitulation des entrepreneurs politiques grecs.

Par contre, on peut s'étonner que ces mêmes entrepreneurs politiques n'aient pas fait le choix proposé dans notre scénario du 10 mars.

Certes les entrepreneurs politiques grecs au pouvoir craignent les "effets de second tour" analysés dans notre article :

     - effet bombe atomique de 14 années de règne de l'euro,

     - difficulté de concevoir une authentique substitution des importations par des productions nationales,

      - pénurie massive de devises que le tourisme ne peut réellement juguler, etc.

Au-delà il existe aussi une raison majeure : nous avons sous-estimé l'attachement des grecs au modèle européen, attachement qui est aussi le rejet de ce qui relève de l'Est: monde Ottoman et ex-monde soviétique.  En sorte que, au moins à court terme, les entrepreneurs politiques grecs au pouvoir doivent choisir entre 2 maux: entrer en servitude volontaire avec l'Allemagne ou partir, ce qui serait  vécu comme un inacceptable éloignement de l'Occident.

  A court terme, ces mêmes entrepreneurs politiques au pouvoir, auront démontré qu'ils ont beaucoup œuvré pour sortir le pays du bourbier dans lequel d'autres entrepreneurs politiques l'ont plongé. Ils ne prendront donc que des risques limités en s'appuyant sur un peuple qui rejette massivement la Troïka, mais finalement la préfère à ce qu'il croit être  l'inacceptable séparation d'avec l'Occident. 

Bien évidemment, ce scénario corrigé serait encore un choix de court terme tant il est vrai que fondamentalement nous maintenons, comme dans le texte du 10 mars, qu'il n'existe pas d'espace de négociation mutuellement avantageux entre l'Allemagne et la Grèce.

Le monstre euro n'a pas fini de détruire les peuples européens.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Zone Euro
commenter cet article

commentaires

BA 20/05/2015 10:33

Mercredi 20 mai 2015 :

Grèce : Athènes lance un ultimatum à ses créanciers.

Cette fois, c'est la Grèce qui fixe un ultimatum à ses créanciers. Ce mercredi 20 mai, le porte-parole du gouvernement hellénique a annoncé que, faute d'accord avec ces derniers, Athènes ne paiera pas son échéance de 302 millions d'euros qu'elle doit rembourser au FMI le 5 juin. Autrement dit, ce jour devient la nouvelle « date fatidique » dans la crise grecque. Si aucun accord n'est trouvé alors, la Grèce fera le premier pas vers un défaut et la crise prendra une autre tournure.

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-athenes-lance-un-ultimatum-a-ses-creanciers-477496.html

BA 16/05/2015 05:26

Jean-Claude, tu as lu ça ?

Les banques centrales et leur rôle dans la crise.

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/les-banques-centrales-et-leur-role-dans-la-crise-475511.html

BA 14/05/2015 14:05

La Grèce doit rembourser 27 milliards d'euros à la BCE.

Pour commencer, la Grèce doit rembourser 6,7 milliards d'euros à la BCE en juillet et en aoüt.

Mais il y a un petit problème : la Grèce est en faillite, et elle ne remboursera jamais ces 27 milliards d'euros à la BCE.

Encore un autre petit problème : la BCE refuse de subir 27 milliards d'euros de pertes.

Solution ( ? ) à ces petits problèmes : la Grèce va ENCORE UNE FOIS emprunter des milliards d'euros supplémentaires, et ensuite la Grèce pourra rembourser 6,7 milliards d'euros à la BCE en juillet et en août !

Autrement dit :

pour rembourser la troïka, la Grèce emprunte des milliards d'euros à la troïka. Ensuite, avec cet argent, la Grèce peut rembourser la troïka. Et ça augmente la dette publique de la Grèce. Et ça dure depuis cinq ans. Et ça explique que la Grèce est aujourd'hui dans une faillite totale.

La troïka détruit la Grèce.

Jeudi 14 mai 2015 :

Grèce : Varoufakis réclame un report du remboursement de la dette détenue par la BCE.

"Sur juillet-août, le ministère des Finances devra emprunter 6,7 milliards d'euros à nos partenaires d'une manière ou d'une autre pour rembourser des obligations du programme SMP", a-t-il notamment souligné, en référence aux obligations achetées sur les marchés par la BCE dans le cadre de son "Programme pour les marchés de titres" (Securities Markets Programme, SMP) sur la période 2010-2011.

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-varoufakis-reclame-un-report-du-remboursement-de-la-dette-detenue-par-la-bce-476292.html

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche