Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 16:06

 

Les réflexions sur la crise sont évidemment liées aux débats sur le rôle des banques.  Avec  les querelles traditionnelles immanentes à la théorie économique : les libéraux considérant que la crise résulte d’une excessive réglementation bancaire et les keynésiens  considérant que cette même crise résulte d’une excessive déréglementation. Ce débat sur l’optimum de la règlementation ne peut toutefois être correctement abordé sans une réflexion suffisamment approfondie sur la nature du système bancaire.

Mais réfléchir sur la nature du système bancaire c’est aussi aborder la question de la nature de la monnaie. Sans remonter à l’histoire tant débattue du fait monétaire, il faut admettre que – dans une société où l’économie est devenue préoccupation  dominante-  les fonctions traditionnelles de la monnaie se ramènent à la diminution des coûts de transaction. Notons de ce point de vue que l’armature monétaire est du même ordre que l’armature juridique qui, elle aussi, diminue les coûts de transaction. L’armature monétaire est d’ailleurs elle-même pour l’essentiel faite de règles de droit.

Cette comparaison permet tout de suite de porter un jugement sur la nature de la monnaie : de la même façon que la règle de droit est une extériorité venant surplomber les rapports entre acteurs privés, la monnaie est un point d’appui tout aussi extérieur. Cela en fait- elle pour autant un bien public  devant être produit par l’Etat ?

La réponse se doit d’être discutée. L’ultralibéral niera la nature collective de ce bien qu’est la monnaie. Cette dernière n’est pas d’ailleurs le seul bien à provoquer une diminution de coûts de transactions : une voie ferrée ou une ligne internet en fait tout autant. Et ces biens peuvent  être produits et gérés privativement. Ce qui à l’inverse n’est pas le cas de la règle de droit. Des conventions peuvent naître entre personnes privées, mais une convention se règle elle-même sur la base d’un cadre plus large qui est une extériorité radicale : la loi ou la constitution.

Dans cette optique la monnaie- bien à fort contenu en  externalités positives- peut être produite par une entreprise privée appelée « banque ». Il existe donc un marché de la monnaie où différentes banques se font concurrence et proposent chacune leur propre monnaie. Il n’y aurait pas dans cette optique un système bancaire mondial  à réserves fractionnaires. Il n’y aurait pas de création monétaire à partir de dépôts. Le slogan que l’on trouve dans tous les manuels d’économie : «Ce ne sont pas les dépôts qui font les crédits, mais  les crédits qui  font les dépôts » n’existerait pas. C’est dire que les crédits reposeraient sur des fonds propres ou sur l’autorisation express des clients déposants, de transformer tout ou partie de leurs dépôts en prêts. C’est dire aussi que l’investissement se ferait sur la base d’une épargne. Pas de levier bancaire , pas de multiplicateur du crédit , pas de risque systémique , pas d’aléa moral , pas de régulation et pas de régulateur puisque chaque entreprise bancaire est complètement responsable au regard de ses engagements. Chaque entreprise veille -à peine de sanction du marché -à la valeur de sa monnaie et à comprimer ses coûts de gestion,  donc le taux de l’intérêt.

Nous aurions  ici une véritable  industrie de la monnaie comme il existe une industrie automobile, et cette industrie ne serait jamais devenue ce qu’elle est devenue  aujourd’hui à savoir une branche d’activité qui se caractérise par son exceptionnalité….. Mais l’histoire – et cela partout dans le monde -en a décidé autrement….

Probablement en raison des conditions historiques de sa naissance, l’embryon monétaire s’est épanoui dans le ventre de ce que nous appelons le pouvoir politique.

Ce dernier est précisément cette extériorité dont il était question ci-dessus, extériorité qui surplombe les acteurs privés soucieux d’échanger, de produire, d’investir etc. Chez les hommes cette extériorité a  toujours existé. Elle s’est simplement privatisée au fil du temps. Si dans la soupe primitive humaine l’extériorité était radicale et concernait l’inaccessible : le monde de l’au delà et des divinités, elle est devenue progressivement moins radicale et plus accessible. Le pouvoir des dieux sur tous les hommes fût progressivement accaparé par un homme ou quelques hommes.  Le pouvoir politique est ainsi né de la religion et ce pouvoir est bien un processus de privatisation : des hommes vont accaparer progressivement  l’extériorité et imposer leur volonté à d’autres hommes. Les premiers seront personnages sacrés, empereurs , rois, dictateurs , présidents de la république etc. Les seconds, esclaves, dépendants, citoyens, etc. Né dans une situation de monopole, le pouvoir s’est avec le temps et assez souvent, transformé en marché relativement concurrentiel.  Les variations de parts de marché entre entreprises politiques – dans notre modernité républicaine- entrainant ce qu’on appelle l’alternance. Il est bien entendu que cette privatisation progressive de l’extériorité, s’est toujours effectuée sur la base de considérations concernant  «  l’intérêt public » ou  «  l’intérêt général ». La privatisation réussie ne pouvant se manifester qu’à ce prix.

C’est dans le ventre du pouvoir – tel que trop rapidement brossé ci-dessus - que l’embryon monétaire est devenu monnaie. Les premiers entrepreneurs politiques furent aussi les premiers véritables banquiers , et il y a bien longtemps qu’historiens, juristes, économistes expliquent  que « battre monnaie est un attribut de la souveraineté ». Il faut entendre par là que le monnayage est privilège régalien avec  un « taux de l’intérêt » qui est « le droit de seigneuriage » prélevé par cet entrepreneur particulier qu’est le souverain. Bien sûr le souverain est plus prédateur que prêteur, et la traite des monnaies l’entrainera parfois à émettre de la fausse monnaie .Et le souverain est en général prédateur tant son endettement est difficilement contrôlable : celle du roi soleil représentait-assurent les historiens- entre 83 et 167% du PIB de l’époque.  Les opérations de prêts, elles, seront le plus souvent le fait de personnes réellement privées appelées banquiers.

Le souverain- personnage privé ayant monopolisé l’extériorité et se présentant comme personnage public- se doit de consolider voire d’élargir son monopole pour se maintenir. En concurrence avec     d’autres souverains, il est amené à mobiliser des ressources importantes et a besoin de ces entrepreneurs plus classiques que sont les banquiers.

Sans doute a  t’il besoin de mobiliser d’autres ressources que celles du banquier- hommes, armes, etc- mais celles du banquier ont une souplesse générale : la monnaie est l’équivalent général de la richesse. On comprendra que l’interventionnisme des entrepreneurs politiques se fera plus actif dans la gestion de la monnaie. L’interventionnisme peut reposer sur la seule violence, mais il peut aussi reposer sur la base d’un échange de services : le souverain acceptera d’autant plus facilement un gonflement des bilans bancaires que l’activité économique plus importante qui en résultera, lui sera profitable, par exemple en termes de fiscalité. En clair cela signifie la mise en place progressive d’un système bancaire à réserves fractionnaires, expression qui apparaitra longtemps  après des pratiques relativement généralisées. L’émission de monnaie papier qui en résulte est d’autant mieux perçue par le souverain que lui-même la pratique. Tel est par exemple le cas des Etats allemands au moment des guerres  napoléoniennes.

Tant que la privatisation de l’extériorité se fera sur des bases monopolistes , c'est-à-dire tant que les Etats ne seront pas  des Etats de droits, il est logique de penser que l’acteur moteur dans l’échange de services soit le souverain . C’est bien sûr lui qui va imposer le cours légal des billets. Lui encore qui va imposer le cours forcé et l’inconvertibilité. Lui encore qui va donner le monopole de l’émission. lui enfin qui  va imposer une sorte de« holding » c'est-à-dire une banque centrale qui pourra être privée mais qui pourra aussi être nationalisée. A chacune des étapes de sa montée en puissance il y a bien échange de services et l’intérêt des banquiers ne sera pas oublié. Déjà se profile  l’aléa moral : souverain et banquier ne peuvent se permettre une panique financière . Déjà se profile l’idée qu’une régulation se doit d’être mutuellement avantageuse, ici entre les banquiers et le souverain.

Lorsque le stade de l’Etat de droit est approximativement  atteint – pour le dire vite depuis moins de 150 ans- il y a  démocratisation de la privatisation, ce qui ne veut pas dire qu’il y a réelle démocratie. Il y a simplement des groupes en concurrence qui se constituent pour exiger telle ou telle intervention publique. Le pouvoir démocratique est la possibilité désormais offerte à tous de contrôler l’extériorité. Possibilité qui passe désormais par ce qu’on appelle des élections. L’utilisation de la contrainte publique à des fins privées (accès  au pouvoir, reconduction au pouvoir) de tel ou tel groupe est désormais théoriquement accessible à tous.

S’agissant de la régulation financière, l’homme politique de la démocratie n’est plus que le locataire de l’extériorité,  mais il bénéficie d’un héritage lourd en matière monétaire : une monnaie nationale même si les banques continuent d’émettre leur propre monnaie, une banque centrale qui est souvent en même temps la banque du trésor, une capacité à emprunter à nulle autre pareil, puisque l’achat de dette publique peut devenir obligatoire de par la loi, une capacité à émettre de la monnaie quasiment sans limite, une capacité à agir sur le taux de l’intérêt, etc. Cet héritage considérable est aussi la configuration institutionnelle dans laquelle les banques privées seront amenées à travailler. Mais le locataire du pouvoir, en raison même de l’héritage , dispose  d’autres outils de régulation : ses capacités monétaires se définissent aussi par rapport à d’autres Etats. Il pourra donc utiliser la contrainte publique pour définir un taux de change, définir des modalités d’accès au marché des changes, décider du degré de liberté dans le déplacement des capitaux, etc.

A l’époque du souverain monopolisateur durable de la contrainte publique, les banquiers ne disposaient que d’une marge de négociation fort réduite dans la régulation. A l’époque de l’homme politique de la démocratie, ses marges sont logiquement plus considérables. Et il y a matière à débat, car ce qu’on appelle régulation financière concerne irréductiblement  une partie de ce qui concerne – en raison de l’histoire des hommes- l’espace régalien. Parce  que   la régulation financière concerne l’ensemble de la société, ces acteurs privés que sont les banques sont amenés à négocier sur des thèmes fondamentalement politiques. Le financier est ainsi un personnage souvent plus important que l’industriel ou le commerçant, et il négocie souvent avec le sommet de la pyramide politico- administrative . Parce que la monnaie est l’équivalent général, sa configuration institutionnelle n’est négociable qu’avec les hommes représentant le sommet de l’extériorité.

La régulation financière s’inscrit donc dans la modernité à l’intérieur de limites extrêmes : celle d’une part, de la nationalisation intégrale du système, et celle de l’abandon complet de la monnaie et de la finance aux forces du marché. Dans le premier cas, banquiers et financiers sont éliminés. Dans le second, banquiers et financiers investissent l’extériorité et se rendent maître des commandes.   

Cet axe est probablement corrélé avec un autre : celui qui va de la crise à la prospérité. La crise engendre des victimes qui sont aussi des citoyens ; la prospérité engendre une satisfaction qui pourra se révéler bénéfique à l’homme politique au pouvoir. Logiquement la première invite à l’utilisation plus massive de la contrainte publique, la seconde invite à un libéralisme bienveillant.

Ces considérations au fond assez banales sont une bonne grille de lecture de l’évolution de la régulation financière  en longue période. Il est possible sans prétendre à l’exhaustivité de donner quelques exemples.

La crise financière américaine de 1907 vient limiter la libre expansion de la finance et en particulier les activités du très célèbre JP Morgan. Désormais une banque centrale avec un président désigné par l’instance politique viendra réguler l’appétit de la finance : Il s’agit de la célèbre FED.

La crise de 1929 place les financiers dans une situation semblable et malgré leurs protestations, Le « Glass- Steagall   Act » du 16 juin 1933 vient compartimenter le dispositif : il est désormais interdit aux banques commerciales ordinaires de s’impliquer dans les activités à risques qui seront réservées aux banques d’affaires. Le régulateur tout puissant s’accorde même un privilège, au fond contraire à la loi elle-même : les banques de dépôt voient leur interdit général assorti d’une exception d’importance, elles peuvent acheter des bons du trésor. Ajoutons que le ton et l’esprit de cette loi a pu étonner par son caractère souverainiste. Cette loi devait être accompagnée de beaucoup d’autres allant dans le même sens : loi sur la transparence qui va donner des garanties sur la nature exacte des produits financiers mis sur le marché (« truth in securities act ») loi sur la sécurité qui va donner naissance à la célèbre SEC  (« Securities and Exchange Commission »), loi sur la garantie des dépôts donnant naissance au  non moins célèbre FDIC ( « Fedéral   Deposit  Insurance Corporation »), etc.

Les périodes de forte expansion de l’activité verront la revanche des banquiers et de la finance sur la toute puissance de l’Etat. En particulier ses capacités régaliennes seront de plus en plus contestées par le marché : abandon de l’étau que constitue le convertibilité du dollar en or, abandon  des taux de change fixes au profit des immenses marchés spéculatifs offerts par les taux de change variables, liberté complète  des transferts de capitaux facilitant l’expansion de la profondeur des marchés, libéralisation des marchés à termes sur tous les produits et pour tous les acteurs, développement des activités hors bilan , développement de produits virtuels, etc.  La législation suivra parfois les décisions des financiers qui iront plus vite que la loi : tel est le cas de l’inventeur de la « bancassurance »  aux Etats-Unis (Sanford Weil , fondateur de Citigroup) qui devra  chercher appui auprès d’Alan Greenspan pour faire disparaître  le Glass- Steagall  Act au profit d’un texte plus libéral (le « Gram Leach Bliley Act »)  de1999. Nous avons là l’histoire de la mondialisation financière sans laquelle la mondialisation tout court eut été impossible. Inutile d’insister davantage sur des faits parfaitement connus et sans doute bien résumés  dans l’audition de Simon Johnson aux parlementaires américains du 21 avril 2009.

 La mondialisation ne pouvant se manifester  dans un seul pays, d’autres Etats finiront par suivre…voire précéder le cas américain. Ainsi La France , toujours soucieuse de se moderniser et de rattraper son retard, adoptera très tôt dans les années 80 une nouvelle régulation financière : l’équivalent du Glass- Steagall  Act , c'est-à-dire la loi bancaire de décembre 1945, est progressivement rogné pour disparaître  dans la déspécialisation généralisée de la nouvelle loi bancaire de 1984. La Banque centrale devient plus indépendante que la FED elle-même, et prépare la future indépendance de la BCE avec la naissance de la monnaie unique. Dans le même temps, il devient interdit à la banque centrale d’acheter des bons du trésor. Les privatisations des années 80 vont accélérer la modernisation  avec l’irruption sans  réserve de la finance de marché, le dopage de la performance  par libération des leviers, les incursions dans le hors bilan, l’engouement pour les dérivés de crédit et les défauts de traçabilité généralement associés, etc.    Là encore il est inutile d’insister sur des faits parfaitement connus.

Que faut-il penser de ces fluctuations de la régulation financière dans le temps ? Il est à noter que dans les économies de marché les extrêmes  théoriques ne sont jamais atteints: ni nationalisation intégrale, ni dérégulation intégrale. En même temps ces fluctuations sont décalées par rapport au cycle économique  de longue période: la dérégulation n’intervient pas immédiatement, c'est-à-dire dès le début de la phase de prospérité. De fait elle n’intervient que lorsque la confiance est durablement installée et que la crise est jugée définitivement hautement improbable.

Très curieusement  cette crise –toujours possible- sera niée par ce que Bourguinat et Briys appellent « l’arrogance » de la finance académique qui durant un grand nombre d’années va monopoliser le prix Nobel de sciences économiques et va exercer une influence majeure sur les praticiens . D’abord avec l’affirmation jamais réellement démontrée que la dérégulation accélère la croissance mondiale et diminue le coût du capital. Ensuite avec la théorie des marchés efficients et l’un de ses sous produits qu’est la « célèbre VAR » (« value at  Risk ») qui devait sécuriser en théorie les paris sur les marchés financiers. Mise en pratique dans les  années 90 chez JP Morgan, la crise devait donner  naissance à  des évènements pourtant plus que hautement improbables  car situés à 25 écarts-types…. La théorie économique,  contestable en raison de ses choix épistémologiques sur le comportement humain, a pourtant donné naissance à des modèles intellectuels dont la mise en pratique devait signifier un recul considérable de la réglementation.

Banquiers et financiers se rendent maître des commandes disions –nous. Affirmation qui nous renvoie à l’audition de Simon Johnson qui insiste beaucoup sur les liens entre la direction  du trésor aux époques Clinton et Bush et les grands de la finance américaine comme JP Morgan et Goldman Sachs . Il ne s’agit pourtant pas de supprimer l’extériorité : il s’agit simplement d’orienter la contrainte publique dans un sens plus favorable aux intérêts de la finance. Avec notamment la garantie de ne jamais être abandonné. L’Etat, même en mondialisation, reste une  structure complètement granitique  . La mondialisation n’affaiblit pas les Etats : elle réoriente leurs activités. Risque systémique, accidents de liquidité et plus encore de solvabilité sont et seront pris en charge par l’extériorité. La mondialisation a pour moteur essentiel une  finance qui affaisse sans doute l’Etat- Nation mais pas l’Etat lui-même. Cette remarque est essentielle pour comprendre les suites de la crise et de la globalisation.

Dans la présente situation qui est une crise de la dette entrainant une crise économique majeure, seuls  les Etats ont cette capacité à endosser le deleveraging et à empêcher la panique .  Pour cela, les adeptes de l’indépendance des banques centrales revoient leur copie, et voient d’un bon œil la mesure générale d’extinction de la dette par mise en place progressive de la machinerie inflationniste .  Et si les dette privées se transforment rapidement en nouvelles dettes publiques, celle-ci seront d’autant plus soutenables  que l’inflation sera forte . Les  Etats – même en globalisation- resteront la structure granitique des sociétés humaines.  La monnaie privée, la fin du système à réserve fractionnaire chère aux libéraux n’est probablement pour demain. Mais dans le même temps la question est de savoir si à la faveur de la crise il y aura durcissement de la régulation comme ce fût le cas dans les années 30.

Il est possible d’en douter sérieusement tant le débat public s’est enraciné sous le registre des « dysfonctionnements ». A entendre les locataires de la contrainte publique , il ne s’agit que de réorienter quelques comportements abusifs : ceux des agences d’évaluation , ceux des traders cupides qui ne connaissent que les bonus, ceux de leurs patrons qui se noient dans  les délices des effets de levier et initient un capitalisme sans capitalistes, ceux même des instances transversales telle l’IASB (« International Accounting Standard Board ») qui se serait trompée- avec  sa  norme IAS39- sur le principe de la « fair value »,etc.  D’autres questions plus fondamentales  pourraient être débattues :  le poids  relatif, extravagant,  de la finance dans l’économie  , la spéculation sur les matières premières par des acteurs étrangers aux secteurs correspondants , la spéculation sur les produits agricoles, hautement déstabilisatrice des agricultures du monde ,etc. Mais surtout, et plus concrètement,  il faut compartimenter, cloisonner les marchés financiers  à l’instar des cales de navire que l’on divise afin d’éviter les risques de naufrage en cas d’accident. A l’instar aussi des circuits électriques que l’on partitionne et que l’on équipe de coupes- circuits et de fusibles .Les croyances collectives ne sont pas encore prêtes et l’idéologie de la liquidité absolue prédomine encore. Il est vrai qu’elle est aussi en congruence avec  celle de « l’individu souverain » et la globalisation comme liberté. Bref, au-delà des effets d’annonce ,la finance tient encore bien les commandes de l’extériorité. Seule la puissance dévastatrice de la crise au cours des années 2010 permettra – peut-être – de se poser les questions  qui aujourd’hui encore, dérangent .

 

 

                                                                                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Finance et Etats
commenter cet article

commentaires

BA 23/09/2009 14:06


La consommation des ménages français en produits manufacturés, qui représentent environ le quart de la consommation totale des ménages, a baissé pendant la période estivale, de - 1,2 % en juillet
et de - 1 % en août, selon des données CVS-CJO publiées mercredi 23 septembre par l'Insee.

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/09/23/baisse-de-la-consommation-des-menages_1243895_1101386.html

Christine Lagarde commente ces chiffres : « Euh … Ces chiffres confirment que la crise est finie. Ces chiffres confirment que la reprise est là. »


BA 22/09/2009 14:53


Lundi 21 septembre 2009 :

Les crédits accordés aux ménages et aux entreprises ont enregistré une baisse « d'une ampleur historique » au premier semestre 2009, selon l'Association française des sociétés financières
(ASF).

Ainsi, le montant des crédits obtenus par les ménages pour financer leur logement a diminué de - 27,2 % au premier semestre 2009. Cette contraction était de - 8,6 % au premier semestre 2008 et -
15,6 % au second semestre 2008.

Les crédits à la consommation ont également accusé le coup, perdant - 15,8 % au premier semestre 2009.

Les prêts personnels connaissent la plus forte baisse avec - 27,3 %.

Les crédits faits aux entreprises pour financer leurs équipements ont chuté de près de - 24 %.

Les opérations de crédit-bail-mobilier enregistre la contraction la plus importante avec - 29,1 %, un chiffre « d'une amplitude sans précédent depuis le printemps 1993 », souligne
l'ASF.

http://www.challenges.fr/actualites/politique_economique/20090921.CHA7492/les_credits_aux_menageset_aux_entreprises_chutent.html


BA 21/09/2009 22:20

Lundi 21 septembre, Jacques Attali écrit une chronique remarquable :

« Le G vain. »

Comme à Londres, on prendra mille et une photos, on se congratulera, on se quittera. Puis les dettes publiques continueront d’augmenter, les institutions financières seront de plus en plus instables, le chômage augmentera. Et un jour, sans doute, devant un nouveau désastre, il faudra agir. On se retournera alors vers les gouvernements : exsangues, ils ne répondront plus. Il n’y aura plus, alors, de G 20.

http://blogs.lexpress.fr/attali/2009/09/le-g-vain.php

BA 20/09/2009 21:52

Jean-Luc Mélenchon écrit :

« Vendredi 18 septembre, Lyon, 14 heures 30.

AVEC ALAIN MINC.

Il s’agissait d’un débat demandant si le logiciel social démocrate est toujours d’actualité. Un peu curieux dans la mesure où ni l’un ni l’autre ne sommes favorables à la social démocratie. Certes c’est pour des raisons diamétralement opposées. Mais disons que cela a un peu poussé la discussion dans des directions éloignées du thème lui-même. En réalité nous avons parlé de l’avenir du système capitaliste. Il y a eu un moment formidable quand est venue la question de la dette. Minc a eu cette franchise terrible qui l’honore quand il a fini par dire que la dette, à ce niveau, ne s’épongeait plus que de deux manières, par la guerre ou par l’inflation. »

http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=713

BA 20/09/2009 14:00

Vous avez dû voir ça ailleurs parce que tout le monde en parle : ces jours-ci, les actions de cinq compagnies quasi-mortes ou battant de l’aile représentent 40 % du volume du New York Stock Exchange : AIG, Citigroup, Bank of America, Freddie Mac et Fannie Mae.

John Mauldin, l’analyste financier américain très conservateur, écrit dans sa newsletter hebdomadaire en date d’hier (samedi 19 septembre) : « L’explication en est peut-être très simple et très innocente. Mais je suis extrêmement sceptique ».

Si lui s’inquiète…

Merci à Crottaz pour son graphique qui dit la même chose.

http://www.pauljorion.com/blog/?p=4918

BA 19/09/2009 22:00

Les banques françaises portent 64 milliards d’euros de crédits en difficulté, selon Goldman Sachs.

Une nouvelle étude publiée par Goldman Sachs détaille le volume des crédits en difficulté présents dans les bilans des principales banques européennes.

Le montant total des « Non Performing Loans » (NPL), c’est-à-dire les crédits en défaut de paiement depuis 90 jours ou plus, est aujourd’hui de 440 milliards d’euros, en augmentation de 128 milliards, soit + 41 %, au premier semestre 2009.

Les banques anglaises viennent au premier rang, avec 140 milliards d’euros de NPL, suivies par l’Italie avec 110 milliards d’euros, et la France avec 64 milliards d’euros.

NPL (crédits en défaut de paiement depuis 90 jours ou plus) :

- BNP Paribas : 29,100 milliards d’euros.
- Société Générale : 17,800 milliards d’euros.
- Crédit Agricole : 14,719 milliards d’euros.
- Natixis : 2,700 milliards d’euros.

Total pour ces quatre banques : 64,319 milliards d’euros.

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2791

Oppossum 19/09/2009 13:12

J-C. W. , bien que ce compliment vienne d'un semi-ignare en économie, vous êtes vraiment une pointure conceptuelle !
Tout en restant, relativement accessible, et clair.
Et , cerise sur le gâteau, vous ne semblez contaminé par aucun a-priori idéologique.

Ma remarque , quant à l'évolution de la crise est la suivante : ne se pourrait-il pas que l'apocalypse final qui semble programmé par les esprits lucides (... et les idéologues aveuglés par leur insignifiance prétentieuse face aux énormes courants qui traversent le monde) , et qui déboucherait sur une remise à plat des fondations de notre système, ne se transforme , de par la résistance opiniâtre du monde américano-anglo-saxon qui dispose tout de même d'une force de frappe considérable, et de par l'intérêt propre bassement géo-statégique de tout ce qu'il y a derrière le BRIC , en une lente agonie où le leadership du monde serait recomposé et redistribué ?

Bref, concrètement cela signifierait que pour les semi-prospecteurs du futur économique , il ne faudrait pas écarter le scénario d'une sorte de très longue fausse sortie de crise ? (Et donc une non-sortie puisqu'on déboucherait sur une simple structure mutante, avec juste un déplacement des acteurs)

Car il arrive , malgrè les bricolages historico-idéologiques reconstructifs à postériori, que le futur aille se loger précisemment dans le scénario auquel personne ne donnait crédit.

BA 15/09/2009 23:59

Crise systémique globale : à la poursuite de l'impossible reprise.


http://www.leap2020.eu/GEAB-N-37-est-disponible!-Crise-systemique-globale-A-la-poursuite-de-l-impossible-reprise_a3791.html

BA 13/09/2009 23:01

Le soutien financier consenti par l'Etat français aux banques sous forme de garanties d'emprunt, va être reconduit jusqu'à la fin de 2010, a annoncé la ministre de l'Economie Christine Lagarde dans plusieurs médias dimanche 13 septembre.

Le quotidien Les Echos révèle notamment cette décision, précisant que la ministre vient d'envoyer une lettre aux dirigeants des grandes banques pour leur demander en contrepartie un "plan d'action" afin de relancer l'économie.

Le dispositif reconduit par la ministre, mis en place au début de la crise en octobre 2008, permet de garantir les prêts interbancaires jusqu'à 320 milliards d'euros, en échange de la promesse des établissements financiers de s'engager dans la relance économique par le crédit et de limiter les rémunérations des traders.

Ces engagements n'ont pas véritablement été tenus, le crédit aux entreprises et aux ménages étant encore jugé insuffisant, alors que les rémunérations des traders ont repris à la faveur d'une relance des marchés financiers.

Ce dispositif s'ajoutait à un autre accordant une recapitalisation aux banques, donc de l'argent public directement et concrètement versé à leur capital, et non plus virtuel.

Ce second dispositif était doté au départ de 40 milliards d'euros, et plus de la moitié a déjà été versée à six grands réseaux bancaires en deux fois, fin 2008 et début 2009.

L'ensemble de cette action a été critiquée par l'opposition, car l'Etat n'est pas entré au conseil d'administration des banques, et ne peut donc pas peser directement sur leurs décisions.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40339772@7-37,0.html

Autrement dit :

on donne 40 milliards d’euros aux banques françaises, et en échange … en échange … euh … en échange, rien.

BA 12/09/2009 13:55

« Conseiller économique du président américain, Larry Summers craint une rechute si l'on retire trop vite le soutien de l'Etat fédéral aux banques du pays.

Ce serait une erreur de crier victoire trop vite en coupant la pompe publique qui alimente le crédit, estime le directeur du conseil économique de la Maison Blanche.

Larry Summers s'est référé à l'exemple du Japon, dont l'économie ne s'est toujours pas relevé d'une décision comparable prise dans les années 1990, et aux Etats-Unis des années 1930, qui avaient interrompu l'aide de l'Etat trop tôt. "Nous ne devons pas faire une telle erreur aujourd'hui" juge l'expert en finances publiques.

Couper la respiration artificielle qui alimente les banques pourrait se traduire par un gel des crédits, et une retombée de la reprise naissante, d'après M. Summers ».

Source : Boursorama, le samedi 12 septembre.

Mais il est déjà en chute libre, le crédit !

Mais il est déjà en train de s’effondrer, le crédit !

Juin 2009 : effondrement du crédit à la consommation aux Etats-Unis : - 15,5 milliards de dollars.

Juillet 2009 : l’effondrement continue : - 21,6 milliards de dollars.

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=039ef83b6bd8a123e34f55107306f01a

Magnus Pym 09/09/2009 09:08

En effet, ces énormes capitaux n'ont fait qu'étouper la coque éventrée du système financier, permettant accessoirement le retour en grâce des marchés d'actions. Mais le maintien durable de la fiction est impossible, au vu du montant monstrueux des dettes irrécouvrables : il est très probable que les Etats-Unis soient aux portes de l'effondrement, par implosion de la finance. Et il n'est pas certain que les modèles elliottistes soient d'un grand secours pour en prévoir le calendrier... :)

BA 09/09/2009 08:01

Lisez cet article de Boursorama (mardi 8 septembre 2009) :

Baisse record du crédit à la consommation aux USA en juillet.

Le crédit à la consommation a diminué d’un montant record de 21,6 milliards de dollars en juillet, selon les chiffres de la Réserve fédérale, nouvelle preuve de la faiblesse de la consommation des ménages.

En pourcentage, l’encours de crédit à la consommation a reculé en juillet de 10,4 % en rythme annuel pour tomber à 2.470 milliards de dollars, alors que le marché n’attendait qu’une baisse de quatre milliards.

En juin, le crédit a finalement chuté de 15,5 milliards de dollars, au lieu des 10,3 milliards annoncés en première estimation.

"Voila un autre signe important montrant que le consommateur ne va pas contribuer beaucoup à l’économie cette année, et sans doute aussi pour une bonne partie de l’an prochain", a commenté Bernard Baumohl, économiste à l’Economic Outlook Group à Princeton, dans le New Jersey.

Les dépenses de consommation représentent environ deux tiers du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis.

Le crédit à la consommation est maintenant en baisse pour le sixième mois d’affilée. Il faut remonter à la période juin 1991-décembre 1991 pour retrouver une baisse aussi prolongée.

Dans le détail, le crédit traditionnel a diminué d’un montant record de 15,4 milliards de dollars, soit de 11,7 % sur un an, à 1.600 milliards de dollars.

Le crédit revolving a reculé de 6,1 milliards, ou de 8,1 %, à 905,6 milliards de dollars.

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=039ef83b6bd8a123e34f55107306f01a

Concrètement :

- Toute l’économie mondiale est tirée par une locomotive : la consommation des Etats-Unis.

- Après le 15 septembre 2008 et la faillite de Lehman Brothers, les dirigeants américains ont injecté des milliers de milliards de dollars pour tenter de maintenir le crédit.

- Tous ces milliers de milliards de dollars n’ont eu que peu d’effet sur le crédit : un an après, le crédit continue de s’effondrer aux Etats-Unis.

- Quand la consommation des Etats-Unis baisse, l’économie mondiale s’effondre.

- Préparons-nous à subir la deuxième crise.

BA 08/09/2009 22:36

Le crédit à la consommation US a baissé à un record de 21,6 milliards de dollars en Juillet.

8 septembre (Bloomberg) – Le crédit US à la consommation a plongé de plus de cinq fois plus que prévu en Juillet ; les banques maintiennent des conditions de prêt plus restrictives alors que les pertes d'emplois rendent les ménages hésitant à emprunter.

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601087&sid=aCI1zkAbMYPc

Quand la consommation des Etats-Unis baisse, c’est toute l’économie mondiale qui s’effondre.

Attachez vos ceintures : la vraie crise est devant nous.

Magnus Pym 07/09/2009 10:32

Je vous joins la conclusion d'une chronique que j'ai récemment adressée à mon agence de presse, faisant référence à ce sujet :

"Pour l’avoir souvent évoquée ici, on ne reviendra pas sur la place déterminante qu’occupe la « Chambre de Commerce » américaine, club qui regroupe les grandes firmes industrielles et financières, dans la conduite des affaires du pays et le choix de ses dirigeants : le poids de la finance y est notoire, et a été largement démontré par le soutien public massif dont elle fait l’objet. Le fait nouveau, pour quiconque se demande si Obama peut réellement conduire le changement (en supposant que telle soit son intention…), pourrait bien venir de… HR1207, qui n’est pas un robot de science-fiction mais le nom de baptême d’un projet de loi, susceptible d’être soumis au vote dans le courant du mois d’octobre. Et qui imposerait un audit parlementaire à… la Banque fédérale des Etats-Unis. On sait en effet que la FED est parvenue, par tribunaux interposés, à refuser la communication du nom des banques commerciales bénéficiant de son soutien, ainsi que des modalités de l’aide apportée (montant des capitaux, nature des titres acquis, etc.). Selon un avis autorisé, de telles informations seraient de nature à « mettre en péril le système financier américain ». En d’autres termes, seraient de nature à montrer à la face du monde que la banque US est ruinée. Pour le changement, attachez vos ceintures…"

Magnus Pym 06/09/2009 22:04

Il y a un scénario, non improbable, qui pourrait faire échec au recours méthodique à l'inflation pour gommer une dette réputée irrécouvrable, même à l'échelle des Etats. C'est que la ruine effective du système bancaire, simplement suspectée par le pékin, apparaisse au grand jour. La pression actuellement exercée sur la FED, pour la divulgation de ses concours aux banques commerciales et de ses achats de titres, pourrait bien prochainement aboutir. Ce serait alors le sauve-qui-peut sur le dollar... et sur les autres monnaies. Une fin brutale et rapide du système financier en vigueur, nécessitant un complète reconstruction, avec répudiation de fait de l'essentiel des dettes accumulées. Je suis de plus en plus enclin à craindre un tel tsunami...

Jean Claude Werrebrouck 07/09/2009 07:55



Bonjour;
Oui il existe plusieurs façons d'annuler la dette et ce que vous évoquez est une possibilité mais avez-vous des informations sur une telle éventualité?



BA 06/09/2009 21:49

D'accord. Merci pour votre réponse.

BA 05/09/2009 22:15

Oui, d'accord, mais l'euro ?

L'euro peut-il survivre à cette mécanique infernale dans les années qui viennent ?

Ou alors l'euro est-il condamné à l'explosion ?

J'ai l'impression que certains pays de la zone euro vont finir (contraints par la force des choses) par revenir à leur monnaie nationale.

J'ai l'impression que l'euro ne survivra pas à cette crise.

Monsieur Werrebrouck, quelle est votre sentiment concernant l'euro dans les années qui viennent ?

Jean Claude Werrebrouck 06/09/2009 09:35



Bonjour ;
Mon sentiment est un peu celui de Christian Saint Etienne. il s'en est exprimé dans "La fin de l'euro"Bourin Editeur Avril 2009. Je crois qu'il faut suivre les spreads de taux sur les dette
souveraines et bien repérer tous les moyens pris par les Etats et la BCE pour éviter que les choses apparaissent au grand jour.



Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche