Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 15:12

Il est curieux de voir la littérature contemporaine s’interroger sur le travail présent  et à venir des BC[1], et ce sans en connaitre sa réaiité institutionnelle profonde. Et la connaissance de cette réalité passe par celle d’une identité qui s’est  forgée au travers d’une histoire que nous avons rapidement évoquée dans la première partie du présent texte. De ce point de vue les BC présentes ne sont jamais que les formes transformées d’une réalité qui s’est constituée en rapport étroit avec le politique au sens le plus large.

La première partie de notre texte a cherché à mettre  en évidence que l’Histoire des banques centrales et du statut de la monnaie étaient le fruit de la rencontre entre acteurs, ou plus rigoureusement entre variables dépendantes : Etat et entrepreneurs politiques, banquiers, entrepreneurs économiques, demos (reste de la population). Cela donne plusieurs configurations historiques :

Banques centrales et monnaie peuvent être monopolisés par les seuls entrepreneurs politiques. Au-delà des diversités de pure forme, Trésor Public et banque centrale se confondent et ne constituent qu’une seule institution. Cela engendre un monde vertical, possiblement totalitaire ou démocratique, et au regard  de la loi d’airain possiblement souverain  ou dépendant . Historiquement nous avons là les premières civilisations, ou la très courte période qui est celle d’une partie du 20 ième siècle, une période où la loi d’airain est maitrisée sans que cette dernière n’exerce une influence déterminante sur la nature des régimes politiques. Au regard des autres acteurs, en particulier entrepreneurs économiques ou demos, un choix secondaire peut être laissé entre niveau de pression fiscale et niveau de monétisation.

Banques centrales et monnaie sont des autorités fruit d’un partage entre pouvoir des entrepreneurs politiques et pouvoir des banquiers. Cela donne un monde où la verticalité politique accepte une horizontalité marchande avec bénéfices possiblement partagés avec les entrepreneurs économiques. Le reste de la population restant soumis à l’impôt. L’exemple historique est celui de l’Europe du moyen -âge jusqu’à la première guerre mondiale. La loi d’airain de la monnaie s’impose à tous les acteurs et aucun choix n’est laissé entre fiscalité variable  et monétisation impossible.

Banques centrales et monnaie sont des autorités fruit d’un partage très inégal entre entrepreneurs politiques et Banquiers. Les premiers font le choix d’une servitude volontaire au service des seconds en réintroduisant massivement la loi d’airain de la monnaie, et ce en allant jusqu’à la naissance du « curieux marché » exposé dans la première partie du présent article. Cette dernière loi est l’outil nécessaire à l’illimitation d’une économie que les acteurs (entrepreneurs économiques) ont besoin de sécuriser. La mondialisation exige une homogénéisation des règles du jeu monétaire et donc une marginalisation des Etats (dérégulation généralisée). Nous avons là l’ère des banques centrales dites indépendantes.

Loi d’airain avec toutefois, dans cette configuration, une exception, celles des USA. La fin de Bretton-Woods (15 aout 1971) n’est pas l’abandon mondial de la loi d’airain (fin de la convertibilité du dollar en métal) mais la fin de la loi d’airain pour les seuls Etats-Unis. D’où le maintien au moins temporaire  de l’hyper-puissance américaine. Monde par conséquent complexe, avec pouvoir accru d’une fiance américaine, recul relatif des Etats soumis à la loi d’airain, domination des entrepreneurs économiques américain, domination des entrepreneurs politiques américains. Et monde aussi très complexe car la fin de la loi d’airain pour les seuls USA nourrit de nouveaux entrepreneurs économiques et politiques  en Asie, avec en perspective le basculement du monde vers l’Asie.

Nous sommes aujourd’hui dans une tentative ultime de pérennisation de la configuration précédente. Banques centrales et monnaies voient leur autorité assise sur un nouveau partage des pouvoirs. Les Etats et leurs entrepreneurs politiques sont toujours en situation de servitude volontaire (maintien du curieux marché) mais l’armature juridique qu’ils tiennent encore (définition de la base monétaire, cours légal et forcé etc.) est devenue tellement menacée que l’ensemble du système financier est tenu- à peine d’effondrement- de les aider quoi qu’il en coûte. Chaque acteur du jeu social devient à la fois dépendant et outil de capture. Les banques centrales toujours officiellement indépendantes deviennent de simples outils capturés : elles monétisent massivement la dette publique. La double servitude volontaire entre banquiers maitrisant partiellement la banque centrale et entrepreneurs politiques devenus mendiants, ouvre une coopération attentive pour maintenir hors de l’eau, cette fois, la totalité des acteurs : les entrepreneurs économiques et l’ensemble de la population. La monétisation massive à l’échelle de la planète va ainsi ré-autoriser le choix d’une moindre fiscalité associée à un monde économique de plus en plus irréel. Face à cette configuration, les Etats vidés de leur contenu et désarmés, vont laisser- pour se sauver eux-mêmes-  nombre de leurs souveraines prérogatives à leurs  banques centrales.

Les exemples sont  nombreux. Nous prendrons les plus importants : ceux de la FED et la BCE.

Premier exemple, celui de la banque centrale américaine. La FED  toujours officiellement indépendante est de fait l’outil indispensable de la politique budgétaire de l’Etat Fédéral. Sans achats massifs de dettes publique, il est clair que le plan américain de relance serait rigoureusement impossible. Mais l’on sait aussi que l’augmentation considérable du bilan de la FED, (plus de 3000 milliards de dollar entre mars et juin 2020), passe par son intervention sur la dette d’entreprise et les ETF émis par des fonds indiciels. Clairement on aide l’Etat fédéral, mais on l’aide aussi en maintenant la simple « façade financière » d’une activité économique dont l’effondrement peut rejaillir sur le politique. Nous n’en sommes pas à la monétisation par achat direct d’actions, mais le maintien des cours de la dette corporate permet par le bais de SWAPS de transformer cette dernière  en actions….d’une certaine façon, la FED devient organisatrice d’un actionnariat plus ou moins déconnecté de la réalité économique. Parce que potentiellement les prix de marché deviendraient une bombe, la FED est l’instance qui -comme au bon vieux temps du Gosplan soviétique- permet à l’ensemble des acteurs de se maintenir à flot. Avec bien sûr de considérables inégalités, puisque seuls les épargnants ont la possibilité de se porter acquéreurs d’actifs gonflés par la FED. Les revenus redistribués sont moins ceux de l’économie réelle que ceux de la spéculation tenue à bout de bras par la Banque centrale. Les canaux de cette redistribution sont nombreux : commissions bancaires accrues sur la transformation de la liquidité distribuée en titres nouveaux, rachat d’actions et montée artificielles des cours, liquidités se transformant en matière première pour de nombreux « shortsellers » spécialisés ou cachés dans les hedge funds, hausse vertigineuse du prix de vente des données (data), etc. Et parce que la dette devenue ingérable de l’Etat américain se double de la dette des pays émergents, il est possible par le biais d’accords de SWAPS sur plus d’une quinzaine de banques centrales d’assurer la liquidité de Banques centrales périphériques gravement affectée par la crise. Ainsi nait une véritable fédération hiérarchisée de banques centrales, toujours officiellement indépendantes, dont l’ultime vocation est de sauver les Etats pour sauver planétairement la gigantesque pyramide financière, de façon prioritaire   les banques et le shadow banking, et de façon beaucoup plus périphérique, les entreprises et l’emploi.

Second exemple, celui de la banque centrale européenne. La BCE est-elle aussi- très active, avec un total de bilan qui passe de 1150 milliards d’euros fin 2006 à 5636 milliards eu 19 juin 2020. Le concours à court terme aux banques sur le marché monétaire constituait avant la crise de 2008 l’essentiel de son bilan, et les concours à long terme tant aux banques qu’aux Etats étaient insignifiants. Aujourd’hui le concours à moyen et long terme aux banques est devenu le cinquième du bilan (18%) et celui offert aux Etats représente 59% du même bilan ( 3326 milliards d’euro sur 5636). Les activités de simple infrastructure monétaires sont devenues complètement marginales avec des crédits à court terme aux banques ne représentant que 0, 00008 du total du bilan. Des chiffres qui – à tout le moins- font comprendre, d’abord l’étonnement, ensuite  l’accusation  de non proportionnalité  de la Cour de Karlsruhe. Au-delà une activité de surveillance des banques, non pas quant à leur solvabilité, mais quant à l’utilisation des crédits alloués est de plus en plus d’actualité. Et plus loin encore il est aujourd’hui proposé à la BCE, de définir et prendre en charge de véritables objectifs de dette publiques, et de programmer, dans le détail, des politiques d’achat d’obligations d’entreprises, dont le contenu qualitatif serait finement précisé : éligibilité à la collatéralisation, à la cause climatique, etc. le tout assorti de protocoles de reporting tout aussi précis. En attendant des précisions, c’est Plus de 40 milliards de subventions qui viennent d’être octroyées aux banques par le biais des 1300 milliards d’euros de crédit à moyent terme assortis d’un taux de -1%. Pour sauver les Etats toujours prisonniers du « curieux marché » il faut d’abord sauver les banques afin qu’elles puissent participer au  marché sauveur des Etats….

Les Etats progressivement vidés de leur contenu sont même invités à entrer en désobéissance avec leur ordre Constitutionnel… une situation que l’on découvre dans le vote du Bundestag autorisant, contre la décision de juge suprême de Karlsruhe, la Bundesbank à continuer l’aventure du QE au sein de la BCE….

Conclusions

Si l’on tente de dresser un bilan de la présente situation, nous sommes invités à reprendre l’histoire de la grande aventure des Etats. Le regretté Pierre Clastres[2], étudiant les sociétés dites primitives et sans Etat, avait évoqué le « coup d’Etat créateur de l’Etat » pour marquer la capture du politique par cette nouvelle instance dans l’histoire de l’humanité.

Si l’on reprend le moment plus politique qui imprégnait la première partie du présent texte publié le 1ier juillet dernier, Il est possible de se demander si la nouvelle forme de la capture n’est pas celle des banques centrales dont on continue d’affirmer- contre vents et marées- qu’elles sont indépendantes. La grande aventure fut d’abord celle des Etats : captant le politique, les premiers entrepreneurs politiques de l’Etat embryonnaire sont longtemps restés prisonniers de la loi d’airain de la monnaie. La suite est l’apparition d’un partage toujours renégociable de la capture entre entrepreneurs politiques, banquiers, et entrepreneurs économiques. L’apparition du demos et de l’éventuelle démocratie correspondante n’étant que la dernière forme de la capture, celles idéologiquement vécue comme « intérêt général » et de la « neutralité de l’Etat ». A cette situation réputée neutre correspondait celle des banques centrales enkystées dans les Etats et porteuses d’une fin possible de la loi d’airain de la monnaie.

La situation est aujourd’hui inversée : ce sont les Etats et leurs entrepreneurs politiques qui sont enkystés dans une banque centrale devenue outil de sauvetage généralisé pour tous les acteurs. De fait, la nouvelle banque centrale est, telle un Etat, au -dessus ou en surplomb au regard de tous les acteurs, chacun d’eux exigeant d’elle le travail d’un Ulysse : empêcher, au moins à court terme, l’effondrement du monde.

 


[1] Par exemple Patrick Artus qui propose une remise en question du rôle des banques centrales en décrivant ce qu’elles font  sans en approfondir l’identité.  ( cf son article dans les Echos du 15/06/2020)

[2] Cf son ouvrage majeur : « La société contre l’Etat » ; Editions de Minuit ; 1974.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Laurent 28/07/2020 16:54

Bonjour citoyen Jean-Claude, je trouve très intéressante votre histoire du couple monnaie/banque centrale. J'ai une lecture un peu différente en raison de l'entropie que vous citez un moment dans votre texte. Il me semble que l'entropie est bien le problème de toute société humaine car l'énergie n ne se crée ni ne se consomme, elle se transforme et l'entropie augmente à mesure de cette transformation. Il me semble que le comportement nouveau de la BCE est une ultime pirouette pour échapper non pas à la loi de la monnaie mais à celle de l'énergie... sans énergie pas de croissance ! Les Empires du passé contrairement aux sociétés tribales, pouvaient croitre par l'exploitation de ressources diverses (mines, forêts cf Gilgamesh et Houmbaba, production agricole) permise par l'esclavage mais dès qu'une épidémie frappait la croissance était interrompue jusqu'à ce que les forces se reconstituent... dans nos économies modernes, la croissance est portaée par les ressources fossiles dont les pics de production sont en cours de dépassement la croissance devient donc impossible mais les rentiers veulent continuer de profiter du confort de la rente, il faut donc pour cela masquer l'effondrement par la création illimitée de monnaie alors qu'il eut été plus sage d'anticiper l'effondrement. Pour l'heure, il semble que l'illusion financière fonctionne mais pour combien de temps encore. Il n'y a plus que des bulles spéculatives (gaz et pétrole de schiste, immobilier, bourses des multinationales et des NTIC) dont la pandémie de covid-19 a pour le moment masqué l'éclatement...
Juste deux rappels, pic de production de pétrole conventionnel au USA, 1970 ! Pic de production en Mer du Nord, 2010 ! La croissance de la dernière décade n'a été portée que par les pétroles non conventionnels, le charbon et le gaz, ce qui accélère également l'entropie du système Terre c'est à dire la chaleur du système ! Les idiots ou les menteurs qui nient le réchauffement climatique ne connaissent rien aux lois de la thermodynamique qui sont beaucoup plus sévères que la loi de la monnaie qui n'est comme vous le rappelez qu'une création humaine donc qu'une convention basée sur la confiance et rien d'autre.

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche