Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 15:53

 

Jacques Sapir vient de retrouver l’un des textes fondateurs de l’euro. L’extrait ci-dessous tiré du Journal Officiel permet de répondre à tous les agitateurs qui parlent d’une augmentation considérable d’une dette à rembourser avec un Franc dévalué. Le présent texte vient utilement contredire les mensonges de toutes les officines chargées de défendre l’euro. Je laisse le lecteur apprécier lui-même la force du texte.

Règlement (CE) nº 1103/97 du Conseil du 17 juin 1997 fixant certaines dispositions relatives à l'introduction de l'euro

Journal officiel n° L 162 du 19/06/1997 p. 0001 - 0003

 

(CE) N° 1103/97 DU CONSEIL du 17 juin 1997 fixant certaines dispositions relatives à l'introduction de l'euro

LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 235,

vu la proposition de la Commission (1),

vu l'avis du Parlement européen (2),

vu l'avis de l'Institut monétaire européen (3),

Voici ce que nous trouvons dans le Considérant 8:

 

(8) considérant que l'introduction de l'euro constitue une modification de la loi monétaire de chacun des États membres participants; que la reconnaissance de la loi monétaire d'un État est un principe universellement reconnu; que la confirmation explicite du principe de continuité doit entraîner la reconnaissance de la continuité des contrats et autres instruments juridiques dans l'ordre juridique des pays tiers;

Il serait honnête que les officines chargées de répandre la peur corrigent d'elles mêmes leurs mensongères affirmations.

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 16:35

 

Il y a le monde facile des apparences et des faits, et il y a le monde plus difficile de la mise en cohérence au travers de l’interprétation.

Au niveau des apparences, le désastre est partout présent : entrepreneurs politiques embarqués dans un mouvement brownien car dépourvus du GPS révélant le meilleur chemin de la conquête du pouvoir, partis politiques méprisant les résultats des primaires et donc le principe même de souveraineté, juristes discutant savamment de la réalité d’un coup d’Etat ou d’une séparation des pouvoirs légitimant la délinquance la plus crue, lobbyistes peu discrets mobilisant la grande presse pour développer la terreur sur l’euro, électeurs éclairés pris de vomissements mais d’autres complètement dépolitisés entrant en servitude volontaire au profit de candidats joueurs de flûte, programmes constitués d’histoires à dormir debout avec chiffrages au doigt mouillé, tireurs de ficelles bruxelloises affolés, etc.

Constatons pour se rassurer que les USA n’ont pas connu une situation si différente pour l’élection présidentielle de 2016, et que les débats concernant le Brexit n’étaient pas non plus très enthousiasmants.

Tentons de prendre un peu de hauteur par rapport aux évènements afin de saisir toute la substance de ce qui se passe. Et pour cela reprenons certains développements accessibles sur le présent blog.

 

Notre article consacré à la spécificité des crises de l’entrepreneuriat politique débutait ainsi :

« Les entreprises politiques sont des organisations en concurrence pour l’accès à ce monopole qu’est l’Etat. Animées par des intérêts privés : le goût du pouvoir, la recherche d'avantages matériels ou symboliques, elles utilisent -et parfois en sont victimes - la puissance idéologique d'un "intérêt général", et transforment en métier, l’édiction de l’universel de la société, à savoir la production du cadre institutionnel et juridique général. [1]»

 

Bien évidemment les faits qui se manifestent dans le marigaud électoral ne démentent pas cette hypothèse. Allons plus loin dans l’observation.

 

Sauf disparition, hypothèse que l’on ne peut à priori exclure – phénomène qui serait sans doute fort étranger à la thèse de la « fin de l’Etat » des marxistes – les Etats restent en raison de leur nature même une structure monopoliste. Et il est très difficile d’aller contre cette nature ainsi qu’en témoigne la crise de l’institution européenne.

Si d’aventure cette structure monopoliste se brise, on obtient assez logiquement plusieurs monopoles (pensons à l’URSS). Seules les modalités de la capture de l’Etat[2] évoluent et se transforment. Pendant très longtemps les modalités historiques de cette dernière purent développer la grande croyance en un bien commun appelé intérêt général.

 

Etat-Nation et grandeur d’un intérêt général

 

L’Etat-Nation résultait le plus souvent de la sublimation des ordres anciens, l’intérêt général étant le dernier substitut des dieux ou des conceptions organicistes de la société. Et un substitut fondamental, les hommes du stade historique correspondant ayant besoin de croire en lui, et devant affirmer bruyamment son existence, dans le cadre d’entreprises politiques pouvant elles-mêmes s’appuyer, plus tard, sur une science : celle de l’économie. Jadis il fallait impérativement croire en Dieu. Après l’éloignement de ce dernier il fallait croire en la nation, en la patrie enfin en un intérêt général. Plus tard encore cet intérêt général sera théorisé et légitimé par ces grands prêtres appelés économistes

Les formes de la capture de ce nouvel universel qu’est l’Etat-Nation par les différents acteurs – entrepreneurs économiques, citoyens validant plusieurs rôles, parfois simultanément, (salariés, consommateurs, épargnants)[3], et bien sûr entrepreneurs politiques - s’inscrivent toutes dans la ferme croyance de cet intérêt général, à construire et à reconstruire en permanence sur les marchés politiques. Ce qu’on appellera par exemple le « compromis social-démocrate » en France ou « l’ordo libéralisme » en Allemagne.

 

Le succès de cette forme s’est le plus souvent affirmé dans le cadre du développement de l’économie de marché, système produisant lui-même - selon Montesquieu et plus tard Albert Hirschman et tant d’autres - la « sublimation des passions vers les seuls intérêts ». Pourtant, et assez contradictoirement cette montée favorise celle de l’individualisme et l’effacement progressif de l’idéologie de l’intérêt général. Ainsi, en dehors de la science économique qui va maintenir son formidable ascendant sur une humanité consentante ou simplement résignée, les ersatz de Dieu comme la nation ou la patrie seront progressivement contestés.

 

Intérêt général et multiplication des produits politiques

 

Pendant très longtemps la montée de l’abondance sur les marchés économiques (trente glorieuses de l’occident et trente glorieuses des émergents) était en correspondance avec celle des marchés politiques. Correspondance logique, l’Etat n’étant qu’une extériorité à capturer, les grandes entreprises politiques et leurs acteurs franchisés que sont les entrepreneurs politiques, se devaient d’offrir comme sur les marchés politiques, l’abondance de produits, ici des produits politiques. Au fond, l’inondation de la société par l’économie était souhaitée par tous,elle était la forme concrète par laquelle devait passer l’intérêt général. Souvent ce qui ne pouvait être gagné sur les marchés économiques passait par la manipulation politique de ces derniers : élévation du taux de salaire, règles de protection ou de concurrence, taux de change, mise en place d’infrastructures, etc. Entrepreneurs politiques, entrepreneurs économiques et citoyens construisaient ainsi une interaction sociale adaptée à une formidable montée de l’économie mesurable par un taux de croissance.

 

Longtemps, il fût - pour les entreprises politiques - possible d’offrir comme au début du fordisme économique des produits politiques standards : perfectionnement des droits de l’homme, démocratisation croissante des institutions, droits sociaux généraux etc. Mais avec l’inondation de l’économie et l’émergence de produits de plus en plus personnalisés, les entreprises politiques, comme celles de l’économie, furent saisies de revendications multiples et de plus en plus personnalisées : fin du « nous » au bénéfice du seul « moi », fin du carcan des devoirs au seul profit des « droits liberté » et des « droits créances », fin de la loi comme générale abstraite et impersonnelle au profit d’une réglementation de niches qui vont proliférer, montée des agences de réglementation avec curieuse émergence d’une « soft Law », etc. Autant d’inflexions qui bien évidemment en arriveront au refus du destin partagé et jusqu’à la contestation radicale de l’impôt, d’où par exemple la multiplication de niches fiscales.

Cette réalité de la multiplication des produits politiques les plus divers et les plus variés est bien ce que nous constatons dans les multiples programmes jetés aujourd’hui au visage des citoyens comme des catalogues de la Grande distribution. Avec bien évidemment la grande difficulté de s’y retrouver puisque les produits se comptent par centaines, voire milliers. Derrière ces catalogues se profilerait encore l’idée selon laquelle les différents entrepreneurs politiques travailleraient à la construction d’un intérêt général, hypothèse hélas aujourd’hui magistralement contestée.

 

Le coût de production croissant de l’idéologie d’un intérêt général

 

Le manteau idéologique de l’intérêt général qui était le produit symbolique fondamental des grandes entreprises politiques laisse apparaitre , avec la tournure prise par la campagne électorale, la réalité cachée : les entrepreneurs politiques, qui ont depuis si longtemps et fort banalement, professionnalisé ce qui ne pouvait l’être, ne sont peut-être pas, (ou plus) altruistes et dévoués à la Nation. Plus brutalement encore, pour employer un langage libertarien, ces « coûts de la production de l’idéologie de l’intérêt général[1] » que sont les dépenses publiques pour augmenter la productivité des citoyens (leur plus grande efficacité augmente la matière première taxable), pour homogénéiser les populations et produire un « nous », c’est-à-dire une identité commune que l’on va célébrer (école), pour produire le respect des règles (police, gendarmerie, justice) pour légitimer l’obéissance et contrôler les croyances (dépenses sociales), vont se faire croissants. Ils deviennent asymptotiques avec les derniers évènements de la présente campagne.

Lorsque le coût de production de l’idéologie de l’intérêt général est faible, la nation est forte car le coût de se rebeller est élevé : les « barrières à l’entrée du désordre » sont élevées. Si maintenant les entrepreneurs politiques se démonétisent, les dépenses de production de l’idéologie de l’intérêt général deviennent hors de portée et les espaces de désordre ne feront que croître[2].

Ce que nous constatons bien évidemment aujourd’hui aussi bien en France que dans nombre d’Etats.

 

Marx expliquait, sans doute maladroitement qu’en capitalisme, le marché masquait la réalité de l’exploitation en transformant le coût du travail en un simple prix (le salaire), ce qui n’était pas le cas des modes de production antérieurs, où la réalité de l’exploitation se lisait brutalement à livre ouvert (esclavagisme, féodalisme, etc.). La fin de l’Etat-Nation serait ici un processus inverse : la réalité de l’Etat - un universel ou une extériorité accaparée et utilisée à des fins privées- n’apparait qu’avec la généralisation du marché, lorsque l’idéologie d’un intérêt général ne peut plus être facilement reproduite et à l’inverse a tendance à se trouver contestée. Le marché cachait la réalité du capitalisme, il découvre aujourd’hui la réalité de l’Etat. Avec toutefois un constat d’impuissance : capitalisme et Etat semblent être des réalités indépassables : par quoi remplacer le marché ? Par quoi remplacer l’Etat ?

 

Intérêt général démasqué et démonétisation de l’entrepreneuriat politique

 

De façon moins savante et à la « surface des choses » cela signifie le grand déclin des grandes entreprises politiques et de leurs franchisés, c’est-à-dire les entrepreneurs politiques eux-mêmes. Ces citoyens devenus simples consommateurs de produits politiques connaissent désormais la partie cachée du réel. Ils veulent de la transparence. Ils veulent de la participation. Ils pensent confusément que désormais, la démocratie telle qu’elle est, se révèle possiblement être un système qui permet à chacun de voler tous les autres. Mieux ils constatent l’affaissement de la démocratie avec des traités européens qui musellent concrètement les résultats du jeu démocratique. Ils pensent confusément que l’impôt est largement illégitime et ne s’émeuvent de l’exil fiscal que lorsqu’il est pratiqué par les grandes entreprises. Etc.

Mieux, ils contournent -comme dans la distribution- la chaine logistique de l’approvisionnement et créent des groupes de pression négociant directement avec les administrations. L’ivresse individualiste fera des anciens citoyens des révolutionnaires d’un type nouveau[3] avec volonté d’abattre toutes les structures intermédiaires qui faisaient aussi le miel des entrepreneurs politiques : syndicats, ordres, corps, etc. On sait aujourd’hui que le développement du numérique permet le plein épanouissement/aliénation de « l’individu désirant », et l’intelligence artificielle permet par connexion généralisée de le greffer en permanence sur le marché. Ce même numérique permet aussi de supprimer les tiers (Block-Chain) dans des transactions qui se feront toutes « pair à pair » et rendent ainsi la puissance publique inutile. « Libération de l’homme » et impérialisme du marché marchent ainsi main dans la main sur les chemins ouverts de la Silicone Valley. Comment encore respecter l’entrepreneur politique, qui, non seulement devenu inutile par l’efficience partout proclamée du marché - un marché qu’il vante sans se rendre compte qu’il scie la branche sur laquelle il est assis- se révèle être un délinquant ordinaire, ce que révèle l’actuelle campagne électorale?

 

Le grand démantèlement de l’Etat.

 

Toujours à la « surface des choses » on semble assister au grand affaissement de l’Etat. Ainsi pour ne parler que de la France on a vu apparaitre des agences indépendantes (« Autorités administratives indépendantes »), chargées de la régulation d’un secteur, par exemple l’AMF pour la régulation financière[4]. Bien évidemment on a vu apparaitre l’indépendance des banques centrales, ce que nous avons appelé « l’écrasement de la verticalité »[5]. On a vu également des institutions, théoriquement au service de l’Etat, telles le Conseil Constitutionnel ou la Cour de Comptes dépasser un simple contrôle de régularité (mission officielle) pour en arriver à émettre des injonctions. On a pu aussi voir des entreprises étrangères accaparer une procédure d’exception de Constitutionnalité, qui elle-même n’existait pas il y encore peu de temps. On voit aussi apparaitre des traités portant sur le libre -échange, traités interdisant ex-anté toute forme d’intervention étatique.

Il est vrai que cet Etat contesté est devenu lui-même squelettique, n’en déplaise aux critiques qui le voient imposants et briseurs de libertés individuelles. Ainsi, au sens comptable le bilan des Etats est devenu léger en termes d’actifs et lourd en termes de passif, ce qui laisse un actif net continuellement décroissant. Les causes en sont simples : les entrepreneurs politiques n’ont eu de cesse de privatiser et laisser au marché nombre d’entreprises publiques, alors même qu’ils endettaient considérablement la puissance publique pour grossir la capture du secteur privé (entrepreneurs politiques, et citoyens devenus « individus désirants », notamment d’un Etat-social toujours plus « nounou » ). Cette baisse de l’actif net fut un puissant outil de la reconduction au pouvoir ou de la conquête du pouvoir. Bien sûr, en retour, le bilan du secteur privé s’est lui considérablement amélioré : dette publique devenue matière première d’une épargne beaucoup plus importante avec la montée de l’économie[6]. Inutiles, les entrepreneurs politiques sont aussi devenus d’une certaine façon « pauvres »…tout au moins en moyens publics mobilisables…

Inutiles, délinquants, et de toutes façon pauvres….Comment encore les respecter ?

 

Bref, l’interaction sociale qui – il y a très longtemps et probablement plusieurs milliers d’années -avait généré puis sacralisé l’Etat, est aujourd’hui force de sa désacralisation. Et cette dernière ne peut évidemment pas servir des constructions supra-étatiques telle l’Europe : les Etats ne se déconstruisent pas au profit d’une identité européenne laquelle souffre au même rythme que ses participants. L’euro est le produit phare de la contestation de l’Etat-Nation, mais simultanément, de par ses effets destructeurs il détruit l’idée même d’un futur supra-étatique[7]. Il apparait ainsi impossible de construire le « supra » si « l’infra » est devenue matière première en décomposition. Dominique Reynié a ainsi tort de s’étonner que le désaveu européen ne corresponde pas à un regain de confiance de l’Etat-Nation.

Les entrepreneurs économiques ne sont sans doute pas en reste et sont les premiers à échafauder de puissants lobbys. Ils rêvent, avec la mondialisation d’un monde sans Etat et considèrent parfois ceux-ci comme des contraintes inutiles voire nuisibles au bon épanouissement du marché, d’où les procédures de contournement facilitées par l’immatérialité de leurs activités liées à Internet, et l’apparition d’entreprises dites « sans Etat » (Google, Amazone, etc.).

Beaucoup veulent aller plus loin et - pensant que l’économie est un ciment social plus honnête que celui offert par les marchés politiques- ils se précipitent dans l’utopie du Zéro impôt ou de la monnaie privée. Ainsi le « Bitcoin » , non pas en tant que monnaie locale, mais en tant qu’étalon monétaire classique devrait, pense-t-on, se substituer aux étalons classiques en perte de crédibilité. Utopie bien sûr, puisque la monnaie – désormais éloignée d’un Etat qui ne l’émet plus et que l’on dit pourtant « équivalent général »- suppose la règle de la loi et donc la violence de l’Etat. Utopie donc, mais parfois rationalité prudente, et toujours sur le plan monétaire, face à l’insécurité grandissante sur les monnaies des Etats, utilisation de plus en plus massive des matières premières comme instrument de réserve des valeurs : blé, sucre, pétrole, or, etc.

A un niveau plus concret ces croyances et comportements plus ou moins libertaires déconstruisent le monde hiérarchisé de toujours pour plébisciter un monde plat : la société devient hall de gare ou d’aéroport pour reprendre l’expression de Finkielkraut. Le « vivre ensemble », question qui ne se posait pas, devient problème quotidien en ce qu’il désigne un mot signifiant la désintégration de la réalité qui lui correspond. Mais précisément, c’est cette désintégration qui propulse sur l’avant- scène d’autres forces souvent parfaitement contraires à celles du jusqu’auboutisme de « l’individu désirant ».

Que conclure de tout ceci ?

Les entrepreneurs politiques – dont on sait mieux aujourd’hui qu’ils sont de petites PME fonctionnant sur argent public- et les entreprises politiques dont ils sont les franchisés tentent au travers de l’élection présidentielle de maintenir la fiction d’un intérêt général dont ils seraient les porteurs. Jusqu’ici les grandes entreprises politiques classiques se devaient d’adopter des comportements de plus en plus mimétiques : Aucune ne pouvait résister sérieusement face à la puissance du marché fait de libéralisme économique et de libéralisme culturel. D’où la confusion croissante entre une gauche et une droite. D’où aussi l’acceptation du grand mouvement de dé- démocratisation notamment impulsé par les entrepreneurs politiques de l’Union européenne.

Précisément face à ce mimétisme pouvant aller jusqu’à la confusion avec le « macronisme » en France ou à la grande coalition en Allemagne, une résistance s’organisme et repose le principe de souveraineté de la période antérieure.

La résistance est ici le fait d’acteurs se disant encore citoyens et ne voyant dans l’effritement de la souveraineté, qu’une manipulation des entrepreneurs politiques qui, associés à des entrepreneurs économiques, détruiraient la Nation de toujours. Nous avons là l’émergence des entreprises politiques dites populistes, notamment celles que l’on rencontre aujourd’hui dans nombre de vieux Etats européens (Autriche, Pays-Bas, Slovaquie, Finlande, Hongrie, Grèce, France, etc.). Parce que résistante cette forme est évidemment moins pacifiste, et l’on y retrouve la logique violente de la recherche de boucs émissaires. Cette opposition nourrie par les perdants de la mondialisation se cache derrière un certain nombre de traits caractéristiques : valorisation du « nous » comme « descendants d’un âge d’or », rejet de l’autre (« Altérophobie ») et en particulier des élites coupables, conception organiciste du monde, évidemment rejet de la mondialisation.

Simultanément l’accélération de la marchandisation du monde, encore une fois la mondialisation, inquiète les plus éloignés des nouvelles réalités. Ainsi les changements technologiques majeurs, qui agitent le monde supposent de nouvelles formes d’apprentissage, d’amortisseurs sociaux, de nouvelles infrastructures, de nouvelles formes d’homogénéisation que les entrepreneurs politiques classiques disqualifiés sont incapables de proposer[8] .

Parce que la France est un vieil Etat-Nation et que ce pays est le plus résistant à l’ordre du marché, il est clair que l’entreprise Front National est porteuse d’avenir.

Constatons du même coup que les marchés politiques vont se faire plus violents, car l’élection présidentielle de 2017 ne concerne pas une alternance douce entre projets que l’inondation économique acceptée voire souhaitée, rendrait semblables. Le débat droite/gauche qui n’en était plus un depuis si longtemps est maintenant remplacé par le débat souveraineté/mondialisation et ce débat, autrement plus rude, pourra mener aux portes de la guerre civile.

 
 

[1] http://www.lacrisedesannees2010.com/article-la-crise-de-l-ump-et-la-specificite-des-crises-de-l-entrepreneuriat-politique-123808610.html

[2] Cf: http://www.lacrisedesannees2010.com/article-que-signifie-l-idee-de-capture-de-l-etat-106249731.html

[3] Cf. http://www.lacrisedesannees2010.com/article-le-monde-tel-qu-il-est-78572081.html

[1] Et il faut bien comprendre ici que les entrepreneurs politiques ne font pas que tromper, ils se trompent eux même car la tromperie est le ciment social qui se passe de générations en générations.

[2] On parlera par exemple de zones de non droits , d’espaces où la République a disparue.

[3] Cf : l’essai de Gaspard Koening : « Le Révolutionnaire, l’Expert et le Geek ; combat pour l’autonomie » Plon 2015.

[4] Il existe aujourd’hui près de 1000 agences dites de régulation émettrices de ce qu’on appelle la « soft law ».

[5] Cf. « regard sur les banques centrales : essence, naissance, métamorphoses et avenir », Economie Appliquée, tome LXVI, octobre 2013).

[6] Thomas Piketty note ainsi que dans les années 60 le patrimoine public net représentait environ 100% du RN. Il est aujourd’hui dans nombre de pays européens proche de 0. Cf : « Capital public, Capital privé » dans Le Monde du 11 mars 2017.

[7] Les dévaluations internes imposées par Bruxelles dans les Etats du sud, font que les niveaux de vie entre le nord el le sud connaissent des écarts tels qu’il n’est plus imaginable d’habiter une maison commune. Qui à t-il de commun entre le Bade Wurtemberg et le Péloponnèse ?

[8] Cf le très intéressant ouvrage de Thomas friedman : « Merci d’être en retard » ; Saint Simon ; 2017.

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 17:22

 

Les candidats souverainistes à l’élection présidentielle, à supposer que l’un ou l’autre arrive au pouvoir, ne pourront en aucune façon négocier ou renégocier les Traités et devront agir avec la rapidité de l’éclair pour mettre fin de façon unilatérale avec les structures de l’actuelle UE. Quelle que soient les modalités d’une refonte négociée des règles du jeu, le blocage interviendra avant même la prise de fonction à l’Elysée. Il n’y aura donc pas de négociation avec l’Allemagne et il n’y aura pas de référendum les sanctionnant.

La raison en est bien connue : les marchés ne peuvent intégrer pareil évènement tant son importance serait colossale et ses conséquences immédiates pour le pays.

La fuite vers la qualité, déjà commencée avec l’aggravation du spread de taux avec l’Allemagne[1] interviendra sans limite dès l’annonce du résultat. Dès le 8 mai le système bancaire sera en difficulté en raison de déplacements massifs de capitaux, tandis que le marché interbancaire, bien au-delà de celui du « repo », cessera de fonctionner. Le Trésor dont la gestion de trésorerie fixe un objectif de solde journalier nul sera lui-même en défaut bien avant la prise de fonction.

 

Telle que nous est présentée l’actuelle programmation des adjudications organisées par l’Agence France Trésor, il semble évident que l’adjudication du 4 mai sera très difficile si une victoire souverainiste est anticipée. Bien évidemment en cas de victoire, celle du 8 mai sera impossible à organiser, ce qui signifie un défaut du Trésor dans les heures qui suivront.

Il y aura donc, au-delà de la fuite des capitaux, un mouvement parallèle d’effondrement complet de la liquidité dans l’ensemble du système financier : les banques qui verront la disparition de leurs capitaux propres par effondrement de la valeur de la dette publique détenue en actif, le Trésor coupé de ses ravitailleurs que sont les SVT (Spécialistes en valeurs du trésor qui ne sont que des banques acheteuses de dette publique), les vendeurs de CDS[2] sur la dette de la France qui sont au cœur du shadow banking, etc. De proche en proche, c’est dans la journée du lundi 8 mai que l’ensemble du système financier français s’effondrera, avec la perspective d’un « bank-run » engendreur des premiers affrontements et violences dans les rues et les magasins.

Il est donc très important d’imaginer la réaction politique face à un tel évènement.

La première est celle imprimée par la puissance dévastatrice de la finance, qui déployée quelques jours ou semaines avant l’élection, aurait de quoi faire peur à l’électeur souverainiste et l’inviter à se ranger sagement sous la houlette des candidats européistes. De ce point de vue, la crise financière est un allié indéfectible des candidats européistes/mondialistes. Tout rentrerait ainsi dans l’ordre….en attendant un effondrement encore plus grand, encore plus douloureux, et de probables violences…. cette fois entre nations….

La seconde, plus difficile, est celle de la témérité des électeurs qui « n’en ayant plus rien à faire » décident d’affronter la finance et élisent un candidat souverainiste. Il est clair que, dans ce cas, il faudrait la coopération du pouvoir finissant pour prendre les mesures nécessaires. Elles sont connues : réquisition de la Banque de France[3], fin de la libre circulation des capitaux, réquisition de l’ensemble du système financier, et donc affranchissement au regard de l’ensemble des règles de l’UE.

Cette coopération ne serait pas facile à obtenir dans l’heure. Historiquement on sait que Raymond Barre n’a pas cru devoir informer sérieusement le nouveau président François Mitterrand dans les jours qui ont suivi le 10 mai 1981. Il est vrai qu’à l’époque la finance était encore dans sa « boîte » et qu’elle se trouvait être infiniment moins dangereuse qu’aujourd’hui. Le pouvoir finissant manifestera-t-il, dans un dernier geste certes fort contrariant pour lui, le sens de ses responsabilités historiques, lesquelles tout au long de son mandat lui ont fait si cruellement défaut ?

 

 

[1] Le spread sur le bund allemand à 10 ans, négligeable en 2016, est aujourd’hui proche de 100 points de base.

[2] L’encours de CDS sur la dette française ne cesse de croitre et se trouve être l’un des plus important du monde selon la Depositary Trust And Clearing Corporation (DTCC). Il se trouve que l’ISDA a diminué les critères de déclenchement des CDS, ce qui signifie que nombre de vendeurs de CDS sont très exposés à un effondrement du cours de la dette française.

[3] Pour plus d’informations on pourra se reporter à nombre d’articles sur le blog et en particulier : http://www.lacrisedesannees2010.com/2017/02/elections-presidentielles-ce-que-les-souverainistes-devraient-avoir-en-tete.html

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 07:42

 

Monsieur Trump considère que le déséquilibre des échanges entre les Etat-Unis et l’Allemagne est le fait d’un taux de change inadapté, concrètement, un euro trop faible par rapport à la puissance exportatrice de l’Allemagne. Cette attaque a le mérite de souligner que l’Allemagne se cache derrière une monnaie trop faible alors que le mark aujourd’hui disparu aurait bénéficié d’un taux plus élevé freinant les exportations. Plus clairement dit, l’Allemagne serait un passager clandestin de la monnaie unique.

L’attaque  signifie que le président américain chercherait à faire disparaitre la monnaie unique. C’est la raison pour laquelle nous avons vu fleurir des explications différentes et surtout militantes concernant le formidable excédent allemand.

Globalement, on comprendra qu’il s’agit de préserver l’euro et de considérer que l’excédent n’est pas dû à un taux de change inapproprié. La première réaction de défense a consisté à dire que le  raisonnement du président américain est empiriquement erroné : L’Allemagne bénéficiait déjà d’un excédent au cours d’une période 2005-2008 où l’euro était considéré comme surévalué. L’argument ne tient pas si on considère que ce n’est pas l’euro qui est en cause mais son caractère irréaliste par rapport à l’économie allemande. Quel que soit le cours de l’euro, sauf des cas extrêmes, l’Allemagne est toujours bénéficiaire puisque c’est son taux de change réel par rapport à l’euro qui est en cause. Il est exact que lorsque le cours de l’euro est très élevé, la compétitivité allemande souffre un peu…mais beaucoup moins que l’ensemble de ses partenaires de l’UE dont l’efficience productive est plus faible. L’Allemagne prendra donc des parts de marché sur ses concurrents quel que soit le cours de l’euro, qui en soit n’est pas un problème.

En s’affranchissant de ce premier argument erroné on peut aller plus loin dans l’examen des autres points avancés par tous les défenseurs de la monnaie unique. Essentiellement 3 points sont mis en avant : l’importance de l’épargne, la politique budgétaire et le niveau de gamme élevé des productions manufacturières.

S’agissant du premier point, l’excédent extérieur n’est que le surplus exportable, contrepartie d’une dépense faible et donc d'une épargne trop élevée. L’argument est comptablement imparable mais la chaine causale l’est moins. On pourrait tout aussi bien considérer qu’à la production élevée correspond des revenus distribués élevés et donc une épargne plus élevée. Le surplus de production par rapport à la demande globale, donc le surplus exportable provenant lui du rapport qualité/prix dans lequel se retrouve taux de change et effet de gamme. Constater une épargne élevée n’est pas un mécanisme explicatif de l’excédent. Il existe d’autres causalités possibles.

S’agissant de la politique budgétaire prudente qui viendrait limiter l’absorption et donc contribuer à l’élévation du surplus exportable, là aussi ll y a constatation comptable sans explication suffisante. On peut tout aussi bien affirmer que l’importance de la production génère des rentrées fiscales abondantes et des dépenses sociales limitées en raison d’un taux d’emploi corrélé à celui de la production. De quoi présenter un budget excédentaire qui est le résultat d’un surplus exportable et non l’inverse. Ce qu’on appelle traditionnellement "soldes jumeaux" est une corrélation et ne correspond pas à des liens de causalité directs dans un ensemble complexe.

S’agissant enfin du troisième argument celui de la qualité manufacturière, il faut reconnaitre qu’il est le plus sérieux et qu’il correspond à des qualités techniques mesurables et donc objectives. Pour autant, lorsqu’un pays connait un tel avantage compétitif, son solde extérieur devient excédentaire et le cours de sa monnaie doit lui aussi monter, à moins que les pays clients soient amenés à procéder à un ajustement monétaire sous la forme d’une dévaluation. Modifications de taux qui contribuent au rééquilibrage des comptes extérieurs.

Au total la mobilisation des officines qui défendent la monnaie unique est bien obligée de se soustraire de certaines exigences qui, pourtant, garantissent la qualité mais aussi les justes prudences dans les raisonnements. Mais l’urgence est là et la digue des arguments faciles ou bricolés doit l’emporter sur l’honnêteté de la raison.

 

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans critique des raisonnements
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 07:21

Après les deux articles consacrés aux candidats et à la frilosité des programmes, nous proposons à ceux d’entre eux qui se déclarent souverainistes de lire avec la plus grande attention un article que nous avons publié sur ce blog le 8 août 2016. Il est un peu long mais complètement essentiel pour qui veut occuper l’Elysée en ayant pour seul souci de reconstruire le pays.

Voici le résumé :

La monnaie est fondamentalement d’essence politique, une caractéristique jamais dévoilée dans la plupart des manuels de sciences économiques. Elle fût historiquement l’arme essentielle de la construction des Etats, voici plusieurs milliers d’années, puis des Etats-Nations au 20ème siècle. Parce que fondamentalement politique, cette arme fût l’objet d’enjeux contradictoires dans la recherche, le maintien et la transformation de ce qu’on appelle la souveraineté. La fin du système de Bretton-Woods va enclencher un processus d’érosion par éloignement de l’arme monétaire de la main du peuple souverain. C’est l’Europe qui ira le plus loin dans ce processus d’éloignement avec une monnaie devenue idéologiquement un Talisman : l’Euro. La monnaie Talisman est devenue une arme de destruction massive du vivre ensemble européen.

Pour celles et ceux qui connaissent déjà ce texte on pourra aussi aller directement à sa conclusion.

Nous voudrions montrer dans ce chapitre que la monnaie est un marqueur fondamental de la forme de société dans laquelle on vit. En ce sens il ne serait pas idiot de s’exprimer en ces termes simplistes : « Dis-moi quel type de monnaie tu utilises et je te dirai dans quel monde tu vis ». Pour comprendre toute l’épaisseur de ce marqueur, nous interrogerons l’Histoire et verrons que la monnaie fut d’abord un instrument de construction des Etats et qu’elle est aujourd’hui devenue un instrument de son affaissement. Avec en arrière-plan l’idée de souveraineté que l’on construit, puis que l’on détruit petit à petit en transformant l’outil monétaire. Et puisque derrière la souveraineté se cache l’enjeu fondamental de la démocratie, nous montrerons qu’un ordre démocratique ne peut se concevoir sans un certain type d’ordre monétaire en tant que condition nécessaire sinon suffisante. Nous tenterons ainsi de montrer que les nations au 21è siècle ne pourront survivre que sur la base d’une restauration des pouvoirs monétaires aujourd’hui largement abandonnés.

  1. La monnaie comme outil de construction de la souveraineté

Si des formes monétaires sont apparues avant les premiers Etats il est aujourd’hui démontré que les constructeurs des dits Etats les ont façonnés aux seules fins de s’affirmer et se construire

  • La monnaie comme enfant du sacré et de l’Etat[1]

Les premières formes de ce qu’on appelle encore aujourd’hui la dette ne s’affichaient pas comme dette monétaire mais comme dette de vie envers une extériorité radicale : L’au-delà de la condition terrestre. Les dieux ont donné une vie qu’il convient de rembourser notamment par l’institution du sacrifice, institution que l’on rencontre dans toutes les sociétés dites primitives. Et bien évidemment quand on parle de dette de vie, il s’agit d’un patrimoine culturel et social que chaque sujet rencontre à sa naissance comme « capital avancé », simplement remboursé par des rituels sacrés dans lesquels on trouve l’institution du sacrifice.

Ce que l’on peut appeler le « Big Bang » des Etats, c’est-à-dire le temps de leur apparition est, de fait, l’accaparement par certains individus de la dette sacrée jusqu’ici engendrée par la communauté. Le Pouvoir étatique est ainsi une prise du pouvoir sur les vieilles religions primitives. De ce point de vue, et l’ethnologue est ici en désaccord avec le juriste, l’Etat est un phénomène de privatisation du capital culturel et social, c’est-à-dire l’extériorité de toute société. Autre façon de lire cette même réalité : le pouvoir politique est issu d’une prise de pouvoir sur la religion. Alors que le politique est une réalité qui jusqu’ici était inaccessible en raison de l’éloignement des hommes au regard des puissances de l’au-delà (tous sont démunis de ce pouvoir et les rapports entre les hommes sont dictés par l’au-delà), elle devient, par accaparement de cette puissance, une réalité tangible : des hommes vont dominer d’autres hommes.

Bien évidemment, la privatisation du sacré doit logiquement devenir privatisation de la dette de vie, et les hommes sont progressivement invités à devenir les débiteurs du pouvoir terrestre. La dette envers les dieux peut évidemment se poursuivre mais désormais elle s’accompagne d’une dette envers le souverain. En ce sens le « Big Bang » des Etats va aussi être une capture de la dette sacrée. Il en découle que logiquement l’endettement envers les Dieux deviendra progressivement un endettement croissant envers la puissance souveraine.

Cet endettement peut être encore de la dette de vie : dette de sang, esclavagisme, travail gratuit, mais aussi impôt, sous forme de prélèvements sur l’activité domestique ou économique, ou sous forme directement monétaire. En la matière, le signe monétaire retenu pour régler l’impôt ne peut être que choisi par le prince. Et le signe retenu est naturellement celui qui bénéficiera de la plus grande liquidité possible, une liquidité permettant au prince de régler ses propres dettes envers les autres princes avec lesquels il est en conflit, et celles envers les mercenaires qu’il emploie au titre des guerres qu’il entretient pour assurer son pouvoir et sa survie dans la communauté des puissants. Et quand on dit « puissants » on dit déjà « souverains », c’est-à-dire des individus qui n’acceptent pas de pouvoir « au-dessus » c’est-à-dire de lois qui pourraient s’imposer à eux-mêmes. Le souverain est ainsi celui qui tout au plus peut accepter des règles de coordination sans jamais se soumettre à des règles de subordination.

Le motif de liquidité la plus grande nous fait comprendre que le signe retenu n’est probablement pas la monnaie virtuelle d’aujourd’hui, mais le métal précieux, lequel va s’imposer au terme d’une sélection : le métal précieux est le seul objet dont la liquidité est parfaite , acceptée par la communauté des puissants et aussi acceptée par des mercenaires qui ne pourraient pas se contenter de titres illiquides.

  • La monnaie dans la dialectique de l’économie et de la puissance souveraine

On comprend désormais que le prince, né d’un « coup d’Etat fondant l’Etat »[2] et sa puissance souveraine, s’intéresse de près à ces premières formes de banques centrales que sont les mines de métal précieux…et les « Hôtels des monnaies » qui en sont le prolongement. Le prince fonde ainsi ce qui est déjà le premier « circuit du Trésor »[3] : il crée ou tente de créer la monnaie, dont il fera un monopole du règlement de la dette de ses sujets envers lui, c’est-à-dire l’impôt. La monnaie qu’il crée lui sert de règlement de sa propre dette (ses dépenses), règlement dont la circulation, sera soumise à l’impôt.

Mais le prince peut être gêné dans l’affirmation de sa puissance et de sa souveraineté par une caractéristique essentielle de la monnaie : elle est outil du pouvoir et du règlement de la dette envers le prince, mais elle est aussi réserve de valeur…et à ce titre peut être thésaurisée. Un phénomène qui implique sa rareté et une lutte perpétuelle pour la vaincre. Parce que outil parfait de la liquidité, caractéristique qui la rend susceptible de faire circuler toutes les marchandises, elle est appréciée pour elle-même et donc possiblement stockée…ce qui vient gêner le pouvoir dès lors que celui-ci ne maitrise plus d’inépuisables mines de métal. Ce qui le gène aussi lorsqu’il est impliqué dans d’innombrables guerres très couteuses avec ses voisins. Par excellence concepteur et créateur de la liquidité , il peut lui-même entrer en position d’illiquidité et donc voir sa puissance érodée. L’histoire montre que l’ascension du politique et des Etats correspondants est faite de tentatives de contournements de ce qu’on peut appeler une véritable « loi d’airain de la monnaie »[4] : rendre la monnaie plus abondante par le biais de la dilution voire l’émission de papier, avec bien sûr les limites sociales de ce type de choix des souverains.

Cette faiblesse de la verticalité du pouvoir politique pourra être compensée par une coopération avec le monde horizontal de l’économie naissante. Car la monnaie, grande affaire du prince, est aussi celle des marchands et banquiers qui, eux aussi, se voient opposer la contrainte monétaire. Eux-aussi vont tenter de la contourner avec l’introduction de la lettre de change, avec la conversion des monnaies entre elles, etc. La montée de la puissance politique se nourrit de l’accroissement des recettes fiscales (la « dette » des « sujets ») laquelle se nourrit de la montée de la puissance économique. L’intérêt du loup étant que les moutons soient gras, les princes ne s’opposeront pas à l’émergence des premières privatisations des monnaies : les banques vont émettre progressivement du papier non couvert intégralement par une base or. En contrepartie, les banquiers déjà mondialisés viendront réduire les risques d’illiquidité voire de solvabilité des princes dépensiers en achetant de la dette publique. Cette dernière et le taux d’intérêt qui lui sera associé, sont les marqueurs de la collaboration entre monde vertical déjà en difficulté et monde horizontal dont l’ascension ne fait que commencer. Le souverain ne peut plus vivre de la seule prédation sur ses sujets : il lui faut aussi solliciter des prêteurs.

Nous entrons ici dans les premières formes de délitement de la souveraineté : le monde vertical est amené à partager la souveraineté avec l’horizontalité marchande, un monde qui commence à capter la monnaie souveraine : des personnes privées vont émettre des signes monétaires qui emprunteront les marques de la puissance souveraine : dénomination, unité de compte, règles de monnayage, pouvoir libératoire. Le souverain - historiquement une personne privée accaparant et détournant l’extériorité d’une communauté humaine, à savoir la dette de vie - est amené à céder une part de l’outil de ce détournement/accaparement : battre monnaie sera de moins en moins un attribut de la souveraineté. L’Etat né hors marché n’est plus complètement « au dessus du marché ». Le monde du pouvoir avec ses règles de subordination (verticalité) doit, en particulier avec une dette publique portant intérêt, collaborer et parfois se soumettre au monde marchand et ses règles de coordination contractuelles (horizontalité).

Cet affaissement n’est pourtant pas linéaire et la verticalité pourra encore se manifester clairement lorsqu’il apparaitra que le monde financier et marchand ne peut se passer de la monnaie souveraine pour assurer le fonctionnement des affaires. Très simplement les différentes monnaies privées des banques ne peuvent assurer la circulation monétaire exigée par le développement des échanges marchands que s’il y a compensation entre les dites banques et donc une monnaie commune de règlement des dettes entre-elles, à savoir la monnaie centrale définie par le souverain. Si les monnaies privées peuvent toutes se convertir en monnaie centrale définie par le prince alors elles sont convertibles entre elles et les règlements interbancaires sont assurés. En termes simples l’horizontalité ne peut s’épanouir qu’en s’appuyant par la verticalité. Cette dernière apparaitra sous la forme des premières banques centrales fin 17ième et surtout 19ième siècle. Ces dernières vont progressivement apparaitre comme instrument de disparition de la loi d’airain de la monnaie puisque les souverains peuvent trouver en elle un substitut aux mines d’or de jadis. Et peut-être même davantage car à l’inverse de la mine toujours limitée, la monnaie légale émise peut l’être de façon illimitée si le pouvoir est capable, notamment en raison de circonstances historiques, d’imposer le cours forcé et l’inconvertibilité des billets en métal précieux.

En la matière, la France avec sa longue histoire l’érigeant en Etat-Nation, sera l’une des premières à engendrer un pouvoir plaçant sa banque centrale au sommet d’un système bancaire hiérarchisé[5]. Il suffira de nationaliser ensuite cette banque centrale pour l’arrimer au Trésor et réinventer ce qui avait fait le succès du prince au moment de la construction des premiers Etats : le souverain Français, désormais peuple souverain, va devenir le principal émetteur de monnaie… et une monnaie retournant vers le peuple souverain par le biais de ce qu’on a appelé le « circuit du Trésor ».

La dette publique de jadis, elle-même, marqueur de l’affaissement de souveraineté, perd grandement de sa signification puisque les dépenses publiques reviennent vers le Trésor (comme jadis les pièces d’or revenaient vers le souverain) en raison de l’obligation de nombreuses institutions financières de déposer leurs ressources sur un compte du Trésor. Plus clairement les déficits publics viennent gonfler la liquidité de la plupart des institutions financières, organismes de crédits, Poste, Banques, etc, lesquelles ont l’obligation règlementaire de déposer tout ou parties de ces liquidités sur un compte du Trésor.

Ce retour de la verticalité est très net pour le système bancaire soumis à ce qu’on a longuement appelé la règle des « planchers des bons du Trésor[6] ». Les banques ne sont pas des correspondants du Trésor et ne sont pas soumises à l’obligation d’y déposer leurs liquidités, par contre elles ont l’obligation journalière de convertir une partie de leurs liquidités en achats de bons. Et un achat dont le prix – le taux -est fixé directement par le Trésor. Sans doute peut-il exister un déficit et une dette publique, mais celle-ci est hors marché. Nous sommes dans la verticalité du peuple souverain et non dans l’horizontalité de l’ordre marchand. Très simplement le capitalisme a pignon sur rue mais il ne peut se métastaser en financiarisation généralisée et se trouve contenu dans le périmètre de l’économie réelle. Le peuple souverain reste souverain et se trouve protégé de l’émergence d’une inondation faisant de l’Etat une instance non souveraine car « en dessous du marché ». Plus clairement encore, l’Etat ne risque ni l’illiquidité ni à fortiori l’insolvabilité. Il n’a donc pas besoin d’être noté par des agences comme c’est le cas aujourd’hui.

Bien évidemment cette phase historique, de culture très française, se paie d’une répression financière dont il faut comprendre le mécanisme. L’épargne n’est pas alimentée par une dette publique qui vient s’ajouter aux profits financiers de l’économie réelle. C’est dire qu’elle n’est alimentée que par le canal des titres privées (actions et obligations des entreprises). Situation très contraire à celle du 19ième siècle où la dette publique dite perpétuelle alimentait une foule de rentiers[7]. Situation très contraire également à celle constatée jusqu’aux « quantitatives easings » puisque la dette publique est devenue matière première de nombre de produits financiers soumis aux règles de l’horizontalité marchande[8]. Cette situation n’est évidemment pas bien vécue par des épargnants dont le nombre s’élève avec la croissance économique des trente glorieuses. Elle n’est pas non plus bien vécue par le système financier dont le périmètre d’activité est très étroit[9]. Elle correspond toutefois au choix de l’Etat-Nation devenu démocratique.

Si l’on dresse le bilan d’une très longue période qui va du « big-bang des Etats »- il y a plusieurs milliers d’années- jusqu’à la financiarisation d’aujourd’hui, on peut constater que la monnaie est d’abord un objet politique. A ce titre elle est un enjeu fondamental pour des forces à priori opposées -ce qu’on a appelé la verticalité face à l’horizontalité – mais toutefois soumises à une certaine conjonction des contraires. La loi d’airain de la monnaie est la faiblesse historique du souverain et cette loi ne sera efficacement combattue qu’à un stade relativement tardif de la souveraineté démocratique, non celle de l’Etat-nation, du 19ième mais plutôt celle de la seconde moitié du 20ième siècle.

Il semble pourtant que nous rétablissons depuis une trentaine d’années la vieille loi d’airain de la monnaie laquelle nous entraine vers la fin de l’Etat-nation souverain et démocratique.

2. La monnaie comme outil de déconstruction de la souveraineté.

Une façon de détruire la souveraineté démocratique est de retirer au peuple souverain le choix du taux de change.

  • Le taux de change n’est plus un choix politique mais un prix.

On sait que la fin du système monétaire de Bretton Woods[10] va engendrer une grande période d’instabilité. Les taux de change étaient définis et défendus par les Etats qui s’engageaient à ne pas les modifier dans la limite de 1% autour de la parité retenue. Aux banques centrales- sur injonctions des Etats - de défendre les parités par achat et vente de devises. Face aux difficultés engendrées par la disparition du système de Bretton Woods, les Etats se concertent et acceptent à la conférence de la Jamaïque en 1976 de se retirer du champ de la définition des taux de change. Ce qu’on appelait déjà les taux de changes flottants, donc des taux – c’est-à-dire des prix décidés par le marché.

Cette perte de souveraineté en appelle bien d’autres et de façon quasi automatique avec en fin de parcours la mise des « Etats sous le marché » donc la fin du principe de souveraineté et de démocratie qui lui est intimement attaché.

Le cours des monnaies devient ainsi un gigantesque marché au profit de l’explosion d’un capitalisme financier. Parce que la monnaie n’est plus un objet politique défini par le souverain elle devient une marchandise instable au bénéfice de la finance. Ce n’est plus le politique qui va sécuriser la valeur des marchandises internationales, mais la finance qui devra construire des produits de couverture donc des produits financiers chargés de sécuriser cette même valeur. Et les produits de couverture seront d’autant plus efficaces dans leurs fonctions que les intervenants sont nombreux y compris des acteurs très éloignés de la réalité du terrain qu’ils sont censés protéger. Il va logiquement en découler une croissance des produits financiers beaucoup plus rapide que la croissance des flux de marchandises réelles elle- même.[11]

Bien évidemment se trouve associée à cette « dépolitisation de la monnaie », la libre circulation des capitaux et donc la fin de toute forme de contrôle des changes, avec toutes ses conséquences en termes de libéralisation de la finance, la montée des Hedge Funds, le développement de la banque universelle, celui des sociétés de Trading, le fantastique développement des activités de marché au sein des banques, la fortune des agences de notation….mais aussi et il s’agit de la contrepartie d’une automutilation de la puissance souveraine, l’apparition d’Etats « interdits bancaires » en raison du principe général d’indépendance des banques centrales.

  • L’indépendance des banques centrales

Il s’agit d’un point fondamental. Lorsque la verticalité l’emporte sur l’horizontalité, les banques centrales, privées ou publiques, sont investies d’une mission de service public et interviennent en tant qu’instrument de politique monétaire décidée par le souverain. Plus traditionnellement encore elles gèrent, mêmes privées, les dettes publiques en ce qu’elles sont grosses acheteuses des titres financiers émis par les Etats. La FED ou la Banque Centrale d’Italie, parmi tant d’autres étaient dans ce cas. Le Système de Bretton Woods avait très largement mis en avant le caractère public des Banques centrales du monde et ce quelles que soient leurs caractéristiques institutionnelles et juridiques. La fin du système libère ces banques d’une contrainte internationale mais en même temps d’une contrainte nationale puisque le cours des monnaies devient simple prix de marché.

Simplement l’indépendance des banques centrales est d’une portée autrement considérable pour nombre de questions essentielles.

Les premières banques centrales dépendantes des Etats donnaient à ces derniers de gros avantages dont la possibilité d’en faire de continuelles endettées envers eux. En effet, en leur donnant l’ordre d’abonder les comptes des Trésors correspondants et en transformant ces abondements en « avances non remboursables[12] » les banques centrales étaient partiellement devenues l’équivalent des citoyens soumis à l’impôt[13]. D’où l’idée que la notion de dette publique comme fardeau n’avait guère de sens, une dette publique par ailleurs rognée par l’inflation.

L’indépendance est, de ce point de vue, une rupture radicale à l’échelle quasi-planétaire. Désormais, la dette publique fait l’objet d’un marché, et les Trésors sont de fait « interdits bancaires » en ce qu’ils ne peuvent emprunter à la banque centrale dont ils sont pourtant clients en qualité de titulaires d’un compte figurant au passif des dites banques[14]. Les effets en sont considérables. Il faudra tout d’abord assurer un service de la dette auprès d’épargnants qui au-delà des titres privés pourront acquérir des créances sur les Etats. De ce point de vue le passage à l’indépendance des banques centrales élargit le périmètre des épargnants et des rentiers, tout en rétablissant la loi d’airain de la monnaie au détriment des Etats. Plus important est que désormais toute production monétaire devient la contrepartie d’une dette et le poids de l’intérêt gonfle avec chaque émission monétaire. Corrélativement les banques centrales dites indépendantes se fixent des objectifs de stabilisation des prix ce qui est favorable aux créanciers donc aux rentiers et défavorables aux débiteurs dont bien sûr les Etats. Et puisque les titres financiers sont ainsi protégés de l’inflation, toute activité humaine pourra au nom de la liquidité immédiate se financiariser.

On comprend ainsi que l’indépendance des banques centrales est un fait politique majeur : les Etats-nations sont invitées à disparaitre au sein d’un marché en mondialisation. Le peuple souverain disparait dans les entrelacs de ce que nous avons appelé les « autoroutes de la mondialisation ». Désormais l’idée invraisemblable de faillite des Etats endettés fait son chemin dans les médias et on parle même de banques centrales qu’il faudrait recapitaliser en cas d’insolvabilité des Etats.[15] Non seulement les peuples souverains sont amenés à être inondés par le marché mais ils pourraient aussi s’y engloutir.

Il était toutefois possible d’aller beaucoup plus loin encore dans le passage à la souveraineté limitée et à la naissance d’Etats engloutis dans la finance de marché : après avoir créé les autoroutes de la mondialisation il sera question d’en supprimer les péages avec la naissance de la monnaie unique européenne.

  • Une monnaie sans Etat mais pas sans souverain.

Le comble de la dépossession, voire de la désintégration des Etats-nations fut l’abandon des monnaies nationales en Europe au profit de la monnaie unique. Déjà l’asymétrie créée par la libre circulation du capital face à l’immobilité relative du travail avait largement concouru à l’élargissement de l’éventail des rémunérations. Mais la monnaie unique, en interdisant de fait les transferts entre zones excédentaires et zones déficitaires va aggraver dans de très importantes proportions la dispersion des rémunérations, et plus encore celle des statuts, aussi bien entre Etats qu’à l’intérieur des Etats.

Les taux de change, outils maitres des Etats-nations, ayant disparu il n’y a plus de limite à la croissance du surplus des compte courants allemands. En contrepartie, la Grèce ayant perdu la protection des taux de change ne peut plus connaitre de butoir au déficit de ses échanges courants. La logique de son « développement » se borne aux simples échanges assurés par la grande distribution qui en retour assure la vraie désertification économique du pays.

Ces problèmes d’excédents et de déficits, sont légions à l’intérieur des espaces des vieux Etats nations et les transferts porteurs de rééquilibrage ne soulèvent aucune difficulté au sein d’une communauté nationale dont l’Etat central assure une certaine qualité du vivre ensemble. Mais les transferts sont impensables à l’échelle de l’Europe où la solidarité ne va pas de soi. Dès lors la solution est ce qu’on appelle les suicidaires dévaluations internes, le plus souvent non démocratiquement décidées, qui accroissent les inégalités et l’effacement des Etats- providence dans les pays dont le déficit est comprimé par la règle monétaire nouvelle.

Curieuse situation où la monnaie qui était l’outil efficace de construction de la souveraineté devient l’agent de sa destruction et de la mise sous tutelle d’anciens Etats-Nations. La nouvelle monnaie est dépourvue de peuples souverains et ces derniers en sont la victime avec toutefois une exception : le peuple souverain allemand qui sans être propriétaire de la monnaie unique en est le grand bénéficiaire ce qui le mute en peuple impérial malgré lui.

Parce que la monnaie unique désarme les politiques souveraines, parce qu’elle engendre des passagers clandestins, elle détruit petit à petit les espaces de solidarité et créent des clivages majeurs nourris de spécialisations difficilement supportables dans la durée : trop d’usines en Allemagne, trop d’immobilier en Espagne, trop de fonctionnaires en France, trop de clientélisme en Grèce, etc. Ces spécialisations sont inappropriées en ce que certaines engendrent des gains de productivité ( Industrie) et d’autres pas (fonction publique) d’où des divergences de plus en plus massives que l’on ne plus corriger avec l’arme du taux de change mais avec les seules réformes dites structurelles[16] imposées par un pouvoir qui surplombe les Etats-nations . Désormais dans ces Etats l’exercice de la démocratie se trouve limité puisque le résultat du vote ne peut aller contre l’injonction des réformes structurelles.

La résolution de la crise de 1929 s’était durablement établie dans la construction d’Etats-Providence » porteurs du vivre ensemble des sociétés salariales qui se sont mises en place. Ces constructions utilisaient en particulier l’arme monétaire encore souveraine, une souveraineté marquée par la désignation politique des constituants de la monnaie et le contrôle des banques centrales. L’arme monétaire- durant toute la période des trente glorieuses- permettra aux Etats de créer de l’homogénéisation en particulier par la construction d’immenses classes moyennes.

La séparation de l’arme monétaire des mains des peuples souverains déclenche aujourd’hui l’effritement des Etats- providence dans une société qui reste encore salariale. Les Etats, en particulier ceux qui sont allés le plus loin dans cette séparation, perdent ainsi le pouvoir de fabriquer de l’homogénéisation. Un pouvoir source de forte légitimité politique. L’avenir est ainsi fait de désagrégation du lien social, d’illégitimité croissante des pouvoirs en place, d’un sauve qui peut dans le communautarisme ou dans un individualisme consumériste et festif forcené. Les plus démunis en « capital social » pouvant ajouter au délitement par l’exercice de la violence comme simple fin.

Dans l’Union Européenne et en particulier sa zone euro qui est le cœur du délitement généralisé, la solution n’est pourtant pas simple. Peu de forces politiques ont pris conscience que l’Euro tel qu’il fut construit est le catalyseur essentiel des forces de la décomposition. Parce que devenu Talisman la monnaie unique est respectée voire vénérée. Comment mettre fin au règne du sacré ?

Conclusion :

Oui, candidats souverainistes, méditez bien ce texte qui - loin des techniques et des techniciens de nombre d’officines - pose la question monétaire dans toute sa plénitude. Vous êtes bien sûr à vous débattre au beau milieu des vents contraires de l’idéologie de la monnaie unique. Et déjà la tempête se lève avec le spread de taux sur la dette publique allemande et les "avertissements" d'un système médiatique qui ne parle que d'une seule voix ( Les Echos, Le Figaro, Le Monde, BFM, etc.) Profitez de la campagne électorale pour beaucoup expliquer et tenter de détourner les vents. En cas de victoire, autorisez-vous, dès votre installation à l’Elysée à vous affranchir brutalement des règles : réquisitionnez dans l’heure la Banque de France et négociez en position de force avec l’Allemagne. Le refus allemand sera tout aussi immédiat, ce qui vous obligera, face au déchainement gigantesque des marchés financiers, à agir avec plus de force encore : réquisition de l’ensemble du système financier avec bien sûr blocage de la libre circulation des capitaux. Vous constaterez vite que d’autres, l’Italie en tête, suivront tandis que l’Allemagne trouvera refuge dans un mark qui mettra fin à son mercantilisme. Bien sûr vous serez vilipendé et les nostalgiques de la mondialisation heureuse chercheront, sans ménagement, à vous renverser. Tenez-bon et soyez fort car il vous faudra ensuite reconstruire un pays, et au-delà une europe, aujourd’hui en très grande difficulté.

 


 

[1] On pourra se reporter ici à « Regard sur les banques centrales : essence, naissance, métamorphoses et avenir » Jean Claude Werrebrouck , in Economie Appliquée, tome LXVI-N°3- septembre 2013, pages 149-177. On pourra également se reporter sur l’excellent ouvrage de Michel Aglietta : « La monnaie entre dette et souveraineté », Odile Jacob,2016.

[2] On reprend ici la célèbre expression de Pierre Clastres dans son ouvrage : « la société contre l’Etat, Recherches d’anthropologie politique’, Minuit, 1974.

[3] Expression que l’on doit à Bloch-Lainé. Cf son cours à l’IEP de Paris : « Le Trésor Public. Introduction générale ». Cf également : François Block-Lainé et Pierre de vögue : « Le Trésor Public et le mouvement général des fonds, PUF, 1960.

[4] Cf Jean Claude Werrebrouck : « La loi d’airain de la monnaie » in Medium , Janvier-février-mars 2013, pages 101-119.

[5] La Banque de France est fondée par Bonaparte en 1800 et se voit immédiatement octroyée un monopole de l’émission pour la région parisienne.

[6] Règle instituée à partir d’octobre 1948.

[7] A cette époque le service de la dette correspondait à 25% des charges de l’Etat

[8] En particulier les 18 spécialistes en valeurs du Trésor d’aujourd’hui ne pouvaient jusqu’à une époque très récente proposer que des prix élevés aux adjudications de l’Agence France Trésor (Bercy), car ces prix devaient « produire » la rentabilité financière de nombre de produits, et des produits qui ne seraient pas achetés si la rentabilité n’était pas suffisante.

[9] Il faut bien comprendre que dans ce type de dispositif la puissance de création monétairee , ce qu’on appelle le multiplicateur du crédit, est particulièrement faible ce qui nous fait penser que le souverain l’est pleinement par le type de circulation monétaire qu’il entend faire respecter ;

[10] Le système mis en place en 1944 disparait au terme de la déclaration du Président Nixon le 15 aout 1971.

[11] Aujourd’hui le marché des changes concerne chaque jours environ 5500 milliards de dollars, soit 20 fois le montant des biens et services réellement échangés. Jacques de la Rosière vient de prendre récemment conscience des conséquences de la conférence de la Jamaïque : « « On a sous-estimé à l’époque la portée de l’effondrement du système de Bretton Woods. On a vu à l’usage combien le flottement des monnaies a encouragé le laxisme budgétaire et monétaire dont les effets cumulés nous écrasent aujourd’hui. Comment imaginer qu’un tel régime de liberté incontrôlée puisse être compatible avec une coopération économique mondiale et avec la stabilité du système financier. Bien que trop rarement dénoncé, cet enchaînement de conséquences de la décision d’août 1971 est à mon sens à l’origine de nombre des déséquilibres structurels d’aujourd’hui » In : « 50 ans de crises financières », Odile Jacob, 2016.

[12] Ce qui était le cas français jusque 1973 et ce qui était le cas général lors des guerres du 20ième siècle

[13] Il va sans dire que la réduction de la loi d’airain de la monnaie ainsi obtenue n’était pas sans risques puisque la planche à billets correspondante n’était efficace qu’en cas de sous -utilisation de facteurs de la production et aussi dans les limites du seuil de confiance des citoyens.

[14] C’est ce que nous avons appelé le passage au « mode marché » de la gestion de la dette publique. Cf ici Jean Claude Werrebrouck ; « Banques centrales, Indépendance ou soumission, un formidable enjeu de société », Yves Michel, 2013

[15] Les énormités en la matière que l’on trouve dans la presse même spécialisée sont aussi le fait de choix politiques car effectivement il fut déjà décidé, dans le tumulte de la crise financière de recapitalise la BCE en 2010. Même le monde académique, qui pourtant sait que la notion de capital social d’une banque centrale n’a strictement aucun sens, s’est plié à ce type de désinformation.

[16] Ces réformes dites structurelles concernent essentiellement le cout du travail qu’il faut déprécier (dévaluation) interne puisque la dépréciation externe (taux de change) n’est plus une arme souveraine.

 

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 09:34

Le tableau que l'on trouvera ci-dessous a déjà été publié sur le blog et offre une synthèse de notre ouvrage publié en 2012 (Banques Centrales, Indépendance ou soumission,  chez Yves Michel).

Il reste un bon outil pour les candidats souverainistes sérieux. Un souverainiste sérieux doit avoir le courage d'expliquer qu'une banque centrale ne saurait être une autorité indépendante, et qu'elle doit obéir au pouvoir politique régulièrement désigné par le peuple. C'est ce que nous avons appelé le "mode hiérarchique de gestion de la dette", mode à l'opposé de celui d'aujourd'hui où le souverain doit passer par le marché pour financer sa trésorerie et sa dette. Quand une banque centrale est autorité indépendante et qu'au surplus il lui est interdit de financer le Trésor, l'Etat correspondant cesse d'être souverain. Si les candidats souverainistes connaissaient l'histoire des Etats et la place déterminante qu'ils ont toujours accordée à la monnaie, ils comprendraient que le "mode marché de gestion de la dette" est une anomalie historique menant à une catastrophe planétaire.

 

La fin de cette anomalie permettrait de régler nombre de problèmes : boursoufflure de la finance dans le paysage de la société avec des banques anormalement grosses, avec un endettement de plus en plus massif pour produire de moins en moins de valeur ajoutée réelle, un détournement massif de l'économie réelle au profit des jeux financiers, un abandon des taux de change fixes au profit d'un marché près de 100 fois plus important que ce qui est nécessaire au commerce international, une totale liberté de circulation des capitaux autorisant des  chaines de la valeur optimisées pour bénéficier de coûts du travail mondialement plus faibles, des incohérences et contradictions de statuts avec des sujets devenus déboussolés et incapables de se repérer dans des cadres cohérents, une compétition  entre nations se transformant doucement en agressivité et rancœur, une montée du nationalisme voire du communautarisme pour les plus éloignés du marché compétitif, un retour aux formes les plus barbares de la religion, une dégradation de l'environnement, etc.

Que les candidats classiques des partis traditionnels soient incapables de proposer des solutions sérieuses est assez logique: ils sont issus des groupes d'acteurs qui sont à l'origine de la grande transformation menant à notre anomalie historique. Que les candidats souverainistes n'aient pas pris conscience de la radicalité des mesures à prendre est plus grave et témoigne d'une grande ignorance de l'histoire de la monnaie et des Etats. Ainsi nous continuerons au cours de la campagne à être les spectateurs de cette gravissime  inculture.

Êlections présidentielles: Ce que les souverainistes devraient avoir en tête
Êlections présidentielles: Ce que les souverainistes devraient avoir en tête
Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Zone Euro
commenter cet article
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 08:58

Dans un contexte économique devenu très difficile, la campagne électorale française tourne au cauchemar.

Effectivement le contexte est devenu très difficile et les  chiffres pour l'année 2016 du commerce extérieur (déficit de 48,1 milliards contre 45,7 en 2015, et ce, dans un environnement de baisse des prix du pétrole) confirment que Le CICE budgétairement très coûteux n'a eu que peu d'effet pour le rétablissement de la compétitivité du pays. Mieux, hors énergie et matériel militaire, le déficit n'a fait que régulièrement s'aggraver depuis 2013. A cela il faut opposer la croissance des excédents allemands désormais atteints de gigantisme: 297 milliards d'euros en 2016 (en augmentation de 15% sur l'année antérieure). cela fait de l'Allemagne le pays le plus excédentaire du monde, dépassant même la Chine qui, elle, voit son excédent s'effondrer en passant de 293 à 245 milliards d'euros entre 2015 et 2016.

Dans ce contexte de divorce croissant du prétendu couple franco-allemand - déficit de 48,1 contre excédent de 297 milliards d'euros - il est clair que les programmes des différents candidats apparaissent d'une grande frilosité. Abordant souvent des détails indignes au regard de l'enjeu, saupoudrant des mesures sans réflexion ni envergure réparties sur des centaines de propositions, ils masquent les vrais problèmes dont la solution pourrait assurer le retour d'une ambition, qui est  d'abord celle de refaire société en reconstruisant une immense classe moyenne aujourd'hui disparue.

Au delà des candidats qui proposent de rejoindre l'Allemagne par une austérité croissante, qui ne peut entrainer que l'aggravation d'une situation déjà difficile - la dévaluation interne comme seul moyen d'un retour à la compétitivité - il y a ceux qui croyant renverser la table proposent une TVA sociale supposée rétablir l'équilibre. Ce type de mesure peut tout au plus protéger contre l'hyper mercantilisme agressif, mais outre son impact sur les coûts internes, il ne peut rétablir la compétitivité externe.

Seuls 2 candidats proposent le rétablissement de la souveraineté monétaire, mais proposition quasiment honteuse - apparaissant comme mesure glissée sous des centaines d'autres-  dans un contexte de quasi peur d'une police politique affirmant brutalement que le retour à la monnaie nationale serait ruineux. Proposition honteuse donc car ayant conscience de ses effets sur les marchés financiers dès leur annonce... aussi délicate soit cette dernière.

Pour autant, on ne peut proposer une vraie ambition qu'en posant la question de manière ouverte, car nul programme de reconstruction du vivre ensemble, un tant soit peu crédible et approximativement chiffré, ne peut être cohérent sans passer par la clé de voûte de la monnaie.

C'est bien en raison d'un taux de change complètement inadapté qu'a pu se constituer le double mur du déficit d'un côté et de l'excédent de l'autre. Double mur mis en avant par le nouveau secrétaire d'Etat au commerce américain. Il n'est donc pas sérieux, dans un contexte de retour à la monnaie nationale, d'évoquer un programme de mesures prétendument chiffrées. Le retour d'un taux de change initie un prix général à partir duquel tous les autres prix vont s'exprimer et à partir desquels des choix de politique économique vont pouvoir s'initier. Comment en effet parler de façon détaillée de fiscalité, ou de dépenses publiques, si tout doit au préalable être modifié par ce prix pivot qu'est le taux de change, charriant nécessairement des taux d'intérêt, des nouvelles modalités de financement du Trésor, de nouveaux chemins de réduction de la dette, etc.?

Les candidats souverainistes devraient par conséquent abandonner leur programme pour expliquer le comment et le pourquoi du rétablissement de la souveraineté monétaire.

L'exercice n'est pas simple car il consiste à expliquer les vraies mesures à prendre pour assurer dans des conditions de sécurité suffisantes le passage d'un monde qui ne peut plus assurer le maintien d'une large classe moyenne - donc un monde faisant face à des désordres sociaux croissants et bientôt incontrôlables -  en un monde où la qualité du vivre ensemble se trouve progressivement rétablie.

A cet égard, nous ne changeons pas d'avis. Il est impératif que les candidats souverainistes expliquent clairement la situation: le grand écart à l'intérieur de la zone euro, l'effondrement de l'investissement sur toute la zone, l'excessive épargne de la zone (Près de 3% en 2016), la disparition des flux financiers intra-zone, la polarisation massive de la société dans tous les pays victimes de l'euro, la montée des rancœurs entre pays, la BCE devenue planche à billets, etc.. Cette campagne d'explication et d'objectivation de la réalité doit être au cœur des programmes. Et elle est essentielle en raison de la disparition générale de la raison au profit de la montée des émotions.

Mais les programmes doivent aussi expliquer comment s'y prendre pour changer les choses sans développer la panique provoquée par l'anticipation de la dévaluation: spread de taux, thésaurisation en billets, ouvertures de comptes en zone mark, krach obligataire, disparition de tout investissement, sur importations  de précaution, gel à l'étranger du produit des exportations, spéculations sur les marchés à termes, etc.

Prévenir la panique avant l'élection présidentielle, c'est:

     -  Placer au centre des débats la planche à billets dont il sera négocié la réorientation de ses bénéficiaires : l'économie réelle sous la forme d'investissements massifs publics et privés ( de quoi faire disparaître l'excès d'épargne de la zone), la diminution de la dette publique, la sanctuarisation de l'Etat-providence, la création massive d'emplois générés par l'investissement. A ce niveau les candidats peuvent se passer de chiffres mais ne peuvent  s'abstraire de la qualité des raisonnements.

       -  s'engager sur la négociation avec la seule Allemagne en proclamant haut et fort que la modification du statut de la BCE permettant la réorientation fondamentale de son activité est la seule possibilité pour le sud de la zone de continuer à lui appartenir.

Bien évidemment, les candidats souverainistes doivent aussi savoir que cette négociation est impossible pour les allemands et que, dans ces conditions, en cas de victoire à l'élection présidentielle, la réquisition de la banque de France interviendra sans délai, avant même tout épanouissement de la panique,  y compris en s'affranchissant de la légalité européenne. Une telle décision, par son caractère souverain entrainera l'effondrement complet de la zone avec le rétablissement d'un mark réévalué à hauteur d'environ 30%, ce qui permettra d'en finir avec la mercantilisme allemand.

Mais aussi une telle décision permettra  de donner crédit à l'objectif fondamental de refaire société à l'intérieur de chaque nation. Au delà elle permettra aussi de reconstruire une collaboration entre nations européennes sur une base de coopération. Les taux de change étant rétablis la compétitivité meurtrière à l'intérieur de la zone au profit de la seule Allemagne avec ses dangers majeurs aura disparu.

Bien évidemment, il faudra gérer les débuts difficiles de ce monde nouveau, et le nouveau président ne pourra guère pratiquer la langue de bois. Reconstruire une immense classe moyenne paisible ne sera pas une promenade de santé, mais le début du chemin qui y mène sera au moins emprunté, et surtout du sens sera retrouvé.

                                         

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Zone Euro
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 13:50

 

La politique économique du nouveau Président sera un chemin difficile pour parvenir à l’objectif de réindustrialisation avec comme conséquence attendue l’équilibre des comptes extérieurs du pays.

Le plan d’investissements au titre des infrastructures (1000 milliards de dollars) associé à la diminution des prélèvements fiscaux aura d’abord pour effet d’augmenter la demande interne avec une réponse tardive en matière d’offre. La raison en est que le vrai chômage massif qui se cache dans un taux d’activité anormalement faible, est logiquement long à résorber : remotivation pour le travail de ceux qui ont quitté les statistiques du chômage, requalification des travailleurs, etc. Il s’en suivra logiquement un accroissement du déséquilibre extérieur accompagnant celui des comptes publics ( 6 à 7 % du PIB). Il s’agit là du destin quasi-naturel des pays devenus sous industrialisés. Avec toutefois une exception de taille dans le cas américain, à savoir la conquête d’une indépendance énergétique par la relance de l’extraction des huiles de schiste devenues aujourd’hui rentables à moins de 45 dollars le baril.

La fin du libre-échange et l’apparition de barrières douanières notamment vis à vis de la Chine, de l’UE et du Mexique, n’entrainera pas un retour facile à l’équilibre en raison de conséquences sur les taux de change : chute du cours des devises des pays fournisseurs, hausse du dollar en raison de la hausse des taux d’intérêt américains initiée par une dette publique croissante. Une variation des taux qui viendra limiter l’effet-prix des taxes. Il n’est donc pas évident que le double mouvement des droits de douane et des taux de change affaisse les importations. Par contre la hausse du dollar, elle-même affectée par la possible politique de hausse des taux de la FED (La FED restera-t-elle indépendante ?) devrait affecter la compétitivité américaine au regard des exportations.

Même à moyen terme il est donc très difficile de dire que le retour à l’équilibre extérieur sera assuré. L’échec du Trumpisme, s’il devait se produire, serait bienvenu pour le reste du monde globalement- et parfois considérablement- excédentaire au regard des USA ( Le déficit US au regard de la chine représentait 2% du PIB américain en 2016, au regard de l’Allemagne, il est de 0,8%). Sachant que le déficit US est de 2,95% du PIB, il est facile d’imaginer l’effet boule de neige d’une telle contraction avec le reste du monde, notamment la Chine ( Excédent de 3,55 % de son PIB) et l’Allemagne ( 7,81% de son PIB, et plus précisément 2% de son PIB sur les seuls USA) qui ne pourraient en aucune façon redéployer leur mercantilisme sur les autres pays eux-mêmes touchés par le retour à l’équilibre américain. Pensons, par exemple, au Japon qui lui aussi dispose d’un lourd excédent sur les USA (0,4% du PIB américain) ou le Mexique qui assure 80% de ses exportations avec son voisin du Nord, soit plus de 25% du PIB de ce pays réellement très dépendant des USA.

Mais si le monde doit souhaiter un échec du nouveau Président, c’est aussi pour une autre raison, à savoir la raréfaction de cette liquidité internationale que reste le dollar. Rappelons que le dollar n’est devenue monnaie de réserve que dans la mesure où après le second conflit mondial il était la seule monnaie convertible - certes au seul niveau des banques centrales- en métal précieux, et monnaie assise sur la puissance incontestée des USA. Cette condition ne fut hélas pas suffisante, et il fallait au-delà permettre des transferts massifs de dollars sur le reste du monde pour assurer les débouchés d’une énorme machine économique construite en temps de guerre. Cette période fut celle du « dollar gap », période de pénurie de liquidité internationale compensée par des transferts dont aussi des dépenses militaires massives sur l’ensemble de la planète. Cette période devait s’achever au tout début des années 60 avec les premiers déficits extérieurs et l’apparition de « balances dollars » nourrissant la liquidité internationale, et période que l’on a désignée « dollar glut ». Depuis l’équilibre extérieur ne fût plus jamais réalisé, une réalité qui devait faire le nid de la mondialisation à venir.

Si donc, les USA devaient connaitre, sans aucune concertation, le retour à l’équilibre, c’est un monde plus cloisonné d’Etats-nations qui devrait émerger, et un monde relativement dépourvu en liquidité devant assurer un commerce international qui, sans doute plus réduit, resterait néanmoins considérable. Comme le retour à une monnaie de réserve nouvelle supposerait l’émergence d’une très grande puissance déficitaire, on ne voit pas quelle monnaie pourrait prendre la succession du dollar. De là à penser que derrière la nouvelle politique américaine il y a le retour du plan Keynes de Bretton-Woods avec son célèbre « Bancor », il y a un pas que l’on ne saurait aujourd’hui franchir.

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 14:34

 

Le directeur de campagne du FN pense qu’après l’éventuelle victoire, tout le monde aura intérêt à coopérer pour une dissolution concertée de la zone euro. Une coopération qui serait issue d’un sommet européen organisé après l’élection présidentielle française. La question est pourtant autre : Comment gagner l’élection présidentielle alors même que les acteurs économiques, par le biais d’un tir de barrage d’une redoutable efficacité, déplaceront par millions des intentions de vote vers les candidats européistes ? Et ces acteurs sont nombreux : ménages, banques et autres acteurs financiers, entreprises,  agents qui réagiront très vite si le risque d’une victoire d’un candidat souverainiste devenait crédible…..et donc réaction complètement déstabilisatrice en pleine campagne électorale…

Les redoutables combattants, souvent involontaires, du front européiste

Les ménages, en particulier les épargnants, retourneront à leur profit l’éventuelle perte de change, en déplaçant leurs avoirs vers des banques implantées dans des espaces solidement arrimés à la zone euro. Ils seront ainsi acteurs d’une nouvelle crise du marché interbancaire.

Les banques, elles-mêmes, chercheront à se protéger en se débarrassant de dette publique en risque de dévalorisation, en restant absentes des rendez-vous fixés par l’Agence France Trésor au titre de l’émission des nombreuses tranches de dette prévues au titre de l’année 2017, et globalement en maximisant leurs actifs extérieurs susceptibles de leur apporter les gains d’une dévaluation prévisible. De quoi anéantir tout projet d’investissement sur le sol français. Et surtout de quoi développer une contagion planétaire de la crise financière. Les fonds de placement et d’investissements de même les hedges funds auront la même attitude et chercheront à se couvrir contre la même perspective de dévaluation. Toutes les places de la planète seront rassemblées pour briser toute espérance de réussite électorale.

Les entreprises sortiront leurs fonds des banques hexagonales, et maintiendront expatriées les fonds résultant de leurs activités internationales et en particulier celles liées à leurs exportations. Elles apporteront une pierre essentielle à l’embrasement de la planète.

Puissance du guide suprême : Le banquier central

Il n’est pas sûr que, face à un tel mouvement, la BCE mette en place les dispositifs dont elle a la charge, ceux par exemple garantissant le maintien de la liquidité bancaire, afin de calmer le jeu. Son intérêt spécifique est d’ailleurs inverse : tout faire pour que le barrage soit d’une telle puissance que l’accès d’un souverainiste à la Présidence de la République soit strictement interdit, par exemple en laissant, voire en développant, la panique pré-électorale. Pourquoi en effet le banquier central aurait une attitude suicidaire et organiserait son propre licenciement en effaçant, avec le dispositif « ELA » par exemple, les effets de la contagion ?

Face à cette formidable contrainte, les candidats souverainistes ou les partis souverainistes ont tout intérêt à tenter de briser le mur financier par un contre feu : engager une formidable bataille médiatique sur le quantitative easing et montrer qu’un autre achat de dette souveraine peut avoir des effets autrement efficients.

Briser le mur médiatique et financier en dévoilant au quotidien le pot aux roses du QE

Les candidats doivent orienter la campagne électorale sur cette question en revenant de façon détaillée sur le thème du contrôle de l’émission monétaire.

L’aisance quantitative est, pour l’essentiel, le fait d’acheter régulièrement de la dette souveraine détenue par les banques. Pour la présente année 2017, la BCE va acheter, approximativement, au système bancaire français une dette publique équivalente à la nouvelle dette émise par le Trésor. Comme cette nouvelle dette est achetée à 60% par des banques étrangères, cela signifie que les banques françaises sont inondées par la liquidité offerte par la BCE. Cette opération vise à relancer le crédit accordé par les banques, ce qui ne se matérialise pas par de nouveaux investissements. On dit que la base monétaire a augmenté, ce qui se matérialise par le gonflement du bilan de la banque centrale, mais que le crédit accordé aux agents économiques lui n’augmente pas. La liquidité sert ainsi à la spéculation sur des actifs existants, d’où l’inflation sur les titres en question. Cette « planche à billets » permet de soulager le poids de l’émission de dette publique nouvelle en maintenant le taux de l’intérêt à un niveau proche de zéro, mais elle ne réduit que marginalement les besoins d’endettement nouveau du Trésor, lequel doit régler ses échéances de dettes à la BCE. Il s’agit donc , du point de vue de la BCE, d’une procédure de soutien au système bancaire et non d’une procédure de soutien à l’intérêt général.

Expliquer au quotidien, et en préalable à tout débat, les mécanismes d’un « QE de l’intérêt

général »

Le soutien de la BCE à l’intérêt général passerait, lui, par l’achat de dette publique arrivée à échéance. Cet achat serait d’un montant à peu près équivalent à celui du QE (environ 190 milliards d’euros pour l’année 2017) mais faciliterait grandement le redressement du pays. Dans le QE, nous avons un achat de dette en cours, et donc il y a destruction de monnaie dès que le Trésor paie la dette parvenue à échéance. Dans ce nouveau circuit,  la BCE paie elle-même la dette parvenue à échéance. Il y a donc création monétaire nette.

Certes, la destruction de monnaie dans le QE est toujours sur-compensée par l’achat de nouvelle dette mais l’opération est en principe temporaire. Dans le cas de ce QE que nous pourrions qualifier « QE d’intérêt général », il y a création nette de monnaie. Et cette création nette a des conséquences très différentes car, ici, l’augmentation de la base monétaire est suivie d’une hausse assez mécanique de l’investissement et de l’activité.

En effet, le rachat de dette parvenue à échéance soulage immédiatement l’Etat qui peut, sans délai et sans même modifier le solde budgétaire initialement prévu, diminuer le poids des prélèvements publics obligatoires, ou aider directement les banques ou se lancer dans de lourds projets d’investissements. Quelle que soit le cocktail de solutions retenues, à solde budgétaire inchangé, il y a amélioration de la liquidité bancaire, soit directement par le Trésor (il effectue des investissements publics et abonde les comptes de ses fournisseurs) soit indirectement (ménages et entreprises bénéficient d’une baisse de dépenses fiscales). Globalement, les bilans bancaires gonflent avec pour contrepartie un élargissement de l’activité économique réelle. L’expression de « QE d’intérêt général » n’est pas illégitime.

Le système bancaire est ainsi consolidé de façon non artificielle (QE classique) et les banques retrouvent leur métier de base : celui d’effectuer des crédits à l’économie. Mais aussi tous les agents économiques bénéficiaires d’une diminution du poids des prélèvements publics obligatoires.

Affronter le système médiatique

Ce qui vient d’être exposé doit être largement explicité par tous les candidats souverainistes, lesquels doivent considérer qu’il s’agit d’une base indispensable sur laquelle des programmes variés peuvent être envisagés. Et cette explication doit être claire et imposée au système médiatique avant chaque rendez-vous avec tel ou tel journaliste…et ce en allant même jusqu’au renoncement en cas de refus par ces défenseurs de l’européisme que sont les journalistes.

Au-delà et afin de montrer le sérieux de la candidature, il serait très important que les candidats souverainistes expliquent avant chaque rendez-vous les mécanismes du tir de barrage financier et ses conséquences en matière démocratique. Un tel décodage, et un tel sérieux dans l’analyse prospective  -des prévisions qui, pour une fois, se vérifient- permettrait à tout le moins d’éroder la puissance du tir de barrage, un affaissement résultant d’une possible prise de conscience par les électeurs….

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans conférences et débats
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 14:11

 

Redressement de la France : Les moyens économiques et les fins sociétales

Les Objectifs fondamentaux

1 - Le but de l’action politique est sa contribution à la qualité du « vivre ensemble » dans la société.

2- Parmi les facteurs fondamentaux du bien vivre ensemble, il y a l’importance de la classe moyenne. Plus cette dernière est large et plus l’ensemble est apaisé : confiance entre agents, confiance en l’avenir, confiance et respect dans la démocratie, émancipation visible, etc. (Ce qui ne veut pas dire bien sûr que tout soit réglé).

3 - Le dirigeant politique doit donc se servir des outils de la puissance publique pour reconstruire une classe moyenne aujourd’hui en déshérence. (Cela concerne la France et au-delà l’ensemble de l’Occident, mais aussi ce qu’on appelle aujourd’hui l’impossible « moyennisation » dans les pays « émergés »).

4 - L’immense classe moyenne à reconstruire n’est pas celle d’hier. Celle-ci doit pouvoir ancrer ses nouvelles aspirations d’autonomie, d’inventivité et de dynamisme sur une sécurité sociale retrouvée.

Les moyens principaux

1 - Les outils de la puissance publique doivent être maitrisables ce qui passe par le retour de la pleine souveraineté, sans laquelle le « Démos » se trouve contesté et emprisonné.

2 - Considérant que la valeur travail - même revisitée par des aspirations nouvelles (autonomie, réalisation de soi, etc.) - reste l’instrument fondamental de la socialisation, la reconstruction d’une immense classe moyenne passe par le rétablissement d’un plein emploi productif de qualité, autorisant une croissance inclusive forte et la fin du déséquilibre extérieur.

3 - Dans une réalité qui confirme que le monde restera celui de la cohabitation concurrentielle entre Etats nations, l’arme monétaire est un outil indispensable au rétablissement du plein emploi : elle est un filtre entre un dedans maitrisable et un dehors à maitriser.

4 - Parce que la cohabitation entre Etats nations est fondamentalement concurrentielle, l’arme monétaire est aussi une arme de compétitivité. (Dénoncer le caractère catastrophique des actuelles dévaluations internes).

5 - La compétitivité porteuse du rétablissement des classes moyennes et du bien vivre ensemble passe aussi par des choix privilégiés en termes de branches d’activité : d’abord l’industrie, mais aussi l’agriculture, l’écologie, les technologies numériques. Les activités non porteuses de rendements potentiellement croissants (celles imaginées aux fins du soulagement du poids de la crise, non susceptibles de contribuer à l’équilibre extérieur) ne sont plus à privilégier.

6 - Le rétablissement de la souveraineté monétaire est d’abord un coût élevé pesant sur les classes moyennes dont on veut, pourtant, rétablir la place centrale. Le maintien de la confiance durant la difficile phase de reconstruction suppose donc la promptitude et la non-limitation des moyens de l’investissement.

7 - Cette non-limitation passe par la mise sous tutelle de l’ensemble des outils monétaires et financiers et, en particulier la fin de l’indépendance de la Banque de France.

8 - Une arme privilégiée de la non-limitation de l’investissement est le rachat de dette publique à échéance par la Banque de France.

Les moyens correspondants sont redistribués :

- aux banques chargées d’une mission de service public,

- aux agents économiques sous la forme d’une baisse des prélèvements publics obligatoires,

- à la puissance publique elle-même,

- aux éventuels litiges avec les victimes (non-résidents) de la perte de change.

9 - La mission de service public du système bancaire concerne notamment l’aide au rétablissement de l’équilibre extérieur : relocalisations, investissements substitutifs d’importations, agriculture de proximité privilégiant l’autosuffisance alimentaire, dé-carbonisation etc.

10 - Les moyens nouveaux de la puissance publique doivent privilégier l’avenir : formation, recherche, coopération interétatique - en particulier européenne- sur grands projets, investissements stratégiques, etc.

11 - La méthodologie du retour à la souveraineté monétaire passe par une habile négociation ne portant au départ que sur le questionnement du caractère non approprié de l’ordo-libéralisme allemand : la responsabilité de la fin de l’euro doit reposer sur l’Allemagne et non sur la France.

Conclusion : La fin du QE de l’actuelle BCE - qui augmente la base monétaire et non le crédit et donc l’investissement - et son remplacement par l’achat direct de dette publique participe à une véritable économie de l’offre rétablissant la confiance : l’aisance monétaire renoue avec le multiplicateur du crédit, lui-même encouragé par la baisse des prélèvements publics obligatoires. Parallèlement, les banques et en particulier, celles dites « Spécialistes en Valeurs du Trésors » (« SVT »), sont mécaniquement invitées à construire des produits financiers dont la contrepartie correspond à un investissement réel. (et non plus une dette publique dont la contrepartie est une dépense publique courante). Une croissance forte reconstructrice d’une classe moyenne large est ainsi enclenchée.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Claude Werrebrouck - dans Etats et politiques
commenter cet article

Présentation

  • : La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • La crise des années 2010, réflexion sur la crise économique globale
  • : Analyse de la crise économique, financière, politique et sociale par le dépassement des paradigmes traditionnels
  • Contact

Recherche