Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 15:16

                                                 

On peut bavarder à l’infini sur la situation du monde d’aujourd’hui. On peut s’inquiéter de ce qu’il est en train de devenir avec la montée des totalitarismes. Pour autant on ne fait le plus souvent que décrire des situations sans généralement apporter un principe explicatif. Depuis longtemps nous cherchons sur ce blog à s’éloigner des subjectivités et tentons des analyses qui se veulent plus rigoureuses. Dépassant le strict cadre de l’économicité traditionnelle nous tentons de présenter les réalités humaines à partir d’une axiomatique simple : la réalité macrosociale est faite d’un ensemble d’acteurs qui inter réagissent selon la règle de l’intérêt. A ce titre elle produit et  reproduit inconsciemment un ordre en perpétuel mouvement. Historiquement cette interaction répétée sur des dizaines de milliers d’années devait aboutir au monde de Fukuyama. Dans ce monde, La règle de l’intérêt s’y déploie dans un marché généralisé devenu la grande piscine des acteurs et des interactions qui s’y nouent. Dans un texte intitulé « Le monde tel qu’il est » texte publié sur le blog le 4 juillet 2011, nous avons tenté d’exposer la réalité intime de son fonctionnement et de ces possibles évolutions. Nous reproduisons çi dessous ce texte et laissons au lecteur le soin de regarder l’actualité planétaire d’aujourd’hui à partir du cadre proposé. Il pourra en conclure que la grande piscine du marché généralisé peut voir son niveau baisser dangereusement. Bonne lecture.

Le monde du marché généralisé et de la démocratie représentative tel qu’imaginé par Fukuyama comprend 3 catégories d’acteurs : le groupe des entrepreneurs politiques, celui des entrepreneurs économiques, et celui des citoyens/ salariés/ consommateurs/ épargnants (le « CSCE »).

Les producteurs d’un universel

Le premier groupe est constitué d’acteurs en concurrence  pour l’accès à ce monopole qu’est l’Etat. Animés par un intérêt privé : le goût du pouvoir, ils professionnalisent une fonction et transforment en métier, l’édiction de l’universel de la société, à savoir la production du cadre institutionnel et juridique général. A ce titre, il y a travail classique d’utilisation de la puissance publique à des fins privées. L’objectif privé est la conquête ou la reconduction au pouvoir, utilité pour laquelle il faut supporter et reporter un ensemble de coûts : programmes se transformant en textes, se transformant eux-mêmes en impôts/dépenses publiques ou se transformant en redistribution des niveaux de satisfaction des divers agents relevant du monopole étatique. La démocratie ne change pas fondamentalement les données du problème puisque la puissance publique ne peut-être que ce qu’elle a toujours été : un monopole. Il y a simplement concurrence à partir d’un appel d’offres : quels entrepreneurs auront la charge de la promulgation des textes qui s’imposent à tous et sont donc bien œuvre d’une entreprise monopolistique à savoir l’Etat ? Un probable  moyen de limiter l’utilisation de la puissance publique à des fins privés serait l’interdiction de la professionnalisation de la fonction politique. Un interdit passant par un texte, on voit mal pourquoi les entrepreneurs politiques adopteraient une stratégie allant contre leur intérêt de reconduction, sans limite,  au pouvoir. En démocratie représentative la  professionnalisation  de la fonction politique est ainsi devenue un fait largement répandu. Avec une nouveauté, qu’il convient de souligner par rapport à la forme antérieure de l’aventure étatique : les entrepreneurs politiques de l’âge démocratique cessent de masquer l’accaparement de la puissance publique à des fins privées par la figure du divin, ou celle du héros souvent tyrannique, et ne sont plus que de simples et paisibles  gestionnaires d’une entreprise profane appelée Etat. D’où le glissement du « politique » en « bonne gouvernance » et l’idée associée selon laquelle il n’y aurait plus besoin d’un Etat pesant  surplombant tous les acteurs.

Les biens ainsi produits par l’entreprise Etat, les « règles du jeu social », parce qu’universelles par nature, peuvent ainsi apparaitre comme porteuses d’un intérêt général. Et la confusion est vite établie : les entrepreneurs politiques auraient ainsi la lourde mission de produire de l’intérêt général, alors qu’ils doivent surtout veiller à un programme de conquête du pouvoir, ou de reconduction au pouvoir. De fait,  les textes sont toujours des compromis entre acteurs ou groupes d’acteurs aux intérêts divergents, le pouvoir étant donné à ceux pour qui ces compromis concernent positivement, réellement ou imaginairement,  une majorité d’électeurs. Nul intérêt général, impossible à définir, ne peut être lu dans un texte, qui par nature, fixant le champ des possibles, est nécessairement fait de contraintes que beaucoup voudraient enjamber et dépasser.

Les producteurs de biens économiques

Le second groupe est constitué d’acteurs en compétition entre eux sur le marché des biens économiques. Les entrepreneurs économiques ont plus de difficulté que les entrepreneurs politiques à s’exprimer avec conviction sur l’idée d’un intérêt général dont ils seraient les producteurs. C’est que les biens économiques ne surplombent pas la société comme le fait son « système juridique ». La baguette de pain du boulanger ne surplombe pas les acteurs comme le fait le code civil. Pour autant ils disposent d’un outil théologique exprimant la fiction d’un intérêt général : la théorie économique. Cette dernière, prétend enseigner que mus par des intérêts particuliers, les entrepreneurs économiques fabriqueraient un intérêt général : la fameuse main invisible de Smith. Certains en déduisent d’ailleurs que le paradigme de l’économie, s’il était suffisamment répandu, permettrait  de se passer de cet universel qu’est l’Etat. Le monde pouvant ainsi passer de son âge politique à son âge économique. Et avec lui le passage de l’Etat- nation à la mondialisation… L’Universel ultime - celui de la fin de l’histoire, une histoire qui fût si difficile pour le genre humain - étant l’économie comme instance bienfaitrice, et réconciliatrice de toute l’humanité.

La compétition sur le marché des biens économiques passe aussi par des interventions sur le monopoleur qui fixe les règles du jeu : il faut « capturer »  la règlementation et se faire aider par les entrepreneurs politiques et leurs collaborateurs d’une «  haute fonction publique » pour gagner des parts de marché, être protégés contre des agresseurs économiques, voire pour créer de nouveaux marchés.  Le politique  devenant l’art de continuer le jeu de l’économie par d’autres moyens. A charge du politique de bien vendre la règlementation sur le marché politique où il rencontre, en démocratie,  régulièrement les électeurs. Ce qu’il faut simplement constater à ce niveau c’est que d’autres intérêts privés, ceux des entrepreneurs économiques utilisent à l’instar des entrepreneurs politiques les outils de la puissance publique aux fins de satisfaire leurs intérêts.

Les citoyens/salariés/consommateurs/épargnants

Le troisième groupe est peut être davantage hétérogène. Il s’agit de tous les acheteurs de biens politiques d’une part, et de biens économiques d’autre part. Porteurs de statuts multiples et pour l’essentiel : citoyens, salariés, consommateurs, épargnants, (on les appellera dorénavant les « CSCE »), ils peuvent être en compétition entre eux (groupes d’intérêts), voire connaitre des conflits de statuts, lesquels ne sont pas toujours réductibles à un ensemble de cercles concentriques. La même personne étant souvent appelée à valider/supporter des rôles différents, Il peut exister  des temps historiques où les CSCE connaissent une grande dissociation : l’intérêt du salarié est dissocié de celui du consommateur ;  l’intérêt du citoyen est dissocié de celui de l’épargnant ; etc. Mais il peut être des temps historiques où plusieurs de ces intérêts, voire tous vont dans le même sens.

La conjonction présente du marché et de la démocratie représentative fait des CSCE un groupe apparemment aussi important que les deux premiers. Parce que clients sur le double marché politique et économique, les entrepreneurs qui leur font face  doivent en principe les satisfaire. La réalité est toutefois infiniment plus complexe : les CSCE peuvent comme les entrepreneurs politiques « capter » la réglementation en achetant avec leurs voix des dispositifs avantageux comme salariés ou consommateurs, ce qu’on appelle le « social- clientélisme ». En ce sens ils sont comme les autres acteurs (entrepreneurs politiques et économiques) attirés par l’utilisation de l’universel afin de satisfaire leurs intérêts privés. L’universel, donc le monopoleur ou l’Etat, est ainsi un champ de bataille important entre les 3 groupes d’acteurs. Dans un monde dit postmoderne, faisant valoir ou masquant des intérêts privés, ils cessent d’entrer en conflit sur la base d’idéologies pour ne s’engager que sur des arguments issus de la raison. D’où la très forte  odeur de  théorie économique dans les discours et débats qui animent le monde. Chacun réduisant l’analyse de l’interaction sociale à une physique sociale, les simples corrélations entre faits - inflation, croissance, chômage, échanges extérieurs, salaires , productivité, etc. - devenant d’indiscutables causalités sur les tables de négociations. Avec de possibles moments « TINA » (« There Is No Alternative »). En sorte que si, jadis, le marxisme pouvait selon Jean Paul Sartre  être « l’horizon indépassable de notre temps » la théorie économique semble pouvoir aujourd’hui lui être substituée.

Mais le jeu social se complexifie aussi en raison des processus de dissociation entre les 4 statuts évoqués. Et dissociation qui fera le miel des entrepreneurs politiques et économiques. Avec la possibilité de passer d’une relation marchande toujours  éphémère, à celle d’une collaboration plus poussée, ce qui se traduira par une forme dégradée de démocratie : l’oligarchie. Toutes choses qui méritent davantage d’explications.

Mouvement des intérêts et bouleversement des compromis

L’articulation des trois groupes précédemment définis est nécessairement instable en raison du caractère toujours éphémère des compromis passés. Et instabilité aussi déterminée par le manque d’homogénéité des intérêts à l’intérieur de chacun d’eux. Le groupe des entrepreneurs économiques est probablement le plus éclaté en raison de cette guerre de tous contre tous qu’est la concurrence économique. Par nature, il est plus ouvert, car  les marchés se sentent parfois à l’étroit à l’intérieur d’une structure qui s’est souvent constitué comme Etat- nation hérissée de frontières. Les entrepreneurs économiques sont ainsi amenés à discuter de ces barrières à l’entrée/ sortie que sont  les frontières. Certains voulant être protégés, d’autres souhaitant le grand large. Les négociations qui s’ensuivent avec les entrepreneurs politiques ne peuvent laisser de côté la question monétaire que ces derniers ont historiquement toujours disputée aux entrepreneurs économiques. Si le sous groupe des entrepreneurs économiques souhaitant l’ouverture et la fin de l’Etat- nation l’emporte, il affronte durement les entrepreneurs politiques et leurs collaborateurs de la « haute fonction publique », et exige une modification globale des règles du jeu : diminution des droits de douane, adoption des standards internationaux en tous domaines, libre convertibilité monétaire et libre circulation du capital, abandon des pouvoirs monétaires détenus par l’Etat, etc. Autant d’exigences qui ne peuvent être satisfaites si les entrepreneurs politiques en paient le prix sur les marchés politiques : la non reconduction au pouvoir… Sauf s’il y a bien dissociation des intérêts chez les CSCE d’une part, et passage aisé du statut d’entrepreneur politique à celui d’entrepreneur économique d’autre part.

La forme démocratique de l’Etat, charrie encore les vestiges de la forme antérieure où la figure du divin ou du héros, est devenue  « patrie » encore suffisamment sacralisée, pour engluer le citoyen dans une infinité de devoirs, dont parfois celle du sacrifice suprême. Le passage du politique à la simple « bonne gouvernance » fera transmuter  le citoyen supportant des devoirs au profit de l’individu cherchant à « capturer » la règlementation à son avantage. Il copie ainsi les entrepreneurs économiques même si le « capital social » dont il dispose en fait un lobbyiste moins performant.

Parce que moins citoyen, la réalité lui apparait plus émiettée. Et parce que moins citoyen d’un « bloc Etat- nation » dont il  conteste la légitimité, il ne se représente plus le système économique comme le ferait un keynésien, c'est-à-dire un circuit. Même dépourvu de culture économique, pour lui l’économie est moins un circuit qu’un ensemble de marchés. Changer de statut et passer du citoyen à l’individu c’est aussi changer la vision que l’on a sur le monde. Le citoyen devenu individu, peut lui aussi vouloir l’ouverture sur le monde, il apprécie les marchandises étrangères moins couteuses, une épargne assortie d’un taux de l’intérêt positif, etc. Et s’il existe une contradiction entre l’intérêt du salarié et celle du consommateur, il peut capter une réglementation compensatrice de celle qui sera accordée aux entrepreneurs économiques mondialistes. Dans un monde qui génère des gains de productivité tout en restant fermé dans l’Etat- nation, la dissociation entre le statut de salarié et celle de consommateur n’est guère envisageable durablement. Historiquement la crise de 1929 est celle d’une dissociation que les entrepreneurs politiques ont dû réparer en édifiant la sociale démocratie. Il est probable que le citoyen devenu individu ait une grande conscience de la dissociation majeure qui existe entre le statut de salarié et celle de consommateur. Peut-être fait-il aussi un lien entre l’emploi qu’il trouve trop rare et une finance gigantesque qui élargit l’éventail des rémunérations et développe l’approfondissement des situations rentières. Mais ces prises de conscience ne l’inviteront pas à acheter aux entrepreneurs politiques un dispositif réglementaire rétablissant davantage de cohérence. Et ce d’autant qu’il est lui-même bénéficiaire d’une rente – le social- clientélisme – qui se nourrit encore de la rente : déficit public, CADES, ACCOSS, etc. Les entrepreneurs politiques et leurs collaborateurs de la haute fonction publique  restent des personnages fondamentaux malgré la contestation des autres groupes qui eux-mêmes sont en conflit entre eux. « L’universel » se trouve sans doute de plus en plus décentré et souffre de déficit de cohérence, ce que certains appelleront la crise de l’Etat, il reste pour autant le lieu d’affrontement qu’il a toujours été et le demeurera. L’ Etat est ses entrepreneurs sont toujours présents et ce même si dans le monde des apparences leur retrait semble constaté. Ainsi parce que le citoyen est progressivement devenu individu dissocié, les entrepreneurs politiques ne paient pas nécessairement le prix électoral des nouvelles réglementations achetées par les entrepreneurs économiques.

Bouleversement des compromis et émergence d’une forme oligarchique d’Etat

Mais un autre argument peut intervenir : la grande porosité qui va se créer entre les 2 groupes d’entrepreneurs, et grande porosité qui va dégrader la démocratie au profit de l’oligarchie. Si la capture de la réglementation, par exemple celle qui autorisera la mondialisation, se fait souvent par le harcèlement du régulé sur le régulateur, par exemple celui des 15000 lobbyistes de Bruxelles sur les instances de décision correspondantes, elle peut aussi s’opérer de façon plus radicale : la fusion du régulateur et du régulé. Ici le producteur/détenteur de l’universel, c'est-à-dire l’entrepreneur politique, « part avec la caisse » et devient entrepreneur économique. La France constitue un modèle de cette fusion. Mais le même résultat peut être obtenu en parcourant le chemin inverse : le régulé devient le régulateur et  ainsi « ouvre la caisse » au profit de toute une profession. Les USA constituent un modèle de ce second type de fusion. C’est bien évidemment dans ce qui à toujours constitué le point d’intersection entre intérêts politiques et intérêts économiques que ces fusions sont les plus emblématiques et les plus fondamentales : le système monétaire et financier. Ainsi  grandes banques et banque centrale sont en France dirigées par de hauts fonctionnaires. Ainsi aux USA, le Trésor lui-même et la banque centrale sont généralement dirigés par un banquier.

Porosité par harcèlement, ou mieux par fusion, permet aux deux groupes d’entrepreneurs de se dégager partiellement et progressivement des contraintes de l’âge démocratique de l’aventure étatique. C’est que le coût politique de la capture de la réglementation, déjà diminué en raison de la dissociation du groupe des CSCE, diminue encore si les entrepreneurs politiques peuvent connaitre un prolongement de carrière dans l’aventure économique. D’où la naissance d’un groupe social en apesanteur, groupe aidé dans ce nouveau statut par le développement du mondialisme. Avec en conséquence le passage du stade démocratique vers un stade plus proche de l’oligarchie. Ce que certains appellent émergence d’une  « surclasse ».

Bien évidemment le fonctionnement des marchés politiques s’en trouve transformé. Souvent duopoles avec barrières à l’entrée très élevées, la quête de l’électeur médian avait déjà rétréci la distance entre les programmes des deux grandes entreprises que l’on trouvait souvent dans l’âge démocratique des Etats. La porosité puis la fusion ne peuvent que renforcer l’étroitesse de l’éventail de l’offre politique, avec une difficulté de plus en plus grande à distinguer une droite d’une gauche, et au final le sentiment de grande confusion… avec toutefois alignement général sur les impératifs de l’économie. Alignement qui n’est que la conséquence logique du processus de fusion en cours : entrepreneurs politique et entrepreneurs économiques qui étaient en même temps citoyens ne sont plus que des « individus désirants » pataugeant dans mille conflits d’intérêts ou délits d’initiés . Et alignement qui développe aussi des effets pervers : les CSCE les plus éloignés d’une possible intégration dans le groupe des oligarques s’organisent en dehors du duopole classique- les partis ayant vocation à gouverner- et deviennent clients d’entreprises politiques nouvelles, étiquetées sous le label de partis contestataires, ou « populistes ».

En mondialisation les Etats et leurs entrepreneurs ne disparaissent pas. Il y a simple transformation de leur rôle. Et cette altération passe par une certaine fin de l’âge démocratique au profit de l’émergence d’un stade oligarchique avec une utilisation de la contrainte publique à des fins privées davantage réservée à un petit groupe d’individus. Pour l’immense majorité, les droits de l’homme semblent se rétrécir à leur définition libérale : vie, liberté, propriété , en abandonnant doucement des droits que l’âge démocratique avait permis d’engendrer.

Le présent texte se voulait simplement analytique et ne propose aucune voie ni aucune solution. Il se veut simple grille de lecture du réel. Ou simple contribution à la connaissance d’un monde qui ne cesse de se transformer : non, monsieur Fukuyama, l’histoire n’est pas terminée.

Jean Claude Werrebrouck - Villeneuve d'Ascq - le 4 juillet 2011.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 05:02

 

Malgré des défauts de construction difficilement dépassables l’euro a jusqu’ici fait acte de grande résistance : crise financière de 2008, crise grecque, crise des dettes souveraines, crise sanitaire et aujourd’hui crise internationale. Les premières crises, et ce jusqu’en 2020, furent du point de vue français gérées par une stratégie globale de dévaluation interne.  

1 - La dévaluation interne comme stratégie dominante.

Puisque l’on ne peut -directement ou indirectement- toucher au taux de change pour restaurer la compétitivité, puisque  l’on ne peut contrôler ou orienter les flux financiers et de marchandises  pour ce même objectif, puisque la maximisation de la valeur actionnariale est devenue intouchable,  il ne reste que la pression sur le coût complet du travail pour tenter d’améliorer la situation des entreprises. Inutile de rappeler ici toutes les mesures qui iront en ce sens,  dont la principale reste celle du CICE de 2013. Le complément de cette stratégie de dévaluation sera bien évidemment une dette publique croissante : il est en effet très difficile de toucher aux mécanismes du pacte social.

Parallèllement, puisque la crise financière de 2008 se matérialise durablement par le disfonctionnement du marché interbancaire, on verra apparaître les premières mesures de quantitative-easing et le gonflement du bilan de la banque centrale.

Durant cette période, l’euro est donc aussi sauvé par la banque centrale qui veillera d’abord au maintien d’une harmonisation des taux sur les dettes publiques et ensuite sur la faiblesse de leurs niveaux aux fins de respecter l’objectif d’une inflation proche de 2%. En cela, ladite banque centrale sera aidée par la mondialisation qui interdit toute naissance d’une spirale inflationniste : les prix à la consommation sont muselés par le coût très faible des importations en provenance des zones à forte productivité et à basses rémunérations.

2 - L’abandon des règles du jeu de la monnaie unique.

Avec la crise sanitaire, le paysage change. La production se trouve muselée par le confinement, mais les revenus de la quasi-totalité des agents se trouvent maintenus par une dépense publique hors de contrôle. Cette stratégie est aussi celle de tous les pays de la zone et la BCE se trouve tenue de monétiser une dette publique en très forte croissance. Les règles de fonctionnement de la monnaie unique sont abandonnées provisoirement et dès la fin des confinements la croissance redémarre avec toute la puissance autorisée par la monétisation, puissance aidée par le maintien de taux très bas et à peu près unifiés sur toute la zone. Nous aurons ici pendant quelques mois le mirage d’un bloc de pays qui, débarrassé des contraintes de l’euro, peut s’offrir une croissance inespérée. Jusqu’ici ces contraintes entrainaient un retard de croissance dans les pays les plus inadaptés (dont la France qui voyait son déficit extérieur croître), mais aussi pour toute la zone comparativement au reste du monde. Désormais, cette même croissance peut temporairement devenir supérieure à la croissance potentielle.

Au-delà du prix du non-respect des règles budgétaires de la monnaie unique, l’inflation réapparait au terme de la pandémie et vient gêner les promesses des différents candidats à l’élection présidentielle : pouvoir d’achat, décarbonation, retour de l’Etat-providence, etc. Sans même attendre la campagne présidentielle, l’exécutif distribue des chèques qui vont à l’encontre de la dévaluation interne programmée comme substitut à une franche dévaluation monétaire.

La fuite en avant reste confirmée par la banque centrale qui continue d’acheter sans limite la dette publique à un moment où elle s’interroge sur la gestion de l’inflation. On finira par affirmer que l’inflation n’est pas durable, que sa cause reste une désorganisation des chaînes planétaires de la valeur que le marché remettra en ordre rapidement. On finit même par croire que l’explosion des prix de l’énergie ne doit pas mettre en cause le modèle organisationnel : La France qui peut partiellement se passer d’une telle crise continue – contre toute logique rationnelle- à adhérer au dispositif européen et à sa traduction dans la loi NOME.

La fuite en avant se trouve toutefois rattrapée par la réalité. La France reste handicapée par son taux de change : avec une dette publique déjà plus importante que celle de son voisin allemand en 2019 (97,5% de son PIB contre 58,9), elle se trouve beaucoup plus endettée à l’issue de la pandémie ( 114,6% de PIB contre 71,4% pour l’Allemagne). Concrètement le pays, plus handicapé que son partenaire en termes de dette publique, se trouve à l’issue de la pandémie beaucoup plus éloigné de ce même partenaire. Plus globalement la France en 2021 retrouve - après une forte chute- son PIB de 2019 ; en cela, elle fait aussi bien que ses voisins, mais avec toutefois un accroissement de dette supérieur ( 12,5 points pour l’Allemagne contre 17,1 points pour la France).

Avant même d’aborder la crise internationale, on pouvait se demander si cet écart croissant pouvait être aimablement effacé par la BCE. Une BCE qui, dans sa bienveillance, pourrait continuer à trouver le moyen d’aplanir une différence de taux sur les dettes publiques des 2 pays. On en connait le prix : La BCE pour maintenir la fiction d’une monnaie commune devrait -et doit déjà- monétiser la dette française en ne  respectant pas les règles de proportionnalité qu’elle s’imposait naguère.

Au-delà, il est évident que le plan de mutualisation de la dette publique entre les participants de la zone sera de nul effet et la France devra rembourser ce qu’elle recevra avec la dotation qu’elle paie au budget de l’Union. En sa qualité de grand pays elle devra comme l’Allemagne davantage payer qu’elle ne recevra.

Plus globalement encore on sait que la construction de l’union bancaire et de celle des capitaux reste lettre morte et qu’il n’est pas question de voir apparaître une Europe des transferts permettant à la monnaie unique de fonctionner correctement.

 Au total, la gestion de la pandémie n’a fait qu’éloigner momentanément les problèmes tout en les aggravant.

3 - La crise internationale comme émergence d’un ordre nouveau.

Vu de Sirius la crise internationale s’ancre  en Ukraine. Elle ne se comprend toutefois que dans un paradigme planétaire qu’il faut prendre en considération. Le temps n’est plus à la mondialisation heureuse où il était espéré une fusion des libertés économiques associée à celles des  libertés politiques.

Economie et politique sont deux pôles qui peuvent soit fusionner, soit se trouver très  éloignés, soit constituer une combinaison infiniment variée.

La fusion est celle du totalitarisme que l’on pouvait rencontrer dans l’URSS : pas de marché et répression politique. Elle peut être aussi celle de la mondialisation que l’on anticipait parfois : le marché faisant disparaître les Etats au profit de règles planétaires d’optimisation des échanges. Dans ce cas, l’Etat n’est plus qu’une agence de régulation des marchés et n’a plus d’objectifs qui lui sont propres.

L’éloignement infini est celui de la totale liberté économique associée à une totale répression politique. Il ne constitue pas une réalité empirique commune et même la Chine se matérialise par un totalitarisme politique qui  débouche souvent sur une répression économique. L’inverse, à savoir un interdit du marché face à la liberté politique, ne semble guère logiquement envisageable.

La combinaison des 2 pôles semble constituer la réalité dominante avec toutefois des écarts qui sont plus de nature que de degré. Ainsi le modèle anglosaxon voire européen, n’a rien à voir avec le modèle russe ou chinois. Empiriquement, c’est l’éloignement croissant de ces modèles qui engendre la crise. Le modèle américain ou européen semble voir l’économique absorber le politique : le citoyen disparait derrière un acteur économique qui se proclame libre. Si l’on raisonne aux limites, le politique n’est plus qu’une affaire d’organisation et de protection d’un marché ancré sur des droits naturels (les classiques droits dits « naturels» : vie , liberté, propriété).   Le modèle chinois semble encastrer l’acteur économique dans le principe de fidélité au pouvoir politique et à ses objectifs. Nous sommes loin des droits naturels. Il en est de même dans ce qui pourrait devenir une version -certes beaucoup plus hétérogène et plus friable- et qui serait la version islamique.

Les deux modèles ont une prétention planétaire : le premier exporte son principe organisationnel de marché au nom de la liberté. Le second exporte un principe organisationnel de marché, surplombé par un projet politique autoritaire. Plus encore, la recherche de puissance de marché n’est que le moyen d’une finalité qui est la puissance politique. Alors que la recherche de puissance de marché est l’outil de la guerre économique entre acteurs économiques dans le modèle américain, elle est l’outil d’une guerre politique dans le modèle chinois.

Dans cette concurrence planétaire, si le modèle américain est moins efficace, si donc la recherche de puissance de marché par les seuls opérateurs économiques est moins performante que celle produite sous la conduite d’un pouvoir totalitaire, il y a nécessaire raidissement. La liberté économique n’assurant plus la course en tête en terme d’enrichissement général, ce qui reste du politique sera questionné. Comment réagir ? Nous avons là une partie de l’angoisse américaine vis-à-vis de la Chine. Naguère l’URSS était un danger politique majeur, mais danger amoindri par son inefficience économique. Aujourd’hui, la Chine est un danger politique doublé d’une redoutable efficience économique. Le danger devient majeur.

Dans un sens inverse, la question se pose aussi pour le cas de la Russie aux prises avec ses parentés historiques. Si le modèle de liberté économique débouche sur une efficience supérieure à celle encore très encadrée par le politique dans la vieille Russie (concentration des activités autour de celles fournisseuses de rentes pour oligarques), il est normal de voir un raidissement. Ce qui gène n’est nullement l’OTAN mais bien davantage ce qui pourrait conforter une démocratie naissante par un début de réussite économique. Le risque de réussite de l’Ukraine par le biais de la voie démocratique est inacceptable pour la Russie.

Dans tous les cas, le politique est questionné. La liberté politique, la démocratie, est-elle unique source d’une efficience économique qui apaise et rassure les acteurs ? faut-il en revenir à un pouvoir fort ? Demain, l’Union Européenne pourra-t-elle encore se borner à n’être qu’une agence de régulation des marchés ? Comment reconstituer une armature étatique ?

D’ores et déjà, on voit se dessiner une grande division du monde avec d’un côté le couple liberté économique et liberté politique et de l’autre une liberté économique durement encadrée par un pouvoir politique totalitaire. Avec une division qui pourra concerner les technologies et le fantastique univers des normes.  De quoi revoir complètement les chaînes de la valeur, les handicaper en les partageant entre 2 univers devenus antagonistes, ou les disloquer. De quoi revoir des murs entre civilisations.

4 - La monnaie unique, malade depuis sa naissance, va-t-elle se rétablir dans ce nouveau monde en gestation?

Tout d’abord, le système de la monnaie unique se trouvait en apparence situé dans l’ordre politique et non dans celui de l’économie. Ce système était celui de l’ordo-libéralisme et se trouvait constitutionalisé. C’était un cas de fusion de l’économique et du politique que l’on entrevoyait plus haut : il faisait relativement disparaître les Etats au profit d’une espérance d’optimisation des échanges, chacun d’entre-eux devenant esclave   assigné à la dure tâche du respect des règles.

Tout cela est en train d’être bouleversé et le grand début de glissade déjà introduit par le « quoi qu’il en coûte » de la pandémie va s’accélérer avec la crise internationale. Les Etats européens ne vont plus se battre sur le respect des règles du jeu et vont avec une belle unanimité innover de façon radicale. L’ordre des règles ne se conçoit que par temps calme. La tempête fera passer de la compétition ordonnée et réglementée à la coopération finalisée. Il n’y aura plus à comparer et à classer les soldes TARGET comme on compare la qualité des chevaux de course. Il y aura désormais à construire une coopération finalisée.

Le « quoi qu’il en coûte » va atteindre les frugaux y compris une Allemagne qui sans le dire vient de franchir la barre constitutionnellement interdite des 0,35% de PIB de déficit structurel. L’Union européenne vient aussi de lever un interdit par son annonce d’achat/livraison de matériel militaire à l’Ukraine.

De nouvelles dépenses seront introduites par tous les pays solidaires de l’Ukraine à un moment où les risques de récession vont prendre de l’ampleur : mur énergétique avec la possible disparition des fournitures de gaz russe, fermeture d’usines allemandes dépourvues d’intrants notamment énergétiques et de clients devenus insolvables par disparition des règles du dispositif Swift, etc.

Plus globalement, les Etats de la zone agissaient dans le canevas bureaucratique des règles ordo-libérales. Ils étaient tous passagers clandestins, les uns (une Allemagne très rationnelle) bénéficiant d’un taux de change très sous-évalué, les autres (par exemple une Grèce intrépide) croyant bénéficier d’une vraie monnaie de réserve. Certains trichaient en s’adonnant à un illibéralisme coupable, tandis que d’autres se construisaient des paradis fiscaux. Etc… Le tout donnant lieu à d’infinis débats, d’innombrables usines à gaz réglementaires, de discours inutiles, de perte de temps.

Tout cela est entrain de basculer et la peur vient engendrer l’unanimité et une possible révision de toutes les règles du jeu. En particulier, l’unanimisme ambiant rend complètement irréaliste la mise en doute de ce qui faisait les apparences de l’Union à savoir la monnaie unique. Il est donc bien évident que la BCE suivra, voire aggravera sa politique de monétisation, alors même que l’inflation risque de se pérenniser voire prendre de l’ampleur, alors même qu’elle devra se mobiliser sans limite pour éviter les faillites et défauts provoqués par le conflit ( entreprises, banques, système financier).  Là encore, la règle sera balayée, et la Banque centrale ne sera ni indépendante ni  instance de lutte contre l’inflation. Et l’Allemagne qui jusqu’ici aimait se trouver à cheval entre l’Occident et l’empire en formation se devra d’accepter des taux d’intérêts réels très négatifs (près de 5%en février 2022) plutôt que de protester contre le non- respect des règles afférentes  à la monnaie unique. Le retour à la répression financière des trente glorieuses est probablement au bout du chemin.

Globalement, une cohabitation difficile avec l’immense empire qui repose sur l’économie comme moyen d’une fin politique totalitaire (Chine + Russie+ ?), ne peut plus s’imaginer à partir d’Etats qui resteraient des agences de simple régulation et de simple surveillance des marchés. Dans ce cadre, la monnaie unique ne peut plus surplomber des Etats, simples usagers, et doit devenir un outil de construction d’une nouvelle réalité politique, faite de puissance et capable de se faire respecter par le nouvel empire. Il en va probablement de la survie de ce qu’on appelle encore l’Occident.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 10:42
Le nouvel Echiquier: le Monde, l'Europe, la France.

Voici la page de couverture de l'ouvrage qu'avec une équipe sous la direction de Jean Claude Empereur et Charles Zorgbine nous venons de publier chez VA Editions. Il s'agit d'un regard collectif sur le monde tel qu'il se dessine aujourd'hui. Ce regard se porte sur plusieurs axes: Le basculement vers l'indo-Pacifique, le dépassement de la simple guerre économique par un conflit technologique de haute intensité entre la Chine et les USA; l'apparition de nouveaux types d'acteurs qui ne sont plus simplement des Etats; l'affaiblissement de l'Europe. 

Au moment où les français s'apprêtent à choisir un nouveau président  cet ouvrage apporte un regard inédit sur les nouveaux cadres de la géopolitique. Un éclairage indispensable pour comprendre le dessous des cartes internationales.

Dans cet ouvrage j'interviens sur les questions posées par l'irruption des nouvelles formes de monnaie et l'impact géopolitiques qu'elles autorisent. 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 05:19

Le texte qui suit est issu d'un article que j'ai signé avec des collègues et qui vient d'être publié sur La Tribune sous le titre suivant:

"Il est possible et il est temps de revenir sur l’erreur de la vente de la branche énergie d’Alstom".

Tous les Français le savent, Alstom énergie, un des leaders mondiaux dans les infrastructures de production d’électricité a été racheté en 2015 par l’américain General Electric, entreprise aujourd’hui en difficulté financière.

Alstom énergie est une entreprise stratégique produisant notamment les turbines Arabelle des centrales nucléaires françaises, les turbines du porte-avion Charles de Gaulle et d’autres navires militaires français, des turbines pour les centrales thermiques, hydrauliques ainsi que de nombreux produits de production et de distribution d’électricité. Cette entreprise a été construite par la commande publique et fait partie du patrimoine industriel des Français. Lorsqu’elle a été rachetée, Alstom mettait un pied dans les énergies renouvelables avec la mise au point et la fabrication d’éoliennes. Le secteur de l’énergie est un domaine stratégique pour tous les pays, d’autant plus depuis que la transition énergétique est devenue un enjeu mondial.

Il est inconcevable que le bon fonctionnement, la sécurité de nos centrales nucléaires et la propulsion du porte avion Charles de Gaulle dépendent du bon vouloir d’une entreprise étrangère. L’autorisation de cession de cette entreprise à l’américain General Electric, le 5 Novembre 2014, a été une erreur du ministre de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron. Le président Macron peut aujourd’hui réparer cette erreur.

General Electric étant en difficulté financière et souhaitant recentrer ses activités dans l’énergie sur les turbines à gaz, est naturellement vendeur de la partie nucléaire voire d’une partie plus importante des activités d’Alstom qui lui rapporteraient l’argent nécessaire à sa bonne marche. L’Etat français dispose d’une « Golden Share » qui donne un droit de regard en cas de vente de la partie nucléaire d’Alstom. Au surplus, l’ancien ministre de l’économie Arnaud Montebourg a déclaré devant le Sénat que les circonstances de la vente d’Alstom énergie constituent un vice de consentement (pressions judiciaires américaines intentionnelles sur de hauts cadres d’Alstom); nous avons l’appareil juridique pour l’annuler. Nous disposons donc de l’ultime arme de négociation pour la reconquête de tout ou partie de notre souveraineté énergétique.

L’ancien numéro 3 d’Alstom, Frédéric Pierucci, s’est assuré de disposer de suffisamment de capitaux majoritairement français pour racheter la partie nucléaire d’Alstom. Il y a donc au moins un repreneur privé français pour cette activité stratégique. Et s’il y en d’autres, tant mieux et que le meilleur gagne. Emmanuel Macron a donc toutes les cartes en main pour racheter au minimum la partie nucléaire d’Alstom. Il aura ensuite le choix de la conserver dans le domaine public avec l’appui de la CDC et de la BPI ou de la revendre à une entreprise privée française.

Personne ne peut penser que le président français gâche une telle occasion de préserver des emplois, des savoir-faire français, des technologies de pointe et la sécurité nationale de notre pays. La dépendance en matière militaire ou énergétique serait une trop grande faiblesse pour la France.

 

Signataires :  Jacques Sapir économiste et directeur d’études à l’EHESS, Olivier Berruyer journaliste Les crises.fr, Jean-Luc Gréau économiste et ancien conseiller du Medef, Claude Rochet économiste et haut fonctionnaire, Jean-Claude Werrebrouck économiste et ancien professeur à l’Université de Lille 2, Philippe Murer économiste, Roland Hureaux essayiste et haut fonctionnaire, Henri Temple co-fondateur puis directeur du Centre de droit économique du marché (Université de Montpellier), expert international, philosophe, Gérard Lafay économiste et professeur émérite à l’Université de Paris 2, Guillaume Bigot politologue et essayiste, directeur général du groupe IPAG Business School, Hélène Nouaille Directrice de la rédaction chez La lettre de léosthène et spécialiste de géopolitique, Bertrand Renouvin essayiste et président de la NAR, Jean-Pierre Gérard, économiste, industriel et ancien membre du Conseil de Politique Monétaire de la Banque de France; Claude Gaucherand, contre Amiral; Jacques Hogard, Colonel.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 05:03

Selon un sondage de la SSR, une majorité relative s’est déclarée en faveur de l’initiative Monnaie pleine en Suisse romande et au Tessin . La Suisse italienne a obtenu 45%  pour et 36%  contre ; la Suisse romande 42%  pour et 27%  contre.
Le sondage confirme clairement la revendication de l’initiative Monnaie pleine : 59% des personnes interrogées veulent que seule la Banque nationale crée le franc suisse. En outre, 62% sont d’avis que la création monétaire des banques commerciales conduit à des bulles risquées. Toutefois, sur l’ensemble de la Suisse, seul 35% des sondés sont pour l’initiative Monnaie pleine.

Les commentateurs de l'initiative Monnaie pleine expliquent  les différences de résultats par le fait que la Suisse alémanique a fait l’objet d’une campagne d’opposition plus agressive que dans les autres régions. Il est difficile de juger mais d'autres paramètres peuvent intervenir. Parmi ces derniers, il nous semble que le facteur culturel est important. Il est très probable que les électeurs de la Suisse alémanique soient équipés du logiciel du peuple allemand, c'est à dire les principes de "l'ordo-libéralisme" qui font de la monnaie un objet qui ne peut être manipulé par l'Etat. La Suisse doit ainsi être régie par des règles procédurales. Cette approche complémentaire peut aussi expliquer pourquoi la campagne électorale est si rude dans cette partie du pays : il doit y avoir, vis à vis de l'Etat, une indépendance complète de la gestion monétaire comme il y a une indépendance complète dans les affaires de justice. Mais cette même approche est elle-même insuffisante car on sait que l'initiative "Monnaie pleine" ne met pas en cause l'indépendance des banques centrales, ce qui est la pierre angulaire de l'ordo-libéralisme. Il est difficile, dans ces conditions, de ne pas penser que le logiciel allemand si bien théorisé par Habermas et les principes qu'il en retire ne sont  pas une magnifique opportunité pour les intérêts supérieurs du système monétaro-financier.

Mais, beaucoup plus important est le fait de constater que le débat en Suisse est aujourd'hui "bruyant", ce qui est un gage de démocratie, même "procédurale", pour reprendre l'expression d'Olivier Mongin. En France, nous sommes informés de beaucoup de choses mais les questions de fond sont savamment mises sur le côté.

Pour conclure,   le thème de notre  colloque du  24 mai prochain est en pleine actualité. Le  colloque est  évidemment gratuit mais  l'inscription est obligatoire. Pour vous inscrire, retournez à l'article ci-dessous et respectez- bien la procédure.

Je rappelle que, pour les étudiants des écoles doctorales, une attestation de présence sera fournie à tous les intéressés. Je rappelle enfin que les hommes politiques, députés, sénateurs, etc. respecteront "l'esprit colloque" c'est-à-dire un échange d'idées sur une question qui dépasse largement les appartenances.

 http://www.lacrisedesannees2010.com/2018/05/un-referendum-d-initiative-populaire-sur-la-monnaie.html

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 16:56

« Our Money, Our Banks, Our Country » tel est le titre du colloque qui s'est tenu ce  5 février au Gottlier Duttweiler Institute de Zurich, un Think Tank  aussi libéral que notre Institut Montaigne.

Rappelons que le peuple suisse se prononcera sur un référendum concernant l'organisation monétaire du Pays. La  création monétaire  serait désormais le monopole de la Banque Nationale de Suisse. C'est dire que "l'argent - dette", à savoir la création de monnaie à partir d'un crédit serait désormais interdit à toutes les banques. Nous avons déjà eu l'occasion d'aborder cette question sur le blog: http://www.lacrisedesannees2010.com/2017/10/la-monnaie-pleine-une-voie-inexploree-pour-sauver-l-euro.html

Il s'agit d'un projet  révolutionnaire. Le référendum se déroulera le 10 juin prochain

Pour  avoir participé au colloque, nous présentons ci-dessous un très bref résumé de cette journée de réflexion, une réflexion hélas interdite en France.

Le titre retenu évoque immédiatement la culture du pays : une forte tradition démocratique, un goût particulier pour le débat, un respect des points de vue de chacun, et la volonté de débattre en profondeur des grands défis qui concernent le pays.

La journée de présentation du projet de monnaie pleine en vue de son adoption soumise au référendum du 10 juin prochain a rassemblé 230 participants dont 170 suisses, 19 américains, quelques britanniques, quelques allemands et seulement 4 français. Parmi les intervenants on notera, outre le représentant du GDI, 7 universitaires (2 américains, 1 britannique, 1 allemand, 3 suisses), un représentant de la Banque des Règlements Internationaux, 2 représentants de la presse économique dont Martin Wolf du Financial Times et un conseiller des Etats ( Chambre haute de la confédération Suisse).

La conférence fut bien introduite en rappelant les enjeux de la digitalisation et ses conséquences sociétales : une confiance qui s’éloigne des institutions traditionnelles pour se rapprocher de la technologie et au final un respect plus grand pour le « code numérique » que pour la « loi ».

C’est dans ce contexte qu’est abordée la critique du fonctionnement du système financier et de l’émission monétaire telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui. Et devant l’excessive liberté du système, les régulateurs, malgré leur nombre, malgré la quantité de règles émises sont très largement impuissants. Propos très pessimistes concernant les échecs réguliers des accords de Bâle, l’impossible réglementation des comportements, l’impossible pondération correcte des risques, l’invisible frontière avec le Shadow Banking, l’impossible limitation du gigantisme financier et ses effets de rente sur l’économie réelle (comparaison avec le pessimisme ricardien du début du 19ième siècle), la chute de la croissance, la mauvaise allocation des investissements, le déclassement de l’euro zone, etc. Au final l’échec de la régulation serait aussi provoqué par les nouvelles technologies qui autorisent le développement d’un brouillard épais dans des bilans connectés en temps réel et à cheval sur les juridictions multiples engendrées par la mondialisation.

La présentation par les intervenants du dispositif législatif nouveau est peu détaillée et commentée malgré son importance dans la hiérarchie des normes. On notera que le référendum concerne un article de la Constitution fédérale, c’est dire son importance. Peu de développements et peu de démonstrations concernant le contrôle du stock de monnaie (base monétaire). Quelques développements concernant le maintien d’un authentique libéralisme (le monopole de la Banque centrale ne met pas fin à un libéralisme qui fait complètement consensus), également affirmation selon laquelle la régulation pourra largement disparaitre et avec elle la spéculation. Quelques développements plus idéologiques concernant le caractère aliénant de « l’argent dette » et ses conséquences sur la nécessaire croissance et ses menaces sur l’environnement. Pas d’analyse approfondie sur la croissance de la dette et ses déterminants macroéconomiques[1].

La dernière partie de la rencontre fut consacrée à la présentation des arguments du vote négatif au référendum du 10 juin. Arguments intéressants concernant la substitution du champ réglementaire par un autre tout aussi lourd. Réflexions sur les conséquences du passage à la monnaie pleine dans un seul pays : quel impact sur le taux de change, sachant que le maintien de la libre circulation des capitaux fera se rencontrer des mouvements opposés entre non-résidents désirant profiter de la sécurité monétaire et banques résidentes cherchant à échapper à la contrainte nouvelle ? Quel impact sur le Shadow Banking ? Comment lutter contre  la création monétaire  illicite ? Reprise des arguments en faveur d’un Glass-Steagal Act nouveau.  Quelques confusions concernant une fin probable du libéralisme avec contrôle clientéliste des opérations de crédit, l’impossible politique monétaire, la difficulté de la phase de transition ou le désastre d’un « helicopter money ».

Au final le mode choisi, c’est-à-dire une présentation grand public, n’a pas autorisé les approfondissements souhaités. En particulier on aimerait une étude relativement exhaustive –  certes très difficile - privilégiant une analyse coûts/avantage du projet de passage à la monnaie pleine.

On terminera par un salut envers la confiance démocratique des habitants de la confédération. Les participants ont été invités à se prononcer sur le projet en début de matinée et en fin de journée après les débats. Le vote oui l’a emporté à 52% le matin et à 58% le soir, ce qui peut signifier que les partisans de la monnaie pleine ont été convaincants.

On reste au final impressionné par un « Think-Tank » (le GDI) à priori aussi libéral que notre Institut Montaigne, qui pour autant, ose aborder des questions frappées d’un interdit radical en France, interdit scrupuleusement respecté par tous les médias[2]. Nous souhaitons vivement qu'un groupe de réflexion franchisse le Rubicon et se propose d'organiser un débat en France avant le 10 juin prochain.

 

 


 

[1] On pourra obtenir davantage d’informations sur le site : www.monnaie-pleine.ch et www.voogeld.ch/fr/

En particulier on pourra se procurer le livret écrit par Joseph Huber : « Réforme Monnaie pleine ». « Une réforme de la création monétaire par la transformation de la monnaie scripturale en monnaie pleine et la création d’une banque centrale étatique indépendante ».

[2] On notera également un bref article de notre blog : http://www.lacrisedesannees2010.com/2017/10/la-monnaie-pleine-une-voie-inexploree-pour-sauver-l-euro.html

Partager cet article
Repost0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 07:46

 

Si l’on en croit les sondages, 4 candidats à l’élection présidentielle peuvent figurer dans le groupe des 2 qui seront sélectionnés au soir du premier tour.

Il est ainsi intéressant de repérer les temps de survie de la monnaie unique en fonction des « couples » possibles qui se constitueront le 23 avril prochain.

Clairement, c’est la sélection du couple Fillon/Macron qui va le plus rassurer les marchés avec garantie d’une non fuite des capitaux et des spreads de taux qui vont rester sages. De quoi plus ou moins assurer un tour de manège supplémentaire…pour la monnaie unique . Mais aussi de quoi aussi assurer la reconduction des forces de dislocation entre des pays dont les trajectoires connaissent une divergence croissante, car bien évidemment le fédéralisme restera inatteignable et seules les dévaluations internes pourront maintenir les soldes TARGET 2 dans des écarts plus ou moins acceptables pour l’Allemagne . Dans cette configuration, le second tour quel qu’en soit le résultat, ne changerait rien. Il s’agirait bien d’un choix fictif, d’une élection fictive simplement destinée à assurer le tour de manège supplémentaire.

4 sélections sont plus "dangereuses" : Mélenchon/Macron ; Mélenchon/Fillon ; Le Pen /Macron ; Le Pen/ Fillon. Ces 4 sélections,  même si elles aboutissent avec une forte probabilité à un résultat pro-européiste, laissent présager un emballement spéculatif sur les marchés (dès l’annonce des résultats). Cet emballement sera disciplinaire et devra sécuriser et sélectionner le « bon » résultat. 14 jours seront ainsi offerts aux marchés, lesquels joueront parfaitement leur rôle de police visant au bon choix du bulletin de vote. Là encore l’euro pourra bénéficier d’un tour de manège supplémentaire.

Reste une sélection beaucoup plus délicate : celle du couple Mélenchon/ Lepen. Ici la police financière va se déchainer avec une violence sans limite puisqu’il s’agira de la survie d’un ordre fondamentalement menacé. Durant le temps de l’entre-deux tours, il est clair que le pouvoir finissant ne prendra aucune mesure propre à étouffer la spéculation. Le blocage de la circulation du capital et la réquisition de la Banque de France pour bloquer la montée de taux, constituant des interdits bruxellois , le très européiste président finissant ne fera rien pour empêcher une saignée à nulle autre pareille.

Parallèlement, on voit mal la compétition finale entre les 2 souverainistes se dérouler sur la base d’un renoncement au profit d’une servitude volontaire à l’endroit des intérêts allemands. Certes, ce dernier pays pourra imaginer –difficilement car les élections sont pour la fin de l’été-  des propositions souterraines pour préserver ce qui peut encore l’être. Mais le gain de voix d’un renoncement est à comparer à la perte et il est difficile d’en prévoir le solde. La compétition risque donc de tourner autour d’un renforcement de souveraineté et donc d’une montée en puissance plus grande encore de la spéculation.

Le Pays sera donc financièrement exangue lorsque l’un des deux prétendants montera les marches de l’Elysée. De ceci, il faudra en déduire que les propositions de négociation avec l’Union européenne ( négociations en vue d’un référendum pour Madame Lepen, négociations sous la menace d’un plan B pour Monsieur Mélenchon) seront immédiatement oubliées car complètement inappropriées.

Le blocage de la circulation du capital est techniquement possible, mieux, les spéculateurs pourraient être identifiés et peut-être sanctionnés  -encore que cela serait juridiquement très difficile- dans le cadre d’une législation entièrement nouvelle. Par contre, la lutte contre l’emballement des taux est complètement dans la main de la BCE et toute tentative de réquisition de la Banque de France serait assortie d’une rupture complète avec le système européen de banques centrales, avec en particulier la rupture avec le dispositif TARGET 2, le dispositif ELA, etc. De fait, la BCE couperait tous les liens avec un euro qui deviendrait français.

Il faudra par conséquent que le ou la nouvelle présidente s’arme immédiatement des dispositifs constitutionnels à sa disposition pour agir avec toute la force nécessaire. Cela passe, comme on le sait, par l’utilisation immédiate de l’article 16[1] de la Constitution et donc l’éloignement -provisoire ?- de références démocratiques prônées par ailleurs dans les programmes ( référendums pour Madame Lepen, sixième république pour Monsieur Mélenchon) . Parce que la fin de l’euro n’est pas une promenade de santé, il faudra savoir taper dans le dur.

Parce que la France est un pays pivot, c’est au soir du premier tour que l’on pourra annoncer en cas de sélection du couple Mélenchon/ Lepen la fin de l’euro, et ce à l’échelle européenne, pour la fin du mois de mai. Une nouvelle histoire européenne, et peut-être mondiale, pourra alors véritablement commencer. Dans cette configuration l’élection présidentielle française perdra enfin son caractère   "comédie de l’Alternance" qu’elle révélait depuis si longtemps.

 

[1] http://www.lacrisedesannees2010.com/2016/02/la-france-peut-et-doit-revivre-un-appel-du-18-juin-1940.html

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 14:34

 

Le directeur de campagne du FN pense qu’après l’éventuelle victoire, tout le monde aura intérêt à coopérer pour une dissolution concertée de la zone euro. Une coopération qui serait issue d’un sommet européen organisé après l’élection présidentielle française. La question est pourtant autre : Comment gagner l’élection présidentielle alors même que les acteurs économiques, par le biais d’un tir de barrage d’une redoutable efficacité, déplaceront par millions des intentions de vote vers les candidats européistes ? Et ces acteurs sont nombreux : ménages, banques et autres acteurs financiers, entreprises,  agents qui réagiront très vite si le risque d’une victoire d’un candidat souverainiste devenait crédible…..et donc réaction complètement déstabilisatrice en pleine campagne électorale…

Les redoutables combattants, souvent involontaires, du front européiste

Les ménages, en particulier les épargnants, retourneront à leur profit l’éventuelle perte de change, en déplaçant leurs avoirs vers des banques implantées dans des espaces solidement arrimés à la zone euro. Ils seront ainsi acteurs d’une nouvelle crise du marché interbancaire.

Les banques, elles-mêmes, chercheront à se protéger en se débarrassant de dette publique en risque de dévalorisation, en restant absentes des rendez-vous fixés par l’Agence France Trésor au titre de l’émission des nombreuses tranches de dette prévues au titre de l’année 2017, et globalement en maximisant leurs actifs extérieurs susceptibles de leur apporter les gains d’une dévaluation prévisible. De quoi anéantir tout projet d’investissement sur le sol français. Et surtout de quoi développer une contagion planétaire de la crise financière. Les fonds de placement et d’investissements de même les hedges funds auront la même attitude et chercheront à se couvrir contre la même perspective de dévaluation. Toutes les places de la planète seront rassemblées pour briser toute espérance de réussite électorale.

Les entreprises sortiront leurs fonds des banques hexagonales, et maintiendront expatriées les fonds résultant de leurs activités internationales et en particulier celles liées à leurs exportations. Elles apporteront une pierre essentielle à l’embrasement de la planète.

Puissance du guide suprême : Le banquier central

Il n’est pas sûr que, face à un tel mouvement, la BCE mette en place les dispositifs dont elle a la charge, ceux par exemple garantissant le maintien de la liquidité bancaire, afin de calmer le jeu. Son intérêt spécifique est d’ailleurs inverse : tout faire pour que le barrage soit d’une telle puissance que l’accès d’un souverainiste à la Présidence de la République soit strictement interdit, par exemple en laissant, voire en développant, la panique pré-électorale. Pourquoi en effet le banquier central aurait une attitude suicidaire et organiserait son propre licenciement en effaçant, avec le dispositif « ELA » par exemple, les effets de la contagion ?

Face à cette formidable contrainte, les candidats souverainistes ou les partis souverainistes ont tout intérêt à tenter de briser le mur financier par un contre feu : engager une formidable bataille médiatique sur le quantitative easing et montrer qu’un autre achat de dette souveraine peut avoir des effets autrement efficients.

Briser le mur médiatique et financier en dévoilant au quotidien le pot aux roses du QE

Les candidats doivent orienter la campagne électorale sur cette question en revenant de façon détaillée sur le thème du contrôle de l’émission monétaire.

L’aisance quantitative est, pour l’essentiel, le fait d’acheter régulièrement de la dette souveraine détenue par les banques. Pour la présente année 2017, la BCE va acheter, approximativement, au système bancaire français une dette publique équivalente à la nouvelle dette émise par le Trésor. Comme cette nouvelle dette est achetée à 60% par des banques étrangères, cela signifie que les banques françaises sont inondées par la liquidité offerte par la BCE. Cette opération vise à relancer le crédit accordé par les banques, ce qui ne se matérialise pas par de nouveaux investissements. On dit que la base monétaire a augmenté, ce qui se matérialise par le gonflement du bilan de la banque centrale, mais que le crédit accordé aux agents économiques lui n’augmente pas. La liquidité sert ainsi à la spéculation sur des actifs existants, d’où l’inflation sur les titres en question. Cette « planche à billets » permet de soulager le poids de l’émission de dette publique nouvelle en maintenant le taux de l’intérêt à un niveau proche de zéro, mais elle ne réduit que marginalement les besoins d’endettement nouveau du Trésor, lequel doit régler ses échéances de dettes à la BCE. Il s’agit donc , du point de vue de la BCE, d’une procédure de soutien au système bancaire et non d’une procédure de soutien à l’intérêt général.

Expliquer au quotidien, et en préalable à tout débat, les mécanismes d’un « QE de l’intérêt

général »

Le soutien de la BCE à l’intérêt général passerait, lui, par l’achat de dette publique arrivée à échéance. Cet achat serait d’un montant à peu près équivalent à celui du QE (environ 190 milliards d’euros pour l’année 2017) mais faciliterait grandement le redressement du pays. Dans le QE, nous avons un achat de dette en cours, et donc il y a destruction de monnaie dès que le Trésor paie la dette parvenue à échéance. Dans ce nouveau circuit,  la BCE paie elle-même la dette parvenue à échéance. Il y a donc création monétaire nette.

Certes, la destruction de monnaie dans le QE est toujours sur-compensée par l’achat de nouvelle dette mais l’opération est en principe temporaire. Dans le cas de ce QE que nous pourrions qualifier « QE d’intérêt général », il y a création nette de monnaie. Et cette création nette a des conséquences très différentes car, ici, l’augmentation de la base monétaire est suivie d’une hausse assez mécanique de l’investissement et de l’activité.

En effet, le rachat de dette parvenue à échéance soulage immédiatement l’Etat qui peut, sans délai et sans même modifier le solde budgétaire initialement prévu, diminuer le poids des prélèvements publics obligatoires, ou aider directement les banques ou se lancer dans de lourds projets d’investissements. Quelle que soit le cocktail de solutions retenues, à solde budgétaire inchangé, il y a amélioration de la liquidité bancaire, soit directement par le Trésor (il effectue des investissements publics et abonde les comptes de ses fournisseurs) soit indirectement (ménages et entreprises bénéficient d’une baisse de dépenses fiscales). Globalement, les bilans bancaires gonflent avec pour contrepartie un élargissement de l’activité économique réelle. L’expression de « QE d’intérêt général » n’est pas illégitime.

Le système bancaire est ainsi consolidé de façon non artificielle (QE classique) et les banques retrouvent leur métier de base : celui d’effectuer des crédits à l’économie. Mais aussi tous les agents économiques bénéficiaires d’une diminution du poids des prélèvements publics obligatoires.

Affronter le système médiatique

Ce qui vient d’être exposé doit être largement explicité par tous les candidats souverainistes, lesquels doivent considérer qu’il s’agit d’une base indispensable sur laquelle des programmes variés peuvent être envisagés. Et cette explication doit être claire et imposée au système médiatique avant chaque rendez-vous avec tel ou tel journaliste…et ce en allant même jusqu’au renoncement en cas de refus par ces défenseurs de l’européisme que sont les journalistes.

Au-delà et afin de montrer le sérieux de la candidature, il serait très important que les candidats souverainistes expliquent avant chaque rendez-vous les mécanismes du tir de barrage financier et ses conséquences en matière démocratique. Un tel décodage, et un tel sérieux dans l’analyse prospective  -des prévisions qui, pour une fois, se vérifient- permettrait à tout le moins d’éroder la puissance du tir de barrage, un affaissement résultant d’une possible prise de conscience par les électeurs….

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 16:49

Le contexte général de la mise en œuvre du programme.

Au-delà du chômage de masse, la dette publique ne cesse d’augmenter pour atteindre 97% du PIB l’an prochain. Il s’agit au surplus d’une mauvaise dette chargée essentiellement d’alimenter la consommation au détriment de l’investissement. Cette dette - de maturité moyenne (7 années et 128 jours)  et toujours détenue à 60% par des non- résidents-  porte le risque d’une remontée des taux. Ce scénario semble se mettre en place pour diverses raisons : élections américaines, hausse du prix du pétrole, questionnement sur l’efficacité des QE, risques italiens, etc. Ce scénario affecte déjà le porte-feuilles d’actifs de certaines institutions financières. Aujourd’hui la croissance nominale est faiblement supérieure au taux de l’intérêt, mais le déficit public n’a toujours pas rejoint le point (2% du PIB) permettant la stabilisation de la dette.

La croissance potentielle (1,2% selon l’OCDE) reste faible aussi en raison d’un contexte mondial de ralentissement des gains de productivité. Il faut également noter la fin de la croissance du commerce international avec un début de rétrécissement des chaines de la valeur. L’étroitesse de la croissance mondiale - mal nourrie par la faiblesse des gains de productivité - renforce des stratégies planétaires  non coopératives centrées sur des dévaluations internes (salaires, fiscalité) ou externes (début de guerre des taux de change, début de protectionnisme dans un contexte de difficile substituabilité entre production domestique et importations) . Dans ce cadre, la France reste mal placée avec une balance commerciale extrêmement déficitaire résultant pour partie de la gamme moyenne de ses produits et services exportables. De fait,  le pays est confronté au haut de gamme allemand mais aussi aux productions espagnoles favorisées par la stratégie de dévaluation interne du pays. Le déséquilibre extérieur de la France est d’abord un déséquilibre avec ses partenaires de la zone euro.

Côté humain, les inégalités générationnelles et spatiales ne font que s’accroitre avec confirmation de ce que Chauvel[1] appelle la spirale du déclassement : mobilité descendante, écrasement du pouvoir d’achat des salaires relativement aux prix de l’immobilier, paupérisation de nombreux surdiplômés etc. d’où un climat de grande frustration et de malaise dans les classes moyennes.

Les choix budgétaires du programme.

Compte tenu des choix budgétaires que l’on trouve dans le programme de François Fillon nous avons une baisse de la dépense publique associée à une baisse partielle de la fiscalité.

 La baisse de la dépense publique devrait s’effectuer au rythme annoncé de 20 milliards l’an . Cette baisse devrait se répartir comme suit : 33% pour l’Etat, 20% pour les collectivités territoriales, et environ 47% pour les administrations de sécurité sociale. Dans ce dernier cadre, il est prévu une baisse de la dépense sur les divers régimes de retraite, les soins médicaux et les allocations de chômage  devenues fortement régressives et plafonnées. Dans ce contexte il est difficile de repérer où se trouve affectée la part des réductions de dépenses (15 milliards d’euros ?) liées à la suppression de 500000 emplois dans la fonction publique.

Cette dépense publique plus faible alimentée par des gains de productivité (dont l’arme du passage aux 39 heures), des transferts plus limités et des reports de charge sur les ménages (essentiellement sur la santé), est compensée par des hausses de la dépense régalienne. Si le passage à 2% de PIB pour la défense n’est pas autrement précisé, il en est de même des nouvelles dépenses en faveur de la Justice et la gendarmerie. L’ensemble représenterait 12 milliards d’euros l’an.

Sauf erreur, la force récessive se monterait ainsi à 20- 12= 8 milliards d’euro l’an.

Côté prélèvements publics obligatoires, nous avons une baisse immédiate ( fin de l’année 2017) de 40 milliards de charges et impôts sur les entreprises. Certaines données restent imprécises mais l’IS serait ramené au taux de 25% .

Côté ménages ou salariés se trouvent également envisagés une disparition de l’ISF, une diminution de l’IRPP avec forte incitation à l’investissement en PME, et la disparition de la cotisation salariale maladie (5,5 milliards d’euros). En contre- partie une hausse de 2 points de la TVA est envisagée, soit environ 20 milliards d’euros.

Si l’on dresse un bilan nous avons pour l’année 2018 : une baisse de 8 milliards de la dépense et une baisse de la fiscalité de 40+ 10 – 20= 30 milliards d’euros.

S’agissant de la dépense et compte tenu du multiplicateur budgétaire estimé à 2,6[2], cela signifie un potentiel de recul du PIB d’environ 0,9% pour l’année 2018. De quoi faire quasiment disparaitre la croissance de l’année.

 La baisse des prélèvements fiscaux est assortie d’un multiplicateur plus faible estimé à O,4. Cela signifie, en estimant la baisse de la pression fiscale à 30 milliards en 2018, une croissance supplémentaire de 0,5% de PIB. Cet effet d’expansion cesse l’année suivante si l’économie de l’offre qui est le vrai espoir du projet ne s’épanouit pas concrètement au terme de cet important effort.

L’effet dépressif est ainsi plus élevé que l’effet d’expansion pour la première année de la mise en place du programme. Dans ces conditions l’objectif de 1,5% de croissance en 2018 prévue par le programme parait hors de portée, tandis que les objectifs plus lointains ( jusqu’à 2,3% en 2022) semblent se heurter à la chute des gains de productivité.

Pourquoi ces multiplicateurs, 2,6 pour la dépense publique et O,4 pour la baisse de la pression fiscale, sont-ils si contrariants ?

Inégalités sociales croissantes dans la dépression

Démontrons en premier lieu qu’une baisse de la dépense publique affectera plutôt les classes populaires et moyennes que les classes aisées.

On peut certes envisager, ce qui n’est pas prévu dans le programme, un accès plus difficile aux services publics pour les classes aisées, espérer que les revenus moindres qui en découleraient (il faut par exemple payer davantage pour se soigner) donneraient lieu à une baisse de l’épargne et donc à un effet relance compensant l’effet contraction, mais il s’agirait de montants relativement faibles et sans impacts macroéconomiques. Il est donc assuré qu’une diminution importante de la dépense publique frapperait essentiellement, directement ou indirectement, les classes moyennes et populaires.  Directement en s’attaquant aux dépenses sociales, par exemple la diminution de revenus de transferts (allocations au titre du chômage, retraites, RSA, logement, etc.) Tout cela est bien prévu dans le programme avec en particulier un massif report des soins sur les ménages (15 milliards d’euros selon la Mutualité française).

Pour ces couches sociales il n’est pas question de compenser la chute des revenus associés à la diminution de la dépense publique par une diminution de l’épargne, celle-ci étant trop faible. En contrepartie, une diminution du prélèvement fiscal n’affecte que fort peu ces mêmes couches sociales.

De tout ceci, il résulte que la diminution des dépenses publiques affecte massivement et rapidement le reste de l’économie : les acteurs de ces couches sociales moyennes et inférieures ne pouvant plus dépenser ce qu’ils n’ont plus. Dit très brutalement, la diminution des dépenses sociales est directement une mauvaise affaire pour les entreprises livrant des biens et services aux ménages. Elle peut même entrainer la disparition de celles d’entre-elles qui se situent dans des bassins où les revenus de substitution sont très importants, avec, par conséquent, aggravation de la situation dans les banlieues et ses risques politiques, ce qu’on appelle depuis la dernière élection américaine « les banlieues des métropoles mondialistes ». Plus concrètement encore il est des zones en France où la somme des prélèvements qui frappent les entreprisses est beaucoup plus faible que la partie du chiffre d’affaires acquise sur les dépenses elles-mêmes assises sur des revenus de transferts. Les entreprises de ces zones -essentiellement la Grande Distribution - sont nourries par la dépense publique. On comprend ainsi l’importance numérique et l’enjeu de ce multiplicateur contrariant.

Par contre, pour les couches sociales aisées si la diminution de la dépense publique est d’impact faible, la baisse de la pression fiscale connait un impact non négligeable sur le chiffre d’affaires des entreprises leur livrant des biens et des services. Avec toutefois un très fort amortissement de cet impact provoqué par une épargne supplémentaire et des importations plus élevées dans un contexte de compétitivité faible des entreprises. Cela signifie concrètement que la baisse de l’impôt est de faible rendement sur des ménages habitués à des consommations haut de gamme que le pays importe. D’où ce multiplicateur faible, fort contrariant.

On comprend ainsi mieux le poids de ces multiplicateurs annoncés plus haut avec globalement un effet dépressif très lourd et aussi des effets très mal répartis entre les différentes couches de la société et les espaces de vies correspondants : la fracture sociale ne peut que s’aggraver. Avec un mouvement auto entretenu : Parce que l’effet dépressif est puissant, on ne peut qu’accélérer le processus enclenché si l’on veut maintenir les objectifs, de quoi entrainer la ruine économique et sociale du pays avec ses conséquences politiques. Ajoutons que l’effet baisse de l’impôt en principe très favorable, ne joue qu’une fois (ce qui suppose un relais très rapide des entreprises dans les projets d’investissements) alors que l’effet baisse de la dépense est reconduit pour 5 années. Ce chemin, très difficile ne sera pas emprunté par le nouveau Président de la République.

Occulter l’avenir

Il est possible d’aller plus loin dans l’analyse.

Quand on veut diminuer la dépense publique de 20 milliards par an, on s’aperçoit vite que le chantier n’est guère aisé pour celles des dépenses liées aux rémunérations. Sauf à licencier sans indemnités des fonctionnaires, hypothèse peu réaliste et exclue du programme, la suppression de postes ne signifie pas  une diminution de la masse salariale distribuée. La raison en est simple : il faudra continuer à supporter le poids des retraites. Ne pas remplacer un fonctionnaire n’entraine une diminution de la dépense publique que par la mort, à attendre, de fonctionnaires retraités. La baisse de la masse salariale, sauf affrontement direct non inscrit dans le programme, ne peut aller plus vite que ce qui est autorisé par les « sorties naturelles » des fonctionnaires. Et de ce point de vue le programme qui envisage une économie de seulement 15 milliards sur 5 ans parait raisonnable.  Par contre sans relance de l’offre par le secteur privé, ce scénario est aussi 120000 emplois non crées en 2018 et donc une aggravation importante du chômage.

Sachant que les dépenses publiques sont massivement des rémunérations (environ 75% du total de la dépense) on comprendra  mieux que le respect de la règle de la diminution annuelle de 20 milliards de dépenses passe soit par la baisse des consommations intermédiaires des services publics produits (baisse du chauffage dans les ministères et autres bâtiments publics, baisse de la consommation de papier, de seringues dans les hôpitaux, etc.) , soit par la baisse de l’investissement public ( non renouvellement ou non-modernisation des infrastructures publiques, participation peu active à l’effort de recherche, etc. ), soit la baisse des transferts directs aux ménages et aux entreprises ( soins médicaux, retraites, RSA, CICE, etc.)

On comprend ainsi que le respect d’un tel programme de diminution des dépenses éclipsera largement le souci de l’avenir et frappera lourdement les services et transferts directs : soins, revenus de substitution. On comprend aussi que face à cette difficulté, des poches de dépenses publiques seront sanctuarisées (ensemble du secteur médico-social par exemple) au détriment de l’investissement public et donc de la construction de l’avenir. Qu’en sera-t-il de la branche énergie, des investissements dans la protection de l’environnement, etc. ?

Le difficile épanouissement d’une économie de l’offre pourtant à la base du programme.

Bien évidemment, il est possible de renverser le raisonnement et dire que la diminution des dépenses publiques n’est pas la volonté d’occulter l’avenir mais au contraire de le préparer en extirpant de la sphère publique les poches de sous-productivité et autres activités inutiles. En termes gestionnaires, il est d’ailleurs possible d’affirmer que si l’on ne peut aisément diminuer la masse salariale, on peut élever la productivité du travail direct (produire autant de services avec moins de fonctionnaires), par exemple en augmentant le temps de travail, en le réorganisant, en luttant contre l’absentéisme, en supprimant les compétences multiples, etc. Ce que le programme prévoit très correctement.

Globalement, un tel scénario serait satisfaisant si les emplois de fonctionnaires libérés par des gains de productivité dans la sphère publique devenaient emplois nouveaux plus productifs dans la sphère marchande. Au fond, le choix d’une diminution de la dépense publique serait aussi celui de faciliter voire impulser une meilleure affectation des ressources. Encore faut-il se poser la question de savoir si cette contraction de la dépense publique autorise l’épanouissement du marché conduisant à cette meilleure affectation, ce que semble suggérer le programme avec un taux de chômage ramené à 7 % en 2022. Or la réponse est loin d’être évidente puisque l’effet dépressif relativement lourd est d’abord une contraction de la demande globale, donc des marchés dont l’encombrement global ne peut être vaincu que sur la base de l’innovation (HUBER remplace les taxis), ou de gains de compétitivité acquis sur une productivité fausse (baisse des salaires), ou réelle (progrès technique). Le résultat global de cette tentative de passage à plus d’économie de l’offre est loin d’être évident.

Il résulte tout d’abord de l’orientation de contenu de ces nouvelles offres. Si la digitalisation est massive, cela pose le problème de la répartition mondiale des gains de productivité en corrélation avec le risque du « winner take all ». Si la compétitivité résulte uniquement des effets mécaniques de la baisse de la dépense publique (charges sur salaires favorables à l’échelle micro mais aggravant le déficit de demande globale), aucun gain de productivité n’est enregistré. Seul le progrès technique, par ses effets revenus, permettrait dans ce cas de figure un soulagement à la contraction de la demande globale. Or ce progrès technique, que l’on peut imaginer facilité par la nouvelle politique (aucune preuve ne peut être apportée), exige un temps long en contradiction avec le temps court de la machine dépressive.

Au total, si personne ne peut militer pour le maintien des poches de sous-productivité de la sphère étatique, il est évident que la stratégie générale proposée est douloureuse.

Un véritable programme de reconstruction passe par des moyens complémentaires. Parce qu’il est très difficile de libérer l’offre globale en déprimant la demande globale, il faut changer de paradigme et libérer massivement l’offre dans un contexte de demande garantie.

Bruxelles peut-il dans ce contexte apporter une solution ?

L’oubli de l’Europe.

Le programme Fillon est ici beaucoup plus discret. Evacuant toute volonté de renégocier les Traités, le volet Politique Industrielle de l’Europe n’existe pas vraiment et se contente d’exhortations sur le numérique, la médecine, les transports ou l’énergie, autant de branches dont on aimerait qu’elle se transforment en « nouveaux AIRBUS ». Les paragraphes consacrés aux normes et la volonté de ne pas accepter le projet de libre-échange avec les USA sont plus crédibles

Beaucoup de discrétion, voire d’erreurs concernent l’Euro.

Ainsi on parle d’un Euro qui deviendrait monnaie de réserve sans savoir que le statut de monnaie de réserve repose aussi sur des réalités qui sont loin d’exister en Europe : domination politique et militaire avec déficit extérieur constitutifs de balances euros.

On évoque aussi des souhaits ou utopies : création d’une direction politique de l’euro, avec un secrétariat général de la zone qui serait indépendante de la Commission ; coordination à imaginer avec la BCE en vue d’une stratégie économique globale ; mise en commun des dettes couronnant l’achèvement d’une convergence fiscale ; etc.

Il n’y a donc aucune prise de conscience de taux de change entre pays dont l’inadaptation s’aggrave avec le temps. On ne parle pas du passager clandestin allemand qui bénéficie d’un taux de 25% inférieur à ce qu’il devrait être. On ne parle pas non plus de l’armée d’occupation qui accompagne nécessairement le paquebot euro : finance dérégulée, Banque centrale Indépendante, liberté de circulation des capitaux, etc. On ne prend pas conscience que le rétablissement de la compétitivité passe plus facilement par une dévaluation (baisse de prix externes) que par une attaque frontale du coût complet du travail (baisse des prix internes) et ce même si durablement les élasticités prix ont été anéanties par l’allongement des chaines de la valeur.

Libérer authentiquement l’offre

Libérer l’offre passe par un premier non-respect de la réglementation européenne en réquisitionnant le gouverneur de la banque de France[3]. Ce dernier aura pour mission de monétiser la dette et de permettre  les investissements massifs donnant accès  dans un premier temps au rétablissement du bon fonctionnement des infrastructures de base ( 55milliards d’euros pour EDF, 30 milliards pour le rail, etc.,  mais aussi l’équipement militaire, et surtout la lutte contre le dérèglement climatique) . Simultanément le reprise en mains du système financier dont les dirigeants seront aussi réquisitionnés, permettrait avec la monétisation assurée par la banque centrale d’envisager des investissements eux-mêmes massifs pour la mise à niveau d’un système productif (surtout industriel et agricole) devenu très en retard en termes de productivité, de diversité, ou de simple adaptation aux demandes nouvelles. C’est dans ce cadre porteur que l’offre nouvelle pourra se libérer et assurer ce qu’on appelle la montée en gamme du système productif français.

Maintenant parce qu’il faut que les investissements gigantesques capables de redresser le pays ne débouchent pas sur un non moins gigantesque accroissement des importations[4]….assurant la relance à l’étranger….il faudra profiter de la probable disparition de l’euro, (dont le fonctionnement était lié à l’indépendance de la banque centrale….devenue organe financier dirigé par un gouverneur réquisitionné), pour procéder à une dévaluation massive.

Bien évidemment, tout cela ne pourra se déployer sans effets pervers qu’il faudra savoir maitriser : élasticités/prix à l’importation et à l’exportation beaucoup trop faibles, contrôle des mouvements de capitaux, risques d’inflation, pénurie de devises, etc. Et bien au-delà l’exigence d’une certaine patience, le rétablissement de la puissance du pays ne pouvant s’opérer que dans le cadre d’une dizaine d’années.

 

[1] La Spirale du déclassement, Essai sur la société des illusions ; Seuil ; 2016.

[2] Chiffres du FMI confirmés par l’OFCE. http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/une-revue-recente-de-la-litterature-sur-les-multiplicateurs-budgetaires-la-taille-compte/

[3] http://www.lacrisedesannees2010.com/2016/10/candidats-a-l-election-presidentielle-saisir-les-premieres-cles-permetant-la-reconstruction-de-la-france.html

[4] Même sans croissance réelle le commerce extérieur français ne cesse de se dégrader avec un déficit de 48,7 milliards d’euros entre septembre 2015 et septembre 2016 , contre « seulement » 45,4 milliards un an plus tôt.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 10:06
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Jean Claude Werrebrouck
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche