Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 06:37

 Nous publions ici un texte d'hélène Nouaille dont l'idée fondamentale reprend largement   ce que nous venons d'énoncer dans notre article publié le 14 décembre dernier. De fait les difficultés américaines ont aussi pour cause l'effondrement d'un système de valeurs. Bonne lecture.

«  La démocratie constitutionnelle suppose la confiance du peuple en l’intégrité du processus électoral et des résultats » confiait en novembre dernier Lawrence Douglas, professeur de droit au Amherst College (Massachusetts) dans un entretien à National Geographic. « Lorsque le président d’une telle démocratie, le président en personne et non pas un groupe marginal, affirme devant son peuple que le système est truqué et qu’il ne faut pas se fier aux résultats, c’est un message incroyablement dangereux qui est alors transmis » (1).

 

Dangereux pour qui ? D’abord pour ceux, rappelions-nous en octobre dernier avec le politologue Frédéric Charillon (2), qui sont les « acteurs » de l’élection, point de vue « qui ne peut être le nôtre en Europe, et surtout qui appartient aux seuls électeurs américains ». Parce que, « si Trump est battu, tout ne reviendra pas à la normale pour autant. D’abord parce que sa défaite pourrait advenir – c’est la crainte de beaucoup – à l’issue d’un long cauchemar procédurier, d’une longue confusion dans les décomptes entre votes physiques et par courrier, tout au long de laquelle « le Donald » s’évertuera à discréditer le processus électoral ». Précisément, nous y sommes. Si, Etat par Etat, les 538 grands électeurs ont confirmé lundi 14 novembre la victoire du Démocrate Joe Biden, une majorité de Républicains, Donald Trump à leur tête, refuse encore de l’admettre. Que peuvent-ils donc faire encore ?

 

Le 6 janvier prochain, au Congrès, il y aura un décompte des votes du collège électoral suivi de l’annonce officielle du vainqueur – moment où des objections pourront être formulées. Notamment autour des Etats (Arizona, Géorgie, Michigan, Pennsylvanie, Wisconsin, Nouveau Mexique et Nevada par exemple) où des controverses sont en cours. Sans, pense notre professeur de droit Lawrence Douglas, « aucune perspective réaliste d’un impact quelconque sur l’élection ». Toutefois, que se passerait-il si les résultats de l’élection présidentielle étaient encore contestés le jour de l’investiture, le 21 janvier 2021 ? Bien que la situation ne se soit encore jamais présentée dans l’histoire des Etats-Unis ? Alors, il reviendrait au Congrès de régler la situation, en vertu d’un Presidential succession Act (3) modifié plusieurs fois depuis 1792. « Le Presidential Succession Act actuellement en vigueur a été signé par le président Harry Truman en 1947. Aujourd'hui, c'est le président de la Chambre des représentants des États-Unis qui occupe la première place de l'ordre de succession, suivi par le président pro tempore du Sénat puis les membres du Cabinet selon l'ancienneté de leur département (1).

 

Le professeur Lawrence Douglas estime que l’hypothèse est « presque inconcevable ». Mais, ajoute-t-il, « je n'imagine pas Trump reconnaître la victoire de son adversaire mais plutôt se résigner à la défaite » tout en continuant à proclamer, pour ses électeurs, que l’élection lui a été volée. Or, de tradition et comme c’est la norme, admettre sa défaite et assurer une transition pacifique est une nécessité pour un président américain. Si, de plus, les Républicains parviennent à conserver la majorité au Sénat, on imagine bien combien gouverner serait compliqué pour Joe Biden et son administration. Combien aussi le pays resterait divisé dans une période de grands défis sanitaires et économiques.

 

Il y a plus, remarque Adrien Jaulmes pour le Figaro (4). Les Démocrates sont divisés entre eux. Sérions les problèmes : il y a d’abord l’importance de l’aile gauche du Parti, qui s’estime mal représentée dans les premières nominations décidées par le président-élu. « L’aile progressiste mérite un certain nombre de sièges - des sièges importants - dans l’Administration Biden, a ainsi déclaré Bernie Sanders au site d’information politique Axios. Ce n’est pas ce que j’ai vu ». Or, rappelait-il encore, « l’aile progressiste représente 35 à 40 % de la coalition démocrate. Sans les efforts énormes de la part des militants progressistes, Joe n’aurait pas gagné l’élection ». Certainement, il s’est rallié à la candidature Biden, mais son programme de réformes radicales, inédit aux Etats-Unis, ne peut convenir au reste de la coalition, qu’elle soit proche de Barack Obama ou d’Hillary Clinton. Et il y a plus radical encore, telle Alexandria Ocasio-Cortez, représentante de New York. Elle « s’est publiquement interrogée sur les intentions politiques de Joe Biden ». Ce à quoi « le futur président a rétorqué avec agacement que s’il ‘‘ne se promenait pas avec l’étiquette progressiste collée sur le front’’, il avait ‘‘un palmarès de réformes au Congrès qui dépassait celui de n’importe qui d’autre’’ »

 

Il y a peut-être pire, avec la maladie qui gangrène les esprits dans le pays. Pays où le Parti démocrate est « obsédé par les questions d’identité, et où le genre ou la race ont plus d’importance que la compétence ou le mérite individuel (…). Des Noirs trouvent qu’il y a trop de Blancs, des féministes trop d’hommes, et les progressistes trop de technocrates ou de personnalités liées au monde des affaires ». Quand une autre partie de la population – celle qui a fait l’élection de Donald Trump et le soutient encore, refuse cette « déconstruction » de la société et du monde – concept, passé par les universités américaines, d’une « French theory » héritée, dans les années 1970 de philosophes français (Foucault, Derrida, etc.) et adaptée à l’imaginaire et aux failles propres au pays. Pour ceux qui veulent en connaître les ressorts, ici un texte détaillé (5). Si l’explication des divisions américaines a aussi des raisons économiques, revers d’une mondialisation mal maîtrisée, ces raisons seules ne peuvent expliquer complètement l’extraordinaire face-à-face qui oppose par moitiés la société américaine. Et met en danger une démocratie, qui, avec ses particularismes, tient depuis plus de deux cents ans.

 

Dangereux pour les Américains, le moment l’est aussi pour le monde occidental, qui vit depuis 1945 dans l’ordre organisé par les Etats-Unis, grands gagnants de la seconde guerre mondiale.

 

Pourquoi ? Parce que, répondait le politologue Frédéric Charillon (2), même avec Joe Biden, « les priorités américaines seront une fois de plus chinoises ou asiatiques, moyen-orientales ou mexicaines, et bien sûr internes ». Même sans Donald Trump, l’Amérique est tournée vers d’autres horizons que celui de l’Europe en particulier. Elle défendra d’abord ses intérêts dans un monde en mutation que son changement de cap a déstabilisé. De plus, « avec Biden, il faudra se souvenir des difficiles équilibres du parti démocrate, et de la montée en puissance de Kamala Harris (la jeune vice-présidente d’un Joe Biden âgé et de santé fragile), qui prendra une place importante. C’est l’autre Amérique, et elle n’est pas européo-centrée non plus ». Enfin, écrivait-il très tôt en octobre dernier, après le premier échange Trump-Biden, « la gauche du parti, qui saura se rappeler au bon souvenir de Joe Biden, sera plus proche des choix français et européens sur la santé ou l’environnement, mais pas nécessairement sur les questions de sécurité, ni sur certaines orientations de société ». Le tout en tenant compte de l’influence de « la jeune, charismatique et talentueuse Alexandria Ocasio-Cortez (qui) a un discours clivant et n’a sans doute que peu d’affinités avec une certaine Europe ».

 

Pas d’erreur donc, « l’Amérique a changé, il nous faudra vivre avec et apprendre à mieux la connaître, plutôt que de vivre sur des schémas pré-acquis ».

 

Mais si Frédéric Charillon voyait des « opportunités à saisir » pour l’Europe avec l’évolution américaine – rapports avec la Chine, défense européenne, c’était peut-être montrer beaucoup d’optimisme. L’Union européenne n’est pas au mieux de sa forme. « Je dis depuis longtemps que les Européens rêvent debout » plaide inlassablement un Européen convaincu, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, Hubert Védrine. « Ils se sont crus dans le monde des Bisounours alors qu’ils sont dans « Jurassic park ». Ils ont du mal à s’adapter. L’idée que les Européens se font de la communauté internationale, du dépassement des conflits et des identités ne correspond pas au monde réel ». Lequel est très différent de celui où le Marché commun est né, dans un temps où les chars soviétiques menaçaient réellement l’ouest du continent – et sous le parapluie que les Américains avaient intérêt à garantir pour des raisons économiques et militaires. Pire peut-être, s’adapter suppose de savoir où l’on veut aller. Y a-t-il un quelconque consensus entre Etats membres ? Les uns rêvent du monde d’hier, le modèle français (« l’Europe puissance ») ne convient apparemment à personne, l’Europe allemande dessert les pays du sud, des tensions profondes existent entre les membres fondateurs et les arrivants de l’Est, de cultures et d’histoires différentes. La vieille démocratie britannique quitte le navire – même si l’on parvient à un accord. Rien ne va plus.

 

Or le moment est dangereux. Le futur de la puissance américaine – passage du gué qu’une Europe en désarroi est contrainte de vivre - est sans conteste l’élément déterminant de l’avenir de la planète – celui de la démocratie compris. Et ce passage ne sera pas tranquille.

 

Hélène Nouaill

 

(1) National Geographic, le 20 novembre 2020, Amy McKeever, Etats-Unis : que se passe-t-il si un président refuse de quitter ses fonctions ?

https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2020/11/etats-unis-que-se-passe-t-il-si-un-president-refuse-de-quitter-ses-fonctions

 

(2) Voir Léosthène n° 1504 du 7 Octobre 2020, Etats-Unis, une série qui peut mal finir

 

(3) Legal Information Institute, Chapter one, Presidential elections and vacancies

https://www.law.cornell.edu/uscode/text/3/19

 

(4) Le Figaro, le 13 décembre 2020, Adrien Jaulmes, La future Administration Biden déjà critiquée dans les rangs démocrates

https://www.lefigaro.fr/international/la-future-administration-biden-deja-critiquee-dans-les-rangs-democrates-20201213 

 

(5) Cairn info, Mouvements 2005/4 (n° 41), François Cusset, We need Jacques Derrida ou l’Amérique derridienne : politiques de la déconstruction

https://www.cairn.info/revue-mouvements-2005-4-page-136.htm

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche