Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 09:49

La BCE vient de publier un rapport d’une cinquantaine de pages sur un « euro numérique ».

L’affaire est sensible et se nourrit de la disparition des pièces et billets traditionnels, de la numérisation croissante des activités et, sans doute, de l’apparition jugée inopportune de crypto-monnaies privées. Le rapport n’évoque que très peu les implications concrètes d’une monnaie numérique « Banque Centrale » et conclut surtout sur la nécessité d’une enquête approfondie devant déboucher sur des expérimentations au cours de l’année 2021. Le présent texte tente d’identifier les tendances mécaniques lourdes d’un tel projet.

La monnaie numérique remplaçant les pièces et billets serait de fait, la possibilité pour les agents privés, de disposer d’un compte à la Banque Centrale comme traditionnellement les Etats et les banques. Il s’agirait d’une nouveauté majeure -a priori peu compréhensible- tant il est vrai que la crypto-monnaie pourrait être techniquement entièrement construite et gérée par le système bancaire classique.

Très vite - même si temporairement on associe comme le suggère le rapport, le système bancaire - il apparaitrait qu’un tel dispositif serait autrement plus rationnel que le dispositif présent. En effet, la monnaie numérique « Banque centrale » correspond à l’apparition d’une infrastructure très efficace de circulation de la valeur tant au niveau national qu’au niveau international : le marché interbancaire devient largement inutile et la sécurisation des transactions devient totale. Infrastructure, unique ou presque, de la circulation de la valeur, la BCE numériquement équipée ne ferait plus qu’enregistrer, à vitesse exceptionnellement élevée, les mouvements de compte à compte et ce, sur un document unique qui est son bilan. Bien sûr, la liberté est sans doute menacée, puisque désormais, la circulation laissera des traces utilisables par l’autorité monétaire. Billets et pièces n’avaient pas d’odeur, ce qui ne sera plus le cas même si l’on prend un luxe de précautions. De fait, la tendance lourde, si le projet devait aboutir, est la construction progressive - loi des rendements croissants aidant - d’un monopole naturel autrement plus performant que le système décentralisé d’aujourd’hui.

Cela signifie une lourde menace pour les banques traditionnellement - et considérablement - aidées par une BCE qui n’hésite pas à les subventionner par des prêts gigantesques à taux négatifs. En effet, si la disparition d’un numéraire encombrant correspond à une diminution des coûts de fonctionnement, à l’inverse, une augmentation de volume de la monnaie numérique correspond aussi à des dépôts bancaires plus réduits. Bien évidemment, le rapport précise que ladite monnaie ne concernerait que les « paiements de détails ». Toutefois, il est clair que la rationalisation apportée incitera les titulaires de comptes numériques à voir les choses en plus grand : pourquoi ne pas utiliser ce moyen facile pour concrétiser des achats plus importants voire des quasi investissements s’agissant des ménages ? En allant plus loin pourquoi - du point de vue des entreprises et des ménages - ne pas abandonner le compte bancaire traditionnel d’une institution jugée moins sûre et se réfugier en totalité dans un compte numérique d’une institution dont on sait que la faillite est impossible ? De ce point de vue, la concurrence du monopole naturel, sans même évoquer la possible élimination des entreprises de paiements électroniques, se ferait spontanément implacable, et il faudrait toute l’autorité des administrateurs de la BCE pour empêcher cette dernière de « commettre un malheur ». Malheur qui serait gigantesque, si d’aventure les comptes traditionnels s’asséchant, les actifs bancaires devaient se réduire et provoquer une crise financière. De fait, si dans un tel projet les personnels politico-administratifs confirment leur choix de servitude volontaire, il y aurait conflit entre les usagers (ménages et entreprises) qui souhaiteraient un compte numérique élargi et les banques et le système financier, qui veilleraient à en réduire le périmètre. La gestion de ce conflit ne donne pas lieu à solution unique et la BCE peut très bien trouver un consensus en achetant massivement les actifs financiers, lesquels seraient menacés de réalisation par des banques en cure d’amaigrissement du côté de leur passif. Ce dernier choix par la banque centrale la rendrait véritablement maitresse du jeu et la transformerait encore un peu plus en proto-Etat. Moins brutalement, la BCE pourrait envisager une solution plus décentralisée et laisser davantage de place aux banques, en leur accordant le bénéfice d’une délégation de service public, aux fins de gérer les nouveaux comptes numériques. Cette version plus conglomérale ne permet toutefois pas de dépasser l’impression de « totalisation » qui émanerait de la concrétisation d’un tel projet.

Quoiqu’il en soit, si le projet devait se matérialiser, la puissance de la BCE deviendrait - par le jeu classique de la construction d’un monopole naturel - considérable, et son bilan serait à nouveau alourdi. Désormais, tous les acteurs de la société européenne seraient sous la coupe d’une institution détentrice, par le biais des comptes, d’une partie substantielle de leur patrimoine. Et cette institution serait, en suivant ces comptes, spectatrice de toutes les relations entre tous les agents européens : Etats, banques, entreprises, ménages, extérieur….

Cette puissance et cette totalisation nous rappelle un peu l’histoire du Système de Law au cours de la période 1718- 1720. Il est difficile de donner un nom à cette gigantesque construction issue d’un accord ente le Régent et Law. D’où l’idée de « Système » dans lequel, Banque royale et Compagnie d’Occident, avalent un grand nombre d’institutions de l’époque (y compris les autres compagnies : voire le très complexe système de collecte de l’impôt) et vont former un vaste conglomérat et une totalisation. Totalisation, dont on ne sait plus si elle est d’essence privée ou d’essence publique. Bien sûr, le point de départ fût la question de la dette publique et de la rareté monétaire, mais cette réalité caractérisait aussi un certain état de la société à la mort du Roi Soleil. On connait l’issue catastrophique de cette construction au cours de l’année 1720 : un excès dans l’émission de papier monnaie par la Banque pour soutenir le cours de la Compagnie. A l’époque, comme plus tard pour les assignats, ce que nous avons appelé la « loi d’airain de la monnaie » joue pleinement. La société n’est nullement prête à abandonner le métal précieux et très vite l’émission monétaire est contestée et prendra ultérieurement la forme d’une panique. Les dirigeants du Système - comme plus tard les révolutionnaires - savaient cela, connaissaient déjà la loi d’airain et précisément, le projet ultime de Law était, grâce à la totalisation mêlant privé et public, d’aboutir à la démonétisation du métal. La richesse n’est pas l’or mais ce que pourra produire la compagnie et ses satellites. Même chose pour les révolutionnaires : l’or doit disparaître et un « projet de décret pour démonétiser l’or et l’argent » est présenté au législateur le 1er décembre 1793. Il ne sera jamais promulgué car anthropologiquement, idéologiquement, socialement, inacceptable.

Au niveau BCE, la nouvelle totalité qui pourrait se mettre en place est bien plus performante que celle du système de Law. Il n’y a pas à craindre de panique du côté des marchés : la BCE peut émettre autant de monnaie qu’exigée par le soutien des cours boursiers, ce qui n’était pas le cas de la Banque royale, enkystée dans la Compagnie. Il n’y a plus de loi d’airain et les euros émis massivement consolident l’ordre alors que les papiers de Law vont développer le chaos. La BCE est bien potentiellement un système total. Le système de Law l’était aussi mais il restait soumis à une fuite, qui n’était pas à l’époque, anthropologiquement, idéologiquement, socialement, susceptible d’être comblée.

Curieusement, l’ordre humain que maintient la BCE est l’inverse de celui voulu par le Système : la première cherche à maintenir - quel qu’en soit le prix - un ordre institutionnel, économique et social – approximativement, ce qu’on appelle le capitalisme financier - alors que le second était authentiquement révolutionnaire avec en particulier le projet de la fin des rentes. La BCE, devenant progressivement proto-Etat, se donne les moyens d’assurer - au moins provisoirement - la rente financière, tandis que le système de Law n’avait pas les moyens de tuer les vieilles rentes de l’ancien régime.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche