Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2019 3 22 /05 /mai /2019 09:29

La publication d’un rapport encore provisoire du Conseil National de la Productivité[1] nous permet de nous interroger sur la notion d’objectivité dans les débats macrosociaux.

On sait que parmi les multiples recommandations des instance européennes, des conseils nationaux de productivité doivent être mise en place dans tous les pays de la zone euro. Il s’agit de produire une vision commune des réalités des pays de la zone en vue d’assurer une meilleure coordination des politiques économiques.

S’agissant de la France ce Conseil installé depuis le 23 juin 2018 est présidé par Philippe Martin, lui-même président du Conseil d’Analyse Economique. Il regroupe plusieurs dizaines d’experts de Bercy, de la Banque de France, etc. mais aussi quelques universitaires. Il vient de donner lieu à une publication  qui sera amendée par les représentants des partenaires sociaux.

Le rapport n’apporte pas d’informations ou de connaissances réellement nouvelles mais construit des propositions de politiques économiques à l’échelle de la zone. Constitué de 2 parties et 6 chapitres il s’interroge d’abord sur la productivité pour évoquer ensuite la compétitivité et conclure sur une offre de recommandations à des fins de consolidation de la zone euro.

On ne saurait reprocher une démarche entièrement constructiviste et on comprend naturellement qu’il s’agit de sauver ce qui peut l’être et à ce titre les interrogations concernant les taux de change intra-zone n’apparaissent qu’entre les lignes. On comprend ainsi parfaitement que le rôle fondamental de ce type de rapport est de contribuer à produire des outils qui sont censés permettre la survie de la monnaie unique, laquelle est vécue comme clé de voûte d’un édifice appelé à s’effondrer si d’aventure la clé devait céder. Pour autant le document se veut plus ou moins scientifique et cherche à découvrir ce qu’il croit être les causes des problèmes de la France et ceux de la zone Euro dans son ensemble.

Une sous- productivité en France ?

La partie consacrée à la productivité n’introduit pas une compréhension correcte des divergences européennes examinées dans la suite du rapport. Le rapport définit classiquement la productivité du travail par le rapport du PIB sur la quantité de travail utilisée. Au-delà des questions de mesure, il existe d’emblée un problème de comparaison et d’évolution des productivités à l’intérieur de la zone euro.

Prenons un exemple simple pour situer le problème

Supposons 2 Etats ne produisant que des oranges mais dont l’un est coupé du reste du monde et dont l’autre est relié par des réseaux de transports performants. Supposons en outre que les productivités strictement physiques soient égales, par exemple 100 oranges par unité de travail. S’agissant de l’Etat isolé la productivité en valeur (les oranges seront échangées à l’intérieur du périmètre des frontières) sera très certainement inférieure à celle de l’Etat ayant accès aux échanges internationaux. Les échanges étant muselés d’un côté et libérés de l’autre l’utilité totale obtenue- la somme des gains à l’échange- sera en principe plus grande dans l’économie ouverte. Ce résultat évident montre que la productivité du travail parce qu’elle s’exprime en valeur ne peut internationalement être comparée sans faire référence à un système de prix lui- même très affecté par un « prix chef d’orchestre » qui est un taux de change. Et si le « prix chef d’orchestre » est fixé à un niveau trop élevé, les acheteurs étrangers d’oranges se feront rares. En clair la productivité du travail risque d’être plus faible si le taux de change est trop élevé. Dire cela est déjà très important pour comprendre la langueur de l’économie française. Mais les choses sont plus graves encore car une productivité plus faible peut ne pas statistiquement apparaitre si dans le panel des activités, celles les moins productives disparaissent : des usines ferment et des emplois sont détruits, ce qui met en lumière les activités qui elles restent fortement productives.

Le rapport du Conseil National de la productivité ne peut pas aborder correctement cette question. Il reconnait une productivité française qui se maintient aussi par disparition d’activités et existence d’un fort chômage, mais ce dernier n’est pas imputé à un taux de change inadapté entre les divers pays. Par contre il est attribué à une question de compétence et de qualité de la main d’œuvre.

Un peuple handicapé ?

Cette qualité insuffisante est examinée avec le plus grand détail. 18 pages du rapport sont de fait consacrées à ce que l’on croit être des insuffisances spécifiquement françaises. En amont le système scolaire et universitaire, mais aussi l’appareil de formation continue sont mis en cause par leur très faible participation à la production des compétences recherchées, avec notamment leur incapacité à produire chez les formés de la confiance et l’esprit d’innovation nécessaire au dynamisme des entreprises. Ce handicap se reproduit naturellement au niveau du mangement lequel est jugé très inférieur à ce que l’on trouve dans nombre de pays, la France se classant dans les derniers rangs au niveau des indicateurs retenus dans ce que l’on croit être la plupart des études. On trouve également dans le rapport des aspects culturels qui seraient handicapants, ainsi la très forte méfiance vis-à-vis des entreprises et des institutions en général. Bien évidemment, même si le rapport ne fait qu’énumérer sans se livrer à une démarche réellement causale, il signale les rigidités multiples sur le marché du travail, celui de la réglementation, celui de la régulation, etc.

Ce que l’on peut lire comme une inadaptation assez générale à l’esprit de compétition se traduit naturellement  dans d’autres domaines : résistance à l’automatisation des process, au numérique, aux investissements de modernisation, etc.

L’économie française respire mieux lorsqu’elle s’éloigne de son peuple ?

Bref il ne ferait pas bon de produire en France, ce qui expliquerait que pour les esprits les plus dynamiques il vaut mieux quitter le pays et produire à l’étranger. Ici encore on peut empiriquement vérifier que la France de l’extérieur se porte bien. Le rapport n’évoque guère cette réalité, mais il faut souligner que les actifs français à l’étranger sont considérables et représentaient en 2017 1473 milliards de dollars, soit 56% du PIB de l’époque avec 12 entreprises dans le top 100 mondial des actifs implantés à l’étranger.  Ainsi la France se situe au troisième rang mondial, loin devant l’Allemagne ou la chine. L’emploi industriel dans les filiales étrangère représente 73% de l’emploi national, et celui dans les filières de groupes nationaux à l’étranger représente 6,1 millions de personnes contre seulement 5,7 pour une Allemagne dont le PIB est pourtant de 35% supérieur au PIB français. Au total cette France qui est sortie de ses frontières pour produire représente 33% de l’emploi marchand hexagonal contre seulement 17,8% pour l’Allemagne. Comme si la France faible à l’intérieur et forte à l’extérieur était un peu l’image inversée de l’Allemagne :  plus faible à l’extérieur et plus forte à l’intérieur.

Ces chiffres rassemblés par Xerfy sont peu connus et seraient certainement validés par les auteurs du rapport. Toutefois 2 explications peuvent se concurrencer : La France de l’étranger réussit parce que la réalité humaine et sociale de l’hexagone est devenue irrespirable pour l’économie ou bien la France a-t-elle du s’extravertir parce que le taux de change résultant de la mise en place de l’Euro a étouffé son économie, voire celles de nombreux pays de la zone ? On pourrait aussi aller plus loin,  reconnaitre les insuffisances humaines et sociales de la France qui très certainement peuvent handicaper le cout global du travail, et dire que la maitrise politique du taux de change était l’outil spécifiquement français qui naguère compensait, et assurait le rayonnement du pays. Bien évidemment pour les auteurs du rapport le choix est fait : il faut transformer le pays pour sauver l’euro. Le taux de chance n’est pas un paramètre central dans la productivité et seule les spécificités humaines et sociales le sont.

Des propositions révolutionnaires ?

Si donc la première partie du rapport rassure les défenseurs de l’Euro, encore faut-il que ses auteurs proposent des solutions au fonctionnement correct de la zone. De ce point de vue on peut constater dans le rapport un vrai progrès avec la prise de conscience que les politiques budgétaires imposées à l’issue de la crise n’étaient guère opportunes. A l’issue de la grande dépression, sauf le cas particulier de la France, les déficits extérieurs de ce qu’on appelait les PIGS ont disparu, tandis que les excédents du nord sont devenus gigantesques. Au total la zone connait un excèdent courant en 2017 de 3,5 points de PIB. D’où de nouveaux problèmes : risques de montée du cours de l’euro, maintien d’un excès d’offre, maintien d’une épargne excédentaire sur l’investissement, etc. De ce point de vue le rapport reconnait qu’il existe désormais au sein de la zone un important déficit de demande globale. Il faut aussi souligner la prise de conscience de la modification des politiques commerciales des USA qui de plus en plus évoque la notion de juste échange et dénonce les excédents européens et an particulier allemands.

La mise en avant de ces faits bien connus mais jusqu’ici peu évoqués dans les cercles bruxellois, débouche dans le rapport sur des solutions d’une certaine façon assez révolutionnaires : mise à l’index des procédures budgétaires issues de la crise, mise en avant d’une stratégie d’équilibre des comptes courants supportée par les excédentaires (essentiellement Allemagne et Hollande). S’agissant de ce dernier point, il est suggéré une modification des prix relatifs à l’intérieur de la zone, par le biais d’un différentiel d’inflation entre l’Allemagne (3,5%) et le reste de la zone (1,5%), différentiel obtenu par assouplissement budgétaire, relance de l’investissement public, voire de la consommation privée.  

Le rapport du Conseil national de la productivité ne dit pas comment il sera possible d’évoquer l’idée d’inflation dans la seule Allemagne. Il ne dit pas non plus comment envisager une politique monétaire unique dans une zone où durablement existeraient des niveaux d’inflation différents. Il fût très difficile d’imposer des dévaluations internes aux PIGS, ceux qu’on appelait les cigales parce que peu vertueux. Comment imposer une dévaluation interne aux fourmis (essentiellement Allemagne et Hollande) ?

Au total la lecture du rapport laisse voir des auteurs qui commencent à être déstabilisés par le mouvement du monde. On reste adepte des réformes structurelles classiques en soulignant une image assez dégradée de la société française. Simultanément on prend conscience d’une réalité des déséquilibres qui ne peut plus être évoquée par la petite histoire de la cigale et de la fourmi.

 


[1] Productivité et Compétitivité. Où en est la France aujourd’hui ? Premier rapport du Conseil National de Productivité. Avril 2019. 20 Avenue de Ségur, Paris.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche