Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 23:00

La crise chypriote est un bon motif pour reprendre des textes publiés depuis plusieurs années sur ce Blog. Le très court article suivant fait mention de réflexions antérieures qui permettent de bien comprendre le monde tel qu'il est.

 

 

La monnaie est bel et bien un objet politique central et le spectacle de la rue à Chypre est bien là pour nous le confirmer. Sa pénurie fait disparaitre l'ordre politique et un gouvernement régulièrement élu et surtout très fraichement élu - moins de 3 semaines - perd immédiatement toute légitimité.

Comme l'euro de Chypre, est comme tous les Euros, à savoir non pas une monnaie locale mais une monnaie moderne qui est donc aussi réserve de valeur, la violence à venir ne provient pas seulement de la disparition de la monnaie, mais de l'évaporation des patrimoines.

Si la monnaie chypriote était simplement monnaie locale, les billets en circulation pourraient assurer normalement le lien social. Et c'est du reste, ce qui se manifeste encore plus ou moins, dans les rues de Nicosie : on accepte les paiements en liquide qui, eux-mêmes, assureront d'autres paiements.

 Malheureusement, les billets sont aussi réserve de valeur et donc non seulement ils ne représentent qu'une faible part de la masse monétaire totale, mais au-delà, ils ont tendance à être thésaurisés. Il ne peut donc en résulter qu'une diminution drastique des échanges et, pour les moins pourvus, le recours à la seule violence : des magasins devraient logiquement être dévalisés si une solution rapide n'est pas imaginée. Toujours dette diablesse de "loi d'airain de la monnaie"!

Sans la présence d'une aide russe -question difficile car il n'est pas simple de savoir si le pouvoir correspondant représente d'autres forces que les seuls oligarques utilisateurs de la "lessiveuse" chypriote- le scénario le plus probable est, à court terme, le suivant : Les entrepreneurs politiques chypriotes vont porter sur la table bruxelloise un ensemble de coquilles vides - fonds national de solidarité, taxations de comptes au delà d'un certain montant, création d'une Bad Bank, etc. - mais coquilles qui permettront probablement au terme d'une négociation et d'une décision prise comme d'habitude à l'unanimité , de gagner une fois de plus un peu de temps. Et, devant un accord aussi unanime, la BCE s'empressera de maintenir le dispositif ELA ("Emergency  Liquidity Assistance").

Malheureusement le mal est fait et il sera difficile de rétablir l'ordre politique et l'ordre tout court car la fuite des capitaux, certes très probablemnt puissamment réprimée, correspondra aussi à la fin de la lessiveuse: s'il n'est plus possible de lessiver, alors il faut abandonner le pays.  

 Contexte très difficile pour mettre en place un prétendu fonds de solidarité, même en l'appuyant sur des recettes gazières futures généreuses. Qui peut répondre aux questions suivantes : Quelles sont les réserves? A qui appartiennent t-elles? Chypre ou Turquie, voire Israël? Quels investissements, sachant que l'on travaille en pleine mer? etc.

Le gain de temps sera donc beaucoup plus bref que dans les autres accidents de parcours de l'Euro (Irlande, Grèce, Espagne, Portugal, Italie). Le maillon  actuellement mis sur le devant de la table est bel et bien le plus faible de la chaîne , mais cela  ne veut pas dire que c'est à partir de sa rupture que se déclenchera le Big Bang de la fin de l'Euro. D'autres maillons de la chaîne connaissent une fragilisation croissante malgré tous les plans de productivité. 

Parce qu'encore une fois, tous les passagers sont clandestins et qu'ils veulent le rester le plus longtemps possible, le Big Bang sera déclenché là où les secousses seront le plus durement ressenties.   

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans textes de portée générale
commenter cet article

commentaires

BA 28/03/2013 07:02

Nous savons maintenant que les dominos européens vont continuer à tomber, les uns après les autres.

Tous les Etats européens qui ont un secteur bancaire hypertrophié vont subir le sort de Chypre.

1- D'abord, il y a eu la Grèce.
2- Ensuite, il y a eu l'Irlande.
3- Ensuite, le Portugal.
4- Ensuite, l'Espagne.
5- Ensuite, Chypre.
6- Demain, ce sera le tour de la Slovénie.
7- Après-demain, ce sera Malte, puis le Luxembourg, puis le Royaume-Uni, puis l'Italie ...

Jeudi 28 mars 2013 :

Voici les dernières nouvelles du sixième domino : la Slovénie.

Slovénie : un conseiller du FMI pressenti pour diriger la Banque centrale.

Un conseiller du Fonds monétaire international (FMI), Bostjan Jazbec, est pressenti par les autorités slovènes pour prendre la tête de la Banque centrale, alors que le secteur bancaire est au bord
de l'implosion faisant ainsi de la Slovénie un pays candidat à une aide d'urgence de l'Union européenne.

http://www.romandie.com/news/n/_Slovenie_un_conseiller_du_FMI_pressenti_pour_diriger_la_Banque_centrale76280320130038.asp?

BA 27/03/2013 16:27

Mercredi 27 mars 2013 :

La banque slovène Nova Ljubljanska Banka (NLB) est en faillite totale. Moody's a dégradé le 13 mars la note de la banque Nova Ljubljanska Banka de B2 à Caa2, au rang de valeur
ultra-spéculative.

Les taux d'intérêt des emprunts slovènes à dix ans ont continué à augmenter mercredi, face aux craintes d'une demande d'aide européenne de la Slovénie. Ils ont frôlé la barre symbolique de 7%,
jugée intenable à long terme pour un pays, contre un peu plus de 6% mardi et seulement 5% la semaine dernière.

Lisez cet article hilarant : vous allez voir, c'est à mourir de rire !

Slovénie : le Premier ministre exclut une demande d'aide internationale.

La Slovénie n'a pas besoin de demander une aide internationale après Chypre, a estimé mercredi le nouveau Premier ministre de centre-gauche Alenka Bratusek, affirmant que la priorité de son
gouvernement sera de réformer le système bancaire slovène.

"La Slovénie est capable de s'en sortir toute seule", a clamé Alenka Bratusek au Parlement, lors d'une session de questions au gouvernement.

"Le redressement de notre système bancaire est notre principale priorité, et le ministre des Finances y travaille jour et nuit", a-t-elle ajouté.

Le ministre Uros Cufer, ancien analyste du principal institut bancaire du pays Nova Ljubljanska Banka (NLB), dispose "de bonnes connaissances en la matière".

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp-00510106-slovenie-le-premier-ministre-exclut-une-demande-d-aide-internationale-553120.php

BA 27/03/2013 07:42

Mercredi 27 mars 2013 :

Ce qui se passe en Europe, c'est comme quand on joue au tiercé ou au quinté.

Bon, ça y est, nous savons maintenant qui sera le sixième.

Pour le moment, nous connaissions les cinq premiers.

Mais là, c'est bon, il n'y a plus de suspens : nous venons d'apprendre qui sera le sixième.

Lisez bien cet article :

Slovénie : Moody's abaisse la note de la deuxième banque du pays NKMB.

L'agence d'évaluation financière américaine Moody's a abaissé mardi la note de la deuxième banque slovène NKMB, en raison des craintes concernant l'économie du pays membre de la zone euro, qui
pourrait être contraint de demander une aide européenne.

La note à long-terme de la NKMB, détenue par l'Etat, a été abaissée de deux crans de B3 à Caa2 par Moody's, la faisant passer au rang de valeur ultra-spéculative.

L'agence de notation a associé sa décision d'une perspective négative en raison des craintes d'un nouvel affaiblissement du porte-feuille de crédit de la banque.

Moody's avait déjà dégradé le 13 mars la note de la plus grande banque slovène Nova Ljubljanska Banka (NLB), de B2 à Caa2, également au rang de valeur ultra-spéculative.

La NKMB, détenue par l'Etat, pourrait avoir besoin d'une nouvelle injection de capital pour remplir les exigences de l'Autorité européenne des banques (EBA).

En raison des problèmes de son secteur bancaire acculé par une montagne de mauvaises créances (7 milliards d'euros selon un rapport du Fonds monétaire international), la Slovénie pourrait devenir
le prochain pays de l'UE à demander une aide de l'Union européenne, après Chypre.

http://www.romandie.com/news/n/_Slovenie_Moody_s_abaisse_la_note_de_la_deuxieme_banque_du_pays_NKMB16260320131540.asp

Ensuite, tous les Etats européens qui ont un secteur bancaire hypertrophié vont subir le sort de Chypre.

Dans quel ordre ?

Jouons au petit jeu des pronostics :

1- D'abord, il y a eu la Grèce.
2- Ensuite, l'Irlande.
3- Ensuite, le Portugal.
4- Ensuite, l'Espagne.
5- Ensuite, Chypre.
6- Demain, ce sera le tour de la Slovénie.
7- Après-demain, ce sera le tour de Malte.
8- Après-après-demain, ce sera le tour du Luxembourg.
9- Après-après-après-demain, ce sera le tour du Royaume-Uni.
10- Après-après-après-après-demain, ce sera le tour de l'Italie.

BA 26/03/2013 16:10

Mardi 26 mars 2013 :

1- D'abord, il y a eu la Grèce.
2- Ensuite, l'Irlande.
3- Ensuite, le Portugal.
4- Ensuite, l'Espagne.
5- Ensuite, Chypre.
6- Demain, ce sera le tour de la Slovénie.

Slovénie : Moody's abaisse la note de la deuxième banque du pays NKMB.

L'agence d'évaluation financière américaine Moody's a abaissé mardi la note de la deuxième banque slovène NKMB, en raison des craintes concernant l'économie du pays membre de la zone euro, qui
pourrait être contraint de demander une aide européenne.

La note à long-terme de la NKMB, détenue par l'Etat, a été abaissée de deux crans de B3 à Caa2 par Moody's, la faisant passer au rang de valeur ultra-spéculative.

L'agence de notation a associé sa décision d'une perspective négative en raison des craintes d'un nouvel affaiblissement du porte-feuille de crédit de la banque.

Moody's avait déjà dégradé le 13 mars la note de la plus grande banque slovène Nova Ljubljanska Banka (NLB), de B2 à Caa2, également au rang de valeur ultra-spéculative.

La NKMB, détenue par l'Etat, pourrait avoir besoin d'une nouvelle injection de capital pour remplir les exigences de l'Autorité européenne des banques (EBA).

En raison des problèmes de son secteur bancaire acculé par une montagne de mauvaises créances (7 milliards d'euros selon un rapport du Fonds monétaire international), la Slovénie pourrait devenir
le prochain pays de l'UE à demander une aide de l'Union européenne, après Chypre.

En 2012, la NKMB a réalisé 205,5 millions d'euros de perte nette, contre 81,1 millions de perte en 2011.

Les craintes d'une demande d'aide financière de la part de la Slovénie ont fait bondir les taux d'intérêt des emprunts slovènes à 10 ans sur le marché secondaire. Ils sont passés de 5,04% la
semaine dernière à 6,10% mardi.

En octobre 2012, ils avaient franchi la barre symbolique des 7%, alors que les syndicats menaçaient de bloquer par référendum les réformes du gouvernement de centre-droit du Premier ministre
conservateur Janez Jansa.

Le FMI et l'UE ont demandé au nouveau gouvernement de centre-gauche du Premier ministre Alenka Bratusek de s'attaquer à la crise du secteur bancaire du pays.

http://www.romandie.com/news/n/_Slovenie_Moody_s_abaisse_la_note_de_la_deuxieme_banque_du_pays_NKMB16260320131540.asp

BA 26/03/2013 10:09

Mardi 26 mars 2013 :

Des mesures de contrôle strict des capitaux, "temporaires" selon le président chypriote Nikos Anastasiades, ont dû être mise en place pour éviter un "bank run" qui pourrait à lui seul causer la
faillite de l'île. Bref, le bilan est lourd. "Chypre est un cas spécifique", a tenté de rassurer le chef de file des ministres des Finances de la zone euro Jeroen Dijsselbloem après avoir provoqué
la stupeur dans l'après midi en sous-entendant que cette approche pourrait à nouveau être adoptée à l'avenir. La peur d'un précédent est bien là. D'autant que des craintes pèsent désormais sur une
autre petite économie de la zone euro au secteur bancaire hypertrofié : la Slovénie.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20130326trib000756035/chypre-apres-le-soulagement-l-heure-du-bilan-pour-les-marches.html

Comment ça, les craintes pèsent désormais sur la Slovénie ?

Mais les craintes pèsent aussi sur le Luxembourg.

Les craintes pèsent aussi sur Malte.

Les craintes pèsent aussi sur Jersey et Guernesey.

Dans les mois qui viennent, les économies européennes qui ont un secteur bancaire hypertrophié vont subir le sort de Chypre.

C'est le mektoub.

BA 25/03/2013 06:55

Bank of Cyprus : pour les comptes bancaires supérieurs à 100 000 euros, les déposants subiront une perte de 40 %.

Lundi 25 mars 2013 :

Accord sur un plan de sauvetage pour Chypre.

Un accord a été trouvé, dans la nuit de dimanche à lundi 25 mars, entre le président chypriote, Nicos Anastasiades, et ses bailleurs de fonds internationaux pour parvenir à un plan de sauvetage de
Chypre.

L'accord prévoit que le premier établissement du pays, Bank of Cyprus, soit conservé, mais que les déposants de cette banque, au-dessus de 100 000 euros, subissent des pertes pouvant aller jusqu'à
40 %.

L'accord prévoit en outre la disparition de la banque Laïki, la deuxième du pays, selon une source européenne.

Les petits déposants seront épargnés, mais ceux avec des dépôts au-dessus de 100 000 euros subiront des pertes.

"Les dépôts sécurisés seront mis dans une 'good bank' les autres dans une 'bad bank'. Les dépôts non-sécurisés de plus de 100 000 euros seront gelés et participeront à la recapitalisation
nécessaire", a précisé lors d'un point de presse le ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble.

Interrogé sur la réaction des Russes à cet accord qui les affectera via la restructuration du secteur bancaire, le ministre des Finances de Chypre a reconnu que "nombre de nos partenaires
internationaux loyaux sont très déçus".

Les banques chypriotes ont prévenu dimanche qu'elles limitaient encore un peu plus les retraits d'espèces aux guichets, à 120 euros pour les clients de la Bank of Cyprus et 100 euros pour ceux de
la Popular Bank.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/24/reunion-au-sommet-a-bruxelles-pour-sauver-chypre-de-la-faillite_1853427_3234.html

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche