Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 14:11

Plan de mon intervention au colloque de la Sorbonne consacré à l’idée de Nation  au XXIe siècle

11 Mars 2016- Amphi Cauchy.

                  Les métamorphoses de la nation et de la monnaie

1) La monnaie comme outil de construction de la souveraineté

               - La monnaie comme enfant du sacré et de l’Etat

                              - Religions primitives comme dette de vie

                              - « Big bang » des l’Etats ou la capture de la dette sacrée

                              - De l’endettement envers les dieux à l’endettement envers la puissance souveraine.

                              - la monnaie comme instrument du règlement de la dette

               - La monnaie dans la dialectique de l’économie et de la puissance souveraine.

                              - L’Etat prisonnier de sa création : liquidité et illiquidité.

                              - Partage du pouvoir : entre la « verticalité » et « l’horizontalité ».

                              - Capture partielle de la monnaie par des banquiers

                              - Dette publique portant intérêt comme marqueur de délitement de la souveraineté

                              - Banques centrales et fin de la loi d’airain de la monnaie

                              - Pleine souveraineté parmi d’autres souverainetés.

                              - La répression de la finance

2) La monnaie comme outil de déconstruction de la souveraineté

               - Le taux de change n’est plus un choix politique mais un prix.

                              - la conférence de la Jamaïque (1976)

                              - la libre circulation du capital

                              - la libération financière comme cession de la puissance souveraine

               - l’indépendance des Banques centrales

                              - Un souverain interdit bancaire

                              - Renaissance et avenir radieux d’un marché de la dette publique

                              - Répression des Etats et souveraineté limitée.

               - Une monnaie sans Etat mais pas sans souverain

                              - Transferts impossibles et « usinage » du délitement social et politique

                              - Réformes structurelles comme destruction des nations

                              - Articulation impossible de la souveraineté limitée dans la démocratie

                              - Délitement généralisé et reconstruction de la haine entre les peuples

                              - Affaissement des Etats (politique) et crise générale de surproduction (économique).

 

               -

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans conférences et débats
commenter cet article

commentaires

BA 15/03/2016 09:59

Les biffins et la Banque Centrale Européenne.

Samedi 12 mars 2016 :

Patrick a été menuisier puis maître-chien. Aujourd'hui il est biffin. C'est le nom donné à ceux qui vendent des objets trouvés dans les poubelles.

http://www.francetvinfo.fr/economie/crise/crise-de-la-dette/quand-l-interieur-des-poubelles-devient-une-mine-d-or_1356907.html

Pendant que les biffins fouillent les poubelles, la Banque Centrale Européenne injecte 80 milliards d'euros par mois dans le circuit bancaire.

Je dis bien : 80 milliards d'euros par mois.

Problème : cet argent reste en haut, dans le circuit bancaire. Cet argent ne redescend pas en bas, dans l'économie réelle.

Mais la BCE s'en fout.

La priorité, ce n'est pas les pauvres.

La priorité, c'est sauver les banques de la faillite encore quelques mois de plus.

La seconde mesure phare est un recalibrage de son programme de rachats de dettes publiques – l’assouplissement quantitatif, ou quantitative easing (QE) en anglais. Lancé en mars 2015, celui-ci consistait jusqu’à présent en des rachats de 60 milliards d’euros mensuels de titres de dettes, essentiellement publics. Désormais, ces achats se monteront à 80 milliards d’euros par mois. Et ils seront élargis à d’autres types d’actifs, à savoir des obligations d’entreprises de bonne qualité, c’est-à-dire les mieux notées par les agences de notation.

Objectif ? Augmenter les crédits distribués aux ménages et entreprises. Le QE fonctionne en effet de la manière suivante : en contrepartie de ses rachats de dettes publiques aux établissements bancaires, la BCE « crée » de la monnaie en créditant les lignes de dépôt des banques dans ses livres de comptes. « Pour ces dernières, les créances sont donc converties en argent frais, ce qui gonfle leurs réserves et leur permet, en théorie, de distribuer d’avantage de crédit, à un taux plus faible », explique Patrick Artus, chef économistes de Natixis, dans son ouvrage La Folie des banques centrales (Ed. Fayard), coécrit avec la journaliste Marie-Paule Virard.

http://www.lemonde.fr/crise-de-l-euro/article/2016/03/10/la-bce-devoile-un-nouvel-arsenal-de-mesures-pour-soigner-l-economie-europeenne_4880480_1656955.html

« En théorie », explique Patrick Artus.

« En théorie », expliquent presque tous les économistes du monde.

« En théorie », expliquent tous les neuneus qui détruisent la France depuis mai 1974.

Mais dans le monde réel ?

Dans le monde réel, de plus en plus de biffins fouillent les poubelles.

BA 13/03/2016 11:04

Qui veut sortir de l'Union Européenne ?

Pour répondre à cette question, il faut consulter les 28 peuples, en organisant 28 référendums.

- Référendum au Royaume-Uni : il aura lieu jeudi 23 juin 2016.

- Référendum en France : 53 % des Français le veulent. François Hollande va peut-être accepter de consulter le peuple.

- Référendum en Finlande : les députés finlandais vont peut-être accepter de consulter le peuple. Ce référendum porterait sur le maintien ou la sortie de la zone euro.

Récapitulons.

Jeudi 23 juin 2016, il y aura un référendum au Royaume-Uni. Ce jour-là, le peuple décidera de rester ou de sortir de l'Union Européenne.

Mais il y aura peut-être deux autres référendums.

En France :

Une majorité de Français souhaite un référendum sur la sortie de la France de l’UE.

Une majorité de Français (53 %) souhaite un référendum sur le maintien ou non de la France dans l’Union européenne (UE), à l’instar de celui prévu au Royaume-Uni le 23 juin. C’est l’une des révélations de l’enquête menée début février auprès de 8 000 électeurs dans six pays de l’Union (Allemagne, France, Pologne, Irlande, Espagne et Suède) par l’université d’Edimbourg et le cercle de réflexion allemand D/part.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/03/12/une-majorite-de-francais-souhaite-un-referendum-sur-le-frexit-la-sortie-de-la-france-de-l-ue_4881768_3214.html

François Hollande va-t-il accepter de consulter le peuple français par référendum ?

Ou alors François Hollande va-t-il refuser de consulter le peuple ?

Quel suspens ! Mais quel suspens !

En Finlande :

Par référendum, le peuple finlandais décidera de rester ou de sortir de la zone euro ...

… sauf si le parlement finlandais refuse d'organiser ce référendum.

Alors ?

Le parlement finlandais va-t-il accepter de consulter le peuple ?

Ou alors le parlement finlandais va-t-il refuser de consulter le peuple ?

Devinez !

Vendredi 11 mars 2016 :

L’abandon de l’euro a de plus en plus d’adeptes en Finlande.

L’euroscepticisme gagne du terrain en Finlande. Une pétition signée par plus de 50.000 citoyens, et déposée jeudi 10 mars devant le Parlement, va forcer les députés à débattre de l’éventualité d’un référendum pour que le pays abandonne l’euro.

http://www.lesechos.fr/monde/europe/021757794054-labandon-de-leuro-a-de-plus-en-plus-dadeptes-en-finlande-1206154.php

BA 12/03/2016 20:29

Jeudi 23 juin 2016, il y aura un référendum au Royaume-Uni. Ce jour-là, le peuple décidera de rester ou de sortir de l'Union Européenne.

Mais il y aura peut-être un autre référendum.

En Finlande, par référendum, le peuple finlandais décidera de rester ou de sortir de la zone euro ...

… sauf si le parlement finlandais refuse d'organiser ce référendum.

Alors ?

Le parlement finlandais va-t-il accepter de consulter le peuple ?

Ou alors le parlement finlandais va-t-il refuser de consulter le peuple ?

Devinez !

Vendredi 11 mars 2016 :

L’abandon de l’euro a de plus en plus d’adeptes en Finlande.

L’euroscepticisme gagne du terrain en Finlande. Une pétition signée par plus de 50.000 citoyens, et déposée jeudi 10 mars devant le Parlement, va forcer les députés à débattre de l’éventualité d’un référendum pour que le pays abandonne l’euro.

Si un retour au mark finlandais semble complètement improbable, l’initiative a dépassé le seuil exigé pour être mise à l’ordre du jour. Elle a été lancée par le député européen Paavo Väyrynen, 69 ans, huit fois ministre, qui agit en franc-tireur dans cette affaire. Il n’est soutenu par aucun parti, ni le sien (le Centre du Premier ministre Juha Sipilä), ni même les Vrais Finlandais (eurosceptiques) membres de la coalition au pouvoir. Mais « au sein du peuple il y a un large soutien pour que la Finlande quitte la zone euro », a assuré Paavo Väyrynen lors d’une conférence de presse à Helsinki. Selon le dernier sondage sur la question en décembre, 31% sont pour, alors qu’ils n’étaient que 19% quatre ans auparavant.

Les divers référendums tenus sur l’Union européenne dans d’autres pays membres ces dernières années ont vu la montée de l’hostilité à l’intégration européenne. Les Britanniques doivent voter le 23 juin sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE, et un « Brexit » est une hypothèse tout à fait envisageable.

http://www.lesechos.fr/monde/europe/021757794054-labandon-de-leuro-a-de-plus-en-plus-dadeptes-en-finlande-1206154.php

BA 11/03/2016 18:45

Vendredi 11 mars 2016 :

Face à l'arrivée des migrants, tous les pays d'Europe centrale ont décidé de reprendre le contrôle de leurs frontières nationales.

Même les pays scandinaves renforcent leurs frontières pour bloquer l'arrivée des migrants.

http://www.lesechos.fr/medias/2016/03/06/1204963_refugies-les-europeens-essaient-de-barricader-leurs-frontieres-web-tete-021745104490.jpg

Chaque pays ne pense qu'à se protéger.

Chaque pays n'a qu'un seul instinct : l'instinct de survie.

Cette carte ci-dessus, c'est la carte de la mort de l'espace Schengen.

Il n'y a pas d'espace Schengen.

Il n'y a pas d'Union Européenne.

L'Union Européenne, c'est un rêve rêvé par les doux rêveurs.

Ce n'est pas une réalité.

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche