Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 15:57

Avec le temps acheté par les banquiers centraux qui maintiennent en vie la machine à fabriquer de la dette pour empêcher l'effondrement financier et économique planétaire, beaucoup d'experts persistent dans l'erreur et concluent des raisonnements que le simple bon sens peut aisément récuser.

 Ainsi il est aujourd'hui affirmé haut et fort que si l'austérité est difficilement supportable, les premiers dividendes commencent à se manifester. Le cas de La Grèce, du Portugal de l'Irlande, de l'Espagne, mais aussi de la Lettonie sont ainsi évoqués pour vanter les mérites d'une compétitivité en voie de restauration.

Le moteur de cette compétitivité n'est évidemment pas la hausse de la productivité physique des facteurs de la production, il est plus simplement la baisse  sur la période 2009/2012 du coût salarial unitaire : plus de 20% pour la Lettonie, 12% pour la Grèce, 9,9% pour l'Irlande, 7,9% pour le Portugal, 7,4% pour l'Espagne.

Bien évidemment, il en résulte une baisse de la demande intérieure, elle même favorisée par la baisse de la dépense publique (santé, éducation, etc.). Cette baisse en volume depuis 2009, et calculée à partir d'une base 100 en 1999, correspond à 30 points pour la Grèce et la Lettonie, et approximativement 12 points pour l'Espagne et le Portugal.

Il n'est guère besoin d'être expert, pour comprendre que cette baisse de la demande intérieure, procure des effets bénéfiques en termes de recul des importations: la baisse est le produit de la propension à importer par la variation de la demande intérieure. A l'inverse, la baisse du coût du travail rend les exportations plus aisées, ce qui se manifeste de façon assez spectaculaire. Ainsi entre Janvier 2009 et octobre 2012, l'Espagne voit le volume de ses exportations mensuelles doubler, Grèce et Portugal augmentent de 80% leurs exportations, tandis que l'Irlande, pays déjà très exportateur avant 2008 ne fait que retrouver la situation d'avant la crise.  

Cette embellie due à la compétitivité, est évidemment un choc pour les autres pays fournisseurs et clients , essentiellement le reste de la zone euro, qui doivent encaisser en termes de recul d'activité, aussi bien la chute de la demande intérieure, que le regain des exportations de l'Espagne, du Portugal, de l'Irlande, du Portugal, etc. L'Italie est du reste sur le même chemin. Bien évidemment, les experts en raisonnement erronés risquent de répondre en disant que tous doivent prendre ce chemin difficile mais vertueux. Mais alors, si tous doivent davantage exporter et si tous doivent dégonfler la demande intérieure, aussi en réduisant les dépenses publiques, qui va acheter?

Nous le voyons il est impossible de na pas évoquer la question essentielle, souvent abordée dans ce blog: la configuration actuelle de la mondialisation, avec des chaines de la valeur très découpées pour répondre à la vieille crise du fordisme, n'a fait que développer un écart croissant, entre offre globale mondiale et demande globale mondiale.    Ecart comblé jusqu'ici, par la machine à faire de la dette, dont l'épuisement se matérilise en crise financière gérée faute de solution de façon de plus en plus accrobatique . Les châteaux de cartes sont comme les courbes: ils ne peuvent monter jusqu'au ciel.

A l'inverse, constatons qu le contrôle qualité des raisonnements économiques, n'arrive pas, lui, à décoller.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 23:00

Reprenant les propos de Daniel Stelter ("Endling the era of Ponzi Finance" dans Perspectives de décembre dernier, Jean Marc Vittori claironne à nouveau des raisonnements qui ne sont qu'une série d'inexactitudes (Les Echos du 15 janvier). le refrain est toujours le même:

 le monde développé aurait emprunté sur la richesse de demain pour financer la consommation d'aujourd'hui, ce qui laisse un lourd fardeau aux généations futures et réduit le potentiel de croissance future.

 La première erreur est que nous retrouvons ici, la problématique des choix individuels inter-temporels que nous exposent tous les manuels de base de l'enseignement de l'économie. Effectivement, le consommateur dont la "fonction utilité" - comme on dit dans les manuels- est telle qu'il est amené à consommer davantage que son revenu, se devra d'emprunter, ce qui limitera sa consommation future. Sauf que le raisonnement des manuels correspondants, se déroule dans le paradigme de la microéconomie, et que le raisonnement claironné dans tous les médias, est censé relever de la macroéconomie, une macroéconomie faite de la simple sommation des résultats micro économiques.

A l'échelle macroéconomique il existe des institutions (monnaie, banques, Etats, etc) qui bousculent les raisonnements additifs assimilant le tout comme la simple somme des partis.

C'est que la consommation à crédit- par exemple  des ménages  américains qui font leurs courses chez Wal-Mart, et de l'Etat américain qui achète des F35 chez Lockeed- correspond à une production, qui eut été fort dépourvue de débouchés sans la dette privée et publique. Argument qui ne peut évidemment apparaitre, lorsque l'on raisonne dans le cadre conceptuel de la micoéconomie.

Et loin d'affirmer stupidement, que l'on consomme trop avec de la dette, et qu'il faudra rembourser en travaillant davantage, le raisonnement non additif, nous fait penser que probablement les richesses produites - et invendables faute de dettes nouvelles - n'ont pas donné lieu à une distribution de revenu suffisante, une distribution en quantité et en qualité telle, que l'offre globale à l'échelle de la planète, soit assurée de rencontrer une demande globale qui lui soit égale.

Effectivement, la production chinoise est beaucoup trop importante par rapport à des débouchés muselés par des salaires trop faibles. Et effectivement les revenus salariaux américains sont bloqués par la concurrence asiatique. C'est donc la configuration, de la mondialisation - c'est à dire ses caractéristiques -qui empêche la demande globale de se hisser au niveau de l'offre. Sans doute pourrions- nous dire qu'à la faiblesse des salaires, doit correspondre des profits élevés et des revenus de la propriété très élevés. Mais, l'épargne qui en est la contrepartie, se transforme plus facilement dans le champs de l' investissement spéculatif que dans celui de la réalité économique. Toutes choses concrètement vérifiées tant leur visibilité est énorme.  

De cette première erreur découle bien sûr toute la fausseté du raisonnement. Si les prémisses du raisonnement  sont fausses, alors il en est de même des conclusions.

 Ainsi, la dette n'est pas vraiment un fardeau pour les générations futures. L'avenir serait autrement bouché si la dette n'existait pas: déjà trop faible, l'investissement n'existerait plus, si la tendance générale à la surproduction, devait se concrétiser matériellement en l'absence de toute opération de crédit supplémentaire aux particuliers et aux Etats.

 Et, surtout, la croissance future serait bien plus lourdement handicapée dans un contexte où l'investissement ( en l'absence de besoins d'amortissement et de simple remplacement, eu égard à la surproduction généralisée de marchandises) serait limité à celui entrainé par l'innovation. La dette privée et publique croissante, n'est ainsi que le prix à payer de l'actuelle configuration de la mondialisation.

Son avenir est ainsi tout tracé sur une courbe croissante, courbe qui ne peut rester telle que par le recours à la monétisation. Chemin que semble parcourir les grandes banques centrales du monde, amenées à connaître une véritable rupture épistémologique. A moins d'une mise en cause réelle des caractéristiques de la présente mondialistion, et en particulier la construction d'écluses permettant - et imposant- à tous les Etats acteurs de la mondialisation, l'équilbre de toutes les balances extérieures.

Le caractère grossièrement erroné de raisonnements, qu'on ne cesse de rabacher partout dans les médias, et qu'on reprend au niveau de toutes les conversations, est bien sûr un blocage dans  la prise de conscience et le dépassement de la grande crise. Blocage qui profite tout aussi certainement aux bénéficiaires de l'actuelle mondialisation. Il est néanmoins assez difficile à contester, tant il est vrai que chacun effectue le raisonnement au simple niveau individuel. Chacun, journaliste, citoyen, voire économiste - mais là les choses deviennent plus graves- raisonne dans le cadre de ce qui ,savamment, correspond à la question des choix intertemporels: oui si on consomme davantage que ce que l'on gagne, alors l'avenir est effectivement sombre. Mais comment expliquer simplement que le global n'est pas l'addition des singuliers?  

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 10:21

 couverture du livre

Le livre est en vente dans toutes les librairies

 

Kenneth Rogoff en évoquant les travaux de Robert Gordon et les opinions d'un certain nombre d'observateurs pense aujourd'hui que la grande crise serait aussi due à une longue stagnation  des technologies et de l'innovation. Longue stagnation qui serait aussi celle de la productivité. C'est l'idée qu'il exprime, avec précaution, dans les Echos du 19 Décembre.

 Il y a là un progrès dans la compréhension du monde tel qu'il est. Malheureusement, on ne voit pas encore dans la littérature, les liens entre chute des gains de productivité dès la fin des années 60, ce que l'on a appellé la crise du fordisme et toute la problématique qui a émergé pour perenniser le fordisme par d'autres moyens. Les lecteurs de ce blog savent que la mondialisation  fût préférée à la robotisation, et que les  contraintes liées à la nouvelle chaine de la valeur ont imposé ou largement favorisé ce que nous avons appelé la construction des autoroutes de la finance. Maintenant il est vrai aussi, que cette nouvelle répartition dans la chaine de la valeur, supposait la construction des autoroutes du transport, c'est à dire concrètement l'effondrement des prix, ce que nous avons appelé dans le blog le "fordisme de l'industrie logistique".

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 23:00

 

couverture du livre

 

 Le livre est dans toutes les librairies

  

Selon l'institut Coe-Rexecode qui vient de publier une étude : "La compétititvité française en 2012" la France cesserait de perdre des parts de marchés mais se trouverait dans une position historiquement difficile en termes de compétitivité.

L'aspect le plus intéressant de l'étude consiste toutefois à révéler que si le pays avait maintenu les parts de marché qui étaient les siennes en 2000, cela correspondrait aujourd'hui à un supplément de 190 milliards d'euros de PIB.  Il est difficile de vérifier un tel chiffre, tant il est vrai que nous ne disposons pas du modèle l'ayant établi. Toutefois au "doigt  mouillé", sachant que le PIB se monte à 2000 milliards d'euros, et que la population en activité est de l'ordre de 25 millions de personnes, un calcul grossier nous montre que la perte de compétitivité, correspond aussi à la privation  d'un peu moins  de 2,5 millions d'emplois.

La perte de compétitivité de la France n'est évidemment pas une perte de productivité puisque la productivité du travail y reste l'une des meilleures au monde. Mais dans la foule des variables explicatives il y a bien sûr la variable monétaire, un euro fort, qui garantit les pays emergents de leur  éventuelle sous productivité du travail. Si maintenant- et c'est le cas dans nombre de branches d'activité où le capital technique est aussi productif dans les pays émergents que dans les anciens pays développés- la productivité physique du travail s'uniformise, il n'y a plus que la variable monétaire pour compenser les inégalités de salaires et de modèle social.

De ce point de vue un euro élevé au rang de monnaie forte- aussi en raison d'une stricte indépendance de la BCE et de la gestion qui lui est idéologiquement et politiquement imposée- est une cause très importante de sous compétitivité. Un bon argument pour mettre fin au carcan de la BCE et d'exiger un financement sans limite des Etats qui ferait plonger l'euro et libérerait des moyens considérables pour l'investissement public aujourd'h ridiculement faible.

L'institut Coe-Rexecode nous rappelle ainsi sans le dire que la "drogue euro" détruit l'emploi avant de détruire l'Europe elle-même.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 15:02
Autres articles dans Actualités et Espace Économie Alternative


Un espace de parole animé par < André-Jacques Holbecq >
 
Jean-Claude Werrebrouck en conférence à Gap le 29/10: le discours de la crise et ses mensonges

Conférence – débat: Le discours de la crise et ses mensonges

par Jean-Claude Werrebrouck, auteur du livre BANQUES CENTRALES: couverture du livreindépendance ou soumission ?

Un formidable enjeu de société, Ed. Yves Michel

Lundi 29 octobre – 18h30 à GAP

GAPOTEL, 18 Avenue Emile Didier (Avenue d’Embrun) à Gap

Pour réserver le dîner: 04 92 52 37 37

Ex-professeur de sciences économiques à l’Université de Lille 2, Jean-Claude Werrebrouck s’est d’abord intéressé aux questions du développement, puis de l’économie pétrolière. Devenu directeur D’IUT, puis l’un des fondateurs des Instituts Universitaires Professionnalisés (IUP), il a orienté ses réflexions vers les questions liées au fonctionnement de l’Etat et du management public en général.

C’est l’avènement de la présente crise qui l’a invité à redéployer partiellement le champ de ses réflexions avec la publication récente de près d’une centaine d’articles sur ce qu’il appelle la « crise des années 2010 », et pour laquelle il a conçu un blog. www.lacrisedesannees2010.com

Jean-Claude Werrebrouck est aussi engagé dans des groupes d’actions et de réflexions tels « Roosevelt 2012 » ou le « manifeste pour un débat sur le libre échange ».

www.lacrisedesannees2010.com 

 



Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 17:42

 

Très souvent les débats concernant la grande crise empruntent le chemin du solide bon sens populaire et se ramènent à des conclusions inexactes. Ainsi en est- il   de la sempiternelle question de la dette, avec l’idée selon laquelle la France – pour prendre un  exemple parmi tant d’autres- vivrait depuis 30 ans au dessus de ses moyens et aurait abusé de facilités d’emprunts à bon marché.

L’utilisation de l’anthropomorphisme est simple, mais inappropriée pour décrypter un processus complexe. C’est qu’au-delà de l’erreur factuelle selon laquelle l’emprunt serait moins coûteux – rappelons qu’il était gratuit en mode hiérarchique de gestion de la dette avant 1973 – l’Etat n’est pas la France, et surtout, cette dernière n’est pas une personne à qui l’on pourrait demander de cesser de dépenser plus qu’elle ne gagne. Dans « Le monde tel qu’il est », nous avons souligné et précisé –  à l’intérieur d’un cadre juridique appelé nation, cadre qu’il faut décoder pour bien le comprendre-   la nature de l’interaction sociale entre des groupes d’acteurs clairement identifiés : Entrepreneurs économiques, entrepreneurs politiques, citoyens, salariés, consommateurs, épargnants.

C’est le mode d’articulation entre ces groupes, lui-même résultant de contraintes diverses, par exemple la fin du Fordisme pour ce qui est de la présente crise, qui a développé le choix de la dette contre celui de l’inflation. A partir des années 80,  La France, comme beaucoup d’autres pays– pour en revenir à l’anthropomorphisme que nous dénonçons – « choisit » la fin de l’inflation et le commencement de la dette. Ce mode d’articulation où il deviendra de l’intérêt supérieur des entrepreneurs politiques de légiférer sur la mondialisation, sur le statut de la banque centrale, sur les mouvements de capitaux, etc. ne relève pas d’un déterminisme mécaniciste. C’est dire qu’il aurait pu être autre, accouchant ainsi d’un possible autre monde qu’on ne peut connaître. Et le mode d’articulation est rarement un projet humain : les hommes sont et seront toujours dépassés par une histoire qu’ils ne peuvent maitriser.

L’interaction sociale, et ce presqu’à l’échelle planétaire, fût telle qu’une immense machine à générer de la dette s’est mise en place , ce qu’on désigne de façon plus académique par l’expression « d’industrie financière ». Tel fût le compromis du moment. La présente grande crise qui met en spectacle l’effondrement – par étapes - de l’immense machine, révèle les limites du compromis qui s’est constitué (l’articulation entre groupes d’acteurs) dans les années 80. Simultanément, l’immanence, toujours présente chez les hommes, retarde le basculement vers un autre monde. D’où l’aspect « bricolage », de toute les mesures prises par les entrepreneurs politiques de tous  pays, depuis le déclenchement de la grande crise.

La dette n’est pas affaire de personne irréfléchie (anthropomorphisme) : elle est le résultat non attendu de choix de groupes sociaux antagonistes, à la recherche d’un possible vivre ensemble. Comprendre le monde tel qu’il est n’est pas facile , d’où l’impérieuse nécessité de ne pas  abuser de simplifications inexactes qui embrouillent et masquent une réalité déjà fort complexe.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 13:34

                                              

Vivre en société, c’est reconnaitre qu’il existe indépendamment de chacun des participants, un objet intermédiaire qui leur est commun, et exprime l’universel du groupe. Les croyances, les valeurs, la morale, la langue, etc. constituent ces objets communs assurant la communication, et le rapprochement de chacun vis-à-vis des autres. Beaucoup de ces objets de communication sont d’une essence naturelle, et assurent la survie des participants. Dans cette vision des choses, les sociobiologistes,  considèrent que la vie en société, est seule susceptible d’assurer les trois grandes fonctions du vivant, à savoir , l’autoconservation, l’autoreproduction et l’autorégulation. Simplement ces trois fonctions,  à l’inverse du monde animal, sont diversement  interprétées chez les humains, ce qui donne l’infinie variété des universels, donc des cultures, voire des civilisations.

Hayek considère que cet universel s’est spontanément construit. Produit de l’interaction sociale, indépendant de la volonté de chacun, et donc extériorité surplombant les acteurs. Il reste que cet universel peut faire l’objet de convoitises et de conquêtes …. par  les hommes eux-mêmes, assurant ainsi ce que ce même Hayek appelle :le passage des ordres spontanés vers les ordres organisés.

Alors que l’universel est patrimoine commun, ce qu’on appelle « politique » est un processus de privatisation : des individus, vont se rendre maitre de tout ou parti de l’universel, et fonder ce qu’on appelle l’Etat. Les libertariens  - notamment Robert Nozick et son école jusqu’à Bertrand Lemennicier en France-  ont ainsi expliqué et décrit le "Big Bang de l’Etat", sans doute beaucoup mieux que Marx, mais à partir d’une vision proche : l’Etat est une aliénation dont les moyens – tout ou parties de l’universel-  permettent d’engendrer et de reproduire des inégalités durables entre les hommes. Vision proche, et non semblable, puisque l’Etat est outil de la reproduction d’antagonismes de classes, sans  lui-même être directement prédateur, chez Marx; alors qu’il est d’essence prédatrice chez les libertariens tout en autorisant des antagonismes entre les victimes de la prédation. Les inégalités ainsi produites, ne relèvent pas de la nature, elles sont socialement construites, et ont pour effet  de produire et reproduire des rentes : tributs, impôts, privilèges, lois démocratiques, etc.

La très grande supériorité du modèle libertarien , au-delà de la très stupéfiante confirmation de celui de Marx, consiste à pouvoir évoquer l’action de l’Etat, par exemple dans les rapports économiques, en sachant de quoi l’on parle. Ce qui n’est assurément pas le cas des autres paradigmes , notamment ceux de la théorie économique – Classique , néo classique, keynésienne-  qui évoquent l’objet Etat à partir d’une vision angélique de celui-ci . Une instance conçue pour produire de l’intérêt général, sous la forme d’un intérêt public, dépassant la logique de marchés en déséquilibres (Keynes), ou sous la forme d’une béquille aidant des marchés avantageux pour tous (néo classiques). Pas de théorie du « Big bang »,  donc pas de vision causale de cette réalité en devenir qu’est l’Etat, et donc paradigmes contestables en ce qu’ils ne respectent pas les contraintes d’une tentative de démarche scientifique. Avec bien sûr le danger d’aboutir à des théories normatives…. Ce que nous avons appris à désigner dans ce blog la « théologie économique ».

Pour autant, la vision libertarienne n’échappe pas davantage à la démarche théologique, et il est surprenant de constater la normativité de contenus qui aboutissent à conseiller ces ennemis radicaux que sont les "entrepreneurs politiques". Nous avions déjà abordé cette question dans un article publié le 3/3/2009 : « Crise : grand retour de l’Etat ou utopie post-politique ? ».

D’où une accumulation de critiques, souvent fondées, et tout aussi souvent, une accumulation de propositions irréalistes.

Pour ne prendre qu’un exemple, tel est le cas de la critique du présent système monétaire et financier, à partir de l’idéal d’un système monétaire vivant en ordre spontané. La vision libertarienne est assez simple. La monnaie s’y définit comme n’étant qu’un instrument, dont la forme s’adapte à son objectif permanent, à savoir diminuer en sécurité –donc en respectant les droits de propriété – les coûts de transaction résultants de l’échange. Vision qui explique que des marchés libres, et donc des banques libres, sont seuls à pouvoir assurer les transactions dans un ordre concurrentiel : chaque banque émet sa monnaie, et se sait surveillée par les agents qui exigent la parfaite convertibilité de chacune des monnaies émises. D’où une auto surveillance d’une émission monétaire que le marché se charge de contrôler, voire de sanctionner. Les libertariens expliquent aussi avec une grande précision que dans un ordre organisé, les choses se présentent différemment, avec un prédateur public – monopolisant la violence monétaire (dilution, seigneuriage, cours légal , etc.) directement, ou indirectement, par le biais d’une banque centrale chargée d’une politique monétaire. Et il s’agit d’une privatisation d’une partie de l’universel humain,  à savoir l’appropriation, par des entrepreneurs politiques, du marché de la monnaie, que chacun des acteurs générait en ordre spontané, et marché qui surplombait chacun d’eux, au point d’en faire un objet extérieur commun aux acteurs. A plusieurs reprises - cf notamment les articles consacrés aux rapports historiques entre banques centrales et Trésor - nous avons souligné la complexité du jeu des acteurs en ordre organisé, notamment en démocratie : acteurs financiers, citoyens, entrepreneurs politiques, etc.

Disposant d’un outil  très puissant pour l’analyse, on pourrait attendre des libertariens, tout autre chose que l’ensembles des propositions qu’ils font traditionnellement pour résoudre la  crise : retour à l’étalon –or, concurrence entre monnaies librement émises par les banques, responsabilisation maximale des acteurs financiers mis en face de la rigueur des droits de propriété, fermeture des banques centrales, mise en extinction de toutes les monnaies politiques dont bien entendu l’euro, etc. Autant d’exhortations adressées à des entrepreneurs politiques dont ils savent, plus et mieux que d’autres, qu’ils feront tout pour ne pas les transformer en actes concrets . Tout simplement parce que le fonctionnement logique des ordres organisés s'y oppose.

Sachant que le modèle du « Big bang de l’Etat », même imparfait - ce que nous avons souligné dans un texte lui-même très imparfait ( « Pour mieux comprendre la crise : déchiffrer l’essence de l’Etat »)- est le seul actuellement disponible pour saisir les phénomènes humains dans leur globalité, il est regrettable que ses défenseurs, ne l’utilisent pas davantage pour comprendre la genèse de la crise, son développement, et les scénarios qui en découlent, aux fins d’une prospective, qui puisse aussi devenir un avenir plus ou moins souhaitable pour l’humanité. Il est effectivement paradoxal que les  libéraux puissent être normatifs, alors même qu’ils n’ignorent pas le caractère irréaliste des propositions énoncées. En revanche, armés d’un outillage théorique plus satisfaisant pour décrypter la réalité, ils sont les seuls à nous faire comprendre la nature profonde des rapports de forces se manifestant dans un ordre organisé. Et à pouvoir effectuer des propositions sur les marchés politiques - ce que nous appelons, dans le jargon de ce blog, des "produits politiques" - et propositions les plus adaptées à l’évitement d’un désastre. L’humanité vit au sein d’ordres organisés, ce qui- sans doute-  terrorise les libertariens, mais peu d’humains contestent qu’il est des ordres organisés préférables à d’autres. Et ces mêmes humains, ont au moins la connaissance intuitive que l’ordre spontané n’est pas de ce monde. La disparition des banques centrales n’est pas à l’ordre du jour, la concurrence monétaire non plus. Par contre des évolutions importantes sont prévisibles, et peut-être souhaitables, et ce même s’il ne saurait exister d’intérêt général. De ce point de vue l’école française de la régulation, tout à la fois proche et ennemie des libertariens, reste étrangement silencieuse.

Davantage de réalisme dans les propositions, ne pourrait que confirmer la supériorité du modèle libertarien de compréhension du monde tel qu’il est. Les « Think Tanks » libertariens y ont tout à gagner.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Jean Claude Werrebrouck
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche