Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 07:46

 

Si l’on en croit les sondages, 4 candidats à l’élection présidentielle peuvent figurer dans le groupe des 2 qui seront sélectionnés au soir du premier tour.

Il est ainsi intéressant de repérer les temps de survie de la monnaie unique en fonction des « couples » possibles qui se constitueront le 23 avril prochain.

Clairement, c’est la sélection du couple Fillon/Macron qui va le plus rassurer les marchés avec garantie d’une non fuite des capitaux et des spreads de taux qui vont rester sages. De quoi plus ou moins assurer un tour de manège supplémentaire…pour la monnaie unique . Mais aussi de quoi aussi assurer la reconduction des forces de dislocation entre des pays dont les trajectoires connaissent une divergence croissante, car bien évidemment le fédéralisme restera inatteignable et seules les dévaluations internes pourront maintenir les soldes TARGET 2 dans des écarts plus ou moins acceptables pour l’Allemagne . Dans cette configuration, le second tour quel qu’en soit le résultat, ne changerait rien. Il s’agirait bien d’un choix fictif, d’une élection fictive simplement destinée à assurer le tour de manège supplémentaire.

4 sélections sont plus "dangereuses" : Mélenchon/Macron ; Mélenchon/Fillon ; Le Pen /Macron ; Le Pen/ Fillon. Ces 4 sélections,  même si elles aboutissent avec une forte probabilité à un résultat pro-européiste, laissent présager un emballement spéculatif sur les marchés (dès l’annonce des résultats). Cet emballement sera disciplinaire et devra sécuriser et sélectionner le « bon » résultat. 14 jours seront ainsi offerts aux marchés, lesquels joueront parfaitement leur rôle de police visant au bon choix du bulletin de vote. Là encore l’euro pourra bénéficier d’un tour de manège supplémentaire.

Reste une sélection beaucoup plus délicate : celle du couple Mélenchon/ Lepen. Ici la police financière va se déchainer avec une violence sans limite puisqu’il s’agira de la survie d’un ordre fondamentalement menacé. Durant le temps de l’entre-deux tours, il est clair que le pouvoir finissant ne prendra aucune mesure propre à étouffer la spéculation. Le blocage de la circulation du capital et la réquisition de la Banque de France pour bloquer la montée de taux, constituant des interdits bruxellois , le très européiste président finissant ne fera rien pour empêcher une saignée à nulle autre pareille.

Parallèlement, on voit mal la compétition finale entre les 2 souverainistes se dérouler sur la base d’un renoncement au profit d’une servitude volontaire à l’endroit des intérêts allemands. Certes, ce dernier pays pourra imaginer –difficilement car les élections sont pour la fin de l’été-  des propositions souterraines pour préserver ce qui peut encore l’être. Mais le gain de voix d’un renoncement est à comparer à la perte et il est difficile d’en prévoir le solde. La compétition risque donc de tourner autour d’un renforcement de souveraineté et donc d’une montée en puissance plus grande encore de la spéculation.

Le Pays sera donc financièrement exangue lorsque l’un des deux prétendants montera les marches de l’Elysée. De ceci, il faudra en déduire que les propositions de négociation avec l’Union européenne ( négociations en vue d’un référendum pour Madame Lepen, négociations sous la menace d’un plan B pour Monsieur Mélenchon) seront immédiatement oubliées car complètement inappropriées.

Le blocage de la circulation du capital est techniquement possible, mieux, les spéculateurs pourraient être identifiés et peut-être sanctionnés  -encore que cela serait juridiquement très difficile- dans le cadre d’une législation entièrement nouvelle. Par contre, la lutte contre l’emballement des taux est complètement dans la main de la BCE et toute tentative de réquisition de la Banque de France serait assortie d’une rupture complète avec le système européen de banques centrales, avec en particulier la rupture avec le dispositif TARGET 2, le dispositif ELA, etc. De fait, la BCE couperait tous les liens avec un euro qui deviendrait français.

Il faudra par conséquent que le ou la nouvelle présidente s’arme immédiatement des dispositifs constitutionnels à sa disposition pour agir avec toute la force nécessaire. Cela passe, comme on le sait, par l’utilisation immédiate de l’article 16[1] de la Constitution et donc l’éloignement -provisoire ?- de références démocratiques prônées par ailleurs dans les programmes ( référendums pour Madame Lepen, sixième république pour Monsieur Mélenchon) . Parce que la fin de l’euro n’est pas une promenade de santé, il faudra savoir taper dans le dur.

Parce que la France est un pays pivot, c’est au soir du premier tour que l’on pourra annoncer en cas de sélection du couple Mélenchon/ Lepen la fin de l’euro, et ce à l’échelle européenne, pour la fin du mois de mai. Une nouvelle histoire européenne, et peut-être mondiale, pourra alors véritablement commencer. Dans cette configuration l’élection présidentielle française perdra enfin son caractère   "comédie de l’Alternance" qu’elle révélait depuis si longtemps.

 

[1] http://www.lacrisedesannees2010.com/2016/02/la-france-peut-et-doit-revivre-un-appel-du-18-juin-1940.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans conférences et débats
commenter cet article

commentaires

BA 24/04/2017 10:02

Lundi 24 avril 2017 :

Après la victoire de l'Allemagne à l'élection présidentielle française, les journalistes allemands savourent leur triomphe.

Les médias allemands saluent le résultat d'Emmanuel Macron.

REVUE DE PRESSE - L'ancien ministre de François Hollande était devenu le favori en Allemagne, depuis la révélation des affaires touchant François Fillon.

De notre correspondant à Berlin

«L'Europe respire». Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne, est soulagé. «Le scénario d'horreur d'un second tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon a été écarté», poursuit le journal en s'attendant à la victoire le 7 mai d'Emmanuel Macron contre Marine Le Pen. «Quel duel! Un homme contre une femme, le libéralisme de gauche contre l'ultra droite, l'espoir contre le repli, plus d'Europe contre le moins d'Europe possible, un ami de l'Allemagne contre une germanophobe», écrit le journal en décrivant le match du second tour : Macron «le favori chic et l'espoir de tous les Européens contre Marine Le Pen, le spectre qui effraie Bruxelles et Berlin».

À l'unisson, les médias allemands ont presque tous salué le résultat de l'ancien ministre de François Hollande au premier tour de la présidentielle. Depuis la révélation des scandales touchant François Fillon, il était devenu le favori de l'Allemagne.

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/24/35003-20170424ARTFIG00050-les-medias-allemands-saluent-le-resultat-d-emmanuel-macron.php

Bruxelles. Juncker, le président de la Commission européenne, félicite Macron.

« Juncker a félicité Emmanuel Macron pour son résultat au premier tour et lui a souhaité le meilleur pour le second tour », a écrit sa porte-parole Margaritis Schinas sur son compte Twitter.

Illustrant le large soutien dont bénéficie le candidat d’ « En Marche ! » au sein des institutions européennes à Bruxelles, Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union Européenne pour la politique étrangère, a elle aussi salué sa performance.

« Voir les drapeaux de la France et de l’UE saluant le résultat d’Emmanuel Macron montre l’espoir et l’avenir de notre génération », a déclaré la diplomate italienne qui, à 43 ans, appartient à la même génération que l’ancien ministre de l’Économie (39 ans).

http://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/bruxelles-juncker-le-president-de-la-commission-felicite-macron-4946038

A la Bourse de Paris, les titres du secteur bancaire gagnent près de 8 %.

La Bourse de Paris a ouvert en hausse, ce lundi. Le CAC 40 a ouvert en hausse de 4,12% au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle. Les titres du secteur bancaire prenaient près de 8%.

A 09h12, l'action Société Générale prenait la tête du CAC 40 (+8,03% à 50 euros) devant Crédit Agricole (+7,68% à 13,39 euros) et BNP Paribas (+6,74% à 66,18 euros) dans un marché en forte progression de 4,12 %.

BA 21/04/2017 12:08

De 2007 à 2012, Nicolas Sarkozy était président de la République. François Fillon était premier Ministre.

De 2007 à 2012, le premier Ministre François Fillon avait supprimé 12 469 postes de policiers et de gendarmes.

Et aujourd'hui ?

Aujourd'hui, le candidat François Fillon promet … d'embaucher des policiers et des gendarmes, alors qu'il avait supprimé 12 469 postes lorsqu'il était au pouvoir !

27 octobre 2016 :

A la question "Vous avez supprimé 12.469 postes de gendarmes et policiers entre 2007 et 2012, est-ce que vous regrettez ?", posée par Jean-Jacques Bourdin sur RMC-BFMTV, Sarkozy a répondu : "non".

"On croulait sous les dettes et les déficits, il fallait faire des économies, il fallait réduire les effectifs dans la fonction publique", a-t-il expliqué, alors que les policiers manifestent à travers la France depuis dix jours pour demander plus de moyens.

http://www.bfmtv.com/politique/supressions-de-postes-de-gendarmes-et-policiers-pas-de-regrets-de-sarkozy-1052731.html

BA 19/04/2017 13:24

Jean-Luc Mélenchon assure qu'il ne veut sortir ni de l'Europe ni de l'euro.

Mardi 18 avril 2017 :

Jean-Luc Mélenchon assure qu'il ne veut sortir ni de l'Europe ni de l'euro.

En meeting ce mardi à Dijon, Jean-Luc Mélenchon était également présent dans six autres villes grâce à des hologrammes. Et a assuré qu'il ne souhaitait pas sortir de l'Union européenne.

Même si sa spectaculaire dynamique semble avoir atteint un palier ces derniers jours, le candidat de La France insoumise est de nouveau devancé par François Fillon selon notre sondage, l'ancien leader du Front de gauche a refusé de renoncer à cinq jours du premier tour de la présidentielle. Et a tenté de se montrer rassurant, notamment sur la question européenne. "Ne croyez pas ce qu'ils vous disent : « il veut sortir de l'Europe, de l'euro », allons, un peu de sérieux", a ainsi déclaré Jean-Luc Mélenchon.

http://www.rtl.fr/actu/politique/direct-video-meeting-melenchon-ses-6-hologrammes-7788190620

Le programme de Mélenchon est nul.

Il faut sortir de l'Union européenne.

Il faut sortir de l'euro.

Votez Asselineau.

https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Francois-Asselineau-legislatif-2017.pdf

BA 18/04/2017 10:34

A propos de la soi-disant « Europe sociale » :

De 1979 à 2014, un résumé ahurissant des promesses de la gauche européiste.

Cela fait 35 ans qu'ils nous promettent que l'Europe va nous donner le progrès social …

… et cela fait 35 ans que nous obtenons exactement le contraire !

La video dure 4 minutes 32 :

https://www.youtube.com/watch?v=qzV52nNCvB0

Laurent 17/04/2017 10:54

Bonjour Jean-Claude, je suis surpris que vous-même cédiez à une réalité des sondages, les grands médias étant tenu par des européistes/lobbyistes convaincus et ceux-ci étant conscients que ni Fillon ni Hamon ni même Macron ne seront au second tour, ils agitent le couple Mélenchon/Le Pen qui nous le savons déjà ne sortiront pas de l'UE avant les élections présidentielles de 2022 !
Il n'y a qu'un seul vote utile pour sortir vite de l'UE telle qu'elle existe, toute renégociation des traités étant vouée à échec certain, c'est François Asselineau, voir le site upr.fr et youtube pour en savoir plus.
J'invite les lecteurs de votre blog à se faire leur propre opinion avant dimanche prochain.
Asselineau est le seul candidat qui connaisse les traités qui engage la France et donc son président de la République. Asselineau est le seul a proposer une sorte rapide légale et à l'amiable des traités Européens par l'article 50 du TFUE : seul moyen de retrouver notre souveraineté !
Tous les autres candidats au mieux nous mentent au pire sont incompétents !
Bonne semaine à tous

Jean Claude Werrebrouck 17/04/2017 17:45

Je doute fort que l'on puisse activer l'article 50 sans déclencher la panique. la France est dans la zone euro et donc ce que je décris dans mon billet sera immédiatement déployé et donc monsieur Asselineau sera amané à déclencher l'article 16 de la Constitution bien avant celui du TFUE. Par contre je suis aussi conscient que cette semaine le scénario 6 que je met en avant sera durement attaqué afin que les citoyens votent convenablement. La police financière va veiller au maintien de l'ordre.

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche