Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 14:29

 

Pour comprendre le rapport de forces qui se noue dans la problématique du démantèlement de l’euro, il est important de voir quels acteurs furent gagnants et quels autres furent les grands perdants au moment de sa naissance. Cependant la réflexion doit aussi tourner autour de la mondialisation puisque l’UE est de fait devenue le modèle réduit et l’acteur le plus actif dans la globalisation néolibérale.

La fin de l’interventionnisme sérieux

En supprimant toute possibilité de modification du taux de change, il était évident que le politique allait faire le choix du renoncement à toute forme d’interventionnisme sérieux. La fin de toute définition d’un cours, signifiait mécaniquement la totale libre circulation des capitaux et la fin de tout lien hiérarchique entre Trésor et Banques centrales. Donc la fin des politiques monétaires.

Tout aussi mécaniquement la fin de tout lien entre Trésor et Banques centrales signifie aussi ce que nous avons appelé le « mode marchand »[1] de la dette publique avec ses conséquences sur la politique budgétaire. Tout aussi mécaniquement la libre circulation impose aussi la fin de politiques fiscales et sociales réellement autonomes. En clair, c’est toute la politique macroéconomique qui très largement disparait.

L’économie réelle redéployée

En contrepartie le champ de la micro-économie se redéploye en épousant les nouvelles libertés issues du nouveau cadre.

La disparition du risque de taux diminue les coûts de transaction ce qui permet aux entreprises de choisir librement et en totale sécurité les lieux de production, la taille des unités correspondantes et les espaces de distribution. Mieux, la disparition des taux de change met en concurrence les prélèvements publics obligatoires et les règles sociales. D’une certaine façon la monnaie unique crée 2 mouvements qui se contredisent : homogénéisation d’une part et hétérogénéisation d’autre part. L’espace de circulation des capitaux, des marchandises et des personnes, est soumis à la règle commune et se déploie sur un territoire plus vaste. En retour, l’espace de la production reste soumis aux conditions particulières de ce qui reste des vieux Etats-nations. A ce titre, il se reconfigure, se concentre ou s’évapore, selon les lieux, entrainant l’approfondissement des divergences.

 Pour être plus concret prenons l’exemple de 2 appartements contigus dans un même immeuble. Abattre la cloison les séparant permet de mieux circuler, de recevoir davantage, etc. mais ne change pas la réalité des lieux, sauf à reconfigurer le plan de chacun d’entre eux pour arriver à un ensemble unique. Dans les faits, si aucune reconfiguration n’intervient, nous irons vers davantage d’hétérogénéité avec probablement une cuisine sous utilisée dans l’un des deux appartements, une spécialisation bureau dans l’un, un espace à vivre dans l’autre, etc. Cet exemple nous suggère les conséquences liées à la suppression des frontières dans l’UE et de ses effets en matière économique.

Reconfiguration matérielle de l’entreprise

Parce que la circulation bénéficie désormais de coûts plus faibles (transactions, transports, règlementation, normes, etc.) les économies d’échelles peuvent se déployer. Plutôt que de disposer d’une usine dans plusieurs pays, il devient avantageux d’envisager une usine géante dans un seul pays. La production peut ainsi s’agglomérer dans des lieux où la somme des différents coûts est plus faible. Comme la production est nécessairement hétérogène ( degré de technicité, type de consommations intermédiaires, qualification du travail, etc.) et qu’elle se déploie dans des espaces eux-mêmes hétérogènes ( législation du travail, qualité des services publics, fiscalité, etc .) on comprend que l’entreprise dans ce qui était le vieil Etat-nation se disperse sur un vaste territoire avec des zones consacrées à la recherche développement, des zones consacrées à l’élaboration des composants, voire des composants de composants, et des zones d’assemblages d’un produit final qui lui-même sera destiné à être exporté en partie voire en totalité.

Reconfiguration managériale de l’entreprise.

Mieux ce grand déménagement ou ce nomadisme ou même ce démembrement sera facilité par la financiarisation qui, mécaniquement, accompagne la monnaie unique. Les économies d’échelle renforcent les besoins de capitaux et facilitent évidemment le passage d’un capitalisme familial à un capitalisme actionnarial. Mais la libéralisation financière permet, elle, la dénationalisation de l’actionnariat et le renforcement du passage à la « corporate governance » et à la « shareholder-value ». D’où des dirigeants de plus en plus « hors sol » car situés dans la mondialisation. Le « démembrement » correspond aussi du point de vue des salariés à un effacement du sentiment d’appartenance à ce qui était « l’institution entreprise », une institution en voie de dévalorisation. Et une dévalorisation qui se mesure aussi en termes d’actionnariat : complètement hors-sol, il est aussi fugace et irrepérable que des particules cosmiques. Comment voir un patron responsable dans le propriètaire d’une action qui passe de main en main en moyenne toutes les 21 secondes, et comment ne pas voir en lui un simple spéculateur ? Comment dans ces conditions accorder une réelle confiance au manageur ?

Bien sûr la monnaie unique a permis une augmentation des échanges entre pays de la zone, mais ce qui importe de noter c’est qu’elle a permis d’allonger de façon importante les chaines de la valeur. Dans le même geste elle permet aussi d’enkyster des productions spécifiques sur des zones spécialisées constituant ainsi des écosystèmes reliés entre eux.

 Démantèlement de la zone euro et désenkystement des nations

C’est cette idée de productions spécifiques formant écosystème qui permet de mieux comprendre pourquoi aujourd’hui les élasticités-prix, notamment celles liées à l’importation sont devenues si faibles[2]. Elles se sont de fait affaiblies avec la construction des écosystèmes nouveaux. La fin de la monnaie unique est ainsi le début d’une reconfiguration considérable des chaines de la valeur, une reconfiguration qui ne pourra pas s’effectuer en l’absence des Etats.

Quand - à propos du démantèlement de la monnaie unique- se trouve évoqué – et nous savons que c’est à tort[3] - la grande question des dettes, le débat laisse de côté un fait important, à savoir le redéploiement de l’ensemble du secteur exposé, lequel est constitué de toutes les entreprises françaises produisant des biens et services nomades en France ou à l’étranger, ou étrangères produisant en France.

L’ensemble du territoire devient compétitif en raison de l’ajustement monétaire. D’abord compétitif du point de vue de la production avec  les entreprises exportatrices ou non, nationales ou étrangères, produisant sur le territoire. Mais aussi compétitif du point de vue capitalistique puisque désormais l’implantation sur le territoire national par rachat ou investissement direct devient moins coûteux pour les non-résidents. En contrepartie, les capitaux investis par les non-résidents reçoivent une incitation à leur enracinement, laquelle se trouve augmentée d’une attractivité nouvelle pour le territoire  national.

Symétriquement les territoires étrangers deviennent moins compétitifs, avec une incitation au rapatriement des capitaux nationaux investis, soit au titre de la production de composants exportés vers la France, soit au titre de l’exportation de produits finis vers la France. Mais aussi, corrélativement, avec une incitation au renoncement à des délocalisations que la monnaie unique avait rendu facile.

Ainsi la fin de la monnaie unique est une forte incitation au raccourcissement des chaines de la valeur et donc une incitation au remembrement des entreprises. Avec des conséquences en termes d’identité et de management dont l’aspect hors-sol se trouve ou se trouvera contesté.

Mais le travail de reconfiguration est nécessairement inscrit dans une durée qui dépasse le court terme. Il s’agit de revenir sur un démembrement très matériel lequel suppose de réunir des hommes et des capitaux, de reconfigurer des outils de production, aussi bien dans l’industrie que dans l’agriculture, de revoir des circuits de distribution, etc. Tout un ensemble de travaux, protégés d’une certaine façon, par les élasticités- prix encore proches de zéro et que le remembrement entrainera à la hausse.

Brexit  et désenkystement britannique.

De ce point de vue, le Brexit et ses conséquences constitue une première expérimentation de ce qui devrait se matérialiser avec le démantèlement de l’euro. Certes, la Grande Bretagne n’était pas dans la zone mais y participait largement avec un taux de change aux variations limitées. Le Brexit s’est surtout matérialisé par une chute de près de 20% du taux de change. Avec une élasticité-prix des importations proche de zéro, la conséquence est directement une hausse des prix et une baisse du pouvoir d’achat : il n’existe pas de substituts aux importations. Comme l’élasticité – prix aux exportations est très largement le reflet de celles liées aux importations de tous les partenaires (Toutes choses égales par ailleurs, les flux d’exportations britanniques dépendent des exigences d’importations des partenaires enkystés dans des spécialités productives) la grande Bretagne ne peut compter sur une hausse considérable de ses exportations.

La hausse importante des importations en valeur n’est pas compensée par celle des exportations et donc le taux de croissance ne peut que faiblir. D’où les discours paniqués sur l’irrationalité du brexit. Dès lors, la seule possibilité, dans un contexte de mise en cause de l’industrie financière, est l’émergence d’une politique de réindustrialisation avec en ligne de mire des productions substitutives d’importations.

Le présent gouvernement semble s’y attacher. Si tel est le cas la nation Britannique renaîtra.

 

 

 

 

 

 

[1]  Jean Claude Werrebrouck : Banques centrales , Indépendance ou soumission ? Un formidable enjeu de société ; Yves Michel ; 2013.

[2] Elles sont  très proches de zéro dans l’ensemble de la zone et proches de zéro pour l’ensemble des pays baignant dans la mondialisation. Elle est strictement égale à zéro pour la France.

[3] Cf notre livree collectif : L’euro est-ll mort ?; Editions du Rocher ; octobre 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche