Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 13:43

 

 On trouvera dans le présent abrégé, un résumé  des principaux problèmes et les solutions apportées aux grands risques provoqués par le  démantèlement de la zone euro lorsque celui çi sera décidé ou tout simplement sera imposé par les évènements. Les habitués du blog retrouveront beaucoup de points souvent défendus.

 

 

               1) Autour du chantier une coopération très difficile entre les Etats. 

 

               - Par ce que le diagnostic de la crise n’est pas le même pour tous. Beaucoup imaginent que la crise est simple crise de l’euro zone et peu d'observateurs découvrent un lien entre les 3 crises : euro-      Finances - déséquilibres économiques globaux issus de la mondialisation. Or si la crise est aussi celle de la  mondialisation on ne pourra faire l’économie d’un chamboulement beaucoup plus global.

               -   Parce que tous les Etats ne sont pas au même niveau de difficultés.

               - Parce que le statut de « passager clandestin » veut être maintenu le plus longtemps  possible : on va jusqu’à la rupture et le principe de précaution n’est pas de rigueur.

               - Parce qu’il existe fondamentalement, y compris chez les dirigeants,  une grande   méconnaissance de la théorie économique et au-delà, des sciences sociales en général.

                - Parce que le démontage suppose un énorme travail de préparation sur de très nombreux  dossiers  (périmètre du démontage, taux et régime  de change , conséquences sur les   institutions financières et l’euro système) qui ne peut être mené à l’abri d’une forte pression   des acteurs financiers en recherche de protection ou de gains spéculatifs gigantesques. Enormes risques de délits d’initiés et de conflits d’intérêts (cf famille du président   Anastasiades à Chypre).

 

               2) Les effets immédiats du démontage et la liste des problèmes à régler

 

               -   Les perturbations bilantaires à maitriser : fuite gigantesque vers la qualité au niveau de  

                   toutes les institutions financières (Banques, Assurances, fonds de pension, Hedge-funds).

               -  Veiller au gigantesque effet "aile de papillon" partant d'un bilan bancaire

                 petit, pour infecter un plus important et de proche en proche d'énormes bilans                                      (l'exposition des banques allemandes est respectivement de 9% des bilans    

                 sur les banques  du sud et de 19% sur celles des paradis fiscaux de la zone).

               -   Règlement du problème  de la disparition de la liquidité et des marchés interbancaires.

               - Règlement des dettes publiques considérablement déformées : certes diminuées pour  certains (nord) mais considérablement  accrues pour les pays  le plus   en difficultés (sud)).

               -   Quelle autorité sur les banques centrales et le système bancaire ?(si l'euro se              

                   perennise sous la forme d'une monnaie commune, il faudra bien que le BCE soit armée 

                  pour participer à la guerre des banques centrales participant elles mêmes à la  

                  guerre  des taux de change entre dollar, Yuan, Yen, et Livre Sterling.

               - Question du contrôle des réserves de change : euro monnaie commune, ou autres  monnaies ?

 

               3) La solution aux problèmes liés au démontage : moderniser - dans le sens d’un Etat

                   de  droit -  la vieille loi Mésopotamienne d’effacement généralisé des dettes.

 

               - La solution chypriote d’effacement des dettes n’est pas celle d’un Etat de droit :

                                            *  Les  conséquences juridiques de non respect des droits de propriété ne sont pas gérables (risque parrallèle à celui des Etats harcelés par des fonds "vautours"). 

                                             * L’anomie engendrée risque d’être  contagieuse à l’échelle de la zone euro   (principe général d’une fiscalité aux fins des seules dépenses publiques   + principe général d’équité de la répartition des charges publiques avec  contrôle de constitutionalité).

                                            * Il existe un risque géopolitique

 

                - Respect de l’Etat de droit et  principe général du respect des contrats :

 

                                            * Garantir tous les actifs en déclarant l’intangibilité de leur valeur nominale     pour tous  les acteurs touchés par les modifications de taux de change (principe d'un effet neutre sur tous les bilans malgré le démontage, et donc principe bloquant tout mouvement spéculatif, tout effet aile de papillon). 

                                             * L’outil du maintien de l’Etat de droit : les banques centrales qui monétisent  et « obéissent » aux Etats au moins durant toute la durée du démontage.   (Principe inspiré par l’Emergency Banking Act  du 9 mars 1933 décidé par le  président Roosevelt). Les Etats assurent le principe d'effet neutre sur tous les bilans de tous les agents en utilisant la création monétaire propre aux banques centrales. 

 

 

               4)  Les conséquences indirectes du démontage

 

               -     L’apparition de nouveaux coûts de couverture du change et de nouveaux taux de change milite pour la réduction de l’émiettement des entreprises de l’économie réelle : démondialisation, réindustrialisation et rééquilibrage des comptes extérieurs .

               -     L’apparition de taux de change politiques milite pour la réduction du poids des systèmes  financiers :

                                             * les activités de tenue de marché deviennent plus couteuses (cf la taxe Tobin européenne dont le coût serait estimé à 17milliards d'euros pour le seul Crédit Agricole) et plus  risquées : avenir devenu incertain (parce que politique) et non plus probabilisable (cf la célèbre distinction de Keynes) 

                                             * la disparition de la monnaie unique fait disparaitre le dogme de l’impérative  libre  circulation  des capitaux.  

                                            *   le choix possible de taux de change fixes assèche les jeux financiers qui se  nourrissent de l’instabilité. (retour à une version type Bretton -Woods et abandon des accords de la Jamaïque du 8 janvier 1976). 

 

   

                 Conclusions :

 

                                      -  Système financier balkanisé , démondialisé et de taille plus réduite.

                                      -  Début de dé financiarisation du monde

                                       Rétablissement de la souveraineté monétaire

                                       - Dette publique renationalisée.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans la zone euro
commenter cet article

commentaires

BA 05/04/2013 13:53

Vendredi 5 avril 2013 :

Les banques italiennes ont dans leurs livres 125 milliards d'euros de créances irrécouvrables, soit une hausse de 17 % sur un an.

Lisez cet article :

Italie/banques : Fitch prévoit encore plus de provisions pour crédits douteux.

L'agence de notation Fitch prévoit que la tendance à l'accroissement des provisions pour crédits douteux va continuer cette année dans le secteur bancaire italien en raison de la "faiblesse" de
l'économie, selon un communiqué publié vendredi.

La perspective décernée par Fitch au secteur bancaire italien demeure "négative", indique-t-elle, expliquant que "les banques font face à une nouvelle année difficile, dominée par l'incertitude
économique".

Le montant des prêts douteux a atteint 125 milliards d'euros fin 2012, en hausse de près de 17% sur un an, rappelle Fitch, citant des statistiques de la Banque d'Italie. Une tendance "qui a peu de
chance de ralentir tant que l'économie ne se reprend pas", souligne Fitch.

Le PIB italien devrait reculer de 1,8% cette année, selon l'agence qui prévoit toutefois "un début de reprise au deuxième semestre 2013, ce qui devrait progressivement faire ralentir le flux de
nouveaux crédits à risque".

L'agence note que nombre de banques italiennes ont amélioré leur capitalisation ces derniers temps en se défaisant d'actifs risqués et qu'il est "important" qu'elles continuent sur cette voie,
faute de quoi leurs notes pourraient se retrouver "sous pression".

http://www.romandie.com/news/n/Italiebanques_Fitch_prevoit_encore_plus_de_provisions_pour_credits_douteux66050420131301.asp

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche