Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 09:04

 

A la lumière des informations récentes concernant la situation économique mondiale (entrée en récession au premier trimestre 2015 des USA du Brésil, de la Russie, etc.),  nous reprenons ci- dessous un article rédigé en octobre 2014. Si son résumé reste inchangé, le contenu est légèrement modifié. Ce texte propose une toute autre explication de la croissance Zéro[1]

Résumé : Le présent article fait suite à celui publié le 1er octobre dernier (« Pour bien comprendre le monde d’aujourd’hui »). Il approfondit la notion de mondialisation en y intégrant l’idée d’Etats désormais réquisitionnés par un nouveau groupe dominant. Il en résulte que la durabilité de la grande crise, avec la fin de la croissance qui lui est associée, est l’effet d’une quasi volonté qui ne connait pas de réelle opposition : il n’existe pas d’issue prévisible à la crise.

Dans "pour bien comprendre le monde d'aujourd'hui"[2] nous avons longuement insisté sur l'apparition d'incohérences:

-une nouvelle forme de capture de l'Etat détruisant les bases de sa force prédatrice de toujours au profit d'une "sur classe" déterritorialisée. Nouvelle forme faisant disparaitre les frontières pour le plus grand profit d'une oligarchie. L'Etat est toujours présent mais son fonctionnement nouveau met en cause des principes qui jusqu'ici lui étaient complètement rattachés: ils ne disposent plus d'une pleine souveraineté sur un territoire bien délimité.

- la séparation radicale entre statuts sociaux qui jusqu'ici étaient plus ou moins reliés dans une relative cohérence d'intérêts. Le citoyen semble avoir disparu et les intérêts du consommateur ne sont plus ceux des salariés, qui ne sont plus ceux des épargnants, Les acteurs que l'on appelait les "CSCE" (consommateurs/ salariés/citoyens/épargnants) connaissent un grand éparpillement de leurs intérêts et de la représentation qu’ils s’en font.

- Le citoyen s'évapore  dans l'émergence de "l'individu désirant" et avec lui le lien qui le reliait à l'Etat et assurait le service de ce dernier. Il se croit désormais créancier de ce dernier et honni sa fonction prédatrice de toujours.

-Enfin, résultat d'une perte de cohérence de la réalité, la fin radicale d'une représentation du monde comme un tout organisé, un tout intégrant des parties organiquement reliées les unes aux autres. La conception keynésienne de la réalité économique s'efface au profit d'une théorie de l'éparpillement: le circuit laisse la place au déploiement d'un nombre toujours plus grand de marchés.

C'est bien évidemment la première incohérence, celle qui atteint les Etats, qui est motrice et va expliquer les autres et au final l'impression qu'une sortie de crise est hors de portée.

La mondialisation ne détruit pas les Etats: elle les réquisitionne

La nouvelle forme de capture des Etats est innovante en ce qu'elle l'entraine à redéfinir la souveraineté, un concept si commode pour les premiers occupants des machines prédatrices soucieuses de garder un monopole territorial. Jusqu'alors les utilisateurs de la contrainte publique à des fins privées étaient fort centralement des entrepreneurs politiques (rois, empereurs, dictateurs, etc.) "nationaux" ou "étrangers", du territoire lieu d'exercice de la prédation. Parce que ce territoire se devait d'être gardé, il fallait adjoindre aux Etats des frontières et des peuples  à administrer/soumettre/prédater. La souveraineté était d'abord un titre de propriété privée, cachée le cas échéant par la fiction d'un droit public et surtout d’une idéologie d’un intérêt supérieur.

Les choses vont évoluer lorsque les entrepreneurs politiques seront amenés à partager leur monopole d'utilisation de la contrainte publique: des pactes avec d'autres groupes permettront de maximiser une prédation à partager. Ainsi des entrepreneurs économiques pourront  exprimer des injonctions, à l'adresse  des entrepreneurs politiques, et exiger des règles, par exemple plus favorables  à l'ouverture des frontières. Telle sera le cas de la doctrine du libre-échange, d'une finance autorégulée, etc. Il ne s'agit pas encore d'incohérence mais de complexification d'un système. La souveraineté n'est pas encore vidée de son contenu. Elle se trouve même confortée par la crédibilité de l’idéologie d’un intérêt général.

Par contre lorsque les entrepreneurs politiques ne sont plus que de simples mandataires ou de simple exécutants de groupes qui dictent les règles de ce que nous appelions "l'Universel" (le système juridique notamment), les choses changent fondamentalement. Le territoire cesse d'être en pleine cohérence avec l'Etat correspondant. Certes, la souveraineté ne disparait pas réellement puisque la réalité étatique est indépassable, par contre son contenu et son périmètre  sont redéfinis. Avec en conséquence la perte de crédibilité de l’idéologie d’un intérêt général.

En mondialisation les groupes dominants- les entrepreneurs économiques mondialisés- se nourrissent des "différences d'universel" qu'ils concourent à développer ou entretenir (différences de règles fiscales, sociales, environnementales, etc.). La souveraineté reste fondamentale pour les paradis fiscaux, par contre les "vieux souverains" c'est à dire les entrepreneurs politiques n'ont plus qu'à confirmer les règles du jeu du marché mondialisé et différencié. Naguère acteurs essentiels  de la capture de l'Etat, ils ont progressivement partagé puis cédé la captation à d'autres groupes pour progressivement endosser la situation de servitude volontaire.

En termes concrets les paradis fiscaux-  micro-Etats- qui captent une partie de la richesse générée en d'autres lieux n'ont rien à craindre des Etats et de leurs entrepreneurs politiques plus puissants, si ces derniers Etats sont  eux- mêmes en situation de servitude volontaire au regard de leur classe dominante mondialisée. Une servitude volontaire qui les amène à respecter et valoriser les règles de l'économie mondialisée et différenciée.

En termes plus concret encore, même les dirigeants des grandes entreprises d'armement d'un Etat puissant n'exigeront pas l'élimination des paradis fiscaux par la voie des armes. La souveraineté contestée par les marchés reste curieusement la protectrice de ces derniers. Comme quoi la servitude volontaire est affaire finement ciselée.

Les Etats qui naguère organisaient une cohérence interne et formaient un système relativement simple, sont désormais invités -par la puissance de la surclasse mondialiste-  à être le support d'un système plus complexe. Ce dernier est fait d'un universel partiel, peuplé des seules règles du marché, et évacuant les autres cadres d'une vie sociale qui peut rester nationale.

Les Etats ne sont pas tous au même stade de capture dans le système mondialisé plus complexe qui s'est mis progressivement en place.

Les Etats européens -effet logique de la construction européenne- sont les plus atteints par la servitude volontaire et la mise en valeur de la seule cohérence des règles du marché mondial. La zone euro est de ce point de vue l'avant- garde de la mondialisation libérale, avec un fort recul de ses entrepreneurs politiques et une domination sans partage des groupes économiques et financiers qui dictent les règles du jeu par le biais de l'énorme - et inégalée dans le monde- puissance du lobbying bruxellois.

En dehors des "failed states"[3] (une partie de l'Afrique et du Moyen-Orient) les autres Etats sont le plus souvent à un autre stade, celui où la capture est partagée entre groupes d'intérêts, où donc la notion de nation existe encore. C'est bien évidemment le cas de l'Asie avec l'exercice d'une souveraineté plus classique: Le jeu de la mondialisation en Chine est le fait majoritaire de ses entrepreneurs politiques, avec partage de la rente avec des entrepreneurs économiques toujours dominés et soumis à l'inconvertibilité de la monnaie nationale. C'est bien sûr aussi le cas des Etats-Unis avec le fait particulier qu'ici une monnaie nationale est aussi une monnaie mondiale avec partage de son "seigneuriage" (capture) entre entrepreneurs politiques et économiques mondialistes. Dans ces deux cas, mais sans doute d'autres encore, l'extraversion économique qui résulte de la mondialisation (surproduction côté chinois, désindustrialisation côté américain) ne met pas fin à la cohérence d'un système: un Etat politiquement organisé avec un peuple qui donne encore du sens à l'idée de nation et une très forte crédibilité de l’idéologie d’un intérêt général. Le cas américain est d’une certaine façon exemplaire dans la confirmation d’une souveraineté qui va dépasser de très loin les frontières nationales. Ainsi l’extra territorialité imposée par le droit et la monnaie américaine permet encore aujourd’hui de capter des ressources sur l’étranger : 140 milliards de dollars -au titre de « fraudes »- sur le système bancaire mondial pour la seule année 2014.

Au -delà de cette réserve, La substance du monde d'aujourd'hui est ainsi faite d'Etats - qui fondamentalement transformés- restent essentiels pour le fonctionnement du marché mondial: ils sont les relais locaux du strict respect des règles fondamentales du marché (imposition du respect des droits de propriété par exemple) et murs de protection au regard de toute tentative de nivellement des différences....murs aboutissant à une mondialisation, à la fois réelle mais aussi limitée ou contenue. Parce que la classe mondialiste se nourrit de différences, (taux de salaires, fiscalité, règlementation, normes, services publics, etc.) le nivellement mondialiste serait un obstacle qu'il faut repousser ou contrôler.

D'une certaine façon la mondialisation en tant qu'émergence potentielle d'un système cohérent et plat, (salaire mondialement négocié, fiscalité unique, législation unique, etc.) est ce qui doit être repoussé avec force par  la surclasse mondialiste qui, pour cela, est amenée à prendre le pouvoir dans les Etats en maintenant les entrepreneurs politiques dans une posture très affaiblie: ils sont réquisitionnés à peine de disparaitre. Situation qui correspond bien à l'entrepreneuriat politique de l'avant-garde de la mondialisation: l'Europe.

La réquisition permet de construire la durabilité de la grande crise

Ayant édifié des différences durables, il est désormais possible de les relier entre-elles: ce que nous avons appelé les autoroutes de la mondialisation. Et d'en épouser les avantages: construire un modèle organisationnel d'entreprise en congruence avec les dites différences.

Nous avons déjà longuement expliqué sur ce blog ce que l'on entendait par autoroutes de la mondialisation: une parfaite convertibilité des monnaies, une libre circulation du capital, une libre circulation des marchandises rangées dans des contenants numérisés et normalisés, c'est à dire des containers. Autoroutes qui exigent des infrastructures sérieuses: la dépolitisation des taux de change et la privatisation des monnaies, ce qui implique l'indépendance des banques centrales.

Réquisitionnés pour maintenir des différences, les entrepreneurs politiques sont aussi invités à ne pas taxer les autoroutes de la mondialisation: ils sont libres d'accès. Ce qui passe aussi par la crédibilité de leurs politiques budgétaires....d'où une  normalisation quasi-planétaire...et la confirmation d'une situation de servitude.

Equipée de telles voies de circulation, l'entreprise économique peut se mondialiser en optimisant les différences toujours maintenues par des Etats désormais chargés de  faire le lit de la mondialisation.

Jadis système cohérent et bien articulé sur un territoire ou des territoires, l’entreprise se désarticule et se livre à un démembrement de plus en plus fin, ce que l'on appelle « allongement des chaines de la valeur ». Plus la mondialisation édifie de différences, et plus la chaine de la valeur peut s'étirer pour optimiser tout ce qui peut l'être. Ce démembrement explique l'essentiel de la surcroissance du commerce international par rapport à la croissance économique mondiale depuis 30 ans.

Cette nouvelle cohérence est celle de l'offre mondiale compétitive....qui hélas doit logiquement se heurter à une demande mondiale que dans un même geste on a amoindrie...L'addition des offres nouvelles des entreprises mondialisées et éclatées le long des chaines de la valeur, est plus élevée que l'addition des demandes correspondantes. Nous avons longuement discuté de toutes ces questions dans nombre d'articles sur le blog notamment ceux classés sous la rubrique "Critiques des raisonnements"[4].

Le résultat est que la mondialisation devient un étouffoir en termes de débouchés, et plus on mondialise, plus on émiette la production et plus l'étau se resserre. Pour la classe mondialisée, la solution est toujours plus de mondialisation, toujours plus de recherches de différences, toujours plus de mise en valeur de nouveaux pays émergents, toujours plus de bas salaires, toujours plus de déréglementation, toujours plus de réformes structurelles, etc. La solution à la crise s'annonce ainsi comme engendrement des conditions d'élargissement de la crise. En termes simple le carburant de la crise c'est elle-même...avec son sous- produit une dette publique et privée gigantesque à l'échelle planétaire.

 

Une durabilité de la crise renforcée par l'émiettement des intérêts des CSCE

Il est clair que la fraction financière de la surclasse mondialiste est celle qui se gave le mieux dans l'étouffoir de la mondialisation: spéculation planétaire pour assurer la "sécurité" sur les autoroutes (produits financiers offrants des garanties contre le risque de change par exemple), prélèvements sur la circulation du capital, sur les dettes publiques, etc. Avec des Etats réquisitionnés en cas de difficulté (le bail out de 2008 par exemple), tout ce qui aggrave la crise est bon à prendre.

Si la fin de la crise ne serait  pas  défavorable pour les acteurs de l'économie mondialisée réelle, elle serait dramatique pour les entrepreneurs de la finance: le marché disparaitrait. Que deviendrait le système financier si les Etats- retrouvant leurs occupants traditionnels ( les seuls entrepreneurs politiques)-  déclaraient la fin de l'indépendance des banques centrales, la fin de la libre circulation du capital, des taux de changes fixes, l'interdiction de la spéculation sur compte propre,  voire l'émission du crédit selon la règle du 100% monnaie?

Les entrepreneurs de la finance ne sont pas prêts d'accepter une quelconque fin de crise et se battront pour la maintenir.

Curieusement les bénéficiaires de la crise ne se heurtent pas frontalement aux CSCE.

Si la mondialisation est l'octroi d'un droit liberté pour les entrepreneurs économiques mondialisés, elle l'est aussi pour le citoyen qui n'a plus à se sacrifier pour une patrie disparue et qui ne s'est pas encore rendu compte que, l'entreprise numérique planétaire devenue son souverain maitre, le transforme progressivement en membre d'un troupeau qu'il faut élever et surveiller[5]. Devenu simple "individu désirant" cherchant à se lover dans la « société du divertissement », sa surveillance par des algorithmes permet comme pour les vrais troupeaux de deviner ses "vrais" besoins et son comportement futur. De ce point de vue l'entreprise numérique est plus efficace que l'Etat dans sa version primitive.

Cet « individu désirant » qui ignore son embrigadement dans l'entreprise numérique est certes inquiet pour son emploi, mais il y a longtemps qu'il ne comprend plus grand chose à la théologie économique, pompeusement appelée « science économique ».

C'est dans l'avant- garde de la mondialisation libérale, c'est à dire le zone euro que cet ex-citoyen est le plus désabusé. Il est bien en peine pour comprendre que la citoyenneté européenne résultant de la mise en place d'un Etat européen est anthropologiquement impossible[6].

Mais il est encore plus en peine pour comprendre un discours européiste gommant les différences entre Etats, alors même que la classe dominante mondialiste s'y oppose avec radicalité. Les firmes logées en Irlande – plus grosses que leur Etat d’accueil accepteraient- elles l’alignement de l’impôt sur les sociétés sur une la base d’une moyenne européenne ?

Comment expliquer à cet individu désirant devenu membre du troupeau numérisé, que le discours officiel sur l'Europe (marcher vers toujours plus d'intégration et moins de différences) ne correspond pas aux volontés de la classe dominante mondialisée?

Comment expliquer que ce discours issu de la théologie économique serait – dans son application- une catastrophe pour ceux qui ont intérêt à la pérennisation de la crise? La servitude volontaire des entrepreneurs politiques luxembourgeois peut-elle les entrainer à renoncer à leurs pratiques fiscales pour entrer dans une démarche d’harmonisation ?

Comment expliquer que cela ferait disparaitre les paradis fiscaux à l'intérieur même du continent européen?

Comment expliquer que cela mettrait en cause toutes les optimisations sur les chaines de la valeur?

Comment expliquer que la disparition de l'euro détruirait les avantages de l'industrie allemande bénéficiant d'une garantie de non dévaluation de la part de partenaires d'autant plus intéressants qu'ils sont moins productifs? Comment expliquer que l’euro, loin d’harmoniser, est l’efficace outil permettant de bénéficier des différences ?

Comment expliquer que la classe dominante financière serait pénalisée par la disparition d'une BCE qui leur est soumise de par la vertu des traités?

Autant de questions qui font de l’ex-citoyen des anciens Etats, un être complètement désarmé et désorienté tentant de se réfugier dans le cocon de la sphère privée.

Mais cet "individu désirant" intellectuellement désarmé n'est pas simplement figé, il est aussi partie prenante. Nombre d'ex-citoyens sont devenus épargnants et de fait se rangent du côté de ceux qui entretiennent la crise. Il est du reste exact qu'ils ont pu prendre leur essor avec la mondialisation,  laquelle engendrant la généralisation de l'indépendance des banques centrales, a permis la protection de l'épargne au regard du danger inflationniste.

L'épargne, est aujourd'hui devenue une marchandise prisée, constituant une affectation importante dans le budget des ménages (plus de 15% chez les ex-citoyens des Etats européens). Les épargnants - même très petits -ou très importants, sont globalement du côté de ceux qui bénéficient de la crise.

En cela les consommateurs suivent les épargnants: si l'épargne est une marchandise prisée pour "l'individu désirant", le low-cost boosté par la mondialisation ne l'est pas moins. Il est inutile de reprendre ici des développements d'évidence.

Au total, le citoyen ayant disparu, l’épargnant et le consommateur bénéficiant de la crise, il ne reste que le salarié qui lui, est en opposition radicale avec les différences de salaires que l'on entretient par la mise en valeur de nouveaux territoires. De fait, les chaines de la valeur pouvant toujours s’optimiser, il doit en permanence apporter la preuve de son employabilité à peine de disparaitre dans l’océan du chômage.

Conclusion : Cela fait maintenant 6 années que l’on parle de la reprise de la croissance, et que l’on anticipe des chiffres toujours décevants. D’où, ici ou là, des tentatives très économicistes pour expliquer ce qui devient une croissance zéro à portée planétaire : rendements décroissants de nombreuses activités, tertiarisation improductive, mirage des nouvelles technologies, inadaptation de l’offre de travail, etc. Ces tentatives, notamment celles de Robert Gordon et Larry Summers sont une façon de présenter la tendance à la stagnation de longue durée. Il en existe une autre, celle que nous venons de présenter. Elle est moins techniciste, davantage observatrice du jeu des grands acteurs de ce qui fait une société, et conclue qu’au fond la croissance ou la stagnation n’est que le sous-produit d’un arrangement institutionnel, lui-même effet de jeux sociaux.

Contrairement aux affirmations gratuites d’une « mondialisation heureuse »,la croissance ne pourra revenir que sur la base d’un nouvel arrangement institutionnel, notamment européen. Ce nouvel arrangement passera vraisemblablement par le retour négocié de la souveraineté, laquelle passera par une modification substantielle des modalités de la capture de l’Etat, un Etat animé par des entrepreneurs politiques moins avilis par la puissance de la finance déterritorialisée.

 

 


[1] Nous pensons notamment à l’ouvrage de Patrick Artus et Marie Paule Virard : « Croissance zéro » , Fayard 2015.

[2] http://www.lacrisedesannees2010.com/2014/10/pour-bien-comprendre-le-monde-d-aujourd-hui.html

[3] http://www.lacrisedesannees2010.com/article-etats-effondres-failed-states-dans-la-mondialisation-120988085.html

[4] http://www.lacrisedesannees2010.com/tag/critique%20des%20raisonnements/

[5] Sur la question du numérique comme forme nouvelle de prédation on pourra se référer à Pierre Bellanger (« La souveraineté numérique », Stock, 2014) ou les travaux de Bernard Stiegler, voire les réflexions proposées par le nouvel Institut de la Souveraineté Numérique que dirige Bernard Benhamou.

[6] http://www.lacrisedesannees2010.com/article-peut-on-fonder-un-ordre-europeen-rawlsien-114879217.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans critique des raisonnements
commenter cet article

commentaires

BA 07/06/2015 16:08

Attention, article très important.

Un journaliste de SUD-OUEST, Jean-Claude Guillebaud, vient de publier un article explosif sur le fonctionnement réel de l'Union Européenne.

Dans cet article, Jean-Claude Guillebaud révèle plusieurs faits qui montrent le vrai visage de la construction européenne.

Dimanche 7 juin 2015 :

Europe, dans le cœur du réacteur.

L'épisode aura été à la fois passionnant et inattendu. A Bruxelles, j'ai eu la chance de participer à un long débat avec une vingtaine de confrères accrédités auprès de la Commission européenne. Il y avait là des Français, des Allemands, des Britanniques, des Américains et même une impétueuse consoeur venue d'Albanie et naturalisée belge. Tous ces journalistes avaient en commun d'avoir choisi de suivre la construction européenne et, pour cela, de s'installer à Bruxelles. Ils sont depuis des années dans le cœur du réacteur. Pro-européens au départ, ils ne peuvent être taxés d'euroscepticisme ou de populisme. A plusieurs reprises, ce jour-là, ils ont tenu à nous affirmer qu'ils y croyaient encore.

Admirable est la foi ! Pourquoi ? Parce que, au fil des échanges, nos confrères, parlant sans détour, nous ont décrit un univers kafkaïen, opaque, bureaucrtique, corseté par un fonctionnement étouffant et procédural.

Les conférences de presse, par exemple, sont si minutieusement codifiées qu'elles n'ont plus beaucoup de sens. Les porte-parole ne répondent aux questions des journalistes que s'ils y ont été expressément autorisés, par écrit. Même dans ce cas, dès qu'une actualité un peu plus chaude est en jeu, le porte-parole se contentera de lire le texte écrit que sa hiérarchie lui a préparé.

Ce qu'à l'échelon national nous appelons langue de bois acquiert à Bruxelles une opacité plus impénétrable encore. Le formalisme et le culte du secret paraissent avoir peu à peu asphyxié le fonctionnement de cette Commission européenne censée incarner, aux yeux du monde, la démocratie vivante du Vieux Continent et l'Etat de droit. C'est fou !

Prenons un tout petit exemple, il parle à lui tout seul. Le nombre de journalistes accrédités auprès de la Commission était de 900 voici deux ou trois ans. Aujourd'hui, ce chiffre n'est plus accessible. Il a été classé top secret, pour de prétendues raisons de sécurité. Formule commode. En fait, tout laisse penser qu'il diminue chaque année, le projet européen perdant son attrait médiatique. Inutile de crier cela sur les toits.

Nous avons débattu d'autres sujets, comme la puissance des lobbies. Elle est indéniable à Bruxelles. Elle court-circuite allègrement les logiques démocratiques de base, enlisées dans la pratique obligatoire du compromis. Alors que nous échangions à ce sujet, un confrère américain présent parmi nous est intervenu sur un ton amicalement rigolard :

« Il faut comprendre que le lobby le plus puissant ici, c'est l'Amérique du Nord elle-même. »

Devant notre surprise, il a renchéri en disant que les Etats-Unis chaperonnaient avec vigilance l'Europe en devenir. « Vous ne le saviez pas ? » a-t-il ajouté.

Une consoeur française a exprimé sans détour sa stupéfaction devant ce qu'elle entendait : « Ce que vous décrivez là, c'est une dictature douce en construction. Ce n'est plus du tout une démocratie. » Tout le monde s'est récrié poliment, pour la forme.

Parmi ces correspondants accrédités était présent le doyen, le patriarche, le chouchou de Bruxelles : Quentin Dickinson, directeur des affaires européennes à Radio France. Il a suivi stoïquement nos conversations, sans intervenir. C'est une estimable figure de la profession, mais ce n'est pas lui faire injure d'ajouter qu'il est plus militant que journaliste. Il s'est d'ailleurs présenté en mars 2014 aux élections européennes sous l'étiquette UDI – Modem. Les 9 % obtenus par les centristes n'ont pas été suffisants pour qu'il soit élu au Parlement européen. Il est donc redevenu journaliste. Assurément, lui y croit encore.

Bref, en quittant cette confraternelle réunion, nous étions à peu près tous convaincus qu'un (possible) naufrage était annoncé. Le pire n'est jamais sûr, je sais. Admirable est la foi, en effet …

Jean-Claude Guillebaud.

http://www.sudouest.fr/2015/06/07/europe-dans-le-coeur-du-reacteur-1943904-6057.php

BA 05/06/2015 11:17

Vous avez dit normal ?

(Tribune parue dans Les Echos 3 juin 2014)

Qu’il s’agisse de climat, du temps d’un trajet en train, ou de ventes d’une entreprise, une situation "normale" est généralement comprise comme une situation où demain ressemble à la moyenne de ce qui s’est passé hier. Ainsi, si la température de demain à Paris doit être "inférieure à la normale de saison", nous comprendrons tous qu’il fera moins chaud que ce que, en l’absence de toute autre indication, nous aurions considéré il y a 2 mois comme le plus probable pour ce jour là.

Cette question de la normalité future s’applique aussi au PIB, agrégat qui nous rend particulièrement fébrile en ce moment, puisque les recettes fiscales, le taux d’emploi sans baisser les salaires, le déficit public ou encore la capacité d’investissement en dépendent plus ou moins directement. Que serait un PIB "normal" pour l’avenir ? Peu nombreux sont ceux qui diront que, comme pour les températures, ce serait le même qu’hier ! Ce que nous allons considérer comme stable est plutôt sa variation moyenne sur les quelques décennies qui viennent de s’écouler.

Parlons chiffres : de 1960 à 2012, le PIB [NDR : français, évidemment] - exprimé en monnaie constante - a augmenté d’environ 3% par an, hausse qui se limite à 2% par an si nous partons de 1974 (premier choc pétrolier). Le 2% "prudent et réaliste" du programme de Hollande n’est probablement pas à chercher ailleurs.

Mais… depuis 2007, la variation annuelle est de 0,1% (autant dire 0), et si nous regardons le PIB par personne, la "normale" 2007-2012 est même de -0,4% par an. Si la croissance a connu un brusque coup d’arrêt, une évolution est elle restée bien plus stable depuis 1960 : la variation de la croissance annuelle du PIB, qui a perdu 0,1% tous les ans en moyenne. De 5 à 6% par an au début des années 1960, la croissance a ainsi perdu 1% par décennie, pour arriver à zéro "en moyenne" aujourd’hui.

Si nous considérons que la norme sur le long terme est une baisse de 0,1% par an de la croissance, alors le PIB "normal" de demain sera d’abord celui d’aujourd’hui, puis, dans une décennie, de 4% inférieur, et dans deux décennies de 16% inférieur. N’est-ce pas sur cette situation qu’aurait du tabler un président réellement "normal" ?

Cadeau bonus : quelques graphiques à l'appui de l'article.

Vous trouverez ci-dessous quelques graphiques qui sont bien entendu non publiés avec l'article, mais qui sont utiles pour éclairer les propos !

http://www.manicore.com/documentation/articles/echos_juin2014_normal.html

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche