Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Depuis quelques jours il est fait état du succès de l'Espagne dont la fin du plan d'aide européen se double d'un retour de la compétitivité.


Les chiffres sont certes éloquents en termes d'échanges extérieurs puisque, selon eurostats les exportations croissent au rythme de 5% depuis janvier 2013 (contre
une baisse de 2% s'agissant de la France). Et l'avenir semble prometteur puisque selon les prévisionnistes, l'Espagne pourrait à l'horizon 2015 disposer d'un exédent courant de plus de 3 points
de PIB, ce qui en ferait derrière l'Allemagne l'une des économies la plus compétitive de la zone euro.


Il est vrai que la déflation salariale est un facteur important dans la reprise des exportations. Ainsi COE- Rexecode nous apprend que l'heure de travail
manufacturier n'est plus que de 22,7 euros en Espagne contre 28 en Italie et 37,1 en France. De quoi favoriser les délocalisations, notamment l'industrie automobile, qui va faire du pays l'un des
grands producteurs de voitures (11ème place mondiale en 2013).


Précisément, l'industrie automobile est un bon exemple pour nous faire réfléchir sur les notions de compétitivité et de productivité. Partout en Europe les grands
ensembliers disposent d'outils de production comparables. C'est dire que la productivité apparente du travail (nombre d'unités produites par unité physique de travail) est à peu près la même
partout. Si donc, il est avantageux de produire en Espagne c'est bien en raison du taux de salaire. Renault crée aujourd'huin 1300 emplois en Espagne, en échange d'une baisse des salaires
complétée par de la flexibilité et d'une hausse du temps de travail.


 Globalement une partie de la compétitivité retrouvée provient d'une hausse de la productivité, mais cette dernière résulte elle-même des licenciements qui se
sont accumulés depuis 2008 (Les licenciements s'opérent là ou la productivité du travail est la plus faible, et donc le fait de licencier améliore globalement l'efficacité du système productif).
C'est dire que les gains de productivité de 9,8% relevés par eurostats entre 2008 et 2012 ne sont pas dus au progrés technique, mais au seul "dégraissage" qui lui ne peut- en principe
- augmenter indéfiniment.


L'Espagne est donc parvenue, sauf nouvelles baisses de salaires, au point où sa compétitivité ne pourra plus s'améliorer sans "destruction créatrice" ou sans progrés
technique.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche