Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 16:39

 

Vu de haut il pourra bientôt être dit que l’aventure de l’union européenne est finalement passée par 4 grandes  phases : celle de la construction (années 50-70) celle du mode mondialiste quasi parfait (années 80 et jusqu’en 2007), celle de la décomposition masquée ( 2007-2016), enfin celle de la décomposition active ( aujourd’hui).

La construction (années 50-70)

La première bien connue ne soulève guère de questions. L’Europe des 6 ou du marché commun disposait d’un projet clair : éloigner tout risque de guerre en promouvant les vertus apaisantes du commerce chères à Montesquieu. Il ne s’agit pas de mettre en place une société de marché mais une société à économie de marché complétement régulée par le modèle keynésien de représentation et de régulation du monde. La coopération l’emporte sur la compétition, ce qui signifie que l’homogénéisation - déjà en cours à l’intérieur de chaque Etat, ce qui est le principe classique de fonctionnement des Etats[1] -  se manifeste par le haut et non par le bas. Bien évidemment cette homogénéisation est aussi alimentée par un modèle fordiste de croissance garantissant des gains de productivité importants à redistribuer.

La phase mondialiste quasi parfaite (années 80- 2007)

La seconde est celle du marché unique, de l’idéologie de la fin de l’histoire avec l’effondrement du bloc soviétique, de  l’élargissement vers le sud et l’est, de  la fin du politique et des Etats au profit des règles et de la bonne gouvernance, de l’édification paradoxale d’une machinerie gigantesque productrice de directives , résolutions, normes, sanctions, toutes orientées vers l’ordre d’un marché non faussé, du développement fantastique des « Autorités Administratives Indépendantes », du développement d’agences de notation des Etats, etc... Le tout baignant dans la remise -par les Etats-  des clés de la monnaie à la Finance[2]. Désormais les taux de change ne sont plus définis par décret mais par le marché, les Etats cessent d’accéder à la monnaie en raison de l’indépendance des banques centrales, une indépendance qui deviendra radicale avec la naissance de l’euro-système. I ’idée de projet se dissout dans le marché généralisé, et s’il existe une volonté, c’est bien celle de faire de l’Union européenne un modèle, certes réduit, mais parfait de la mondialisation néo-libérale.

C’est l’introduction de l’euro qui fait de la zone correspondante le modèle réduit et parfait de la mondialisation néolibérale : les taux de change à l’intérieur de la zone ne sont plus politiquement fixés, ne sont plus outils de correction des déséquilibres, et disparaissent[JCW1]  pour laisser la place à la circulation libre du capital. Cette disparition est aussi celle d’un élément fondamental de la souveraineté : aux Etats de s’adapter selon les mouvements du marché. La disparition des taux de change fait ainsi disparaitre toutes les cloisons, transformant les sociétés en êtres dépourvus de peau protectrice. Bien évidemment il ne s’agira plus de coopérer (premier stade la construction) mais d’entrer dans une concurrence généralisée y compris celle des Etats, en particulier de leur politique fiscale et sociale. Le principe d’homogénéisation est abandonné, la construction se poursuivant selon un mode bancal : il faut créer des avantages compétitifs donc des différences[3] que l’on essaiera de combler en permanence, non par le haut comme au temps de la coopération, mais  par le bas. On passe ainsi d’un modèle d’homogénéisation par le haut à une modèle d’hétérogénéisation combattue par un éternel et précaire nivellement par le bas. Nous ne sommes plus très loin des sempiternelles réformes structurelles.

La phase de la décomposition cachée (2007-2016)

Plusieurs dizaines d’années plus tard l’hétérogénéité est devenue problématique. Le modèle réduit européen de mondialisation est d’abord bloqué par la crise mondiale de surproduction que la dette croissante ne peut plus masquer[4] : les subprimes (USA) sont la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Les masse financières gigantesques déployées au titre de la sécurisation des taux de change[5], masses devenues le très lourd prix de la remise des clés de la monnaie à la Finance, déstabilisent de non moins gigantesques établissements financiers qu’il faut sauver ….par des Etats dont on voulait rétrécir le périmètre d’intervention… A partir de 2008, à l’échelle de l’UE, il faudra se rendre compte de la catastrophe correspondante et essayer d’en masquer les effets.

 Le modèle néolibéral adopté par l’Union européenne a renforcé les spécialisations productives dans tous les pays : plus d’industrie en Allemagne, plus de finance à Londres , plus de services en France, plus de bâtiments en Espagne, plus de tourisme en Grèce, et parfois même des innovations comme celle de la fraude fiscale au Luxembourg. Les gains de productivité associés à ces spécialisations étant différents, les revenus entre pays ne peuvent que se différencier de manière croissante et n’ont pu être masqués que par des soldes extérieurs éloignés des écrans radars des statisticiens : la Grèce, voire la France ont pu continuer à vivre sous la protection de l’Euro alors que la même monnaie unique en détruisait la substance. A l’inverse l’Allemagne a pu s’offrir un mercantilisme de grande dimension par le biais d’une monnaie sous-évaluée. Bref, le modèle fait entrer en décomposition l’aventure européenne : il fallait s’unir ou se rassembler mais la méthode choisie aboutit au résultat inverse.

Face aux déséquilibres que le principe de concurrence ne peut corriger, il a fallu tenter de mettre en congruence ce qui ne pouvait pas l’être en ayant recours à des bricolages réglementaires et financiers : austérité budgétaire pour le sud pour rassurer une Allemagne qui ne peut accepter de transferts mais qui a besoin de poursuivre son mercantilisme, effondrement de l’investissement en raison du multiplicateur budgétaire négatif, maintien de la liberté de la Finance avec sa spécialisation londonienne pour respecter le principe d’indépendance des banques centrales sans lequel l’existence même de l’euro disparaitrait. Il faudra même aller plus loin en intervenant directement sur les Etats, l’Italie, mais surtout la Grèce dont un gouvernement est écarté (2011) avant la mise sous tutelle directe[6] (été 2015).

Les politiques d’austérité, indispensables sauf à mettre en cause l’ensemble de l’édifice, font apparaitre la réalité : des Etats européens qui ne font que s’éloigner les uns des autres sur le plan économique avec toutes les conséquences politiques et sociales. Mieux , à l’intérieur des Etats, des différenciations croissantes entre zones gagnantes et zones perdantes de la mondialisation, une hétérogénéisation que les Etats, parce que démunis de leurs attributs classiques ne peuvent plus compenser[7]. Le référendum sur le Brexit est ainsi révélateur d’une extraordinaire réalité : un royaume uni tellement disloqué que certains imagineraient légitime l’indépendance de la ville de Londres par rapport au reste du territoire.

Bien évidemment l’étape la plus remarquable de cette décomposition cachée est l’intervention massive de la BCE pour masquer la réalité de la dette publique dans nombre d’Etats : en rachetant cette dernière, en pratiquant durablement une politique de taux zéro, on permet la reproduction comateuse du système de décomposition.  Avec ce curieux résultat : celui d’une Finance qu’on a voulu libérée, que l’on veut maintenir libre, et qui se trouve partiellement assujettie à un effondrement de sa rentabilité.

La phase de décomposition active de l’Union Européenne (2016… ?)

Cette phase ne peut être appréciée que par rapport aux grandes forces en présence qui vont de par le symbole du Brexit pouvoir se déchainer plus ouvertement. De ce point de vue l’Histoire retiendra que c’est la Grande Bretagne, pourtant située à la périphérie de l’ordre institutionnel bruxellois, qui ouvre le bal de la phase active de la décomposition.

Ces forces sont nombreuses : les lobbyistes de l’économie réelle, ceux de la Finance, le personnel politico-administratif du monde bruxellois, les entrepreneurs politiques des divers pays, les salariés, les citoyens, les consommateurs, les épargnants de ces mêmes divers pays[8], les entrepreneurs politiques des pays étrangers. Chaque groupe est porteur d’intérêts directs ou porteur d’une composition ou « bouquet » d’intérêts[9].

La résultante des forces en jeu est donc complexe tant les éléments constituants le sont. Et cette complexité est d’autant plus grande que pour nombre d’acteurs il y a difficulté à distinguer ce qui relève de l’intérêt objectif – parfois difficile à mesurer- et ce qui relève de l’idéologie.  Toutefois il semble que les forces de désintégration devraient logiquement l’emporter sur celles à vocation intégrative.

L’idéologie d’un intérêt général post national est extrêmement puissante et donc c’est une alliance de forces européistes qui devraient logiquement continuer à s’imposer dans l’immédiat. Avec 3 possibilités : la marche vers plus d’horizontalité, celle d’un libre échange en continuelle expansion ; celle de la verticalité, c’est-à-dire celle d’un fédéralisme ; enfin, la moins européiste, celle « oblique » d’une coopération renforcée entre Etats.

Les deux premières sont explosives.

La première n’est compatible avec l’euro que si les continuels perdants du libre- échange acceptent en permanence la contrainte correspondante de la dévaluation interne, donc la baisse continue des rémunérations et protections associées. Parce que le libre- échange permet de ne plus voir dans les salaires un débouché, et n’y repérer qu’une contrainte de couts, la tendance à la baisse des rémunérations devient récurrente. Et le pays dominant ne peut en être épargné : même l’Allemagne ne pourra rester compétitive qu’en faisant pression sur les rémunérations. De ce point de vue l’euro apparait bien comme un double outil : d’abord sociologiquement une arme efficiente de lutte de la classe dominante contre la classe dominée, ensuite économiquement un instrument accélérateur de la crise mondiale de surproduction. L’européisme de l’horizontalité marchande trouve ici une limite : les entrepreneurs politiques nationaux ne pourront se reconduire au pouvoir ou conquérir le pouvoir dans l’ordre libéral que si l’euro disparait….et avec lui nombre des institutions européistes correspondantes….De ce point de vue l’affrontement entre les politiques nationaux, pris dans le piège de la contestation de plus en plus radicale des dominés, et le personnel politico-administratif bruxellois devrait prendre de l’ampleur, ces derniers ne pouvant se reconduire au pouvoir qu’en développant un laxisme croissant sur les règles fondamentales de fonctionnement de l’eurozone. Affrontement de classes (à la base) qui débouche sur des affrontements secondaires à l’intérieur de l’oligarchie ( le sommet) diraient les marxistes…le tout dans un marasme économique se perennisant  (austérité continue) et débouchant sur la fin du vivre ensemble que devaient normalement assurer jusqu’ici les Etats. Ou le maintien d’un certain vivre ensemble ou l’euro : il faudra choisir.

La seconde, le « plus d’Europe » peut donner le change par des politiques fiscales voire sociales plus harmonisées. Bien évidemment on peut rediscuter sur les migrations, le terrorisme, etc. On peut même imaginer un gouvernement de la zone euro avec un parlement responsable[10]. La limite est pourtant très claire : sans redistribution depuis les zones excédentaires vers les zones déficitaires, la situation restera bloquée pour nombre de pays du Sud. Cette redistribution n’étant pas politiquement acceptable pour l’Allemagne, nous nous retrouvons dans une situation proche- certes moins douloureuse – de la première. C’est dire que là encore, une intégration plus forte passe d’abord par la disparition de la monnaie unique. Ce qu’aucun entrepreneur politique classique ne peut évidemment reconnaitre.

La troisième n’est envisageable qu’à la condition de la disparition de la monnaie unique. Sans cette disparition, des projets intergouvernementaux, par exemple d’investissements massifs dans des infrastructures, dans le redéploiement écologique, etc. ne peuvent assurer automatiquement les transferts obligatoires vers les zones déprimées, donc transferts qui ne peuvent qu’être bloqués par l’Allemagne.

La Grande Bretagne a ouvert le bal de la décomposition puisque désormais la porte autorisée par l’article 50 du Traité est ouverte. La question est alors de savoir qui, du centre institutionnel bruxellois, c’est-à-dire la zone euro, va la franchir le premier. Parce que les acteurs politiques se doivent d’être prudents dans leurs stratégies de conquête ou de  reconduction au pouvoir, ils doivent emprunter la sortie de façon indirecte mais surtout intelligente, c’est-à-dire sans mettre en cause directement une monnaie unique promue au rang de Talisman.

Parce que les humains ne peuvent jeter un Talisman, il faut trouver un moyen propre pour s’en débarrasser. Le Blog recommande à cet effet de s’attaquer d’abord à son environnement immédiat c’est-à-dire à la BCE qui doit être simplement réquisitionnée[11]. Une réquisition qui devrait logiquement entrainer le déclenchement de la fin avec le départ précipité de l’Allemagne. Une stratégie de sortie ferme mais intelligente , celle contournant le Talisman, pour  laisser la responsabilité de sa mise au rebut à l’Allemagne ne peut être le fait que d’un grand pays : la France est désormais porteuse de ce choix stratégique.

Quand plus rien n’est réparable, la sagesse consiste à précipiter l’effondrement définitif pour reconstruire un tout autre monde. La Grande Bretagne a déverrouillé la prison. A la France d’en faire sortir les prisonniers.

 

 

[1] http://www.lacrisedesannees2010.com/2015/04/avenir-des-etats-declin-fragmentation-union-desunion-partie2.html

[2] http://www.lacrisedesannees2010.com/article-la-finance-ou-la-reussite-de-la-petition-des-marchands-de-chandelles-frederic-bastiat-1845-121172557.html

[3] http://www.lacrisedesannees2010.com/2014/10/la-surclasse-mondialiste-interdit-la-fin-de-la-crise.html

[4] On pourra mieux comprendre cette question en lisant l’ensemble des textes de la rubrique : http://www.lacrisedesannees2010.com/tag/critique%20des%20raisonnements/ que l’on trouve sur le blog.

[5] Les opérations de change sont en masse environ 100 fois supérieures à celles des operations économiques réelles d’exportation et d’importation

[6] http://www.lacrisedesannees2010.com/2014/12/test-du-modele-du-monde-tel-qu-il-est-le-protectorat-grec.html

[7] http://www.lacrisedesannees2010.com/article-etats-effondres-failed-states-dans-la-mondialisation-120988085.html

[8] http://www.lacrisedesannees2010.com/article-le-monde-tel-qu-il-est-78572081.html

[9] Il est clair que les entrepreneurs politiques dont l’intérêt est la conquête ou la reconduction au pouvoir utilisent aussi les groupes d’intérêts qu’ils sont censés représenter. Et c’est parce que le premier ministre britannique a mal saisi les forces en présence que son objectif privé de reconduction au pouvoir fut un échec.

[10] http://www.lacrisedesannees2010.com/2015/12/un-authentique-parlement-de-la-zone-euro-est-il-pensable.html?

[11] http://www.lacrisedesannees2010.com/2016/05/une-requisition-de-la-bce-au-service-des-zones-devastees-par-l-euro.html


 [JCW1]

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Zone Euro
commenter cet article

commentaires

BA 11/07/2016 07:43

Partout en Europe, les bulles gonflent de plus en plus.

Problème : les bulles ne peuvent pas gonfler jusqu'au ciel. Il arrive toujours un moment où une bulle éclate.

Ce moment précis de l'éclatement d'une bulle, c'est le début d'une crise financière comme en 1929, en 2008, etc.

En Europe, trois bulles vont éclater en même temps :

1- Royaume-Uni :

Brexit : la bulle immobilière britannique menace l’économie réelle.

Les investisseurs craignent l’explosion de la bulle immobilière au Royaume-Uni, alors que les gels de fonds immobilier se multiplient. Le danger ? Un effet domino qui rattrape l’économie, puis des banques déjà fragilisées par les taux négatifs.

C'est le deuxième effet du Brexit... Depuis deux jours, les gels de retrait des fonds investis dans l'immobilier britannique se multiplient comme des petits pains. Après Aviva, M&G et Standard Life, trois nouveaux fonds (Henderson, Canada Life, et Columbia Threadneedle), au moins, viennent de prendre cette décision, symbole d'un vrai malaise sur les marchés.

http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0211104011952-brexit-la-bulle-immobiliere-britannique-menace-dexploser-2012720.php

2- Allemagne :

Inquiétudes sur Deutsche Bank, ex-fleuron allemand de la finance.

Autrefois fleuron de la finance allemande, le groupe bancaire Deutsche Bank n'en finit pas de s'effondrer en Bourse, plombé par ses errements passés et par des inquiétudes grandissantes quant à sa santé.

L'action Deutsche Bank a atteint mercredi un nouveau plus bas historique en clôture à la Bourse de Francfort, à 11,54 euros, portant sa chute depuis le début de l'année à près de 49%, la plus mauvaise performance du Dax. Sur dix ans, le déclin est encore plus marqué: en mai 2007, à la veille du déclenchement de la crise des subprimes, le titre de la banque culminait à plus de 100 euros.

http://www.romandie.com/news/Inquietudes-sur-Deutsche-Bank-exfleuron-allemand-de-la-finance/718320.rom

3- Italie :

Bruxelles autorise Rome à soutenir ses banques, mais pas à les sauver.

La Commission européenne a permis à l'Italie de venir en aide à ses banques dimanche dernier. Rome va activer pendant six mois un programme de 150 milliards d'euros de garanties publiques pour soutenir le besoin de liquidités des établissements financiers italiens.

Si cette annonce peut rassurer sur les risques à court terme liée aux banques italiennes, elle ne règle pas le vrai problème du secteur : celui de créances douteuses s'élevant à 360 milliards d'euros. Or, ce montant et la quasi-impossibilité pour le secteur de réaliser des levées de fonds suffisantes sur le marché pose le problème de la solvabilité des banques italiennes. Le vrai enjeu pour elles est donc de savoir comment elles vont pouvoir être recapitalisées pour un montant estimé à 40 milliards d'euros.

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/bruxelles-autorise-rome-a-soutenir-ses-banques-mais-pas-a-les-sauver-583807.html

BA 04/07/2016 10:47

Avant tout le monde, Charles de Gaulle avait compris que l’impérialisme et la construction de gigantesques usines à gaz supranationales étaient vouées à l’effondrement et à la mort.

Charles de Gaulle avait compris que le gigantesque Troisième Reich allait se désintégrer et que l’Allemagne, elle, allait survivre.

Charles de Gaulle avait compris que la gigantesque URSS allait se désintégrer et que la Russie, elle, allait survivre.

Charles de Gaulle savait, lui, ce qu’était LE SENTIMENT NATIONAL.

Les nations ne sont certes pas immuables, mais il en naît de nouvelles de plus en plus.

Quand vous regardez le nombre de nations existant à la surface de la planète, il y en a de plus en plus.

Par exemple : vous pouvez regarder le nombre de nations qui ont un siège à l’Organisation des Nations Unies.

A sa naissance, l'ONU regroupait 51 nations. Aujourd'hui, l'ONU regroupe 193 nations. Leur nombre continue à augmenter. Dans les années qui viennent, l'ONU va accueillir de nouvelles nations qui vont naître : la Palestine, le Kosovo, les îles Cook, Niue, le Sahara occidental, le Somaliland, etc.

La grande tendance pluri-millénaire, c'est la fragmentation des regroupements déjà existant, partout dans le monde.

Problème : la construction européenne est à contre-courant de cette tendance pluri-millénaire.
C’est ça, la folie suicidaire de la construction européenne !

Les êtres humains veulent de plus en plus accéder à l’indépendance nationale, les êtres humains veulent de plus en plus DISLOQUER les regroupements déjà existant …
… et pourtant la construction européenne s’acharne à aller contre ces forces nationales toute-puissantes ! Erreur historique majeure !

Ces forces nationales (et même : ces forces nationalistes) sont des forces toute-puissantes : au XXIe siècle, elles vont désintégrer l’Union européenne.

La dislocation de l'Union européenne est inéluctable.

BA 01/07/2016 15:52

Une construction supranationale, ça finit toujours par la dislocation.

Je veux citer quelques exemples de construction supranationale, rien qu’en Europe :

1. l’Empire romain
2. l’Empire carolingien
3. l’Empire Plantagenêt
4. le Saint-Empire Romain Germanique
5. le IIe Reich
6. le IIIe Reich
7. l’Empire napoléonien
8. l’Autriche-Hongrie
9. l’URSS
10. la Tchécoslovaquie
11. la Yougoslavie.

À chaque fois, toutes ces constructions supranationales ont fini par se disloquer.

De la même façon, l’Union européenne va finir par se disloquer.

Comme d’hab.

Toujours aussi pathétiques, les bisounours européistes paniquent, s'agitent, courent dans tous les sens, prennent l'avion, multiplient les réunions en Europe, accumulent les rencontres internationales, font des « réunions de la dernière chance » entre dirigeants européens afin, disent-ils, d'éviter « la dislocation de l'Europe ».

Mais ça ne sert à rien.

Les bisounours européistes n'ont toujours pas compris que l'Union européenne, DEPUIS SA NAISSANCE, était condamnée à se disloquer.

Les bisounours européistes n'ont toujours pas compris que la machine infernale est lancée.

Leurs efforts désespérés n'empêcheront pas l'Union européenne de se disloquer.

François Hollande : « L’immobilisme serait la dislocation de l’Europe »

http://actu.orange.fr/politique/francois-hollande-l-immobilisme-serait-la-dislocation-de-l-europe-lesechos-CNT000000qDFjc.html

BA 30/06/2016 14:14

Attention, chef d'oeuvre.

Sur France Inter, le journaliste pro-européen Bruno Donnet analyse le prosélytisme des médias français en 3 minutes 12 :

« Prosélytisme journalistique, l'après-coup de Bruno Donnet »

Le Brexit a servi de révélateur à un problème évident des médias en France : le prosélytisme. Si les gens qui fabriquent l'information sont majoritairement pro-européens, ce n'est pas forcément le cas de ceux qui les écoutent. Il est temps de questionner urgemment le principe de la représentativité dans les médias.

https://www.youtube.com/watch?v=_KyiRYWPxLE

BA 29/06/2016 21:22

François Hollande veut « éviter la dislocation de l'Union européenne »

- "Eviter la dislocation" -

Les dirigeants des 27 ont aussi fort à faire pour "éviter la dislocation", a constaté le président français.

L'Union européenne, où l'extrême droite et les mouvements populistes ont le vent en poupe, est déjà fragilisée par une succession de crises, notamment migratoire, qui continue de les diviser comme jamais.

Depuis un an, la fracture est particulièrement profonde avec la plupart des pays de l'Est qui refusent de mettre en oeuvre les solutions collectives d'accueil de réfugiés décidées à Bruxelles.

Des pistes de "réflexion" sur l'avenir de l'Union ont été lancées dès mercredi matin, et les Européens vont se retrouver le 16 septembre à Bratislava pour tenter de trouver des terrains d'entente plus concrets.

"La situation est très grave, mais nous croyons que les 27 peuvent gérer", a souligné la chancelière allemande Angela Merkel. "Nous sommes décidés et déterminés à rester unis pour répondre aux défis", a-t-elle martelé.

"Rien ne serait plus grave que le statu quo exploité par les populistes. Rien ne doit empêcher l'Europe d'avancer et surtout pas la décision que les Britanniques ont prise", a pour sa part estimé M. Hollande.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a ajouté à la confusion post-Brexit en affirmant "qu'il y a un certain nombre de moyens" pour renverser la décision britannique de sortir de l'UE.

"Je ne veux pas, en tant que secrétaire d'Etat, les exposer aujourd'hui. Je pense que ce serait une erreur. Mais il y a des moyens", a expliqué M. Kerry, qui s'était entretenu lundi avec M. Cameron.

http://www.boursorama.com/actualites/brexit-l-ue-enonce-ses-lignes-rouges-face-a-londres-510c5e1d31810ea6364f8f273781c49e

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche