Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 16:03

 Au terme d’un parcours de plusieurs millénaires,  la monnaie qui fût d’abord un instrument de construction des premiers Etats, puis un outil de simple accompagnement de ces derniers, risque de devenir un outil à visées totalitaires. C’est en effet ce que peut annoncer le projet de monnaie numérique de banque centrale, projet aujourd’hui travaillé par 90% des banques centrales du monde.

En période longue, le couple monnaie/Etat a connu de nombreux stades que l’on peut brièvement rappeler. A sa naissance au 6ième siècle av. JC, la monnaie dite d’électrum des rois de Lydie, est une pièce frappée symbolisant la puissance d’un pouvoir sur un territoire. Déjà infrastructure des échanges elle est un bien public à forts avantages politiques : pratique de la frappe et du seigneuriage (rentage), mais aussi instrument du règlement de la dette des sujets (impôt) à des fins de projection de la puissance guerrière. La fonction réserve de la valeur est essentielle pour l’entretien et le règlement des conflits entre cités.

Infrastructure verticale du pouvoir - la « nomisma », c’est-à-dire la monnaie qui contient le « nomos »  c’est-à-dire la loi, laquelle définira le « dokimon » (le cours légal et ses attributs) -  elle tendra vers davantage d’horizontalité avec la naissance de la finance privée qui va accompagner la gestion des échanges. Plus tard encore, l’Etat -créancier ultime- deviendra endetté et entrera en négociation permanente avec la puissance financière privée. Ce n’est finalement qu’au cours d’une période récente, essentiellement le 20ième siècle que la puissance de certains Etats se trouve partiellement restaurée. A cette époque l’infrastructure de la circulation monétaire c’est-à-dire le système bancaire est le plus souvent privé, mais elle est régulée et contrôlée par une entité le plus souvent publique et soumise au pouvoir politique : la banque centrale. C’est l’époque où les Etats les plus puissants vont s’affranchir de la loi d’airain de la monnaie et où la verticalité est de retour. C’est aussi une époque où l’idée même de crise financière s’estompe.  A cette même époque les monnaies nationales deviennent hiérarchisées et l’une d’entre elles, le dollar, libéré de sa contrainte de convertibilité en métal, va devenir un extraordinaire instrument de puissance politique pour celui qui va en assurer le contrôle.

Plus récemment, l’infrastructure se privatise encore davantage avec l’indépendance des banques centrales et une horizontalité qui va mettre partiellement en cause la puissance souveraine : le « nomos » de la « nomisma » est en voie de disparition et la puissance publique devient infiniment débitrice. Face à l’importance du recul, certains acteurs du jeu social vont renforcer le climat « d’anomie » en tentant, depuis une bonne dizaine d’années,  d’élaborer une infrastructure complètement privée de circulation de la valeur. Nous avons là l’expérience des crypto-monnaies qui vont, en se passant de tout service tiers, jusqu’à menacer directement l’infrastructure classique. Avec la Blockchain l’infrastructure devient inutile et la circulation de la valeur, notamment les transferts de fonds n’ont plus à se soumettre à des péages qui vont, selon les différentes sources, jusqu’à représenter 6,5% de la valeur en circulation.

Curieusement, on verra des Etats faibles, complètement noyés dans la mondialisation, qui vont détruire leur propre infrastructure de circulation de la valeur et donner cours légal à la crypto-monnaie. C’est bien évidemment le cas du Salvador, dont les acteurs économiques voire les citoyens, noyés dans la mondialisation, acceptent plus ou moins de détruire le système bancaire national en croyant s’extirper des péages de transferts. Le plus curieux dans le cas du Salvador est que l’on croit ainsi « bancariser », selon un nouveau modèle, des acteurs qui, jusqu’ici, ne l’étaient pas suffisamment, preuve que le réseau bancaire classique serait ainsi complètement obsolète face à la Blockchain.

En se renforçant les systèmes de crypto-monnaies privées deviennent de véritables écosystèmes dont la puissance privée peut interroger, voire inquiéter, ce qui reste de puissance publique. Il existe deux sortes d’écosystèmes de crypto-monnaies : l’un complètement déconnecté d’une quelconque monnaie et qui, à ce titre, ne peut être qu’un actif financier (c’est le cas du bitcoin), l’autre qui reste accroché à une monnaie ou un panier de monnaies nationales (c’est le cas du « Libra » devenu « Diem » de  Facebook).

Ces écosystèmes, en particulier le premier type, ont une puissance destructrice considérable et ne sont plus une anomalie dans l’infrastructure de circulation de la valeur. Une infrastructure qui, bien que privée, reste encore sous un contrôle de la banque centrale, certes devenue indépendante mais ayant encore une mission de service public au travers de politiques monétaires. Parce que la rationalité fonctionne dans l’écosystème de la crypto-sphère comme dans toute organisation, nous avons désormais de gros développeurs et investisseurs qui travaillent à marche forcée dans le « minage numérique » comme naguère des esclaves s’adonnaient à l’exploitation des mines de métal. Ainsi le minage en Bitcoin atteindrait aujourd’hui plus de 1000 milliards d’euros.

Nous n’évoquerons pas ici les questions classiquement posées aux crypto-monnaies : évitement du contrôle des capitaux, contournement des sanctions économiques, financement anonyme des médias ou de partis politiques, blanchiment d’argent, contournement de censure, etc.

Par contre cet anéantissement progressif des panoplies règlementaires semble davantage heurter les Etats restés forts (Chine) que les Etats devenus faibles (Occident). C’est la raison pour laquelle la Chine est le premier pays à s’opposer aux crypto-monnaies privées et à se passer de l’infrastructure classique de la valeur au profit de la Blockchain publique. Nous y reviendrons.

Dans les Etats devenus faibles la réaction est ambigüe et inquiète. Les acteurs de la circulation de la valeur sur l’ancienne infrastructure ne sont pas tous opposés au progrès technologique représenté par la blockchain. Sont opposés les anciens opérateurs des péages et surtout les banques qui pourraient voir fondre les dépôts au passif de leurs bilans. Clairement : tous les tiers devenus inutiles avec la chaine de blocs qui garantit la circulation de la valeur. Pour les autres opérateurs, les crypto-actifs sont des actifs financiers comme les autres et sont une nouvelle matière première pour la spéculation. Matière première déjà adulée par des financiers tels ceux de JP Morgan qui recommandent d’investir dans un Bitcoin dont l’ascension dépasserait de très loin les autres actifs. De la même façon la nouvelle technologie est un outil très efficace de protection des paradis fiscaux.

C’est cette ambiguïté qui génère la grande gène de ces grands régulateurs que sont les banques centrales. Libérées de leurs Etats devenus faibles, elles semblent seules à se débattre devant une grande contradiction : ne rien faire c’est laisser se développer un produit financier non régulé et à risque très élevé, mais interdire c’est aller contre le progrès technologique. Et il faut bien reconnaitre que la blockchain est autrement plus efficiente que ces vieilles infrastructures monétaires qu’elles régulent encore. Mais surtout, la crypto-monnaie est plus efficace que les billets dont la démonétisation s’est considérablement accélérée avec la crise sanitaire. C’est ainsi que dans le silence absolu des Etats, les banquiers centraux réfléchissent à la monnaie numérique de banque centrale. Comment introduire une monnaie numérique remplaçant la monnaie classique de banque centrale, sans détruire le système bancaire classique ? Si effectivement tous les usagers peuvent obtenir un compte numérique en monnaie centrale, il est clair que les dépôts qui irriguent les bilans du système bancaire vont fuir vers la banque centrale. La raison est simple, la monnaie centrale même numérique est autrement sécurisante puisque l’institut d’émission ne peut faire faillite ce qui n’est pas le cas des banques classiques. Ici, à l’inverse de la vieille loi de Gresham, la bonne monnaie  chasserait la mauvaise et le système bancaire disparaitrait au profit d’un monopole qui serait celui de la banque centrale. A lui seul, l’institut d’émission devient la nouvelle infrastructure de la circulation de la valeur, une infrastructure bien plus performante que l’ancienne. Bien évidemment, on comprend que le système bancaire ne peut accepter que celle qui était son protecteur, celle qui garantissait l’éloignement de l’Etat, c’est-à-dire une banque centrale indépendante, se transforme en son meurtrier. C’est la raison pour laquelle le meurtrier potentiel réfléchit aux mesures d’adoucissement : concrètement partout dans le monde des banques centrales, on réfléchit sur une limitation de la hauteur des comptes en monnaie numérique. De quoi blesser le système bancaire sans le tuer. Une autre façon de blesser sans tuer serait d’assurer un taux d’intérêt très faible à la monnaie numérique, et laisser ainsi l’espoir d’une épargne placée dans les banques. Tout est évidemment possible. Toutefois il est clair que la MNBC est éminemment tentante…y compris pour les Etats affaiblis qui pourraient eux aussi bénéficier de la dite monnaie numérique pour se financer sans passer par la vieille infrastructure sur laquelle il se branche au titre du marché de la dette.

Il existe donc dans cette affaire de MNBC une bataille gigantesque qui se prépare autour d’une nouvelle technologie. De quoi repasser vers beaucoup plus de verticalité : système financier et bancaire affaibli, banque centrale quittant le champ de la servitude et prenant réellement l’ascendant sur la finance…et peut-être un Etat qui lui-même pourrait profiter de la redistribution des cartes en mettant fin à l’indépendance de l’institut d’émission.

De ce point de vue, il était normal que la Chine assure la course en tête. Si elle dispose de plusieurs années d’avance dans la construction de sa propre MNBC, c’est tout simplement parce que son Etat a bien perçu que la nouvelle technologie permettait de rétablir à l’extrême une verticalité qui commençait à s’effriter. Et une verticalité que l’on souhaite ériger en modèle difficilement reproductible ailleurs par le bais de 130 brevets tournant autour de la nouvelle infrastructure de circulation de la valeur. De ce point de vue, la Chine fera mieux que les vieux Etats primitifs qui s’appuyaient sur les mines d’or pour construire leur puissance. Certes, le « minage numérique » en Chine deviendra monopoliste et les cryptomonnaies privées seront progressivement évincées, mais au-delà, la MNBC chinoise sera beaucoup plus que les pièces des rois de Lydie. En effet la monnaie, même imposée par le pouvoir, restait à l’époque une liberté car la technologie de l’époque interdisait son traçage. A l’inverse la MNBC chinoise est complètement traçable. Elle permettra de mieux surveiller les sujets, mieux  les orienter à partir du traitement des données, voire enfin décider de leurs comportements à partir de « nudges » très coercitifs. Ainsi on parle déjà de la possibilité d’introduire la fonte des dépôts en monnaie numérique ( la fameuse monnaie fondante de Sivio Gesell) afin de planifier les montants épargnés à l’échelle du pays.

Dans un même geste, la monnaie se dématérialise et se gonfle d’une puissance la transformant en outil du totalitarisme.

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 14:20

Le principe d’explication du passage de l’accumulation fordienne classique - celle des trente glorieuses- à l’accumulation spéculative- celle qui repose sur les paris sur fluctuations de prix et implique une immense transformation du monde- a été expliqué au cours des 2 premières parties du présent article, la première étant publiée le 20 août et la seconde le 26 août dernier. Répétons encore une fois que cette transformation est globale : économique (rappelons-nous de « l’entreprise-tableur » de Gomez), sociale, politique, idéologique.

Répétons aussi que si cette transformation concerne tous les pays de l’OCDE, elle n’est pas vécue de la même façon en raison des caractéristiques culturelles propres à chacun des pays. Globalement les pays anglo-saxons et de l’Europe du nord étaient beaucoup mieux armés aux principes d’individualisation, d’autonomie, de responsabilité personnelle, de méfiance vis-à-vis de la loi, etc. qui fertilisaient déjà le monde de la spéculation à venir. En revanche, la France fût amenée à souffrir beaucoup plus en raison d’une culture nationale très adaptée au fordisme classique et très étrangère au capitalisme spéculatif. La France se distinguait déjà et se distingue encore par des traits que l’on ne retrouve nulle part ailleurs : sa passion pour l’égalité, une autre plus limitée pour la propriété, une  recherche de position honorable pour tous avec des valeurs telles la logique de l’honneur, la fierté d’être citoyen, la laïcité,  les droits de l’homme,  l’idée de mérite ; une méfiance au regard du marché débouchant sur la préférence de la loi sur le contrat. Et une « loi » qui peut être rapidement changée par un Etat soucieux de respecter Les « valeurs fondamentales ». Rien à voir avec la « règle » intangible que l’on retrouve dans les cultures plus ordo-libérales en particulier celle du monde germanique où la justice est d’abord procédurale, et la « règle » méta-constitutionnelle. A l’inverse, dans le monde français, les jeux économiques s’enracinaient dans l’idée d’une « justice résultats », et s’ils apparaissaient inacceptables au regard d’une majorité, il convenait de corriger le marché pour se diriger vers davantage d’égalité. Cette quête, certes avec moins de force que par le passé, reste encore d’actualité.

De ce point de vue l’entreprise fordienne classique, celle qui travaillait dans un monde sécurisé par un ordre monétaire sécurisant ; celle qui pouvait partager des gains de productivité importants ; celle qui pouvait protéger une relative égalité ; celle qui pouvait maintenir des corporations, des statuts, des régimes spéciaux ; celle qui pouvait contenir le « mépris de ceux d’en haut » qui eux-mêmes restaient présents dans l’usine, etc. était un lieu acceptable pour une communauté de destin. Au fond l’entreprise fordienne était aussi l’outil susceptible de faire vivre l’idéal révolutionnaire français dans lequel - non pas la « Nation »- mais « l’entreprise », devient « un corps d’associés vivant sous une loi commune »….on est loin du monde qui devait naitre avec sa division entre les « sommewhere » et les anywhere »…

Et parce que sa disparition mettait fondamentalement en cause le contrat social français il appartenait à l’Etat-providence de très rapidement se substituer à son absence. D’où par exemple la  montée des dépenses sociales et des prélèvements obligatoires dès l’époque du président Giscard d’Estaing, c’est -à-dire quelques années après la fin de Bretton woods et des déverrouillages correspondants. Le résultat est ainsi très clair : Le gigantesque Etat providence français est le produit d’une contradiction fondamentale entre l’ordre spéculatif, celui dont la réalité intime est un gigantesque ordre de parieurs sur de simples fluctuations de prix, et une réalité culturelle qui invite , consciemment ou non, à ne pas l’accepter.

Mais il faut aller plus loin car l’ordre nouveau, incapable même là où il est accepté de produire des gains de productivité partageables, sera bien sûr incapable de réaliser des prouesses là où il est très contraint c’est-à-dire en France. Les parieurs français et même ceux qui restent « capitalistes à l’ancienne » ont raison de se plaindre de la faiblesse de rentabilités mangées par l’Etat- providence. Ils ont raison de se plaindre car même les vrais paris, ceux de l’investissement industriel réel, sont difficiles à envisager en raison de la faiblesse des marges et de la rentabilité. Phénomène qui accélère une désindustrialisation plus rapide que partout ailleurs. Avec des phénomènes aberrants, par exemple le départ d’usines dans le sud pour retrouver de la rentabilité et, en contrepartie,  l’arrivée de populations de ce même sud attiré par les merveilles de l’Etat providence français….La France se vide de ses usines mais se remplit de personnes en quête d’un mieux vivre. Tel est l’effet de l’étrangeté de la nouvelle organisation du monde face à la culture française. Avec cette conclusion fondamentale peu connue : l’économique nouveau est responsable de l’obésité croissante d’un l’Etat-providence qui vient étouffer l’économique….

Depuis plusieurs dizaines d’années, les entrepreneurs politiques français se sont épuisés à tenter de remédier aux effets dont ils chérissaient les causes. Et parce que baignant dans la rationalité de la théorie économique propre à produire l’adhésion au nouveau monde, ils se sont attachés à réguler les phénomènes accessoires, à savoir ce qui est de l’ordre du sociétal. Parce qu’il était devenu impossible de produire de l’émancipation économique et sociale, les mêmes entrepreneurs politiques se sont tournés vers l’émancipation sociétale. L’égalité ne pouvant plus passer par un combat central sur l’économie, il faudra passer par des combats secondaires tels le genre, ou la couleur de la peau. Le paradigme peut rester le même mais l’égalité ne passe plus dans la transformation des « rapports sociaux  de production », mais dans celle de la fin de discriminations, d’injustices sociétales, de mépris réels ou supposés, la quête de libertés nouvelles, etc. Ce faisant ils travaillent pour un changement culturel et aident la culture narcissique qui est le complément de la spéculation généralisée : l’attention extrême du marketing aux singularités et à la mise en avant du moi. Choix difficile car, ainsi que le rappelle Kaufmann,[1] la mise en avant du moi et des libertés correspondantes s’accompagnent nécessairement d’un cadre normatif contraignant[2]…lequel sera lui-même contesté au nom des exigences de la liberté…

Mais les entrepreneurs politiques français savent aussi qu’il faudrait sortir par le haut de la contradiction entre les valeurs françaises et l’ordre nouveau. C’est ainsi qu’ils  voient dans le « progressisme » l’ultime possibilité de s’en extirper : le oui généralisé à de nouvelles revendications sociétales réelles ou supposées se doit d’être accompagné de réformes structurelles exigées par les parieurs. Nous resterons enkystés dans les réformes des retraites, du financement de la sécurité sociale, celui du chômage, etc….sans même jamais parler d’une réforme de la finance.

Au terme de plusieurs dizaines d’années  de politiques publiques désastreuses, force est de constater que ni la voie sociétale, plutôt de gauche, ni la voie économique, plutôt de droite, ne sont capables d’extirper la France de son bourbier. Ces mêmes voies toutes pratiquées depuis plusieurs dizaines d’années,  se méfient probablement de l’idée d’un grand soir qui fait peur à tous les entrepreneurs politiques. La France est ainsi au pied du mur : elle constate son quasi effondrement multidimensionnel, mais une grande peur l’empêche de se tourner vers un grand soir dans un contexte d’incertitude sanitaire, climatologique, environnementale, géopolitique.

L’élection présidentielle prochaine sera donc comme les autres : un choix entre personnes tournées délibérément vers l’impuissance. Et un choix qui pourra s’appuyer sur de nombreux travaux académiques, qui à l’instar de ceux déjà signalés dans la fin de la partie 2[3] du présent article, ne vont pas jusqu’au bout des causes de notre drame, à savoir l’inadaptation radicale entre le monde exigé et régulé par les parieurs et une réalité culturelle qui certes évolue mais beaucoup moins rapidement que ce qui est attendu.

Les entrepreneurs politiques n’osent pas s’attaquer au cœur du système, à savoir une finance mondialisée regroupant des millions d’acteurs solidaires disposant de l’allumette fatale. Ils constatent probablement que ces millions d’acteurs ont de fait provoqué la transformation des entreprises, que des  managers - beaucoup plus nombreux encore- ne sont plus que des esclaves du reporting[4], que les cadres les mieux formés sont impliqués dans des activités nuisibles[5], etc. Ils ne sont pas armés pour comprendre la mécanique profonde du nouveau monde et ne sont pas aidés par les économistes qui continuent selon le mot de Noam Chomsky à « fabriquer du consentement [6]».

Pour autant la présente situation de monétisation massive pourrait devenir le point d’appui d’une prise de conscience et de la clé de voûte d’un programme. Et sans parler de grand soir, un candidat qui chercherait à sortir de l’impuissance générale pourrait introduire une réflexion de bon sens : « la monnaie est un bien commun, comme l’eau ou l’électricité, et à ce titre ne peut être fabriquée par une instance indépendante de la communauté politique au seul profit de la valorisation d’actifs financiers détenus par une petite minorité ».

De cette réflexion pourrait découler un programme basé sur le retour du caractère commun de la monnaie ce qui implique le contrôle  de la banque de France par l’Etat. Cela passe par un acte de souveraineté dont la portée se dirait limitée en négociant le maintien de la Banque de France dans le Système européen de banques centrales.

A ce niveau, nous laissons au candidat le soin d’imaginer la forme de son programme. Toutefois il devrait suivre une articulation dont nous présentons les principaux points à partir d’un outil fondamental et devenant, bizarrement,  très à la mode à savoir la monnaie digitale de banque centrale (MDBC). Nous avons déjà souvent évoqué l’idée de MDBC et renvoyons à divers articles du blog consacré à cette innovation[7].

On trouvera ci-dessous la piste générale qui autoriserait le point de départ de la reconstruction générale du pays. Un chemin que nous considérons comme préambule à tout programme politique concret à présenter lors de la prochaine élection présidentielle. Et un programme qui serait une rupture sans produire la grande peur d’un grand soir annoncé.

1 - Il est proposé d’ouvrir pour chaque agent (citoyen, entreprise, etc) un compte en monnaie digitale de la banque de France. Appelé « portefeuille digital » il remplacerait classiquement billets et pièces.

2 - Les banques sont invitées à effectuer les opérations nécessaires auprès de la Banque de France qui devient au-delà de son statut de banque centrale, l’établissement bancaire de tous les français.

3 - les banques sont invitées à transférer, selon les désirs des clients et très progressivement, une partie de plus en plus importante des dépôts dont elles avaient la garde jusqu’ici.

4 - A moyen terme (5 années ?) la banque de France devient l’infrastructure générale de la circulation monétaire, son travail consistant au niveau d’un bilan beaucoup plus important à enregistrer des milliards de décisions quotidiennes effectuées par les divers agents depuis leur portefeuille numérique.

5 - le projet doit être politiquement vendu comme mesure de rationalisation autorisée par les nouvelles technologies, les infrastructures monétaires d’aujourd’hui, peuplées d’intermédiaires bancaires, étant devenues obsolètes. Le projet est donc présenté comme moderne et idéologiquement « progressiste ».

6 la Banque de France devient seule créatrice de monnaie. Au-delà, la monétisation actuelle des dettes publiques et privées est remplacée par des interventions hors marché. Le compte du Trésor est ainsi abondé sans passer par la spéculation sur les dettes. L’Agence France Trésor abandonne progressivement ses activités de financement de l’Etat. Ce grand remplacement est progressif et programmé dans le temps.

7 -  La banque de France prend progressivement en responsabilité le travail de couverture sur les marchés des devises, des crédits et des taux. Son travail de sécurisation réduit progressivement les paris correspondants, ces derniers devenant inutiles et coûteux pour l’économie réelle. Cette prise en responsabilité des couvertures devient concrètement pour les agents, notamment ceux impliqués dans les activité internationales, un rétablissement des taux de change fixes.

8 -  La prise en responsabilité des couvertures pour la circulation de capital est décidée par une Banque de France  désormais sous l’autorité de L’Etat.

9 -  La banque de France est autorisée à intervenir sur tous les marchés à terme de marchandises afin de réduire les bulles spéculatives.

10 -  Le paiement de l’impôt se fait progressivement en monnaie digitale de banque centrale. Se rétablit ainsi progressivement le circuit du Trésor cher à Block Lainé.

11 -  le rachat d’actions devient interdit et pénalement sanctionné.

12 -  les banques se réorientent dans les activités de crédit et de financement des investissements à partir d’une épargne collectée sur les marchés. Les activités dits de « haute banque » restent naturellement autorisées. Les activités de paris sur simples fluctuations de prix à très court terme leur sont strictement interdites.

13 - Le « Shadow banking » aligne ses activités sur celles des banques et les paris sur simples fluctuations de prix à très court terme leurs sont aussi strictement interdites.

14 -  Les banques  pourront bénéficier de la monnaie de la Banque de France sur la base d’engagements précis au titre de la reconstruction du pays. Des « contrats de création monétaires » donneront une priorité aux activités productives soucieuses des risques environnementaux et climatiques. Des contrats du même type fixeront un objectif d’accroissement de la population active occupée.

Bien sûr le lecteur averti se rend compte que de telles propositions ne peuvent laisser insensible la question de l'euro. L'interrogation  est ici de savoir dans quelle mesure une monnaie digitale de banque centrale peut être une solution à la pérennisation de la monnaie unique. Nous y reviendrons.

Il est évident que de telles propositions se heurteront  à la puissance de lobbys qui avanceront mille questions juridiques. Des questions qui là encore feront apparaître une opposition culturelle à trancher de façon très claire. Passer par le Parlement c’est passer par une loi qui, du point de vue ordo-libéral, ne respecterait plus la « règle ». Rappelons que la règle est dans ce monde au dessus de la loi et qu’elle est de portée constitutionnelle voire méta-constitutionnelle. La question de cette grande transformation comme préalable à tout programme de redressement du pays doit donc passer par voie référendaire.

Ces quelques principes qu’il faudrait bien sûr détailler et expliquer sont une condition nécessaire au dépassement des politiques publiques qui depuis près de 50 années ont dramatiquement affaibli le pays. Mais là encore l’acceptation des changements proposés doit reposer sur la reconnaissance d’un diagnostic partagé, celui d’une contradiction entre un socle culturel  et des pratiques spéculatives qui exigent son effacement. Un débat qui doit être lancé sans délai.

 

[1] Cf l’article : « Sur les libertés nous confondons le principe et la réalité » publié dans le Monde du 27 aout 2021.

[2] Cette question non abordée dans le cadre du présent article est fondamentale et questionne le monde spéculatif. Ainsi la grande liberté des parieurs se traduira par des exigences considérables en termes de management. Il faut tout connaitre de l’entreprise sur laquelle on spécule et c’est la raison pour laquelle on entoure tous les stades du management d’un foule d’exigences et de contraintes. Ce que nous avions déjà évoqué dans la partie 2 du présent article. Le monde de la spéculation est donc d’abord un monde très bureaucratique entrainant l’affaissement généralisé du principe de liberté managériale. Cela fait partie des ressentiments constatées dans toutes les organisations nouvelles.

[3] Notamment Pierre Rosanvallon et Patrick Artus.

[4] Les « bulshit jobs » chers au regretté David Graeber

[5] Par exemple l’énorme consommation de grands mathématiciens qui préfèrent la finance à l’industrie.

[6] C’est le titre de son ouvrage traduit et publié en 2008 chez Contre-feux – Agone.

[7] Notamment : http://www.lacrisedesannees2010.com/2021/01/l-enjeu-politique-des-monnaies-digitales-de-banques-centrales.html

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 09:48

La première partie du présent article n’introduisait pas de lien mécanique entre la décision du Président Nixon du 15 août 1971 et le capitalisme spéculatif d’aujourd’hui. Elle se bornait simplement à signaler que cette décision correspondait à la disparition d’un verrou, celui qui empêchait assez largement de généraliser le monde des « paris » sur de simples fluctuations de prix. Notre conclusion était donc que, désormais, une armure ou un bouclier disparaissait. La fin de Bretton Woods ne relève pas d’une intention constructiviste – le Président Nixon ne savait pas qu’il allait par sa décision participer à la construction d’un ordre nouveau - mais d’une tentative de solution pratique à la question de la  contradiction entre le statut de monnaie de réserve du dollar et le stock d’or maîtrisable par les USA..

Par contre, nous allons tenter de montrer dans cette seconde partie que la décision américaine allait entrainer une chaine de contraintes et d’opportunités recouvrant tous les aspects de la vie économique, social, politique et idéologique. Donc, une chaîne aboutissant au monde dont nous avons présenté certaines des caractéristiques au début de la première partie du présent article.

Parce que le monde économique se trouve désécurisé par les changes flexibles, la finance va opportunément proposer ses services en vendant de la sécurité : Les entreprises vont acheter de la couverture de change à des entreprises financières. Ces mêmes organisations ne peuvent gagner à l’échange (contrat ferme, swaps de devises, options, etc...) que si, elles- mêmes, peuvent se couvrir vis-à-vis d’autres financiers, qui eux-mêmes devront se couvrir... Plus la chaîne est longue, plus la liquidité est importante et plus les apparences de la sécurité se manifestent aux yeux de tous les parieurs. On comprend donc la logique : le verrouillage nouveau des taux de change n’est plus politique ( engagement des Etats) mais le produit d’une « chaîne de paris » la plus grande possible. C’est dire que la finance ne peut vivre en vase clos et a besoin d’agrandir en permanence sa profondeur et son périmètre. La couverture ne peut être un pari entre deux acteurs seulement, elle suppose un nombre quasi infini de partenaires. Rien n’est en effet plus grave dans cette réalité que le risque de l’illiquidité.  La suite du présent texte est donc une présentation sommaire de l’approfondissement de la logique des « paris » dont le produit est la construction quasi automatique du monde présent.

Les gains sur les paris seront d’autant plus importants que le commerce international  se développe de façon continue. Parce qu’avec la fin de Bretton Woods le dollar est libéré de sa contrainte de convertibilité, il devient une matière première nourrissant des déficits massifs de la balance américaine des paiements, donc des balances dollars nourrissant le commerce international et les paris sur devises. Et la matière première dollar devient réserve illimitée puisque la convertibilité a disparu. L’intérêt de la finance est donc de militer pour l’élargissement du libre-échange. Exigence qui sera progressivement réalisée dans le multilatéralisme de l’OMC.

Parallèlement, les paris seront mieux assis s’il se met en place une parfaite circulation du capital, parfaite circulation que l’on peut sécuriser par des couvertures sur les devises mais aussi par des couvertures sur les taux d’intérêt.

Les nouvelles libéralisations qui se mettent en place, supposent que cessent les interventionnismes de jadis concernant les prix de toutes les marchandises. Par congruence, toute marchandise peut faire l’objet de couverture et donc les marchés à termes fort rares deviennent des outils quotidiens[1]. Les stocks eux-mêmes peuvent faire l’objet de couvertures et donc de paris. Parallèlement les paris qui concernent à peu près toutes les marchandises vont aussi technologiquement évoluer, le parieur sera aidé par des algorithmes qui vont optimiser les décisions sous la houlette de "roues d'algorithmes" travaillant à l'échelle du millionième de seconde. Tout aussi parallèlement ce monde va consommer des quantités ahurissantes de compétences mathématiques et informatiques.

De proche en proche, sans même une logique d’intentions, l’univers des « paris sur fluctuation de prix » (d’abord les devises, puis les taux d’intérêt, puis au-delà des actifs, toutes les marchandises) va investir l’entreprise comme chantier à réorganiser. Jusqu’à présent l’entreprise fordienne voyait le monde des paris comme un modèle de protection à périmètre très limité. La fin de Bretton Woods désécurise le monde et l’entreprise fordienne -désormais exposée à de nouveaux risques- est heureuse, de trouver dans son périmètre, des marchands nouveaux qui sécurisent son activité. En même temps, les matières premières du monde des parieurs vont lui permettre de se mondialiser. En ce domaine, la liberté totale de circulation du capital devient une pièce maitresse. Cette liberté crée en effet une grande dissymétrie entre un facteur travail immobile et un facteur capital complètement libéré, d’où la connexion des entreprises sur les zones de bas salaires et l’accroissement de la pression concurrentielle. La dissymétrie est aussi engendrée par la métamorphose des caisses  de retraites qui n’ont plus à être enchâssées mécaniquement dans des entreprises ou des réglementations publiques et qui peuvent être embrigadées dans le monde des parieurs. Ces derniers, avides d’une quantité toujours croissante d’oxygène (il faut toujours plus de couvertures pour couvrir d’autres couvertures) doivent suggérer la création d’un système de retraite davantage par capitalisation que par simple répartition. Et parce que la liquidité la plus large est à la fois une opportunité et une contrainte, les marchés bousiers doivent se développer. Ces derniers interconnectés abandonnent, quelques années après la fin de Bretton Woods, le « fixing » et s’acheminent vers la cotation en continue afin d’assurer, là encore, la sécurité apportée par la très grande liquidité au profit des parieurs.

La Bourse devenue importante pour les parieurs va devenir un facteur radical  de transformation des entreprises. La concurrence entre entreprises, plus large et plus vaste, résultant du jeu des parieurs ne sera plus simplement celle entre les marchandises qu’elles produisent mais va aussi résulter des conditions de leur financement. Il y a des entreprises qui, pour investir, pourront s’endetter facilement et d’autres qui ne le pourront pas. Progressivement, il faudra au-delà du nombre d’entreprises cotées, veiller au cours boursier. La hausse des cours qui doit nourrir les parieurs devient un enjeu dans la solvabilité et la capacité à s’endetter. Petit à petit, la tribu des grands organisateurs chère à James Burnham est déstabilisée : l’organisation fordienne est en perte d’autonomie, renouvelle difficilement la complémentarité des intérêts entre  le travail et le capital, ne peut plus se désintéresser des cours de la bourse. Les grands organisateurs chers à Burnham entrent dans un processus de vassalisation vis-à-vis des parieurs. De plus en plus, l’entreprise cotée est prisonnière de la valeur de son action et les parieurs attendent d’elle des résultats. Certes les actionnaires ne sont plus que des parieurs mais ces derniers utilisent la puissance de la propriété pour redessiner le rapport de forces entre capital et travail. L’organisateur Burnhamien assurait la congruence, désormais l’organisateur nouveau se doit d’être au service des parieurs.

Attirer les parieurs c’est aussi promettre[2] des rendements supérieurs en communicant sur des nouvelles technologies, des produits révolutionnaires, une digitalisation hardie, une révolution organisationnelle, un tsunami managérial, etc. De quoi attirer des capitaux dont la rémunération pourra se faire par simple hausse des cours résultant de comportements d’imitation. Et des capitaux qui ne seront jamais de véritables dettes pour personne puisque la hausse des cours pourra rémunérer tous les partenaires[3]. Le capital devient ainsi lui-même un objet de « paris ». D’où des réalités étonnantes comme celle de la capitalisation boursière de TESLA qui rejoint celle de l’ensemble de l’industrie automobile alors que TESLA reste une entreprise de taille très modeste.

Par essaimage il va résulter de tout ceci une transformation radicale des organisations, ce que Pierre-Yves Gomez appelle « l’entreprise-Tableur »[4]. Parce que, dans l’univers des parieurs, le cours boursier devient un enjeu prioritaire, la « valeur de l’entreprise » doit être surveillée en permanence et ce dans toutes ses composantes : paramétrages de toutes les activités, prescriptions d’objectifs rapprochés, contrôle par  myriades d’indicateurs chiffrés, indicateurs d’alerte, mesures des écarts sur chaque indicateur, etc. La culture du reporting part ainsi de la base ; pour participer à la construction de synthèses très transparentes, afin de séduire les parieurs, voire les chefs d’orchestre de ces derniers, c’est -à-dire les grandes entreprises de notation. Au-delà des chargés de communication deviendront les influenceurs stratégiques des parieurs.

La toile -à priori cohérente et infiniment détaillée- qui dans l’entreprise se tisse au service des parieurs aboutit pourtant à un véritable démantèlement organisationnel et managérial. Bien évidemment la chasse aux coûts fait abandonner les charges structurelles avec externalisation massive de nombre d’activités. D’où un fantastique développement des entreprises de « facility management » qui -elles aussi- introduiront les mêmes règles de l’entreprise-tableur dont elles sont les fournisseurs. L’encadrement devient simple  rouage de la machine et la culture du « reporting » deviendra pièce fondamentale du temps de travail. Et parce que le cadre -de moins en moins décideur- se trouve enkysté, voire taylorisé, devant un écran d’ordinateur, le télétravail dispose probablement d’un bel avenir.

Le fonctionnement en boucle d’un tel système aboutit logiquement à la hausse des résultats, hausses qui doivent devenir de nouvelles normes. Si la réalité du profit - généralement le « return on equity »- faiblit, la règle de gestion devient le rachat des actions et donc le maintien de l’entreprise dans la concurrence à la profitabilité[5]. C’est ce qui explique que dans les pays de l’OCDE, entre 1990 et 2019, plus de la moitié des gains de productivité du travail se sont déplacés vers la rémunération du capital.

L’entreprise nouvelle, celle aux mains des parieurs prend ainsi un tout autre visage. Les vieux « rapports sociaux de production » chers à Marx semblent avoir disparu. Le monde des parieurs ne semble plus être le monde des capitalistes. Il n’est plus non plus ce que Marx avait prévu, à savoir le remplacement des capitalistes par ce qu’il appelait des « fonctionnaires du capital »[6], ce que Burnham devait théoriser près d’un siècle plus tard. Il est un monde –celui des parieurs- invisible avec lequel les syndicats n’ont plus prise : les capitalistes n’existent plus et seul le marché existe. Il en résulte bien évidemment la relative disparition des syndicats et des corps intermédiaires au profit d’une société beaucoup plus liquide où seuls les individus comptent. D’où les réformes concernant un marche du travail qu’il faut toujours davantage libéraliser. D’où la fin de régimes spéciaux de retraites.  Le corpus idéologique concernant un tel monde est la fin déclarée du politique et la victoire des théoriciens de l’économie lesquels seront chargés de construire la « contrepartie académique du comportement socialement requis[7] ». Les hommes sont rationnels et s’adaptent à un marché transparent tout en concourant à l’ efficience maximale de ce dernier.

Si maintenant la réalité du monde correspond à celui que nous avons décrit au début de la première partie du présent article[8] on peut comprendre le développement d’une atmosphère de haine et de ressentiments largement disséminée dans le corps social, particulièrement en France où ce monde nouveau se trouve - plus que partout ailleurs- très éloigné du modèle culturel français. Pierre Rosanvallon qui se livre à l’analyse de « épreuves de la vie » semble oublier le lien existant entre les réalités humaines d’aujourd’hui et la généralisation des « paris sur simples fluctuations de prix »[9]. Comme quoi il est difficile de proposer des solutions sans diagnostic approfondi. Patrick Artus semble davantage le comprendre mais se contente d’une diminution significative du « return on equity » par distribution d’actions aux salariés[10] pour changer l’ordre du monde. Probablement, un remède qui fait suite à un diagnostic plus élaboré mais qui reste insuffisant.

Nous verrons dans une conclusion générale qui sera publiée dans quelques jours ce qu’il convient de penser de ce nouvel état du monde et plus encore du danger des faux diagnostics.


[1] Qui pouvait penser avant 1971 qu’une entreprise comme Total allait utiliser les services de plusieurs centaines de traders ?

[2] La finance était déjà perçue il y a bien longtemps comme un « commerce des promesses » une expression qui était le titre d’un ouvrage publié au seuil par Pierre Noel Giraud en 2001.

[3] Pierre- Yves Gomez va en conclure que les nouvelles organisations par le biais de paris réussis sur l’avenir vont entrainer l’obsolescence des dettes. Cf « l’Esprit malin du capitalisme » Desclée De Brouwer ; 2019.

[4] Cf pages 23 et suivantes de son ouvrage.

[5] Au cours de ces dernières années les programmes de rachats d’actions pour les 500 premières entreprises américaines représenteraient plus de la moitié du profit global. Sources : Patrick Artus et Marie Paule Girard : « La dernière chance du capitalisme » ; Odile Jacob ;2021. Signalons par ailleurs que Total Energies vient d’annoncer que 40% de son cash généré par un baril supérieur à 60 dollars serait dédié au rachat d’actions.

[6] Marx parlait même de « l’expulsion des capitalistes par le capitalisme ». En cela il voyait peut-être déjà les difficultés des patrons de PME, restés capitalistes et qui, pour autant, se trouvent contraints par les normes des grandes entreprises elles- mêmes animées par la logique des parieurs.

[7] Cf Herbert Marcuse dans : « l’Homme unidimensionnel » ; Editions de Minuit ;1968

[8] Nous invitons ici le lecteur à relire les deux premiers paragraphes de la première partie publiée le 20 aout dernier sur le blog.

[9] Cf son ouvrage : « Les Epreuves de la vie, comprendre autrement les français » ; Seuil ; 26 août 2021.

[10] Cf l’ouvrage déjà mentionné : « La dernière chance du capitalisme » ; Odile Jacob ;2021.

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 09:38

 Les handicaps du capitalisme spéculatif dans les anciens pays développés sont aujourd’hui connus et ne souffrent plus  de contestations. La liste est longue et peut être déclinée sous la forme d’un enchaînement plus ou moins approximatif de causes et d’effets : mode organisationnel de plus en plus déséquilibré entre propriétaires ( actionnaires) et salariés[1] ; faible investissement dans l’économie réelle[2] et financiarisation croissante de toutes les activités humaines ; croissance faible ; disparition des gains de productivité et perte de compétitivité au profit de géants asiatiques ; endettement devenu colossal des acteurs privés (ménages, entreprises) ; dette publique devenue abyssale débouchant de plus en plus sur une simple monétisation ; hausse considérable des prix des actifs, accumulation patrimoniale déséquilibrée génératrice de très fortes inégalités sociales[3] ; concentration croissante dans toutes les branches d’activités avec formation de rentes défavorables à la recherche et l’innovation[4].

La France ajoute à ces caractéristiques communes ses propres spécificités. La non acclimatation du néolibéralisme à la culture fondamentale du pays a entrainé des politiques de compensation, avec en particulier la prise en charge par l’Etat des effets les plus contestés des caractéristiques organisationnelles imposées à l’échelle mondiale. D’où des dépenses sociales - très bureaucratisées- beaucoup plus élevées que dans l‘ensemble des pays de l’OCDE ; d’où aussi des prélèvements obligatoires plus importants et au final une dette publique très élevée dans un contexte de sous compétitivité et de désindustrialisation plus marquée que dans les autres pays. La crise sanitaire vient d’élargir le périmètre de cet interventionnisme avec les programmes d’aides aux entreprises, programmes correspondant à un travail de « zombification » partielle de nombre d’entreprises déjà malades de la mondialisation.

Cet ensemble de handicaps qui caractérise le capitalisme moderne, est bien sûr à comparer à l’ancien régime d’accumulation autrefois appelé fordisme. Dans ce régime, le rapport de forces au sein de la grande entreprise était fort différent et les actionnaires y tenaient une place beaucoup plus réduite. Ce type organisationnel fut largement théorisé par James Burnham[5], à la suite d’autres auteurs américains qui avaient déjà observé concrètement la puissance des managers vis-à-vis des propriétaires[6]. Ce rapport de force fort différent explique largement les caractéristiques essentielles du capitalisme de l’époque : investissement matériel beaucoup plus élevé assurant la construction du pouvoir symbolique de managers non propriétaires ; croissance globale beaucoup plus élevée ; recherche de rationalisation et d’innovations elles-mêmes porteuses de pouvoirs symboliques ; gains de productivité très élevés ; redistribution de ces gains aux salariés dans un contexte d’actionnariat non dominant ; demande globale nourrie par des profits qui se réinvestissent massivement et des salaires qui se dépensent. Dans le cas français, les choses sont encore plus simples car un tel modèle correspond davantage à la culture française où la liberté est beaucoup moins ancrée dans la propriété que dans le monde anglo-saxon. C’est dire que culturellement ce qu’on appelait fordisme correspondait à une sorte d’idéal français avec, de fait, un travail coordonné entre « managers/organisateurs » publics et « managers/organisateurs » privés . D’où une planification indicative fort éloignée du « Nudgisme » et plus proche de l’idéologie d’un intérêt général. D’où aussi une cohésion sociale moins difficile car moins inégalitaire que dans le capitalisme de spéculation[7].

Le moteur du passage de l’accumulation fordienne à l’accumulation spéculative est bien évidemment la finance qui, en se développant, va donner des armes à l’actionnaire et lui permettre de changer le rapport de forces à l’intérieur de l’entreprise et transformer le manager en serviteur volontaire de la finance. Reste à savoir pourquoi elle va se développer, et progressivement transformer tous les acteurs internes de l’entreprise en esclaves de sa logique. Nous renvoyons ici à la lecture d’un ouvrage fondamental rédigé par notre collègue Pierre-Yves Gomez[8]. Cet auteur explique de façon détaillée la métamorphose de l’entreprise, à partir d’une décision du gouvernement américain, dans un contexte a priori très éloigné de notre sujet[9]. Nous souhaitons quant à nous aller plus loin, et voir que  c’est la fin du système monétaire de Bretton Woods[10], qui est peut-être le premier  big bang de l’accumulation spéculative.

Parce que le système de Bretton Woods restait encore rattaché - certes de très loin- au métal précieux, le monde vivait plus ou moins encore dans le système d’étalon-or du 19ième siècle. Il était donc fait de rigidités : difficultés d’imprimer des dollars au-delà d’une certaine limite, en raison de la menace de la conversion en or par des banques centrales partenaires, tenues en laisse par les Etats participants. N’oublions pas qu’à l’époque, les dites banques ne jouissaient pas de la fiction d’une indépendance leur permettant d’être au service de la finance comme aujourd’hui. Cela signifiait qu’il fallait aussi limiter la création monétaire par les banques américaines dont une partie de l’activité internationale permettait le développement du déficit de la balance des paiements ; donc  le gonflement des « balances dollars », dont le montant était régulièrement comparé à la masse de métal tenu par le gouvernement américain. La rigidité était aussi celle des taux de change qui ne pouvaient connaître de variations qu’à l’intérieur d’un couloir très étroit (plus ou moins 1%).

Globalement, le système de Bretton Woods était encore le frein d’un nomadisme financier toujours prêt à sortir de sa marmite. La spéculation sur les taux de change était peu envisageable car peu rentable : les modifications de parité sont  -politiquement non pas interdites- mais très difficiles à envisager. Cela signifie un commerce international sécurisé. Les mouvements de capitaux sont limités et un contrôle des changes vient brider le nomadisme afin de respecter l’engagement sur la fixité des taux. Le déficit américain doit rester contenu et sa pression inflationniste sur les autres pays doit être limitée pour - là encore- maintenir la fixité des taux. Au-delà, nous sommes  encore dans un monde où, selon la thèse de Burnham et ses nombreux collègues[11], « l’Organisateur » public ou privé est un être rationnel au service d’une idéologie de l’intérêt général qu’il veut servir pour en tirer des avantages symboliques. Et cet organisateur rationnel veut de la stabilité. Cela signifie que la finance ne peut se déployer à partir de « paris » sur de simples fluctuations de prix. Les seuls risques éthiquement envisageables se font sur l’investissement matériel, lequel doit se déployer dans un monde stable et sécurisé. C’est ainsi qu’à l’interdiction de la spéculation sur la monnaie va, de fait, s’ajouter  une certaine interdiction de la spéculation sur la plupart des autres marchandises. Le système organisationnel mondial chapeauté par celui de Bretton Woods fera que nombre de marchandises internationales verront leur prix fluctuer dans d’étroites limites. C’est bien évidemment le cas du pétrole dont la valeur du baril va rester stable jusqu’au début des années 70…précisément jusqu’à l’écroulement de Bretton Woods….

La fin de Bretton Woods est précisément la fin d’un monde sécurisé lequel deviendra un gigantesque marché pour une finance libérée. Concrètement la fin de la convertibilité du dollar en or débouchera en 1974 -et plus encore en 1976 avec les accords dits de la Jamaïque-  sur la fin des taux de change fixes, et donc sur des risques majeurs de changement de parité, à l’adresse de tous les acteurs du commerce international. L’économie financière qui, à quelques exceptions près, se confondait avec l’économie réelle et les limites étroites de ses investissements très matériels, va pouvoir s’en détacher. Désormais, elle va pouvoir s’annoncer comme marchande de sécurité sur une réalité mondiale économiquement désécurisée. Son premier très gros marché sera celui des devises abandonnées par la disparition de l’ordre de Bretton Woods. Il est aujourd’hui un marché quotidien représentant environ 3 fois le PIB annuel de la France. Exprimé autrement ses échanges quotidiens sont plus de 1000 fois supérieurs à la production matérielle quotidienne de la France… Et puisque ce premier gigantesque marché est un achat/ vente de couverture de risques (chaque opération est un risque qu’il faut couvrir car l’objet échangé n’est qu’un gain ou une perte future), il faut bien que le « parieur » (trader)  puisse reporter le risque sur un autre. Par essence le marché de la couverture de l’insécurité ne peut être que fortement croissant. Développer l’insécurité devient ainsi la matière première ultime de la finance[12].

Désormais, le vieux fordisme n’est plus accompagné dans sa logique rationnelle par une finance qu’il contient et qu’il maitrise. C’est, à l’inverse, une  finance dévorante qui doit être accompagnée et aidée par ce même vieux fordisme. Ce dernier doit donc se transformer radicalement avec l’émergence d’entreprises d’un nouveau type dont la seule vocation sera de produire de la valeur. Est-ce à dire que les anciennes entreprises dites fordiennes ne produisaient pas de richesses ?

Nous approfondirons ultérieurement ce thème dans une seconde partie.


[1] Au cours des 30 dernières années, dans les pays de l’OCDE, les salariés ne récupèrent que 45% des gains de productivité du travail du travail, le solde allant directement vers les actionnaires.

[2] Par le biais de rachats massifs d’actions dans les 500 plus grandes entreprises américaines, c’est seulement 7% des profits réalisés au cours de la dernière décennie qui vont se transformer en investissements dans l’économie réelle.

[3] La seule richesse immobilière passe d’une valeur de 70% du PIB en 1998 à 340% en 2020.

[4] La concentration se mesure par l’élévation de la part de marché dans les différentes branches au profit des entreprises les plus importantes. Cette concentration s’est considérablement élevée aux USA au cours de ces dernières années, phénomène accéléré par la crise sanitaire.

[5] Sa thèse fondamentale ne fût traduite en France qu’en 1947 chez Calmann-Lévy. Son titre : « l’Ere des organisateurs ».

[6] On peut citer ici les travaux d’Adolf Berle et Gardiner Means.

[7] Ce point est sans doute à nuancer car, bien avant le capitalisme spéculatif, il existait aux USA une certaine coordination entre ce qu’on appelait le « big business » et le « big government » .

[8] « L’esprit Malin du capitalisme » ; Desclée De Brouwer ; 2019.

[9] Il s’agit de la loi ERISA (Employer Retirement Income Security Act) du 2 septembre 1974 qui va transformer les caisses de retraites des entreprises en établissements financiers autonomes désormais chargés de diversifier leurs placements. Cette loi est le point de départ d’un fantastique développement de la Bourse et le fait que désormais une partie des retraites ne dépend plus de l’entreprise concrète de jadis mais du rendement d’un capital devenu abstrait. La richesse dépendra de moins en moins de l’économie réelle et de plus en plus de l’économie financière.

[10] Nous venons d’enregistrer le cinquantième anniversaire de sa disparition le 15 aout 1971.

[11] Collègues comme John Kenneth Galbraith et Alfred Chandler aux USA ou Michel Crozier voire Alfred Sauvy en France.

[12] Les outils de la finance sont bien sûr connus des praticiens. Pour autant Ceux -ci n’ont qu’une conscience limitée de la réalité de leurs pratiques. Pour une analyse détaillée des mécanismes fondamentaux de la finance le lecteur pourra se reporter sur l’article suivant : http://www.lacrisedesannees2010.com/article-finance-et-droit-le-couple-impossible-122457721.html

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:48

Le débat sur le remboursement de la gigantesque dette que l’on construit au quotidien fait rage dans tous les médias et il est inutile ici de le rappeler. Il est par ailleurs évident que l’émergence de nouveaux variants d’une part, et l’aggravation considérable d’un risque climatique d’autre part, constitueront des variables propres à renforcer le débat sur l’annulation des dettes publiques On peut simplement s’étonner des nombreux changements de convictions probablement dus à l’extrême bienveillance des banques centrales qui fournissent gratuitement une liquidité illimitée. Bienveillance confirmée par celle de la FED face aux nouvelles dépenses publiques américaines et  par celle impulsée par la révision stratégique de la BCE qui vient dans une série de décisions techniques d’introduire un paramètre  de « symétrie dans sa cible d’inflation »[1].

Nous voudrions ici voir dans quelle mesure une situation aussi exceptionnelle ( addition à l’échelle planétaire de la crise financière de 2008 + crises sanitaires répétées+ crise climatique) peut être gérée. Et pour cela nous ferons appel à l’histoire en prenant  le cas de la Banque de France qui, durant la première guerre mondiale, a dû elle aussi se montrer bienveillante face à la construction d’une gigantesque dette…. non pas sanitaire ou climatique mais de   guerre.[2]

Dès 1915, les recettes publiques ne représentent plus qu’environ 15% du coût annuel de la guerre. Certes, il est fait appel au patriotisme et à la mobilisation des épargnants, mais face à l’ampleur des besoins, la banque centrale est sollicitée. L’avant-guerre était aussi l’époque de l’étalon or, et donc le bilan de la banque de France faisait apparaitre à l’actif de copieuses réserves d’or sur lesquelles s’appuyait la masse des billets en circulation figurant au passif. Le travail quotidien était celui d’assurer la fluidité d’un marché interbancaire lui-même limité et donc les crédits à l’économie -  essentiellement de l’escompte- ne représentaient que peu de choses tandis que le crédit au Trésor était lui -même très faible. Le total du bilan s’élevait ainsi à 7 milliards de francs répartis en 4 milliards pour les réserves d’or et de devises et 3 milliards pour l’ensemble des crédits.

Avec la guerre les choses changent et l’imposition du cours forcé des billets vient interdire tout risque de rétrécissement du bilan : on ne peut plus convertir les billets en pièces d’or et donc il n’y a pas risque de réduction du passif (destruction de billets qui ne seraient plus en circulation) correspondant à une réduction d’actif (remise de pièces d’or aux particuliers inquiets face à la monnaie fiduciaire). Le début de la guerre voit ainsi un bilan ne représentant que 15 à 16% du PIB estimé de l’époque, un bilan qui va gonfler en abondant régulièrement le compte du Trésor, lui-même chargé de payer les énormes charges de guerre. A l’actif, les réserves métalliques ne bougent que très peu, par contre les créances diverses sur le Trésor deviennent colossales. Au passif, les billets en circulation devenus inconvertibles deviennent la contrepartie des créances sur le Trésor.

A la fin de la guerre le bilan de la Banque de France est devenu gigantesque et représente désormais environ 40% d’un PIB lui-même amoindri. Ce bilan passe ainsi d’environ 7 milliards de francs à 35 milliards, soit une multiplication par 5, bien évidemment dans un contexte inflationniste. Tout aussi évidemment, on est tenté de rapprocher ce gonflement de bilan avec celui de la BCE dont on sait qu’il a lui aussi été multiplié par 5, non pas depuis la crise sanitaire mais depuis celle  de l’euro.

La suite de l’histoire de la Banque de France est bien connue. Le déficit budgétaire se poursuit malgré la fin de la guerre et se double d’un déficit du compte courant. Parce que le régime d’étalon-or est suspendu dès le début de la guerre avec la décision gouvernementale du cours forcé, l’équilibre du compte extérieur plus ou moins assuré par les « points d’or d’entrée et de sortie[3] », laisse la place à  un  déséquilibre et à  la chute du cours d’un franc désormais inconvertible. La spéculation sur le cours du Franc est elle-même alimentée par le roulement rapide et inquiétant de la dette et donc les déficits jumeaux s’auto-entretiennent. Il faudra attendre le retour de Poincaré en 1926 pour retrouver progressivement l’équilibre sur une base assainie, assainissement finalement obtenu sur la base d’une dévaluation massive, le fameux « Franc à 4 sous » permettant un retour à l’étalon-or.  La dette publique détenue par la Banque de France représentait environ 65% du bilan et environ 560% du stock d’or de 1918. Avec la dévaluation massive et la revalorisation d’un stock d’or qui lui n’a que peu bougé, cette même dette va se faire proportionnellement plus petite et ne plus représenter qu’environ 100% du stock d’or.

La comparaison avec la situation présente de la BCE suppose l’apport de précisions complémentaires.

Le gonflement des bilans durant la première guerre mondiale et au cours de la présente période n’est pas de même nature. Bien sûr, dans les deux cas il s’agit de dépense publique, mais dans le premier cas il correspond largement à des paiements de marchandises non échangeables sur les marchés  (matériels militaires), tandis que, dans le second cas, il s’agit toujours de sommes dont la destinée finale est le marché ( allocations de chômage, subvention aux entreprises, etc.). Dans le premier cas, il y a distribution de revenus dans un contexte de production de marchandises échangeables qui se réduit. Dans le second, la distribution de revenu a pour objet de ne pas freiner la demande globale. Cela signifie par conséquent que la monétisation de guerre est porteuse d’inflation, ce qui n’est pas encore le cas de la monétisation actuelle. Certes on peut imaginer un possible retour de marchandises non échangeables sur la question climatique, on peut aussi imaginer un possible retour d’un « marché du vendeur » correspondant aux excès des plans Biden, mais il s’agit de tensions inflationnistes potentielles beaucoup plus réduites que dans le cas de la première guerre mondiale[4].

Les choses sont pourtant plus complexes. Dans le cas de la guerre, la banque centrale ne fait que respecter les injonctions de l’Etat : on exige des moyens pour faire face à la guerre et la banque obéit ; on décide l’inconvertibilité et la banque exécute ; on dévalue en rétablissant l’étalon-or et en revalorisant le stock d’or, et là encore la banque exécute. Dans le second cas, la BCE qui - à priori- n’est plus que banque fédérale semble intervenir en simple appui d’un Etat en difficulté : les moyens qu’il faut rassembler pour contenir les effets de la pandémie ne sont pas exigés de la BCE mais de l’habileté d’une quarantaine de hauts fonctionnaires travaillant dans l’agence France Trésor. Les moyens rassemblés passent par le marché et non par l’autorité. C’est ce qu’on appelle le marché de la dette publique et que, dans, le blog nous appelons le « curieux marché »[5]. Ces moyens pour lutter contre la pandémie seraient impossibles à rassembler sans l’aide de la BCE. De fait, et cela est vrai pour tous les pays de la zone, sans la monétisation massive de la BCE qui se charge d’approfondir un marché de la dette publique devenu trop étroit face aux exigences de la pandémie, les fonctionnaires de l’AFT seraient bien incapables de ravitailler le Trésor en lançant des adjudications croissantes et massives sur les BTF et OAT. De la même façon que le Trésor des années 1914/1918 n’avait rien à attendre des épargnants qui se presseraient dans les bureaux de poste pour acheter des bons de la défense nationale, le Trésor d’aujourd’hui sait que les 40 fonctionnaires de l’AFP seraient bien incapables de remplir leur mission sans la BCE. Pour autant la BCE semble agir en toute autonomie et ne prend pas ses ordres à la porte de l’Etat français.

Dans les 2 cas, le recours au marché est impensable, mais aujourd’hui la fiction du marché est largement entretenue en continuant d’affirmer haut et fort que la BCE est indépendante. Dans les 2 cas, il y a monétisation massive, mais dans le premier cas personne ne conteste qu’il s’agit d’un fait d’autorité, alors que, dans le second, on entretient la fiction du marché.

S’agissant maintenant du remboursement de la dette publique, ce dernier se déroule dans le premier cas, par le recours à l’inflation sur tous les biens échangeables, et surtout par la manipulation du bilan de la Banque centrale résultant de la dévaluation. Bien sûr, les épargnants sont lésés mais au-delà c’est l’ensemble de la population qui va payer. Il est très difficile d’établir la contribution des divers groupes sociaux à ce paiement. Dans le cas de la présente pandémie, l’inflation sur les biens échangeables et reproductibles ne peut qu’être limitée et il n’est pas ici nécessaire d’en rappeler les causes bien connues résultant elles- mêmes de la mondialisation. Par contre une inflation des actifs existe et empêche encore que la dette soit abandonnée. Mieux, des acteurs - par une modification de la structure de leur patrimoine - peuvent gagner au jeu de la dette : moins d’épargne classique s’appuyant sur des titres publics et davantage d’épargne reposant de façon ultime sur la vague de monétisation engendrée par la BCE. C’est le cas de la sphère spéculative et en particulier ce qu’on appelle la finance alternative.

Le positionnement de la BCE n’a plus rien à voir avec celui de la Banque de France à l’époque de la guerre. Certes, elle aide les Etats non pas en raison d’un décret mais en raison des intérêts qu’elle défend : une panique sur les taux serait catastrophique pour l’ensemble du système bancaire et une bonne  partie de la finance spéculative. Précisément, elle monétise non pas pour aider les Etats mais parce qu’il faut bien veiller à leur survie pour assurer le maintien du système financier. De fait, elle acquiert une dimension politique majeure souvent soulignée dans le blog[6]. Elle devient le lieu d’expression d’un rapport de forces majeur dont elle tire le plus grand profit. Elle est d’ailleurs dans la nébuleuse européenne le seul acteur à pouvoir décider souverainement, les autres – en particulier les Etats – restant empêtrés dans la règle de l’unanimité.

Dettes de guerre et dette COVID n’ont pas, non plus, les mêmes conséquences concernant les comptes courants. La dette de guerre débouche sur un déséquilibre du compte courant et une spéculation à la baisse d’un franc qui n’est plus adossé sur le métal. Le déséquilibre budgétaire qui se maintient au-delà de 1928 nourrit la spéculation sur le marché des changes et empêche la fermeture du circuit du Trésor : les dépenses publiques excédentaires ne reviennent que partiellement dans l’achat de bons du Trésor et une partie s’échappe sous forme d’offre de franc excédentaire sur le marché des changes et donc de baisse de son cours. L’Etat et son fidèle serviteur qu’est la Banque de France se trouvent contestés par les bénéficiaires de la monétisation.

Dans le cas présent, la toute puissance de la BCE vis-à-vis des Etats endettés connait pourtant une limite qu’il faut expliquer. La monétisation autorise l’élargissement du déséquilibre du compte courant des pays les plus fragiles. C’est le cas de la France avec des déficits jumeaux : celui de l’Etat et celui du pays tout entier qui achète plus qu’il ne vend. Le déséquilibre croissant est à priori gratuit puisqu’il ne donne pas lieu comme après 1918 à une spéculation sur un marché des changes que la Banque de France n’a plus à surveiller. Pour autant, ce déséquilibre s’enregistre sur le bilan de la BCE sous la forme du compte TARGET 2[7]. Dans un système d’étalon-or l’équivalent d’un compte TARGET 2 est toujours équilibré, et s’il existe un déséquilibre il y a simple sortie, d’abord de devises, ensuite d’or au profit du créancier c’est-à-dire au profit du pays dont les exportations sont supérieures aux importations. Concrètement, les exportateurs sont toujours payés. Ce n’est plus le cas avec TARGET 2 et aujourd’hui l’Allemagne exportatrice nette peut se faire du souci : tout se passe comme si les importateurs grecs, français, etc. payaient l’Allemagne à partir d’euros créés par la BCE. Les importateurs, aujourd’hui, se contentent de payer en euros déversés par la banque centrale alors que naguère il fallait payer en or. Nous sommes aujourd’hui dans le paysage d’une France en déséquilibre de compte courant qui, plongeons-nous en 1918, verrait ses créanciers en marchandises accepter sans limite, le paiement desdites marchandises en Francs. Il aurait suffi d’imprimer des billets pour, sans limite, et financer la dette publique et financer le déséquilibre extérieur. Un rêve qui ne pouvait bien sûr se réaliser. C’est pourtant aujourd’hui le cas et on comprend bien que si, pandémie voire accident climatique  oblige, une dévaluation interne s’avérant impossible, il n’y aurait plus qu’à espérer l’acceptation par l’Allemagne d’une croissance sans limite des soldes TARGET2.

Bien évidemment la prolongation de la crise sanitaire qui va s’agrémenter de l’urgence climatique éloigne la question du remboursement de la dette. Il ne sera guère possible de revenir- comme prévu- d’ici la fin de l’année 2022 aux critères classiques des 3% de déficit et 60% de  dette. Il ne sera pas non plus possible de s’éloigner des taux de l’intérêt proche de Zéro, et il faudra maintenir ces taux nuls y compris dans les pays dont les soldes TARGET peuvent inspirer la méfiance des spéculateurs. Parallèlement il ne sera pas possible de supprimer toute rémunération de l’épargne en particulier  pour les citoyens allemands. Il ne sera pas non plus possible de laisser se développer des inégalités sociales de plus en plus nourries par la spéculation consistant à d’endetter à taux nuls pour acheter des actifs financiers. Les inégalités sociales nourries par la rente sont plus insupportables que celles nourries par le jeu de l’économie. Il ne sera pas non plus possible de voir des Etats dont le patrimoine net devenu négatif se déplace dans quelques mains privées au sein d’une population dont le patrimoine resterait inchangé. Plus globalement il parait difficile de voir se poursuivre une architecture institutionnelle en Europe qui laisse impuissant ces plus grands représentants, dont bien évidemment la France, alors que partout dans le monde des Etats porteurs de projets puissants s’affermissent ou émergent.

Clairement la solution n’est pas « plus d’Europe » dans le respect du présent carcan institutionnel. Il est bien davantage d’éloigner la commission et d’inviter quelques grands gouvernements à définir par le haut on ordre budgétaire radicalement nouveau dont la seule limite serait de proscrire le risque de défaut pour le participant le plus faible. Cela signifierait bien évidemment une logique massive de transferts. Ultime recours justifiant le maintien d’un Euro dans le cadre d’un projet de puissance. Un tel scénario est-il encore envisageable sous le poids du déficit de légitimité de certains pouvoirs nationaux dont bien évidemment le pouvoir français

 

[1] Décision en date du 8 juillet 2021 et bien analysée par Natacha Valla dans un article du Monde du 20 juillet : « La BCE abandonne l’archaïsme monétaire ».

[2] Nous pourrions prendre le cas de la banque d’Angleterre qui après les guerres napoléoniennes eut à gérer une dette colossale. Nous ne le prendrons pas car il s’inscrivait dans un système indéfectible d’étalon -or et surtout parce qu’il fut géré paisiblement dans un temps très long allant de 1820 à 1914. Nous ne disposons pas aujourd’hui du confort de la stabilité et de la durée.

[3] Désignée habituellement par l’expression de « golden points » chez les économistes, ce point mérite explication. En régime d’étalon-or, les taux de change ne peuvent réellement fluctuer puisque, chaque monnaie étant convertible, le taux se définit sur un rapport de poids de métal précieux. Prenons un exemple : si une livre sterling se convertit en 1 gramme de métal et si un Franc se convertit en 2 grammes de métal, le taux de change est de 2 livres pour un franc. Comme la convertibilité est légalement assurée, toute modification de prix de la monnaie sur le marché des changes ne peut être de grande ampleur. Ainsi, si le cours du Franc venait à dépasser les 2 livres, il deviendrait intéressant pour l’acheteur de francs, par exemple un acheteur britannique de bijoux français, de payer directement en métal précieux et de ne plus recourir au marché des changes. Sur le marché des changes les fluctuations sont donc bloquées par ce qu’on appelait les « golden-points ».

[4] Pour l’essentiel la présente flambée des prix sur un certain nombre de biens est le résultat de la dislocation planétaire des chaines de la valeur qui crée en de multiples endroits des goulets d’étranglement.

[5] CF :  http://www.lacrisedesannees2010.com/article-la-construction-politique-du-marche-de-la-dette-publique-85707447.html

[6] Cf : http://www.lacrisedesannees2010.com/2020/11/quelles-limites-a-la-toute-puissance-des-banques-centrales.html; http://www.lacrisedesannees2010.com/2020/10/comprendre-la-toute-puissance-de-la-banque-centrale.html; http://www.lacrisedesannees2010.com/2020/07/les-banques-centrales-vont-elles-devenir-de-etats-partie-2.html.

[7] Il s’agit d’un dispositif permettant le règlement des transactions financières entre banques commerciales situées dans les pays différents de la zone euro. L'ensemble de ces transactions s'accumule en termes nets sous la forme de soldes qui figurent à l'actif ou au passif de chaque BCN. Les soldes TARGET2 sont donc le reflet comptable des relations économiques et financières transfrontières impliquées par la liberté de circulation des capitaux en zone euro. Ils expriment ainsi la situation extérieure de chaque pays. En cela ils sont une information majeure sur la réalité de chaque nation. Un solde négatif signifie que le pays concerné paie avec des euros imprimés et non plus avec des devises acquises sur l’extérieur. L’Allemagne avec un solde très excédentaire accepte donc d’être payée avec de la monnaie imprimée qui n’est pas à l’inverse du dollar américain réserve de valeur.

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 07:05

Le récit national américain serait aujourd’hui fragmenté et il deviendrait de plus en plus difficile d’y repérer   la classique culture anglo-saxonne tournée autour de la propriété comme bouclier de la liberté et de la vie. L’écrivain George  Packer, dont les travaux sont repris par Dominique Moïsi dans un article des Echos en date du 28 juin, évoque ainsi l’existence d’une Amérique fragmentée en 4 Blocs : « Free America », « Smart America », « Real America », et « Just America ». A priori éloigné des thèses concernant l’Etat profond, cet émiettement anthropologique engendrerait les difficultés politiques croissantes des USA. Peu d’ADN commun subsisterait en effet entre la Free America franchement libertarienne et anti-étatiste, la Smart America qui assoit le succès sur l’effort et le mérite, la Real America qui assure un repliement isolationniste sur les valeurs traditionnelles et la Just America revendiquée par l’aile gauche très socialiste du parti démocrate.

Moîsi voit dans la France les mêmes fractures et établit une correspondance avec celles se manifestant aux USA. Correspondance difficile car s’il est possible d’imaginer un lien entre la Real America et ce qu’on appelle le populisme français, un autre entre la smart America et le progressisme macroniste, un troisième entre le Just America et la gauche française, il n’existe pas ( pas encore ?) d’équivalent français de la Free America. Ce qui reste de  civilisation française demeure  encore éloigné de la culture anglo-saxonne dont on annonce l’éclatement.

De fait, la distinction proposée par Packer peut sans doute expliquer la cassure croissante entre des blocs qui s’affrontent pour la conquête du pouvoir américain. Elle reste toutefois une cassure de second ordre tant il est vrai que Free America, Smart America, Real America et Just America ne sont que des branches issues de racines communes. Ces dernières restent celles d’une anthropologie qui fait que le rapport à l’autre ne se conçoit que sous l’angle du marché, un marché qui, certes, peut être perverti par l’utilisation de la contrainte publique, mais le plus souvent à des fins privées, donc en principe éloigné de tout projet de bien commun. La propriété ne peut être rognée et reste le fondement de l’ordre américain. L’exemple de la culture « wokiste » en principe issue des tenants de la Just America est à cet égard intéressant. Il s’agit ici d’incorporer dans la compétitivité des marchés un paramètre supplémentaire : l’entreprise qui pratique et revendique le wokisme, s’empare de l’idée de Just America comme moyen et non comme fin. S’emparer de l’idéologie wokiste est ainsi un moyen publicitaire comme un autre pour accroître des parts de marché. Il existe toutefois une exception, celle d'un bien commun concernant l'idée de nation: la recherche de compétitivité peut se faire dans la mobilisation de ce qui est consensuel ou quasi consensuel, ce qui est le cas du complexe militaro-industriel ou celui de la renaissance économique aujourd'hui.

Tout cela est assez étranger à ce qui reste de civilisation française. Bien évidemment, la France est contaminée par les idéologies américaines, mais elle résiste encore et si les entreprises sont déjà  tenues de se lancer dans le « wokisme », il reste un Etat qui, certes en voie d’épuisement, sait encore distinguer la fin et les moyens. La très croissante fracture française n’est pas le produit inéluctable de son ADN culturel. Elle relève simplement de la pénétration d’un modèle, celui du tout marché, fort étranger à son identité fondamentale. Ce qui reste de la vieille civilisation française sait encore distinguer la justice procédurale des libertariens de la justice résultats que, même les tenants de la Just America, n’imaginent pas.

Nul ne sait où conduiront les fractures américaines, et nul ne sait s’il est possible de les réduire. Il en est probablement de même pour la France. Par contre, s’agissant de ce pays on en connait la cause : celui du renoncement à sa très forte identité ; celui de l’abandon de son exception ; celui de l’abandon d’une congruence exceptionnelle entre sa culture, celle des lumières, son économie et ses règles sociétales ;  celui de la préférence nouvelle de la concurrence agressive à celle de l’excellence coopérative ; celui du délaissement de son rapport au passé, du récit qu’il engendrait, et des devoirs qui en découlaient. Reconnaissons toutefois que la contamination de la France par la culture  anglo-saxonne était facilitée par l'ambiguïté entre le particularisme national et l'universel français, ambiguïté bien perçu par le célèbre mot de Victor Hugo: "Adieu Nation et bonjour Humanité". 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 12:43

Nous reproduisons ci-dessous l'excellente réflexion de XERFY concernant le rapport Blanchard/ Tirole. 

La nouvelle bible de la raison politique en économie est sortie. Les grands défis économiques sous la direction d’Olivier Blanchard et de Jean Tirole. Avec en appui une commission où se bousculent les signatures les plus prestigieuses, nationales et internationales, de « courants intellectuels et politiques très divers » comme le signale d’entrée les deux rapporteurs. C’est le but de ce type de rapport : faire autorité comme socle impartial des grands arbitrages de l’État.


Un point de référence sur l’état de l’art


Du point de vue strictement économique, ce qui fait l’intérêt de ces grandes compiles de propositions déjà rabâchées, à l’instar du rapport Attali par exemple, c’est qu’il constitue un point de référence sur l’état de l’art. Blanchard et Tirole ont fait le choix délibéré de constituer une équipe composée uniquement d’économistes plutôt qu’une équipe plus large intégrant des chercheurs en sciences sociales et des acteurs de terrain. Ce purisme fait la force et la faiblesse de ce rapport. Force, parce qu’il gagne en clarté de raisonnement, en homogénéité des concepts, en points d’appui empiriques. Et faiblesse parce que l’absence de confrontation aux autres disciplines ou aux expériences de terrain fait que le produit, même s’il tente de multiples ouvertures, parfois audacieuses, demeure inévitablement un produit de laboratoire où les acteurs de l’économie réelle, la géographie, les spécialisations productives du territoire, les process, les organisations, les centres de pouvoir — par exemple de la finance — demeurent inexistants ou évanescents. Et la question qui se pose in fine, même si l’on agrège les meilleurs cerveaux de la discipline, est de savoir si l’intelligence, au plan économique, peut produire de l’intelligence tout court.


L’économie désirable (et incarnée !) de Pierre Veltz


Face à une question qui pourrait être sans réponse et donc sans intérêt, je propose aux lecteurs du rapport Blanchard Tirole, de se rabattre ensuite sur un petit ouvrage sorti en janvier dernier et signé Pierre Veltz, titré « l’économie désirable ». 109 pages d’un ingénieur sociologue, qui lorsqu’il parle d’innovation ne s’intéresse pas à la R&D comme variable instrumentale abstraite sur lequel il suffit d’ajouter des milliards pour produire de l’innovation comme un fait magique. Il décrypte plutôt les process contemporains de l’industrie, leur pseudo-dématérialisation, désigne précisément les innovations motrices, inscrit sa vision de l’économie sur le territoire, aborde l’État non comme une entité globale et abstraite, mais à travers tous ses niveaux de gouvernance, qualifie les besoins et les attentes du consommateur, etc. En un mot, l’économie de Pierre Veltz est incarnée, sa réflexion part d’une analyse fouillée de la sphère productive contemporaine, des systèmes de construction de la valeur, des interdépendances, travail qu’il poursuit depuis de nombreuses années.


Et cette confrontation de deux approches, a priori à armes inégales, entre l’auteur seul qui met toute son intelligence à comprendre le réel et les 500 pages produites par un aréopage de Nobels ou nobélisables qui mobilisent le champ de connaissance exclusif et auto-suffisant de l’économie, pour tenter de produire de l’intelligence, est profondément déroutante et ne peut que rendre perplexe sur la capacité de l’économie à relever les défis de l’époque.


Le défi climatique, point d’achoppement du rapport


Un exemple minuscule pour illustrer mon propos. Face au défi climatique, que nous dit le grand rapport ? Il réaffirme la priorité d’une tarification carbone (taxes, quotas, permis et banque centrale qui stabilise le prix des permis), préconise un chèque pour éviter le syndrome gilets jaunes, se montre réticent à l’égard des règlementations dont on contrôle mal les effets redistributifs, concède une taxe carbone aux frontières, pour éviter les distorsions de concurrence même si l’on peine à contrôler le contenu carbone, R&D verte, etc. Tout cela est argumenté, logique, mesuré.


Et puis page 32 du bouquin de Veltz, que lit-on ? Lorsque vous regardez une vidéo sur Netflix, le rapport entre l’énergie consommée pour le visionnage de cette vidéo et l’énergie réellement consommée est de 1 à 2000. Idem pour n’importe quelle requête sur Alexa d’Amazon qui déclenche une chaîne algorithmique très énergivore à échelle planétaire. Or, cette face en apparence gratuite ou quasi gratuite pour l’utilisateur ne cesse de s’étendre. À quel stade dois-je taxer cette utilisation pour en limiter les externalités ? Puis-je taxer le bilan carbone de toute l’infrastructure numérique sans risque d’embolie du commerce ? Les principes énoncés par le rapport sont-ils applicables ? Non, faute de s’être intéressés à l’économie réelle et de raisonner dans un monde où l’entreprise est une entité abstraite intemporelle, sans spécialisation, et dont la fonction est de maximiser le profit et de reporter ses coûts en amont sur le prix de vente.


Bref, le rapport Blanchard Tirole dispose déjà de son contre-rapport. Il n’a pas été conçu comme tel… et cela lui donne encore plus de force.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 10:00

 

La France en déconstruction est-elle reconstructible ?

Reprise du texte introductif :

Préciser les grands moments de la déconstruction allant jusqu’à l’abandon de la monnaie

Philosophie générale : une culture valant civilisation ne peut que résister à son effacement

L’Histoire s’interrogera sur la génération des « baby boomers » ouvriers de la déconstruction.

Les fondements de la culture

Ce qui est commun et qui soude par ce qui est appris, transmis, produit, inventé.

Bases anthropologiques (Axiomes):

  • Organiser le maintien de la vie,
  • Organiser la finitude et la reproduction de la vie,
  • Réguler l’être ensemble.

Culture anglo-saxonne :

la propriété l’emporte sur la liberté et la vie.

Pas de limitation à la logique de l’échange marchand :

  • La propriété elle-même peut naitre sans Etat
  • Existence d'un bien commun, la Nation, dont la construction passe par le marché
  • Possible marche vers la financiarisation généralisée (le Big-bang de la Loi ERISA aux USA)
  • Différences naturelles et culturelles possiblement limitées par droits compensateurs (minorités)

Civilisation française :

  • Corporations jamais abolies (Aventures de la loi Le Chapelier)
  • Passion d’une égalité surveillée et disparition des différences autres que naturelles
  • Liberté qui ne passe pas par le marché ni par la propriété.

Emballement de la logique anglo-saxonne et conservatisme français

  • USA : moment fordien vite dépassé, illimitation d’une économie qu’il faut mondialiser.
  • France: récit historique imprimant un destin exceptionnel autour d'un progrès universel
  • France : cohérence économique assise sur les valeurs civilisationnelles (TEI)
  • France: congruence exceptionnelle entre culture, économie et règles sociétales
  • France : réussites et performances exceptionnelles qui ne passent pas par l’agressivité marchande (Exemples dont EDF ou industries de la défense)

Une France qui « veut courir aussi vite » et se jette dans la gueule du loup anglo-saxon

  • Acceptation d’une monnaie non souveraine devenue simple marchandise
  • Technologies qui accompagnent l’emballement marchand.
  • Prix du choc culturel : croissance colossale des couts sociétaux et sociaux (monétaires et  extra-monétaires).
  • Prix du choc culturel : guerre civile larvée et démonétisation du système politique.
  • Prix du choc culturel: affaissement démocratique et promotion d'un ordre autoritaire.

Les espoirs.

  • A l’extérieur : multiplication des « têtes à queue » : BCE, crypto-monnaies d’Etats, etc.
  • A l’intérieur : économistes hors-sol et pouvoir politique massivement illégitime.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 07:43

Il y a encore de la place pour la conférence de ce soir à 18H45. J'ai encore la possibilité d'inviter une dizaine de personnes.

Merci de demander le lien par mail à l'adresse suivante:

jean-claude.empereur@numericable.fr

A bientôt.

Jean Claude Werrebrouck

Partager cet article
Repost0
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 07:31

 

A la demande du groupe Reconstruction, je prononce une conférence ce Jeudi 17 juin à 17H. Son titre est : la France en déconstruction est -elle reconstructible?

La réunion étant en distanciel il est nécessaire de s'inscrite par mail à l'adresse suivante:

jean-claude.empereur@numericable.fr

On trouvera ci-dessous un bref texte introductif. Un plan détaillé sera fourni ultérieurement.

 

Lorsque la génération des « Baby Boomers » accède aux responsabilités au début des années 70, elle apprécie – au-delà des conflits et tumultes de la période- sa facile insertion dans le monde et la  pleine prospérité du pays. Elle sait aussi que les bilans de la 4ième république et ceux des débuts de la cinquième sont spectaculaires. La France est en effet, à cette époque, au premier rang mondial dans la plupart des domaines…y compris dans celui de l’économique.

A l’inverse, cette génération ne porte pas attention aux murmures étranges et grandissants d’une « société libérale avancée » qu’il faudrait construire, puis d’une « nécessaire modernisation », puis d’une toute aussi « nécessaire adaptation», enfin réaliser d’indispensables « réformes structurelles ».

Elle ne sait pas en effet que ces murmures grandissants et de plus en plus contraignants sont de fait une attaque contre les valeurs fondamentales du pays. La marche forcée vers les marchés dérégulés propres au monde anglo- saxon sont en effet en pleine contradiction  avec la liberté à la française et la notion du bien commun qui l’accompagne. Par exemple EDF ne baignait pas dans un marché, mais produisait pourtant et massivement l’électricité la moins couteuse du monde, et ce au service du bien commun.

Ces mêmes murmures étranges et grandissants vont induire un écart lui-même grandissant entre la légalité du pouvoir et sa légitimité. Ecart devenu grand écart, il est à la source de tous les errements dans les stratégies gouvernementales : achat à crédit de la paix sociale, vente de « droits libertés » au profit de toutes les minorités, affaissement culturel, perte de sens, destruction d’entreprises, déclin   économique, entrepreneurs politiques insignifiants et méprisés.

Les entrepreneurs politiques ne cesseront plus d’utiliser les outils de la contrainte publique au profit de leur reconduction au pouvoir et au prix de la déconstruction du pays. Dans ce contexte cette agression culturelle subie par la France prend plus de poids que dans d’autres nations elles aussi rétives aux marchés auto-régulés. Cela résulte simplement de l’histoire du pays, la France, dont la culture atteint la grandeur d’une civilisation. La France, quoique lasse et bientôt anéantie, devient ainsi championne de la résistance.

Les têtes à queue que l’on enregistre en différents endroits de la communauté épistémique planétaire, avec notamment des phénomènes massifs de monétisation jusqu’ici rigoureusement interdits, vont -ils consacrer le grand retour des valeurs de la France ? Une France plus ou moins paresseuse qui parait-il n’aime pas l’économie, n’y comprend rien et qui pourtant a fait naitre les entreprises les plus performantes du monde.

La conjonction des têtes à queue d’une part, et l’illégitimité massive d’un pouvoir qui gagnera les élections présidentielles de 2022 d’autre part, permettra-elle  enfin de renverser la table ?

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Jean Claude Werrebrouck
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche