Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 09:19
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:55
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:12


Depuis quelques jours il est fait état du succès de l'Espagne dont la fin du plan d'aide européen se double d'un retour de la compétitivité.


Les chiffres sont certes éloquents en termes d'échanges extérieurs puisque, selon eurostats les exportations croissent au rythme de 5% depuis janvier 2013 (contre
une baisse de 2% s'agissant de la France). Et l'avenir semble prometteur puisque selon les prévisionnistes, l'Espagne pourrait à l'horizon 2015 disposer d'un exédent courant de plus de 3 points de PIB, ce qui en ferait derrière l'Allemagne l'une des économies la plus compétitive de la zone euro.


Il est vrai que la déflation salariale est un facteur important dans la reprise des exportations. Ainsi COE- Rexecode nous apprend que l'heure de travail manufacturier n'est plus que de 22,7 euros en Espagne contre 28 en Italie et 37,1 en France. De quoi favoriser les délocalisations, notamment l'industrie automobile, qui va faire du pays l'un desgrands producteurs de voitures (11ème place mondiale  en 2013).


Précisément, l'industrie automobile est un bon exemple pour nous faire réfléchir sur les notions de compétitivité et de productivité. Partout en Europe les grands
ensembliers disposent d'outils de production comparables. C'est dire que la productivité apparente du travail (nombre d'unités produites par unité physique de travail) est à peu près la même partout. Si donc, il est avantageux de produire en Espagne c'est bien en raison du taux de salaire. Renault crée aujourd'hui 1300 emplois en Espagne, en échange d'une baisse des salaires complétée par de la flexibilité et d'une hausse du temps de travail.


 Globalement une partie de la compétitivité retrouvée provient d'une hausse de la productivité, mais cette dernière résulte elle-même des licenciements qui se
sont accumulés depuis 2008 (Les licenciements s'opérent là ou la productivité du travail est la plus faible, et donc le fait de licencier améliore globalement l'efficacité du système productif).
C'est dire que les gains de productivité de 9,8% relevés par eurostats entre 2008 et 2012 ne sont pas dus au progrés technique, mais au seul "dégraissage" qui lui ne peut- en principe - augmenter indéfiniment.


L'Espagne est donc parvenue, sauf nouvelles baisses de salaires, au point où sa compétitivité ne pourra plus s'améliorer sans "destruction créatrice" ou sans progrés technique.  

 Ce progrés devrait tout d'abord se lire dans l'investissement et surtout la qualité de ce dernier. Or en la matière les chiffrs ne sont guère encourageants. Ainsi l'OCDE nous apprend que l'Espagne est le pays qui aprés la Grèce a connu le gros effondrement de la FBCF. Sur une base 100 retenue pour 2005, elle n'est plus que de 72,7 en 2012. Les chiffres de 2013 confirment une nouvelle aggravation: 69,4 pour le premier trimestre, et 67,9 pour le second. Sans doute cet effondrement est-il dû pour l'essentiel à la quasi disparition de l'immobilier, mais nous ne disposons pas d'informations suffisammant précises sur le redéploiement des investissements par branche d'activité.

Toutefois un autre chiffre vient douter d'une potentielle relance de la productivité, il s'agit de la qualité de l'investissement mesuré par le poids des investissements d'innovation dans le total investi. Ainsi sur la période 2008-2012, ce poids n'est que de 41,5 (41,5% des investissements furent des investissements d'innovation) contre 54,2 pour l'Italie, 53,5 pour la France et 79,3 pour l'Allemange. Clairement l'Espagne ne dispose pas d'un potentiel réel de croissance de la productivité. Hypothése confirmée également  par la faiblesse de la stimulation publique qui se traduit par des investissements d'infrastructures plus faibles que dans nombre de pays de la zone euro: 1,5% du PIB, contre 2,1% dans la zone et 3,1% pour la France.

Le contexte de déflation ne serait pas à priori défavorable à l'Espagne avec un glissement de prix de seulement 0,3% contre 0,7% dans la zone euro. Pourtant cette même déflation vient aggraver la poids de la dette espagnole. En novembre 2012 avec encore une dépréciation monétaire de 3,4% le taux d'intérêt réel de la dette publique à 10 ans n'était que de : 6% (taux nominal) - 3,4% = 2,6%. Aujourd'hui en novembre 2013 avec un taux nominal d'environ 4%, Nous avons un taux réel de : 4% - 0,3% = 3, 7 %.  Avec une croissance qui reste proche de zéro, le poids de la dette devient insupportable, sauf à imaginer de nouvaux plans de rigueurs avec de nouvelles baisses de salaires....

La compétitivité retrouvée de l'Espagne n'est qu'un faux semblant et les purges qu'elle s'inflige ne peuvent améliorer sa situation.... et ce avec les externalités négatives développées sur les autres pays notamment la France.

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 11:03
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 09:00
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 07:57
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 07:11

 

On sait que dans un monde où l’échange marchand l’emporte sur l’échange de dons, La monnaie est une cellule incorporant  2 forces, celui de la finance d’une part, celui du politique d’autre part[1]. En très longue période, parce qu’immortel, la violence d’Etat l’a toujours emportée sur la puissance financière.

Toutefois, la période qui commence au début des années 70 et continue aujourd’hui, est celle d’un dérèglement qui  fera de l’œuvre des entrepreneurs de la finance une machine à paralyser les entrepreneurs politiques et les entrepreneurs économiques. La présent texte s'attache à en faire la démonstration.

 Il faut suivre le « top modèle »

 

Le dérèglement est d’abord le fruit d’un nouveau paradigme intellectuel portant tout entier sur la défiance envers les Etats. Le monétarisme des années, 50 qui ne prône pas encore l’idée d’indépendance des banques centrales, est suivi dans les années 60 et 70 de théories plus normatives, et plus ouvertement hostiles aux Etats et à son entrepreneuriat politique : Ecole des choix publics avec J. Buchanan et G. Tullock ;  nouvelle économie classique avec J. Muth, R. Lucas, T. Sargent ; économie de l’offre avec G. Gilder et A. Laffer, efficience des marché avec Eugène Fama et son aboutissement sur la formule ou plus exactement le modèle   de Black- Sholes; Etc.

Il est très difficile d’expliquer avec assurance l’origine ou la résurgence de mouvements paradigmatiques, toutefois il est clair que les théories correspondantes ont été utilisées comme arme par les lobbys économiques et financiers pour exiger la construction des autoroutes de la mondialisation. Plus encore, les entrepreneurs politiques seront progressivement invités à mettre en place le dispositif institutionnel qui se rapprochera le plus des hypothèses des modèles correspondants. Ainsi faudra-il se rapprocher en finance des hypothèses de la construction d’Eugène Fama afin qu’effectivement, selon le modèle, les marchés réels deviennent efficients.

 Le modèle devient ainsi comme dans la mode, le « top modèle » à partir de quoi il faudra se conformer et faire apparaitre une réalité qui est ici la fin des Etats nations et la mondialisation. Les nouveaux modèles sont d’abord des injonctions adressées aux entrepreneurs politiques, injonctions qui une fois acceptées permettent l’auto réalisation de la nouvelle réalité. Exactement comme dans la mode vestimentaire où il « faudra » respecter, c’est-à-dire imiter le « top modèle », et ainsi aboutir à la nouvelle norme vestimentaire. Dans cette perspective, on comprend mieux le déferlement de l’économie comportementale, en particulier la théorie des incitations[2] dans le monde universitaire : par des mesures incitatives empruntées au paradigme nouveau, les agents vont valoriser les comportements attendus par le modèle et vont ainsi « se mettre à la mode ».

Dans les années 70, les entrepreneurs politiques de la plupart des Etats-Nations vont ainsi se démettre de leurs prérogatives monétaires de toujours pour les transférer aux banques et à leur propre banque centrale. Cette fin de la « répression financière » - expression très à la mode dans les années 70- 80 pour critiquer les Etats – s’accompagne de la soumission de ces derniers puisqu’ils leur devient interdit de se financer auprès  de la banque – la banque centrale- dont ils sont le plus souvent les propriétaires. Il serait à cet égard plus correct de parler « d’auto expropriation ». Avec ce grand basculement, désormais toute création monétaire sera soumis à la production d’une dette, ce que certains ont appelé « la machine à fabriquer de la dette », et de la rente pour ceux qui vont monopoliser la dite machine. D’où l’hypothèse suivante : les entrepreneurs de la finance n’auraient-ils pas mieux réussi que les « fabricants de Chandelles » dont se moquait Fréderic Bastiat au XIXème siècle?

 Le nouveau Frédéric Bastiat ou la réussite «d’une pétition  des fabricants de finances »

 

La fin du système de Bretton-woods constitue un évènement qui va renforcer la crédibilité du nouveau paradigme. En quelques années, à partir de 1971, taux de change et taux d’intérêt vont devenir des prix de marché dont le mouvement sera mis sous la responsabilité du système financier.

Dès la fin des années 60 -marquées par les difficultés de la convertibilité du dollar en or et ses conséquences en matière de spéculation sur le marché libre de l’or de Londres- un débat universitaire apparait : Faut-il mettre fin au régime du taux de change fixe initié à Bretton-woods ?

L’idée répandue était que la fixité entrainait en matière de spéculation sur les monnaies une asymétrie : le spéculateur ne prend jamais de risque sur une monnaie puisqu’il ne peut tout au plus que ne pas gagner en cas de maintien de parité. D’où l’idée qu’un vrai prix de marché de la monnaie –taux de change libre- serait préférable en ce que la spéculation deviendrait plus risquée. Sous la pression des financiers de la City, ce dernier point de vue l’emportera dès 1973, et sera officiellement actée dans les conclusions de la conférence de la JamaÏque les 7 et 8 janvier 1976.

Passer d’une monnaie politique (taux de change fixe) à une « marchandise monnaie » (taux de change libre) revient à construire par le règlement (il a fallu un accord politique) un colossal marché qu’on appelle aujourd’hui le « FOREX » sur lequel sera greffé un non moins gigantesque « commerce des promesses ». Notons bien cet extraordinaire paradoxe où l’on voit le lobby financier, adopter la position des marchands de chandelles chère à  Fréderic Bastiat, qui exigeaient de l’Etat, un dispositif masquant le soleil afin de prolonger le marché de la lumière[3]. Ici il s’agit d’exproprier une seconde fois l’Etat – la première étant celle de sa séparation avec sa banque centrale- afin d’élargir les marchés financiers.

 Jusqu’ici les entrepreneurs classiques de l’économie bénéficiaient d’une relative sécurité des transactions et ne s’armaient contre les risques de change que de façon résiduelle : la stabilité était la norme et les risques de parité des changes étaient très limités et relativement prévisibles. En organisant – encore une fois, politiquement- l’instabilité on crée un gigantesque marché de l’achat et de la vente de protection. Ainsi les entrepreneurs de la finance n’ont pas répondu à un besoin du marché mais, à l’inverse,  ils ont créé artificiellement de nouveaux besoins- comme les marchands de chandelles de 1845 - pour les entrepreneurs économiques. Alors que la monnaie était un bien public relativement sécurisé et quasi gratuit- comme la lumière du soleil évoquée par Bastiat- elle deviendra un bien privé achetable sur le tout nouveau marché de la sécurité, marché construit avec la complicité des entrepreneurs politiques.

Maintenant si la monnaie devient une marchandise monnaie échangeable contre toutes les autres marchandises monnaie (suppression des contrôles de change et liberté de circulation du capital), alors le périmètre du marché de la sécurité pourra s’étendre à toute la planète.

La pétition des fabricants de chandelles devient planétaire

 

Il faut bien comprendre le lien entre taux de change devenu prix de marché et l’extension planétaire de la finance.

Quand on déclare à la conférence de la Jamaïque que désormais les taux de change deviennent un prix de marché, on condamne de fait- au moins à terme-  l’intervention des Etats et celle de ce qui est encore leur main souveraine à savoir les banques centrales sur le marché des changes, et ce avec toutes les conséquences qu’il faudra progressivement en tirer. Désormais il n’y a plus à intervenir au quotidien – de fait banque centrale et Etat associé, qui par exemple en France était le travail du  Fonds de Stabilisation des Changes crée en 1936 - sur les marchés pour maintenir un cours. Parce que le maintien de la parité supposait aussi de la fermeté, il y avait parfois double marché, celui des transactions courantes et celui des transactions en capital, ce qui supposait un contrôle des changes et donc un contrôle de la circulation des capitaux. Chacun se souvient de la signification de ces dispositifs : il s’agissait d’écluses protectrices des Etats nations qui sur le plan économique tentaient d’imaginer le noircissement des matrices d’échanges interindustriels.

Mais il s’agit bien dans l’esprit des lobbyistes de la City à la Jamaïque, de faire disparaitre à terme toute présence publique sur les marchés des changes, car en effet, l’Hypothèse d’efficience des marchés (théorie HEM) ne peut donner lieu à son auto réalisation que si les marchés ne sont pas manipulés. Un marché des changes libre est donc un élément déterminant dans la conquête du pouvoir par les entrepreneurs financiers.

Maintenant cette liberté n’est complète et réelle qu’à 2 conditions :

-Elle doit être  planétaire (il ne faut pas de « grumeaux » dans le liquide financier), c’est la condition spatiale, qui suppose la pleine convertibilité de toutes les monnaies et la pleine liberté de circulation des capitaux, et circulation assurant le succès des opérations de «carry trade »;

- Elle doit s’étendre sur la totalité du temps disponible c’est-à-dire 24H/24, c’est la condition temporelle de la conquête du pouvoir de la finance. Condition qui s’affirmera notamment dans le  principe de la cotation en continu lequel va se généraliser dans les années 80.

Ces deux conditions constitutives des autoroutes de la finance ,supposent évidemment un encadrement technologique de pointe, lui-même consommateur d’énormes moyens informatiques. De ce point de vue l’apparition d’INTERNET dans les années 90 devait grandement faciliter le pouvoir de domination de la finance.

Les achats/ventes de protection se matérialisent dans des produits financiers nouveaux appelés « dérivés », produits censés garantir les acteurs contre les risques de change. Il s’agit donc de produits de couverture émis par ce qui va devenir les « méga banque».

Parce qu’il y a eu expropriation des Etats au regard de leurs banques centrales, il y a désormais un prix de marché de la dette publique qui devient un « taux d’intérêt marchandise », taux exprimant lui aussi par contagion la hiérarchie de tous les taux. Ces taux, exprimant  la valeur « d’actifs marchandises » (des obligations par exemple), doivent aussi faire l’objet de garanties donc de commerce des promesses avec aussi des produits financiers dérivés. Là encore, il y a organisation politique d’un marché, et élargissement colossal de ce marché à l’ensemble de la planète. Ce que n’ont pas réussi les fabricants de chandelles de 1845 en n’ayant pas trouvé de gouvernement acceptant de masquer la lumière du soleil.

L’industrie financière devient ainsi une industrie qui ayant politiquement crée sa demande va pouvoir se livrer à de continuelles innovations d’offre, ce qu’on appelle la « créativité financière ».

Cette industrie, très exigeante en compétence a très vite édifié des barrières à l’entrée y compris sous la forme d’un oligopole dont le caractère  « coordonné » commence à éclater au grand jour sous la forme de scandales financiers planétaires ( LIBOR, FOREX, CDO empoisonnés, etc.[4]). Oligopole qui rappelle l’oligopole coordonné pétrolier du siècle dernier. Avec toutefois deux grandes différences :

- l’oligopole financier a construit simultanément une offre et une demande desquelles il extrait une rente, alors que l’oligopole pétrolier ne pouvait jouer que sur un contrôle coordonné de l’offre pour construire sa propre rente. Clairement, l’oligopole pétrolier n’a jamais signé la pétition des marchands de chandelles[5].

- Surtout l’oligopole financier en raison de l’interconnexion des bilans et de l’intérêt qu’il a à développer la dette est beaucoup plus risqué que l’activité de l’ex oligopole pétrolier.

A l’échelle planétaire existe ainsi 29 banques systémiques dont 8 américaines, 17 européennes (dont 5 françaises et 1 allemande), 3 japonaises et une chinoise. Avec bien entendu des bilans qui n’ont rien à voir avec ceux de l’oligopole pétrolier puisque totalisant l’équivalent du PIB planétaire (approximativement 50000 milliards de dollars), avec néanmoins des capitaux propres dont la faiblesse est inimaginable dans le monde de l’énergie.

A l’intérieur  cet oligopole semble être composé  de sous-oligopoles spécialisés. Ainsi, le FOREX voyait en 2012  55% de ses transactions (environs 5500miliards de dollars/jour) assuré par seulement 5 banques. Ainsi, le LIBOR d’où émerge au quotidien 155 taux d’intérêt, qui déterminent par ricochet les taux  quotidiens de 450000 milliards de dollars de titres financiers – environ 10 fois le PIB planétaire- est contrôlé et manipulé par 16 banques qui s’accordent entre elles. Ainsi, 5 banques américaines sont émettrices de 97% des CDS, tandis que selon Andrew Huszar O,2% des banques du même pays contrôlent 70% des actifs bancaires[6]. On pourrait multiplier les exemples.

Maintenant, l’efficacité financière nouvelle, en raison de sa conquête du pouvoir et de ses capacités d’innovation va, par contagion, s’imposer à de nombreuses autres activités. Tel est le cas des matières premières agricoles, des métaux précieux, de l’énergie et des métaux de base. Sans doute existait-il - à l’exception notable du pétrole dont le prix fut bloqué pendant plusieurs dizaines d’année par entente des « sept sœurs » -  depuis fort longtemps un marché à terme pour ces différents biens. Toutefois ces marchés vont prendre une extension démesurée avec la présence quasi-hégémonique d’acteurs étrangers aux activités matérielles correspondants à ces produits. Il s’agit bien sûr des spéculateurs et de quelques banques spécialisées qui, à l’instar de ce qui se passe sur le « London Metal Exchange », sont elles aussi en situation d’oligopole coordonné.

La cohorte des nouveaux  prédateurs et autres  improductifs

 

Afin de bien construire dans la réalité les hypothèses sur lesquelles s’appuient la théorie des marchés efficients, notamment celui de la non intervention publique et celui de la complète information, il va falloir accompagner la grande transformation des années 70-80 , par la mise en place ou le renforcement de régulateurs privés, fonctionnant selon le principe de l’auto organisation, et la multiplication spontanée d’organismes d’informations sur les marchés et les produits. Les classiques agences de notation, certes anciennes, vont également connaitre un développement spectaculaire de leur périmètre d’activité, avec surveillance  pour les 2 plus anciennes de près de 160 pays. Enfin les produits issus de l’ingénierie financière, parce qu’eux-mêmes issus de modèles complexes, fonctionnant dans des conditions elles- mêmes complexes, devront faire l’objet d’une attention juridique extraordinairement précise, d’où le développement fantastique des activités juridiques à l’ombre de la finance.

Autant de dispositifs sensés encadrer, outre les méga banques devenues oligopole coordonné planétaire, les très nombreuses « entreprises » dont le métier relève de la seule spéculation sur les fluctuations de prix, ce que certains appellent plus justement des "paris". Assurant une « production de valeur » à partir de consommations intermédiaires achetées au dispositif précité, elles font parfois « la richesse » et l’emploi de certaines régions : City de Londres, Genève  (400 sociétés de trading "produisant" 9% du PIB de la ville), Singapore, etc. Ces très nombreuses « entreprises», souvent prisées pour la liquidité qu’elles apportent (quand tout va bien) aux divers marchés, bénéficient parfois de ce que ne peuvent rêver les joueurs des casinos : le très lucratif délit d’initié, mal combattu par les régulateurs toujours en retard sur la dernière innovation financière[7].

 Toutes ces activités fortement consommatrices de ressources rares notamment en termes de capital humain de très haut niveau[8], sont également prédatrices de valeur ajoutée, car tels les ouvriers de Keynes payés pour creuser des trous bouchés par d’autres ouvriers, il n’y a pas de création de valeur mais simplement captation. Il n’y avait pas à créer un marché de la dette publique dont les Etats n’avaient nul besoin avec une banque centrale qu’ils maitrisaient, et il n’y avait pas à créer des marchés de dérivés pour assurer des transactions privées jusqu’ici relativement sécurisés avec des taux politiquement déterminés.

 En termes directs, cette captation se fait au détriment des entrepreneurs politiques qui devront envisager de nouveaux produits politiques pour assurer leur propre reproduction au pouvoir : transfert des charges financières sur la fiscalité, mais cadeaux fiscaux aux épargnants, afin de bien assurer une bonne commercialisation de la dette publique et des taux avantageux, etc. Mais finalement, au-delà du brouillard des mesures fiscales qui peut maintenir le mythe d’un intérêt général, c’est bien à des degrés divers l’ensemble des citoyens qui paieront la rente financière. Et quand nous disons degrés divers, il faut quand même préciser que certains groupes sociaux seront lourdement pénalisés (les non épargnants), tandis que d’autres groupes seront ouvertement bénéficiaires (les gros épargnants qui vont au-delà d’une rémunération attractive d’une épargne sans risque vont être fiscalement avantagés… participant ainsi à l’approfondissement d’une dette publique sur laquelle ils se rémunèrent).

Mais cette captation se fait aussi au détriment de l’économie réelle qui ne bénéficie nullement des innovations de l’industrie financière : il n’y avait pas (ou peu) à acheter de  sécurité transactionnelle, les prix de la monnaie étant d’ordinaire stables. Lorsque les Etats et leurs entrepreneurs politiques étaient maitre chez –eux, la souveraineté monétaire pouvait générer à prix proches de zéro les investissements de l’économie réelle. Désormais les taux seront positifs et vaudront captation de valeur ajoutée sur l’économie réelle.

Cette double captation est aujourd’hui devenue plus scandaleuse car la crise et sa gestion est venue apporter lui apporter une visibilité que nul ne peut contester. Au-delà des énormes plans d’aide publique au système financier, les gigantesques Quantitative Easing, des banques centrales- un QE qui  atteint  la BCE sous une forme plus discrète- commencent à poser de légitimes questions à certains entrepreneurs politiques et économiques.

 Pourquoi tant de cadeaux aux banques et rien pour les Etats et les entreprises ? Et surtout, pourquoi les cadeaux aux banques produisent-ils un résultat si modeste ?

A titre de simple exemple, si les QE américains (4000 milliards de dollars, soit 25% du PIB US) avaient été orientés vers l’Etat Fédéral, voire les entreprises de l’économie réelle, de gigantesques investissements publics et privés auraient pu être programmés avec les résultats classiques du multiplicateur keynésien. La réalité fût autre : en déversant le QE vers les bilans bancaires, rien ne s’est produit en terme d’activité réelle et les estimations s’accordent à reconnaitre qu’un dollar imprimé par la FED au titre du QE n’a engendré  qu’un centime d’activité économique[9]. Le reste est devenu activité spéculative, maintenant simplement, ou gonflant des titres devenus illiquides.

Les entrepreneurs de la finance ont réussi au-delà de ce que pouvaient  espérer les fabricants de chandelles avec leur pétition de 1845 aux entrepreneurs politiques de l’époque. Ils ont en effet réussi à produire une grande nuit intellectuelle et la plupart des acteurs du nouveau jeu, qu’ils soient entrepreneurs économiques ou politiques, qu’ils soient simples salariés, chômeurs, retraités, épargnants, journalistes, etc. ont maintenant peur des marchés financiers et de leurs réactions aussi imprévisibles que la météo.

Et il n’y a pas à espérer que l’usage de la raison puisse transformer l’obscurité en lumière, car la réalité est difficile à transformer. Ainsi l’épargne des ménages, parfois très importante comme en France ou en Allemagne, transforme ces derniers en « boucliers humains »[10]protégeant le pouvoir des entrepreneurs de la finance, et exposant des entrepreneurs politiques qui se paralysent. Ainsi les résultats des entreprises économiques réelles sont souvent un mix de valeur ajoutée réelle et de valeur financière, mix qu’il est souvent difficile de partager. En sorte que nombre d’entrepreneurs économiques préfèrent défendre le modèle financier et ce même contre leur propre intérêt.

A l’inverse des fabricants de chandelles, les entrepreneurs de la finance ont gagné et les autres acteurs du monde, victimes d’une véritable fascination, sont simplement spectateurs de leur grande paralysie.

Le libéralisme financier, mis en place à la fin du siècle dernier, est une  innovation majeure dans l’utilisation de la contrainte publique à des fins privées. Si Bastiat était encore vivant, il y verrait une insupportable atteinte à la liberté et à la propriété.

 

 

 

 



[1] Cf Jean Claude Werrebrouck : « Regard sur les banques centrales : essence, naissance, métamorphose et avenir » in Economie Appliquée, tome LXVI, 2013, n°3,p.151-177.

[2]Introduite dans les années 60 par Leonid Hurwicz, cette théorie s’est très largement développée par la suite, avec en France des auteurs comme Jean Jacques Laffont et Jean Tirole fondateurs de l’école d’Economie de Toulouse. Elle devait donner lieu  à une distinction reconnue celle du prix Nobel 2007 décerné à Leonid Hurwicz, Eric Maskin et Roger Myerson.

[3] Cf la lettre aux députés de 1945 que l’on trouve dans les « Sophismes économiques » de Fréderic Bastiat

[4] Certains membres de l’oligopole connaissent désormais un début de sanction. Tel est le cas de JP Morgan qui après avoir payé une amende d’un milliard de dollar pour l’affaire dite de la « baleine de Londres », s’apprête à payer 4,5 milliards de dollars à ses clients lésés par les subprimes. D'autres affaires sont en cours pour cette même banque affaires pour lesquelles 23 millards de dollars ont été provisionné....soit 40% du budget français de la défense. Bank of America a de son côté versé 8,5 milliards de dollars à ses propres clients. Les affaires du LIBOR et du FOREX ne font que commencer. La question du hasard moral n’est,  elle, toujours pas réglé comme en témoigne les débats dans les parlements nationaux avec s’agissant de la France l’épineuse question de l’article 60 de la loi de finances pour 2014.

[5] Il s’est seulement contenté d’une coordination, certes très précise- Accords de la ligne rouge, accords d’Achnacarry, etc. - mais n’a jamais exigé des Etats la construction publique du marché pétrolier, par exemple en exigeant la fin des énergies  alternatives. Par contre il est vrai que les pétroliers ont souvent crée une communauté d’intérêts avec les Etats.

[6] Wall Street Journal du 11 novembre 2013. L’auteur est ancien fonctionnaire de la FED chargé du Quantitative Easing .

[7] Délit d’initié qui parfois peut atteindre les instances dirigeantes des banques centrales dont le secret des délibérations est parfois mal gardé. C’est l’hypothése émise à propos des dernières décisions de la FED qui paraissent avoir été trop bien anticipées par certains acteurs du Trading à haute fréquence. les délits d'initiés s'accompagnent souvent de conflits d'intérêts, comme en témoigne par exemple le cas de  Tim Geithner, qui aprés avoir validé les fonctions de Secrétaire au Trésor américian, devient responsable d'un fonds d'investissement dont la régulation a été optimisée par la loi Dodd- Frank elle-même portant la trace des activités du Secrétaire au Trésor.

[8] Il faut ici penser à la mobilisation du capital humain produit par les très grandes écoles d’ingénieurs, capital qui s’est tourné vers la finance, délaissant ainsi l’industrie. De quoi penser que l’allocation des ressources rares est probablement très loin d’être optimale.

[9] Point de vue d’Andreuw Huszar dans l’article précité.

[10]Expression  empruntée à Emmanuel Todd.

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Finance et Etats
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 07:44
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 23:00

                          

Dans « Mondialisation : l’aventure étatique est loin de s’achever » nous avons évoqué les trois grandes  formes de décomposition/recomposition des Etats. Dans ce cadre, nous avons traité de façon simplement allusive, ce que nous appelions les « structures conglomérales pré modernes ».

Le présent texte propose de donner davantage de contenu à ce type de structures.

Le fait fondamental est qu’elles n’ont pas connu l’étape de l’Etat-Nation, étape directement issue de la spécificité de l’histoire européenne. Clairement elles n’ont pas connu l’accouchement du système « westphalien » et ne l’ont rencontré que sous l’angle d’une copie (reproduction) ou d’une imposition : empire des Tsars devenant URSS, empire Ottoman découpé par les puissances occidentales, Etats africains multi- ethniques et/ou multi -confessionnels, etc.

Décodé ou extirpé de son enveloppe idéologique, le système westphalien correspondait à un équilibre des forces entre  entrepreneurs politiques prédateurs en concurrence au sein d’un espace. Il s’agissait de créer des monopoles incontestables garantis par l’idée d’un équilibre des puissances, l’inviolabilité de la souveraineté (c’est-à-dire un principe qui consacre un monopole de prédation au profit d’entrepreneurs politiques d’un espace délimité par des frontières elles- mêmes inviolables),  et bien-sûr ce droit complémentaire qui est celui de la non- ingérence.

Ce modèle officiellement né avec les traités de Westphalie (1648) allait renforcer et légitimer  une dynamique déjà en cours : naissance d’un droit international, renforcement de l’idéologie d’un intérêt général par imposition de mesures d’homogénéisation des populations, désormais solidement campées et identifiées à l’intérieur de frontières par les entrepreneurs politiques locaux. A partir du système westphalien pourra se renforcer,  ce que les juristes appellent,  la construction de l’Etat moderne : religion d’Etat, imposition d’une langue, invention d’un mythe national, imposition d’un système de mesures, d’une monnaie, d’une armée de métier, etc. Bref tout ce que les économistes fonctionnalistes appellent improprement la « construction des biens publics ».  ( Alesina A, E. Spolaore (« The size of Nations »,Cambridge,The MIT Press, 2003), JM Siröen (“Globalisation et Gouvernance; une approche par les biens publics », dans  « Crise de de l’Etat, Revanche des Sociétés ». Montréal, Athéna Editions, 2006), etc.).

 Mieux, parce que désormais sédentarisés et protégés par des frontières, les entrepreneurs politiques pourront progressivement devenir de bons gestionnaires de leur monopole, ce qu’on appelle par exemple « le mercantilisme des monarchies européennes ». Mercantilisme devenant une confirmation empirique de ce qui est pourtant l’erreur du fonctionnalisme économiciste : les entrepreneurs politiques, animés par des intérêts privés : recherche de pouvoirs réels ou symboliques, de rentes, etc. ne sont pas les guides intelligents et altruistes, voire des « héros » conduisant à un intérêt général.

Bien évidemment la stabilité est toute relative. La souveraineté est une garantie qui connait hélas une contrepartie, à savoir l’impossibilité de gérer par le droit les externalités qu’elle peut engendrer. Alors que dans un Etat, un Code Civil peut sanctionner les externalités produites par les citoyens, dans l’ordre de la souveraineté rien ne peut gérer ce type de circonstances : l’ordre westphalien ne peut mettre fin à des guerres qui seront de plus en plus des guerres entre Etats- Nations. C’est dire que l’aventure étatique n’est pas gelée dans ce système et qu’à l’inverse, les Etats pourront se déplacer, se réduire, s’agrandir, se multiplier, se diviser, etc. (300 Etats européens en 1789 et seulement 25 en 1914 ; A l’échelle planétaire 53 Etats en 1914, mais 197 en 2012).

La première mondialisation sera aussi un vecteur d’exportation du modèle wespthalien. Une exportation qui sera  une adaptation plus ou moins violente : des entrepreneurs politiques extérieurs au système vont se l’approprier. Surtout, la colonisation, puis la décolonisation vont l’imposer partout dans le monde au 19ième siècle et plus encore au vingtième.

Toutefois, cette exportation souvent tardive, ne correspondra pas à une  greffe de qualité. La raison en est que l’homogénéisation est un processus de très longue durée et qu’à ce titre, il est difficile voire impossible de connaitre des raccourcis, ou très difficile voire impossible de s’aventurer dans des schémas qui correspondent aussi à des milieux culturels différents. Il sera par exemple très difficile de faire cohabiter  - parce que fusion  historiquement impossible – nationalité et citoyenneté (Empire autrichien), très difficile d’englober des peuples visiblement différents (Russie), très difficile de faire naitre des frontières westphaliennes là où elles n’ont aucune légitimité (Empire Ottoman, Afrique), etc.

 Parce que ces structures n’avaient pas la qualité d’Etats-Nations, elles se révèlent beaucoup plus fragiles que les vieux Etats-Nations westphaliens au moment où  l’inondation économique va s’annoncer. Les entrepreneurs politiques locaux, n’ont pas eu le temps de passer par la phase mercantiliste, qui devait générer les biens publics assurant la cohésion de l’ensemble. Et il est vrai que ces derniers étaient sans doute plus difficiles à construire, car réducteurs d’hétérogénéité donc de résistance voire de violence sociale, ce qu’ Alesina et Spolaore appellent les « coûts d’hétérogénéité » ( « Economic Intégration and Political Disintégration », 2000, American Economic Review, vol,90,p.1276-96).  Si maintenant les entrepreneurs politiques de ces structures sont invités par effet de mimétisme à reproduire formellement les schémas démocratiques, la tendance à la dislocation s’accroit. Une tendance qui par effet de boucle aggrave les coûts d’hétérogénéité et renforce la fragmentation. JM Siroën (« L’Etat-Nation survivra-t-il à la mondialisation » dans « La Question Politique en Economie Internationale », Paris, La Découverte, 2006) souligne ainsi que les coûts d’hétérogénéité sont plus lourds pour la Bosnie qu’ils ne l’étaient pour la Yougoslavie et probablement pour l’Autriche. De la même façon les Lettons n’étaient qu’un élément d’hétérogénéité marginale pour l’URSS, alors que la minorité russe de Lettonie devient un élément important pour cette dernière entité. Que serait aussi le coût de cette « sous- nationalité » (territoire de Bruxelles) dans une Belgique démantelée ? On pourrait étendre le raisonnement au Moyen Orient et à une partie de l’Afrique.

Il est ainsi probable que le souffle de la mondialisation sur des structures en voie de fragmentation développe d’énormes difficultés.

Ces structures sont nombreuses. « Foreign Policy » en dénombre 20, identifiées sur la base de 12 critères, constituant des indices de décomposition. Cela signifierait aujourd’hui, que 10% des acteurs étatiques sont des « failed States » dont la majorité se trouve sur le continent africain. Parce que structures en décomposition, ne pouvant pas atteindre ou reconstruire la phase mercantiliste de l’aventure étatique, celle des biens publics, les entrepreneurs politiques locaux sont dans l’incapacité d’accéder à une quelconque légitimité, d’où des guerres internes. La fin du modèle Etat-nation correspond ainsi à un déplacement des théâtres guerriers : relative disparition des guerres entre démocraties du système westphalien, donc guerres entre nations, et énorme développement des guerres intra-étatiques. Ainsi, selon la revue de l’Ifri (« Politique étrangère »), sur 164 guerres intervenues depuis 1945, 126 relèvent de cette dernière catégorie.

La mondialisation, avec la fin des Etats-nations classiques et la multiplication d’acteurs politiques indépendants, renforce la décomposition : il est difficile de faire émerger une politique de « State-building » c’est-à-dire une force collective de recomposition des « failed States », et dans le même temps, l’entrepreneuriat politique de ces derniers Etats, peut trouver avantage dans la prédation directe sur la mondialisation elle-même. Il s’agit là du retour aux structures archaïques des Etats avec la réapparition du « roving bandit » (le bandit vagabond que l’on oppose au bandit stationnaire à l’origine de structures étatiques plus stables) bien analysé par Olson ( Power end Prosperity, Basic Books, 2000) que l’on voit renaitre en Somalie, dans le ventre de l’Afrique, voire plus récemment à Madagascar (Hervé Juvin).

Dans la vision économique traditionnelle, Internet, finance dérégulée et container normalisé, peuvent plus ou moins apparaitre  comme biens publics désormais mondiaux. Dans le langage de ce blog ils sont désignés par l’expression « Autoroutes de la mondialisation » autoroutes issues d’une interaction sociale complexe ayant débouché sur leur construction. Ces infrastructures lourdes sont bien sûr « vampirisables » par des acteurs privés (manipulation du LIBOR, de l’EURIBOR, du FOREX, etc. ). Elles le sont bien sûr aussi par de vieux Etats-Nations ou leurs représentants (privilège du dollar comme monnaie mondiale, privilège de la City de Londres, paradis fiscaux, etc.).  De plus en plus, elles le sont aussi par les entrepreneurs politiques issus de vieux Etats non parvenus jusqu’ici, au stade de l’Etat de droit, ou plus récemment par ceux des « Failed States ». A chaque fois il s’agit d’une prédation de plus en plus directement lisible dans la réalité sociale.

Les prélèvements fiscaux de l’Etat de droit sont bien un non- respect de la propriété, mais celui-ci est compensé par une redistribution entre les acteurs, d’où l’idée que l’idéologie de l’intérêt général peut encore être plus ou moins crédible dans un système où la démocratie peut finalement permettre une inter-action sociale plus ou moins équitable : tout le monde peut voler tout le monde par un jeu complexe de prélèvements, de subventions, de services publics, de textes clientélistes, etc. Le passage insensible au " vote privatif" cher à Luc Rouban ("Du vote de classe au vote privatif", Cevipof, octobre 2013) viendrait plutôt confirmer ce point de vue.

Si La mondialisation fait davantage apparaitre la réalité par la gigantesque manipulation prédatrice des autoroutes de la finance ( scandale du LIBOR par exemple), elle peut encore trouver un minimum de crédibilité, et les régulateurs peuvent théoriquement sanctionner les manquements à ce qui peut encore apparaitre comme des règles du jeu social.

Les choses s’aggravent pourtant si la mondialisation génère des espaces de plus en plus larges peuplés de « Failed States » eux- mêmes à cheval sur les autoroutes de la mondialisation. Ici la prédation apparait directement visible, sous la forme d’entrepreneurs politiques qui nous ramènent à des époques pré mercantilistes, celles que Marx taxaient de périodes « d’accumulation primitive du capital ».

 L’expérience de la grande crise depuis 2007 nous révèle, que ce qui reste encore la communauté des Etats- Nations, se trouve dans une grande incapacité à instituer de l’ordre dans la partie financière des autoroutes de la mondialisation. Dès lors, comment imaginer une politique internationale sérieuse de construction ou reconstruction des « Failed States » ? La décomposition est ainsi appelée à s’étendre. Cruel retour au moment Hobbésien.

 

 

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 07:55
Repost 0
Published by JC Werrebrouck
commenter cet article

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche