Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 09:00

A la fin de ce mois d’octobre 2020 le total du bilan de la BCE dépassera les 7000 milliards d’Euros soit davantage que le total du bilan de La FED. Compte tenu du recul du PIB des pays de la zone, il dépassera en 2021  les 60% de la richesse produite dans ladite zone . Pour l’essentiel la croissance du bilan provient des prêts  aux quelque 700 banques de la zone (plus de 1300 milliards d’euros) et au roulement de la dette publique ( quelque 800 milliards). A cela il faudrait encore ajouter les achats de dettes d’entreprises (« Corporate Sector Puchase Program»- CSPP-)  et du papier commercial.

L’émission massive de monnaie correspondante n’est pas, contrairement à ce qui est généralement affirmé, une détérioration potentielle du bilan de la BCE : une banque centrale ne connait pas comme les agents économiques classiques d’exigence de passif. C’est la raison pour laquelle certains souhaitent l’annulation des dettes, en particulier les dettes publiques devenues des poids lourds dans le budget des Etats. Et il est vrai qu’une telle annulation ne rendrait pas la BCE plus pauvre et qu’elle soulagerait nombre d’agents.

Que devient la considérable liquidité ainsi émise ?

En juillet 2020, les banques européennes ont vu leur compte à la BCE augmenter de 1300 milliards d’euros, au titre d’un nouveau crédit à moyen terme de la part de l’Institut d’émission. Cette écriture en actif a ensuite permis des prêts considérables aux entreprises arrêtées dans leurs activités pour cause sanitaire. A ce titre, s’agissant de la France, c’est au moins 140 milliards qui sont ou seront au total débloqué par les banques en 2020. Pour autant les banques ne voient pas leur liquidité affectée, et les 140 milliards en accroissement d’actifs (prêts) se retrouvent en ressources pour un montant équivalent (dépôts). Tout étudiant en économie sait en effet que les « prêts font les dépôts » et seule une conversion en billets (de plus en plus rare) vient nuancer cette banalité. Nous sommes donc dans un système monétaire – tout au moins dans la zone euro- où la liquidité extrême permet des achats de titres, et en particulier des titres de la dette publique. Une dette dont on pense qu’elle est sécurisante en ce que, comme l’or - banque centrale oblige - elle est un titre qui ne figure finalement dans le passif de personne : la banque centrale a acheté 71% de la dette émise en 2020[1] et ne s’appauvrit pas si les débiteurs sont indélicats. Il existe à cet égard une assez grande confusion des esprits et souvent ce sont les mêmes qui considèrent comme sûre la dette publique tout en s’inquiétant du mythe de la dégradation du bilan de la banque centrale.

La liquidité extrême se portant sur la dette publique fait évidemment monter la valeur des cours des dettes publiques et, corrélativement, baisser les taux correspondants. On comprend ainsi qu’une dette publique, jugée plus sûre encore que toutes les autres, puissent déboucher sur un taux négatif : le Trésor allemand peut ainsi proposer, en ce mois d’octobre, un Bund à 10 ans à -0,60%. Et si le Bund est trop rare sur le marché, donc trop cher, les banques pourront se reporter sur des dettes moins sûres qui  seront toutefois assorties de taux proches de zéro. C’est ainsi que même l’Italie et la Grèce vont bientôt bénéficier de taux nuls. Les « investisseurs », essentiellement ce qu’on appelle en France les « Spécialistes en Valeurs du Trésor » (SVT) sont des  banques qui, elles -mêmes, ont bénéficié de prêts à moyen terme à taux négatifs de la part de la BCE. De fait, recevant une subvention de la BCE, les SVT partagent ladite subvention avec les Etats endettés. Et un partage bien intéressé puisque la dette publique, pour des raisons purement conventionnelles, donc relevant de pratiques comptables validées par la Banque des Règlements Internationaux, ne « mange » pas les fonds propres comme cela est le cas pour une dette corporate. Se trouve ainsi mis en place un circuit allant de la BCE vers les banques, puis les Etats, avec retour vers la BCE sous forme de rachat de la dette. Et un circuit qui accroit la liquidité, et des banques et des Etats, et qui a pour moteur la BCE.

Mais la BCE ne prête pas qu’aux banques et ne monétise pas que de la dette publique, elle achète de plus en plus de dette corporate, donc des obligations d’entreprises. Ce faisant, elle en soutient le cours et permet d’améliorer d’abord l’image des entreprises, les conditions de leur mobilisation de capital, voire leur rentabilité si les rachats débouchent aussi sur le rachat par les entreprises de leurs propres actions. La BCE peut ainsi contribuer indirectement au financement de profits simplement spéculatifs. Plus généralement elle participe, avec sans doute d’autres banques centrales, et en particulier la FED,  au soutien de l’ensemble de la finance de l’ombre, avec en particulier les poids lourds de la gestion d’actifs. Ainsi Black Rock, Vanguard, JP Morgan, Amundi, etc. dépendent directement des politiques monétaires devenues aussi progressivement de vrais politiques budgétaires des banques centrales. Plus généralement encore une extrême liquidité en hausse constante nourrit un Trading qui fait l’essentiel du profit des grandes banques américaines[2], l’investissement dans le casino étant plus rentable que dans celui de l’économie.

Face à un rapetissement des Etats, on peut se demander si la clé de voûte du système - la Banque centrale qui semble tenir le tout - n’est pas que simple apparence. Manifestement, la banque centrale n’est pas au service d’elle-même mais au service d’autres acteurs qui se situent essentiellement dans le monde de la finance, de la banque, et d’une manière plus générale dans ce qu’on appelle le réseau des acteurs d’un capitalisme devenu financier.

D’une certaine façon, la BCE a déjà dépassé le stade du proto-Etat classique. On se rappelle en effet que le « coup d’Etat constitutif des Etats » (Pierre Clastres)[3] correspond à l’accaparement de ce qui était le commun des hommes par des individus privés. Nous disions dans un texte précédent[4] que l’Etat primitif était la première privatisation dans le monde des humains. Manifestement, la Banque centrale moderne n’est pas le fait d’un coup d’Etat, et ses dirigeants sont de fait les simples exécutants d’une œuvre qui les dépasse. Le système des « portes tournantes » chère à Laurence Scialom[5] ne contredit pas ce point de vue : les acteurs privés de la finance, prennent momentanément les rênes de la machine pour la rendre obéissante…. mais le passage dans le public est d’autant plus bref que la carrière se déroule ailleurs…. Cela signifie aussi en reprenant notre article du 8 octobre dernier[6] que le scénario rationnel d’une banque centrale devenant monopole naturel est assez peu probable[7].

Très réellement, Marx a partiellement raison dans son analyse de l’Etat qui fait des acteurs politiques les architectes d’une reproduction des « rapports sociaux de production ». La Banque centrale de la décennie qui s’ouvre, est déjà un Etat moderne chargé, au plus haut niveau, du maintien de l’ordre néo-libéral. Et dans ce contexte les vieux Etats, d’une certaine façon, nourris par le roulement continu et croissant de la dette, n’ont plus qu’à aider, telle une simple collectivité locale, à entretenir chacun dans son espace, l’ordre libéral.

Et cet entretien à l’échelle devenue locale doit respecter les règles du système : même si le roulement de la dette est garanti par des taux nuls devenus obligatoires si l’on veut sauver le système,[8] ces nouvelles collectivités territoriales que sont devenues les vieux Etats, doivent épauler l’entreprise financiarisée en rabotant en permanence ses charges. Ils doivent aussi concourir à la disparition des spreads de taux sur la dette publique en maitrisant la dépense publique. Garantir le respect du libre-échange, garantir la parfaite circulation du capital, mais surtout diminuer le poids des charges sociales et de la fiscalité,   sont devenus la besogne quotidienne de chaque vieil Etat, une besogne dument contrôlée par des acteurs qui les dépassent.

 Ce travail peut apparaitre comme celui de « petits bras » puisque les sommes rapportées par les réformes structurelles (marché du travail, retraites, fiscalité, etc) , se comptent, pour un pays comme la France, en dizaines de milliards quand le simple roulement de la dette s’énonce, lui, en centaines de milliards. Il est néanmoins fondamental car il contribue à la bonne tenue des cours de la dette des entreprises et aux valorisations boursières devenues fondamentales avec la financiarisation généralisée. Au fond la Banque centrale tient le système par le haut, tandis que ces nouvelles collectivités territoriales que sont devenus les vieux Etats sont chargés de le soutenir par le bas…tâche rémunérée par la garantie du roulement de la dette.


[1] CF FMI dans le Fiscal Monitor d’octobre 2020 : « Policies for the recover ».

[2] 25,6 milliards de dollars pour le seul troisième trimestre 2020 pour les 6 grandes banques américaines : JP Morgan, Bank of America, Goldman Sachs, Morgan Stanley et Wells Fargo.

[3] Cf son ouvrage majeur : « La société contre l’Etat » ; Editions de minuit ; 1974.

[5] Cf : « La fascination de l’ogre» ou comment desserrer l’Etat de la finance- Fayard ; 2019.

 

http://www.lacrisedesannees2010.com/2020/10/questions-autour-de-l-euro-numerique-de-la-bce-monopole-naturel-ou-proto-etat.html[6]

[7] Nous renvoyons ici à notre article du 6 juillet et à ses conclusions : http://www.lacrisedesannees2010.com/2020/07/les-banques-centrales-vont-elles-devenir-des-etats,partie-2.html

[8]  condition devenue fondamentale pour la finance, y compris pour les banques qui seraient vites en cessation de paiement si leurs actifs devaient s’effondrer par une remontée des taux.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche