Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 15:39

La crise est aussi celle des savoirs. Tel est le propos de Bernard Stiegler qui dans un long entretien sur Quartier Libre tente d'expliquer que les situations de blocage tant politiques que sociaux ou économiques relèvent largement d'une véritable crise de la pensée, une pensée aujourd'hui morcelée, émiettée dans de multiples champs disciplinaires qui interdisent une vision globale de notre monde. La crise est ainsi une question épistémologique pour  laquelle tous les apprentis intellectuels devraient se mobiliser et ce dans une démarche collective. A cet égard il serait possible de prendre pour point de départ la forte position d'Aristote que notre ami Henri Temple vient de nous suggérer: ''Cette obsession de la réduction en parcelles présumées simples, de la séparation, de la décomposition en longues chaînes de raison toutes simples, qui semble caractériser toutes les manifestations de la science moderne, ne nous incite-t-elle pas à former nos jugements par une myopie déraisonnable ? ''  Les propos de Bernard Stiegler sont parfois un peu long et connaissent des circonvolutions que l'on pourrait alléger. Pour autant ils méritent d'être médités tant il est vrai que nous avons l'impression, par exemple du point de vue de la crise du politique à l'échelle planétaire, que l'humanité semble connaitre une véritable impasse.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Loransea 09/10/2019 16:05

Bonjour Jean-Claude, je vous remercie pour votre blog que je suis toujours avec profit.

Je ne cesse cependant d'être surpris par une sorte d'ignorance ou d'aveuglement de nos sachants concernant une donnée physique de base concernant l'être humain et par conséquent les sociétés qu'il fonde.
Nous nous imaginons des créateurs quand nous ne sommes que des transformateurs. Or nous ne pouvons transformer le monde qui nous entoure qu'à proportion de l'énergie que celui-ci nous fournit ! Énergie solaire directe ou différée (charbon, gaz, pétrole) comme énergie potentielle capable de produire un travail au sens mécanique du terme. Or l'énergie ne se définie que comme "quantité physique qui se conserve mais se dégrade dans le temps" or nous dégradons l'énergie potentielle ou organisée ou utile à très grande vitesse par rapport à la capacité du système terre-soleil d'en produire. Il en résulte deux problèmes :

1) Va survenir un moment temporel où nous n'aurons plus assez d'énergie potentielle pour faire tourner notre civilisation globalisée thermo-industrielle.

Les énergies fossiles et en particulier le pétrole ont déjà passé leur pic de production donc moins d'énergie utile disponible égale moins de travail mécanique donc moins de production donc moins de revenus salariés donc moins de remboursement de crédit ; les ménages et les entreprises sont beaucoup plus endettées que les Etats, les grandes banques systémiques ignorent-elles ce fait ?

La courbe de production d'énergie pétrolière doit croiser la courbe de consommation l'année prochaine. C'est l'assurance d'une crise énergétique donc financière majeure. En 2008, nous étions en train de passer le pic de pétrole conventionnel. En 2020, nous passerons sans doute le pic de pétrole de schiste aux USA, comme en 1973, les USA passaient leur pic de pétrole conventionnel.

Donc le moment approche très vite !

2) L'entropie du système augmente d'autant plus vite que nous croissons plus vite. Plus nous brûlons des énergies fossiles plus nous transformons de l'énergie utile en énergie inutile c'est à dire désorganisée donc thermique ce qui signifie que nous réchauffons notre système terre (brûlage d'énergie solaire différée) plus vite que le temps qui a été nécessaire pour produire cette énergie et donc plus nous aggravons notre situation en tant qu'esèce. Pour rappel, nous avons élevé la température de l'atmosphère de presque 1°/siècle quand le pire épisode planétaire le PETM, l'atmosphère se réchauffait de 5°à 8°C/20.000 ans, soit au pire 0,04°C/siècle. Le réchauffement que nous provoquons (25 fois plus rapide) n'est pas rapide mais instantané à l'échelle géologique !

Ce qui nous met en tant qu'espèce entre le marteau que nous tenons et l'enclume de la réalité géologique.

Jeter un oeil attentif sur l'industrie du Shale Oil aux Etats-Unis ( Capacité de production, capacité d'auto-financement, bénéfices nets) cela pourrait éclairer notre lanterne sur la raison profonde de la crise monétaire.

une piste parmi tant d'autre (en Anglais)

http://ieefa.org/wp-content/uploads/2019/03/Q4-2018_More-Red-Flags-on-Fracking_March-2019.pdf

Merci d'avance.

PS : voici les liens vers 3 vidéos qui permettent de mieux comprendre les enjeux énergétiques. Ma citation ne vaut pas approbation ;-)

Science étonnante : https://www.youtube.com/watch?v=2Z9p_I3hhUc

Jancovici : https://www.youtube.com/watch?v=2JH6TwaDYW4

Étienne Klein : https://www.youtube.com/watch?v=Nb2S7oge8TQ

BA 23/09/2019 15:00

En septembre 2019, toute l’économie mondiale est morte.

En septembre 2019, toutes les banques privées sont en faillite.

La Fed est obligée d’injecter 1328 milliards de dollars dans le circuit financier, du mardi 17 septembre jusqu’au 10 octobre.

CHAQUE JOUR, la FED injecte 75 milliards de dollars pour éviter l’effondrement total de l’économie. Vous avez bien lu : la Fed va injecter 1328 milliards de dollars !

C'est de la monnaie centrale. Ces 1328 milliards de dollars resteront dans les livres des banques privées. Ces 1328 milliards de dollars ne descendront pas dans l'économie réelle.

Conclusion : l’économie de marché est morte.

Toutes les banques privées sont mortes.

Aujourd’hui, il ne reste plus que les banques centrales.

Il ne reste plus que les banques centrales pour empêcher l'effondrement total du système.

https://insolentiae.com/pourquoi-la-fed-injecte-t-elle/

BA 22/09/2019 19:50

1328 milliards de dollars ! Je dis bien : 1328 milliards de dollars ! Mardi 17 septembre, la banque centrale américaine a injecté sur le marché monétaire 53 milliards de dollars. Ensuite, CHAQUE JOUR jusqu'au 10 octobre, la banque centrale américaine va injecter 75 milliards de dollars ! Total : 53 + ( 75 x 17 ) = 1328 milliards de dollars !

http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/la-banque-centrale-americaine-inonde-le-marche-faut-il-s-en-inquieter-6741661

Loransea 09/10/2019 16:11

je suis assez d'accord avec vous. De plus la Fed va continuer jusqu'en novembre semble-t-il. Mon commentaire tente d'expliquer la raison profonde, géologique et physique de la crise monétaire actuelle. Quand il n'y a plus d'énergie potentielle disponible, l'argent/la monnaie ne vaut plus rien, quasi instantanéement puisqu'il n'y a plus de travail mécanique possible sans énergie donc plus de production ni de biens, ni de services, donc plus de vente,ni de salaires.
Tout est vanité et poursuite de vent dit Qohélet...

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche